15/04/2010

Différences 118-198

Différence 118

Au français « ceux-ci », « ceux-là », … peuvent correspondre les formes « cès-voci », « cès-volà » (EW).

ex. :

(EW) « Lu pére Noyé, tot lès vèyant o s' coûr, / Su d'manda bin, sont-is fous cès volà. » (ELGE, Lu cadau do pére Noyé, in: Echos de St.-My)

(F) En les voyant dans son cœur, / Le père Noël se demanda s’ils étaient fous, ceux-là.

 

Différence 119

Le pronom démonstratif « li ci » (li cia) peut être utilisé sans déterminant.

ex. :

(CW) « On catolëke, i s’ tént mia qu’ on-ôte.  Mins n-a dès cës qu’ féyenèt l’ cë. »  (Gaziaux,1987,249)

(F) Un catholique, il se tient mieux qu’un autre. Mais certains s’affichent tels.

 

 

4.4.6 Le pronom relatif

 

Différence 120

Le pronom relatif suit toujours immédiatement son antécédent.

ex : (F)  « Ces puissantes figures ont disparu, qui combattaient pour la Vierge de Sion. » (M.

              Barrès)

       (W) Lès fwârts qui fyin.n' li guêre po l' Viêrje di Siyon ont disparètu.

 

Différences 121-123

« Qui » est souvent déterminé par un mot de la relative qu'il introduit, par un pronom ou un adverbe personnels, par un possessif, un adverbe.

 

1 Différences 121-122

(F) 1) dont : a) complément d’un nom /pronom : (W) qui + adj. poss. (3e p. sg. ou pl.)

                     b) complément d’un verbe :                     qui + è(nnè), qui + di li

      2) lequel                                                                  qui

      3) auquel                                                                 qui + COI

      4) duquel                                                                 qui + adj.poss.

 

1) Dont

a) complément d’un nom /pronom en français

Le pronom relatif « dont », complément déterminatif, correspond au wallon « qui + un adj. poss. de la 3e p. du sing. ou du pl.» (si, s’, sès, sès- ; leû, leû-z-, leûs, leûs-).

ex. (F) le cheval dont la patte est cassée   (W) li tch’vau qui s’ pate èst câsséye

           les neveux dont je connais l’âge            lès nèveûs qui dj’ conè leû-z-âdje

           l' ome qui s' fi a v'nu                               l'homme, dont le fils est venu

           l' ome qu' il a mârié s' fèye                     l'homme dont il a épousé la fille

 

(CW) « Mm, qui ça sint bon! Dès fêsans qu' on l'zî a lèyî leûs ploumes dè croupion, ... » (Prigneaux,1985,93)

(F) Mm, comme ça sent bon ! Des faisans auxquels on a laissé les plumes du croupion …

 (EW) « I rèsson.ne ås scriyeûs qui leûs mots vôrin wårder li sov’nance di tot çou qui passe. » (Joachim,1988,7)

Il ressemble aux écrivains dont les mots voudraient garder le souvenir de tout ce qui passe.

« ... tos lès cis qu’ on l’zî a hapé leû paletot, c’ èst dès djins dè l’ hôte! »  (Maquet,1987,173)

Tous ceux dont on a volé le manteau sont des gens de la haute société !

(OW) « Ele ît come in pîd d’ vigne qui n’ done pupont d’ roûjins èt qu’ sès fouyes ont tcheû (…). » (Bal,1998,83)

Elle était comme un pied de vigne qui ne donne plus de raisins et dont les feuilles sont tombées.

(SW) « L' ome quu sa gade avot bèroûdè dins l' raviêr. » (L. Mahin, AL 6/9/83)

L’homme dont la chèvre avait dégringolé dans le ravin.

 

b) Dont , complément d’un verbe en français

On emploie « qui » + « di li ».

ex. :

(EW)« In-ome qu' on riyéve di lu (...)

... qu' on riyéve avou lu po n' nin s' fé passer po dès rèscoulés! » (P-H. Thomsin, Pène èt foyous, Vlan Liège 5/4/90)

(F) Un homme dont on riait, avec lequel on riait pour ne pas se faire passer pour des demeurés.

 

On emploie aussi dans ce cas « qui + ènn’ ». (cf 4.4.6)

 ex. : (W) lès meûbes qu'on 'nn a dandjî.      (F) les meubles dont on a besoin

 

(CW) « Ça nos-a faît sondjî à l’èconomisse qui Georges Duhamel è d’viseûve, … » (Selvais,2001)

Cela nous fait songer à l’économiste dont parlait Georges Duhamel…

(EW) « Èt volà k’mint qu’ finiha l’ vicårêye du cès treûs brigands qu’ ô ‘nn’ a tant djåsé. » (Franck,1910, 195-202)

Et voilà comment finit la vie de ces trois brigands dont on avait tellement entendu parler.

 

2) Le pronom relatif « lequel » correspond au wallon « qui ».

ex. : (F)   J’ai vu ton père, lequel a fait semblant de ne pas me voir.

