15/04/2010

Différence 29

Différence 29

En wallon, il existe une syncope d’un « o » intérieur dans la conjugaison de deux séries de verbes:

1)      « voleûr », « poleûr » (vouloir, pouvoir) (EW : = « v(o)lu », « p(o)lu » (CW)):

« come vos v’loz » (comme vous voulez), « i n’ p’la » (il ne put), « s’ is p’lèt » (peuvent) (EW) ;

2)      en est-wallon (au moins dans le parler de La Gleize), certains verbes en « -ower »: « tower », « atower », « bower », « sower », « rumower » (tuer, tutoyer, faire la lessive, sécher, remuer) :

« nos l’ twans », « i l’ atwéve », « èle va bwer », « i fâreût swer », « il èst rumwant »

      (nous le tuons, il le tutoyait, elle va faire la lessive, il faudrait sécher, il est   

      remuant).[1]

 

ex. :                                                              

(SW) « One fwârt bèle comére qu’on p’lot prinde por one sicolîre … » (Leroy Willy, Li toûrsiveûs (G. Willième), AL)

(F) une fort belle femme que l’on pouvait prendre pour une écolière

 

 

1.3.8 Aphérèse

 

L’aphérèse est la suppression d’un son (ou d’une syllabe) à l’initiale d’un mot (ex: le français « lors » pour « alors »).

 

En wallon, on aura des cas d’aphérèse avec les sons « i » , « o » , « è »  .



[1] Ici, la tendance de la liquide « l » et de la semi-C « w » à se souder aux plosives ou à « s » provoque la chute de l’ « o » atone. (Remacle,1937,39)

 

21:47 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.