        (W) Dj’ a vèyu vosse pa, qu’ a faît chonance di m’ nin vôy.

 

3) Le pronom relatif « auquel » correspond au wallon « qui + COI».

ex. : (F)   la fille à laquelle je l’ai donnée                     (W) li bauchèle qui dj’ a d’né

                celui auquel je me suis fié.                                   li cia qui dj' m'a fiyî à li                  

                l' homme à qui / auquel je dois de l' argent          l' ome qui dj' dwè dès caurs  

 

(EW) « … i fêt come li caracole qu' on vout fé dès mamêyes so sès cwènes. » (Thomsin Paul-Henri, Mondiale, in : Vlan 19/6/90)

(F) Il fait comme l’escargot que l’on veut caresser sur les cornes. (littér. : à qui)

(OW) «  …èle a fwèbli one miyète au côp come ène lampe què l’ wîle manke. » (Bal,1998,47)

Elle a faibli un peu à la fois comme une lampe à laquelle il manque de l’huile.

(SW) « Mês brâmint dès-oûtes crwayant bin qu’ ç’ astét l’ min.me mendiant què Sint Mârtin avét d’né la mîtan dè s’ manté. » (Poncelet Jean-Michel, Lès Blancs Cayoûs, AL)

Mais beaucoup d’autres croyaient bien que c’était le même mendiant à qui saint Martin avait donné la moitié de son manteau.

 

4) Le pronom relatif « duquel » (de laquelle, desquels, desquelles) ( correspond au wallon « qui + adj. poss.», voire sans adjectif possessif.

 

ex. : (F)   le fermier duquel j’ai épousé la fille    (W) li cinsî qu’ dj’ a mârié s’ fèye

 

(CW) « S’ on mariéve one fème d’on vëladje d’ à costé, qu’ ë n-avot place à s’ maujone po-z-i aler, è bén! on-z-i aléve. » (Gaziaux,1987,151)

(F) Si l’on épousait une femme d’un village à côté, dans la maison de laquelle il y avait de la place, eh bien on y allait .

(EW) « Ine hôte bårîre qu’ èsteut scrît so ‘ne plantche: “Berk Werk - Wohnlager” èt so ine ôte: “Arbeit macht frei.” » (Houbart-Houge Jeanne, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

Une haute barrière avec une planche sur laquelle il était écrit « .. » et sur une autre : « … ». (littér. : sur une planche de laquelle)

 

2 Différence 123

Quand le français emploie des expressions avec lequel ou qui précédés d’une préposition, le wallon dit : « qui ... avou (li), qui .. . por li, qui ... sins (li), qui ... dissus (ou « qui … sur li ») », etc...[1]

ex. :

(CW) « A paurti do côp qui vint, èles vont aurder, totes lès sawminnes leû papî do magasin qui c’èst scrît d’ssus ç’ qu’ èlles achetéyenut èt l’ pris qu’ èles payenut. » (Humeur, VA, 15/09/01)

(F) A partir de la prochaine fois, elles vont garder chaque semaine leur papier du magasin sur lequel il est écrit ce qu’elles achètent et le prix qu’elles paient.

« Marîye, vos bètchs sintenut bon l’foûr èt lès fètchêres qu’ on s’achîd d’dins. » (E. Gilliard, in : CW 5-6/1964, p.152)

Marie, vos baisers sentent bon le foin et les fougères dans lesquelles on s’assied.

« Si camarâde di Sint-Djurau qu' il a stî sôdâr avou. » (Gillain,11)

Son ami de Saint-Gérard avec qui il a été soldat.

« On pwârteûve deûs dorêyes (, ...) à dès cës qu’ on conëcheûve, qu’ on-n-aveût à veûy avou (des relations) èt à dès cës qu’ èstin’ dë dou (...). » (Gaziaux,1987,229)

On portait deux tartes à des personnes que l’on connaissait, avec qui on avait des relations, et à des personnes qui étaient en deuil.

« one /taute/ (...) quë l’ côrén avot courë djës » (Gaziaux,1987,229)

une tarte hors de laquelle le jus avait coulé

(EW) « (…), turtos, nos djêrans so cisse loumîre-là ((…) qui nos n’ polans viker sins. » (Maquet,1987,171)

Tous, nous désirons ardemment cette lumière sans laquelle nous ne pouvons vivre.

« (…) is (…) d’hindèt insi l’ civîre quu l’ paralisé èsteût couké sus. » (Lecomte,2001,6)

Ils descendaient ainsi la civière sur laquelle était couché le paralytique.

(OW) « /èl/ pètit cayè d’ èscolî què dj’ aveû scrît d’dins » (Bal,1998,87)

le petit cahier d’écolier dans lequel j’avais écrit

 

Différence 124

Le pronom relatif prépositionnel, dont l’antécédent est un nom de choses, est le même que quand l’antécédent est un nom de personne.

ex. : (W) l’ome qui dj’ compte dissus.   (F) sur qui

               li sudjèt qui dji scrî d’ssus.            sur lequel

 

Différence 125

Nous disons « qui ... î » pour le français « à quoi ».

ex. (W) Dji m’achîdeûve su one dès bones qu’ on-z-î amare lès batias (= qu’ on-z-amâre lès

             batias avou.).

      (F)  Je m’asseyais sur une de ces bornes à quoi l’on amarre les bateaux. 

 

Différence 126

En wallon, l’ ellipse de « ci » devant « qui » ne se fait pas.

ex. : (F) « Mais ce pique-nique avec la mort ..., voilà qui atteint les limites de l’horreur. »

              (Constantin-Weyer, Un homme se penche, IV)

        (W) Mins ç’ pike-nike-là avou l’ mwârt,…, volà ç’ qu’ avint auzès limites di l’ oreûr.

 

Différence 127

« Qui » en tant que sujet de la subordonnée doit toujours avoir un antécédent pour commencer une proposition. Celui-ci est un pronom démonstratif ou « quî ».

ex.: (F)  Qui dort dîne.

       (W) Li cia qui dwat n’ a nin dandjî d’ mindjî.

 

(F) Pour qui ... : (W) 1 po l’cia qui; 2 po quî qui ; 3 po quî:        

1 po l’cia qui :

(F)  « Pour qui ne craint point, il n'est point de prodiges. » (Malherbe, Poésies, LXXIV)

(W) Po l' cia qu' n' a nin peû, gn-a rin d’ saîsichant.

 

(SW) « Lu cé qui s’ crwat par trop fèl, (…) / I n’ lî faut ni grand tchöse pou qu’ i s’ rutrouve à têre. » (Mouzon R., Lu tchin èt lès djonkês, in: Récitations wallonnes, 1, 1984

(F) Qui se croit trop adroit, peut facilement se retrouver par terre.

 

2 po quî qui : 

(CW) « Vêci, I gn-a dè l’bèsogne po tot quî qu’ è vout. » (J. Doumont, in : Novèles, 1/1982, p.19)

(F) Ici, il y a de la besogne pour qui en veut.

(OW) « (…) djè warde, (…) / Pou quî què l’ cièl m’ avoûye, ène saquè d’ toudi près’. (Renard,1890,75)

Je garde, pour qui le ciel m’envoie, quelque chose de toujours prêt.

                               

Mais il existe certaines formulations du genre de: (W) Î vaye quî vout.   (F) Y va qui veut.

 

Différence 128

 « Qui » en tant que complément d’ objet doit lui aussi avoir un antécédent (le pronom démonstratif  ou « quî »).

ex. : (F)  Envoyez qui vous voudrez.         (W) Evoyîz   quî qu’/ li cia qu’   vos vôroz.

                 

(F)  « A qui venge son père, il n’ est rien d’ impossible. » (Corneille, Le Cid, 417)

(W) Po l’ cia qui r’vindje si pa, (i) gn-a rin d’impossibe.

 

Différence 129

« A qui mieux mieux »: (W) « au mia », « au pus »

ex.: (F)  « Ils rendaient les baisers à qui mieux mieux. » (R. Boylesve, Enfant balustr., I, ch.3 

              (Le Bidois,T1,1971,298))

       (W) Is rindin.n lès bètchs au mia.

 

Différence 130

« Qui ... qui ... » distributifs n’existent pas en wallon.  On dit « onk ... onk ... »  ou « onk ... on-ôte … » au singulier, « dès cias ... dès cias .... », « dès cias .... d’s-ôtes .... », au pluriel.

ex. : (F) « Ils avaient perdu qui leur couronne, qui leur sceptre, qui leur pourpre.” (H. Gautier,

              Capitaine Fracasse, XIX)

        (W) Il avin.n pièrdu, dès cias leû courone, dès cias leû sèpe, dès cias leû pourpe.

 

Différence 131

Le wallon n’emploie pas de pronom relatif directement après « comme » ; il intercale « onk (one), one saquî, on-ome, one feume, on-èfant ; one djin, one saqwè », etc.

ex. : (F) « ... le corps un peu penché, comme qui va tomber. » (P. Loti, Pêcheurs d’Islande,

              p.168)

       (W) « ... avou s’ cwârps one miète clincî, come onk qui / one djin qui /  one saquî qui /

               on-ome qui / one feume qui va tchaîr. »

 

(SW) « …, lu v’là vouye pou lès p‘tites trukes, come leu cé qui n’ è riè à su r’protchè.» (Culot Calixte, Les Paukes du Zîré, AL)

(F) Le voilà parti pour les petites pommes de terre, comme qui n’aurait rien à se reprocher.

 

Différence 132

Le relatif ne peut être séparé de son antécédent par une conjonction.

ex.: (F) « ...depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes et qui pensent » (La Bruyère,

             caractères, I, 1)

       (W) « Dispûs ‘là pus d’ sèt’ mile ans qu’ i gn-a dès djins èt qu’ is pinsenut. » ou « ... èt

              dès djins qui pinsenut ».

 

Différence 133

Nous employons « come si » + un pronom personnel ou « on » quand le français dit « comme qui dirait ».

ex.: (W) Si cwèfure nos l’ a faît r’waîtî; c’ èsteûve come si vos dîrîz (ou : come vos dîrîz) on

              turban.

       (F)  Sa coiffure attira nos regards, c’était comme qui dirait un turban. 

 

Différence 134

Le wallon n’a pas d’inversion après « que » attribut.

ex. : (F) les obstacles que sont les parents  (W) lès-astaudjes qui lès parints sont

 

Différence 135

Dans une exclamative, après l' adjectif exclamatif, l' adjectif qualificatif et le nom, le wallon emploie « qui » ; le français n' emploie pas de forme correspondante.

ex. : (W) Qué bia gamin qu' vos-avoz !   ou : Qué bia gamin qui v's-avoz !

        (F)  Quel beau garçon vous avez !

 

 

4.4.7 Le pronom interrogatif

 

Différence 136

Alors que la différence d’emploi entre « qui? » et « qu’est-ce qui ? » est floue en français, le wallon n’emploie « quî ? » que 1) pour faire répéter ; 2) après une préposition, sinon, il emploie « qu’ èst-ce qui ? ».

 

« Quî » , sujet, ne s’emploie donc que seul, dans une question après une déclaration. 

ex. : (W) Gn-a one saquî qu’ a v’nu. - Quî ?  (on veut savoir)

        (F) Quelqu’un est venu. – Qui ?      

 

        (W) Gn-a Jules qu’ a v’nu. - Quî ?  (on n’a pas bien entendu)

        (F)  Jules est venu.  – Qui ?    

 

        (W) Dijoz-me quî !                               (F)  Dis-moi qui ! 

               Après quî qu’ èlle ènn’ a ?                    Contre qui est-elle fâchée ?

               Qu’ èst-ce qui vêrè d’mwin ?                Qui viendra demain ?

               (pour s’informer ou faire répéter)

               Qu’ èst-ce qu’ a v’nu ? (id.)                  Qui est venu ?

               

NB : « Quî qu’ a ...? » (pour faire répéter uniquement)

ex. : (W) « - Qu’ èst-ce qu’ a v’nu ? »  « - Jules. » > « -  Quî qu’ a v’nu ? »

        (F)  Qui est venu?   - Jules. > - Qui (donc) est venu ?      

 

Différence 137

« Liquéke, au quéke, dau quéke » ne sont jamais relatifs mais toujours interrogatifs.

En français, « lequel, auquel, duquel » sont interrogatifs ou relatifs.

ex. :

(W)  Dj’ a lî on lîve. – Liquéke ?                            (F) J’ai un livre. Lequel ?

Dijoz-me au quéke qui v’s-avoz scrît.                          Dis-moi auquel tu as écrit.

C’ èst da onk di zèls, mins dji n’ sé nin dau quéke.      C’est l’un d’entre eux, mais je ne sais        

                                                                                       pas duquel.

 

Différence 138

Pronom relatif : duquel :          (W) « qui » + adj. poss. (cf pronom relatif)

Pronom interrogatif : duquel ? (W) « dau quéke ? » ou « do quéke » ?

 

Pour le pronom interrogatif duquel, le wallon a deux mots suivant les sens :

1)      appartenant auquel : « dau quéke » (fém. : « da l’ quéne » ?, m.pl. « daus quékes » ; f.pl. « dauzès quénes » ?)

2)      de quelle sorte : « do quéke »

ex. : (F) C’est la tasse de son frère.       – Duquel ?

       (W) C’ èst l’ jate di s’ fré.              – Dau quéke (= dau quéke frére ?)

 

       (F) J’ai acheté du fromage blanc.   – Duquel ?

       (W) Dj’ a acheté do stofé.              – Do quéke?  (: do qué stofé?)

 

Différence 139

L’interrogatif périphrastique « qu’èst-ce qui ...? » ne peut pas être suivi d’un nom alors que cela se fait en français.

ex.: (W) Qwè-ce qui c’èst, l’vèrité?       (F) Qu’est-ce que la vérité?

 

Différence 140

Le pronom interrogatif de l’interrogation indirecte est « qu’èst-ce qui » ou « quî qui ».

ex. : (W) Waîte one miète quî qu’ èst vêci!  (F)  Regarde un peu qui est ici !

       

(CW) « Et i sayeut do l’ aurdè jusqu’ à l’ nêt, pace qu’on n’ dut nin awè peû do mostrè quî qu’ on-z-èst. (Houziaux,1964,98)

(F) Et il essayait de le garder jusqu’à la nuit, parce qu’on ne doit pas avoir peur de montrer                  

qui on est.

(SW) « Lès djins d’ asteûre su d’mandant bin quî-ce què ça plèt èsse (…)» (Poncelet Jean- Michel, Lès Blancs Cayoûs, AL)

Les gens de maintenant se demandent bien qui cela pouvait être (…).

 

 

4.4.8 Le pronom indéfini

 

Différence 141

Un pronom indéfini peut précéder un pronom personnel. Ainsi, « tos » (fém. « totes »)  peuvent se combiner respectivement avec « zèls (fém. zèles) » : « tos zèls » (eux tous), « totes zèles » (elles toutes).

ex. :

(CW) « ... Et qu’ tot d’on côp dj’ a peû, / Min.me au mitan d’ tos zèls ? » (A. Bacq, D’ayîr èt d’odjoûrdu, p.11)

(F) Et que, tout à coup, j’ai peur, même au milieu d’eux tous ?

(EW) « Tos zèls ont stu djon.nes. » (H. Bragard, in : Piron,1979,365)

Eux tous ont été jeunes

 

Différence 142

« Tos, totes » ne peuvent s’employer avec « nos » ou « vos »; il faut les formes « nos-ôtes » et « vos-ôtes » : « tos nos-ôtes » (nous tous) (Remacle,1937,50), « nos-ôtes tèrtous » (OW), « nos-ôtes tortos » (CW), « nos-ôtes turtos » (EW).

ex. :

(OW) « ... nous-autes tèrtous avaurci, nos mindjons dou blanc pwin èt co mète dou bûre dèssus. » (W. Bal, p.8, in: Gaziaux,1987)

(F) Nous tous de ce côté-ci, nous mangeons du pain blanc et nous mettons du beurre dessus

« Et d’ sû pus libe què tous vous-autes. » (Delait,1946,70)

Et je suis plus libre que vous tous.

 
Différence 143

 « Tortos, tortotes » (OW : « tèrtous, tèrtoutes », EW : « turtos, turtotes ») ne se met jamais en tête de proposition ; il répète, en tant que sujet, un pronom ou un nom.

ex. :

(W) Il ont v’nu tortos.  (F) Tous sont venus. (NL) Allen zijn gekomen.  (ENG) All have come.

 

NB Quand on veut le mettre en évidence, on le remplace par « tot l’monde », qui peut se mettre en tête.

ex. : (W) Tot l’monde a v’nu.    (F) Tout le monde est venu.

 

Différence 144

« Tot » nom, précédé de l’article, ne s’emploie que devant « c’èst ».

ex. :  (W) Li tot, c’èst d’ î ariver.       (F) Le tout est d’y arriver.

Mais (F)  « Et le drôle eut lappé le tout en un moment. » (La Fontaine, Fables I, 18)

         (W) Et m’n-ome a ieû tot ralètchî su on-âvé.

 

(F)  Il prit son livre d’adresses, ses lettres privées, le carnet rouge lui-même et brûla le tout .

(W) Là qu’ ‘l apice si lîve d’ adrèsses, sès lètes da li, min.me li rodje cârnèt èt tot brûler .

 

Différence 145

« Tot » s'emploie devant « quî », « qwè », « qwand », « wice », « là », introduisant une proposition subordonnée.

ex. :

« tot quî quu ç' seûye » ((CW) tot quî qui ç’ fuche) (qui que ce soit), « tot qwè quu ç' seûye » (quoi que ce soit), « tot qwand qu'i vint » (chaque fois qu'il vient), « tot wice », « tot là qu'i va » (partout où il va) (EW). (Remacle,1937,49)

 

(EW) « Vos polez riv'ni chal tot qwand qui ç' seûye, savez. » (Grafé,1987,44)

(F) Vous pouvez revenir ici quand que ce soit, savez-vous.

 

Différence 146

« Tot » est figé dans « as se câzi tot fini d' magni ? », « n'as se nin co tot fêt ? », « dj' a tot fêt, tot fini » équivalent à « j'ai terminé, fini ». Mais « tot », seul et invariable, marquera la fin de l'action exprimée par le verbe auquel il se joint : « qwand t' arès tot tchipoté, tu l' dîrès » (quand tu auras fini de chipoter, tu le diras), « il a tot magni s' sope » (« tot » dans cet exemple est nettement adverbe (= entièrement) ; de même, dans « i m'a tot spaté lès pîds »). (EW) (Remacle,1937,49-50)

 

Différence 147

« Certains » se traduit par « saquantes » ((EW) « saqwantes »), mais aussi par « dès cis (dès cias) qu’ i gn-a », voire « gn-a ».

ex. : (CW) Djè l’ a dit à dès cias qu’ i gn-a. (= à saquantes)  (F) Je l’ai dit à certains.

                  Gn-a dès cis qu’ n’ î sondjint nin d’djà.                      Certains n’y songeaient pas.

                  Gn-a qu’ î ont stî.                                                        Certaines personnes y sont

                                                                                                       allées.

 

(CW) « … lès djins d’ Djodogne èstin’ come lès djins dè vëladje, dès cës qu’ ë n-a! (Gaziaux,1987,313)

Les gens de Jodoigne étaient comme les villageois, du moins, certains !

 

Différence 148

Pour traduire « quelqu’un », on utilise en wallon « one saquî », et « quelque chose », « one saqwè » (ou aussi « yauk » en SW).

ex. :

(OW) « (…) n’ asprouvèz nîn d’ indamer ‘ne dèvîse avû ‘ne sakî, (…). » (Quinet Christian, p.15, in : MA, 1, 2002)

(F) N’essayez pas d’entamer une conversation avec quelqu’un…

(SW) « One fwârt bèle comére qu’on p’lot prinde por one sicolîre ou one saquî qui r’vint di s’ preumîre ovradje. » (Leroy Willy, Li toûrsiveûs (G. Willième),2000)

Une jeune fille fort belle que l’on pouvait prendre pour une écolière ou quelqu’un qui revient de son premier travail.

« Tout d' in côp, vou-le-là qui r'nifule yauk èt i s' ravise. »  (Ferrauche,1982,203)

Tout à coup, le voilà en train de renifler quelque chose et il change d’avis.

 

 

4.5 Le verbe

 

La syntaxe du verbe ne permet guère autant de remarques que sa morphologie. Les principales portent, comme on le verra, sur le subjonctif et la concordance des temps. (Remacle,1937, 61)

 

4.5.1 L' accord du verbe

 

L' accord du verbe avec son ou ses sujets se règle en wallon comme en français. Mais il y a des différences d’usage.

 

Concordance des temps

 

Différence 149

La concordance des temps ne souffre aucune exception. Au subjonctif même, le présent se rapporte au présent ou au futur, l'imparfait au passé, et le premier ne remplace jamais le second, comme il fait couramment en français.

ex. :

(EW) I fât qu' i vègne ;

i fâreût k' i v'nahe; i fâvihe, il oûhe falou k' i v'nahe (Remacle, 1937, 61-62)

(F) Il faut qu’il vienne ;

il faudrait, il aurait fallu qu'il vînt ou vienne

 

                                                                                    ex. : (CW)

1) présent de l’indicatif - présent du subjonctif

I faut qu’ i vègne.                   = F

2) présent de l' impératif - présent du subjonctif

Dijoz qu’ i vègne!                  = F

3) futur simple de l' indicatif - présent du subjonctif

I faurè qu’ i vègne.                 = F

4) futur antérieur de l' indicatif - présent de l’indicatif

Il aurè falu qu' i vègne.          = F

5) imparfait de l’indicatif - imparfait du subjonctif

I faleûve qu’ i v’niche.           ↔ F

6) passé composé de l’indicatif - imparfait du subjonctif

Il a falu qu' i v' niche.            ↔ F

7) plus-que-parfait de l' indicatif - imparfait du subjonctif

Il aveûve falu qu' i v' niche.   ↔ F

 

8) conditionnel présent - conditionnel présent

I faureûve qu' i vêreûve.         ↔ F

9) conditionnel passé - conditionnel passé

Il aureûve falu qu' il aureûve vinu. ↔ F

 

ex. :

1) (CW) «  Faut qu’ djè lzeû dîye. »  (A. Bacq, in: Echo 12/4/79)

(F) Il faut que je leur dise.

(2) (CW) « Fioz qu’ is seûchenuche bin qu’ c’èst Vos qu’ m’ a èvoyî su l’têre. » (A. Laloux, in : CW, 1979, p.59)

Fais en sorte qu’ils sachent bien que c’est Toi qui m’as envoyé sur terre.

(3) (CW) « I faurè bin qu’ djè l’ dîye à vosse popa. » (Wartique Edmond., in : CW 12/54, p.189)

Il faudra bien que je le dise à ton papa .

 

 

(5) (CW) «... l’ôrlodje, come totes lès-ôrlodjes di cabâretî, aveûve sovint dandjî qu’on lî d’niche on côp d’ pôce. » (Awoust Maurice, Calbalasse)

L’horloge, comme toutes les horloges de cafetier, avait souvent besoin qu’on lui donne un coup de pouce.

(EW) « … is rawardît qui s' fougue toumasse. » (Seret,1988,22)

Ils attendaient que sa lubie passe.

(OW) « El min.me djoû, dju voloû acater ‘ne barake dè bos pou qu’ lès pièrots s’ mètisse-t-à iute pindant l’ iviér. » (Belaert Augustin, in : MA, 1, 2002, p.5)

Le même jour, je voulus acheter une cabane en bois pour que les moineaux se mettent à l’abri pendant l’hiver.

(SW) « … is catchint li tas d’ crompîres avou do strin po qu’ èles ni div’ninche nin vètes. » (Schmitz A., Li rayâdje dès crompîres, AL)

Ils cachaient le tas de pommes de terre avec de la paille pour qu’elles ne deviennent pas vertes.

 

 

(6) (CW) « Et vos l’ savoz bin come mi, Césâr a v’lu qu’ nos l’s-aurdinche, nos lwès. » (A. Laloux, Passion, CW, 1979, p.99)

Et tu le sais bien mieux que moi, César a voulu que nous les gardions, nos lois.

(EW) « Moyise a pèrmètou qu’ on rèvoyahe su fème. » (Lecomte,1890,30)

Moïse a permis qu’on renvoie sa femme.

(SW) « Elle ont mètou lès deûs gamines dins chake cwane po k' èles plinche dwarmou. (…). » (Dedoyard,1998,7)

Elles ont mis les deux fillettes dans chaque coin pour qu’elles puissent dormir.

 

 

(8) (CW)  « I faureut qu’ nos nè l’ saurins nin. » (A. Laloux, Passion, CW, 1979, p.109)

Il faudrait que nous ne le sachions pas.

(EW) « (...) Vos vôrîz qui dj’ creûreû à des sots contes insi ? » (Kinable,1889,17-22)

Vous voudriez que je croie à de tels sots propos ?

 

 

(9) (CW) « Po lî plaîre, il aureut falu / qu’au martchi, on-z-aureut vindu / (…) li s’mince di dwârmadje. » (Houziaux,s.d.,63)

Pour lui plaire, il aurait fallu qu’au marché, on ait vendu la semence qui permet de dormir.

 

S’il y a une nuance d’antériorité, la concordance se fait comme suit :

ex. : (CW)

1 présent de l’indicatif - passé composé du subjonctif

I faut qu’il eûche vinu. = (F)

2 présent de l’impératif - passé composé du subjonctif

Arindjîz vos po qu’ ‘l eûche vinu l’pus rade possibe !   = (F)

3 futur de l’indicatif - passé composé de l’indicatif

I faurè qu’il eûche vinu. = (F)

4 futur antérieur de l’indicatif - passé composé de l’indicatif

Il aurè falu qu’il eûche vinu. = (F)

5 imparfait de l’indicatif - plus-que-parfait du subjonctif

I faleûve qu’il eûchiche vinu. (< > F)

6 passé composé de l’indicatif - plus-que-parfait du subjonctif

Il a falu qu’il eûchiche vinu. (< > F)

7 plus-que-parfait de l’indicatif - plus-que-parfait du subjonctif

Il aveûve falu qu’il eûchiche vinu. (< > F)

8 conditionnel présent - conditionnel passé

I faureûve qu’il aureûve vinu. (< > F)

9 conditionnel passé - conditionnel passé surcomposé

Il aureûve (ieû) falu qu’il aureûve ieû v’nu. (<> F)

 

Remarques.

ex. : (W) Mi, dji sayereûve qui tot l’monde mi comprinde. 

        (F)  Moi, j’essaierais que tout le monde me comprenne.

CONDIT. + SUBJONCTIF puisque la condition est en réalité déjà celle de la principale.  Le premier est sous-entendu : « Si dj’ sèreûve è s’ place, ... » (Si j’étais à sa place, ...)

 

Différence 150

Quand l’action de la principale a été faite au moment où on parle et que celle de subordonnée n’est pas encore faite, le verbe de la principale est au passé composé et le verbe de la subordonnée à l’imparfait du subjonctif wallon, au subjonctif présent en français.

ex. :  (W) Djè l’a catchî d’vant qu’il ariviche.

         (F) Je l’ai caché avant qu’il arrive.

 

Différence 151

De même, quand l’action de la principale et celle de la subordonnée ont été faites au moment où on parle, le verbe de la principale est au plus-que-parfait et le verbe de la subordonnée à l’imparfait du subjonctif.

ex. :  (W) Djè l’aveûve catchî d’vant qu’ il ariviche.

         (F)  Je l’avais caché avant qu’il arrive.

 

Le conditionnel dans les propositions conditionnelles

 

Différence 152

Dans une proposition conditionnelle, le wallon emploie:

1)      - l’indicatif dans une proposition réelle: (comme en français)

ex. : (W) S’ i l’ dit, c’ èst qu’ c’ èst l’ vraî.              (F) S’il le dit, c’est que c’est vrai.

               S’ i  l’ a dit, c’ èst qu’ c’ èsteûve li vraî.         S’il l’a dit, c’est que c’était vrai.

 

(CW) « Si vos nè l’savîz nén, / Eles sont sovint à l’ min.me tauveléye. » (A. Rousseau, in: Lë sauvèrdia, 14, p.13)

(F) Si vous ne le saviez pas, elles sont souvent à la même table.

(OW) « On vîra bén s’èle vînt. » (J. Coppens, Dict. Aclot F-W, p.464)

On verra bien si elle vient.

 

           2) - le conditionnel : (différemment du français qui utilise l’imparfait)

 

- dans une proposition potentielle:

ex. : (W) S’ i ploûreûve, nos pudrin.n  nosse parapwî.

        (F)  S’il pleuvait, nous prendrions un parapluie.

 

(CW) « Si tot l’monde f’reut come vos-ôtes. » (Laloux,1979,71)

(F) Si tout le monde faisait comme vous.

(EW) « Â! Si dj’ sèreû ritche! » (Haust, Dictionnaire liégeois)

Ah, si j’étais riche !

« I n’ åreût nin stu pus målèreûs si vos lî årîz stitchî è coûr traze bonès pontes di Paris ! » (Boussart,1976,6)

Il n’aurait pas été plus malheureux si vous lui aviez introduit dans le coeur ‘treize’ pointes de Paris !

« Oh! Dji n’ vos sowaîte rin! S’ i v’s-arivereût ‘ne saqwè, dj’ ènn âreû dè chagrin! » (A. Boccar, BSLLW, 1895, p.392)

Oh! Je ne vous souhaite rien!  S’il vous arrivait quelque chose, j’en aurais du chagrin !

« Si t’ âreûs vèyou come is s’hèrint po intrer è l’èglîje ... »   (Lechanteur,1975-76,62)

Si tu avais vu comme ils se bousculaient pour entrer dans l’église.

(OW) « Il èsteut fiêr come si ç’ âreut stî li qu’ aveut r’montè toutes lès bèrlines qui barlondjît su leûs câbes, (...) » (Fauconnier,1993,77) 

Il était fier comme si cela avait été lui qui avait remonté toutes les berlines qui balançaient sur leurs câbles.

« Si vos-arîz vu vo fré t’t-à l’ eûre quand i s’ a r’ trouvè au fond pou l’ preumîn coûp! » (Ecomusée,1985,40)

Si vous aviez vu votre frère tout à l’heure, quand il s’est retrouvé au fond pour la      

première fois !

(SW) « … èt on d'djot min.me qu' il astot on pô advineûs: si ç' aurot yu sté l' cas, i v's-aurot seû dîre... » (Louline Vôye, Marîye à l' trique, AL)

Et on disait même qu’il était un peu devin : si cela avait été le cas, il aurait pu vous le dire…

 

-         dans une proposition irréelle: (différemment du français)

(CW) « Sôdârs di p1omb, sôdârs po rîre, / C' èst quausu come si ç' sèreut l' vraî ... » (Somme Lucien, Vîye di djin, p.13)

Soldats de plomb, soldats pour rire / C’est quasi comme si c’était vrai.

« ... ossi fiér qui si l’èglîje aureut stî da li. » (Houziaux,1964,64)

Aussi fier que si l’église lui avait appartenu.

(OW) « Si dj’ âreu co vint’ ans èt tous mès dints. » (Genard,1984,19)

Si j’avais encore vingt ans et toutes mes dents, …

« Si vos sârîz tchârlî, vos roublîyerîz bîn seûr di mète dès roûwes à lès browètes. » (Coppens, p.88)

Si vous étiez charron, vous oublieriez bien sûr de mettre des roues sur les brouettes.

« Si dj’ âreu stî ‘ne fîye, mès bias-parints ârént p’t-ète ieû in gamin. » (Faulx,1986)

Si j’avais été une fille, mes beaux-parents auraient peut-être eu un garçon.

 

Différence 153

En français, deux subordonnées conditionnelles se suivent, reliées par « et que » et la deuxième possède un verbe au subjonctif.

En wallon, le verbe de cette deuxième proposition est au conditionnel.

ex. : (F) Si le mauvais temps survenait et que nous soyons obligés d’interrompre le voyage, ....

        (W) S’ i vêreûve à fin mwaîs èt qu’ nos sèrin.n oblidjîs d’ arèter nosse voyadje ...

 

Différence 154

Le conditionnel passé 2e forme du français n’existe pas en wallon. Y correspond le conditionnel passé surcomposé.

ex. : (F)   S’il eût osé, il eut prié son nouveau patron de lui avancer de l’argent.

        (W) S’ il aureûve ieû wazu, il aureûve ieû d’mandé à s’ novia patron dè lî bin v’lu avancî 

               dès caurs.

 

Différence 155

Alors que le français, pour atténuer une affirmation, emploie le subjonctif, le wallon, puisqu’il n’ y a aucun doute, emploie l' indicatif.

ex. : (F)   Je ne sache qu'un seul peuple, qui n'ait pas eu ... (J.-J. Rousseau)

        (W) Dji n' conè qu' on seûl peûpe, qui n' a nin ieû .. .

 

Différence 156

Dans une concessive, le wallon emploie un indicatif et le français un subjonctif, quoique le fait soit certain.

ex. : (W) Maugré qu'il èst ritche, i n' èst nin contint. 

        (F)  Bien qu'il soit riche, il n'est pas content.

 

Différence 157

Quand une phrase commence par une subordonnée conjonctive introduite par « que » , le wallon emploie l' indicatif, puisqu' il s' agit d' un fait certain ; le français emploie un subjonctif.

ex. :  (W) Qui dj' so mwinre, tot l' monde li sét bin.

         (F)  Que je sois maigre, tout le monde le sait.

 

Différence 158

Après « à mwins qui », le wallon emploie le conditionnel, le français le subjonctif.

ex. :   (W) A mwins qu’ i sèreûve dèdjà mwârt.

          (F) A moins qu’il ne soit déjà mort.

 

Différence 159

Après les conjonctions « de peur que », « de crainte que », le français utilise un verbe au subjonctif. Après la conjonction correspondante « (di) peû qui », le wallon utilise un conditionnel.

ex. : (W) di peû qu’ il îreûve tchaîr      (F) de peur qu’il n’aille tomber

 

Différence 160

Les expressions nominales du français équivalant à un participe présent se rendent en wallon par un complément prépositionnel.

ex. : (F)   Il apparut, un révolver au poing. :

        (W) Vo-l'-là qu' 'l arive avou on révolvêr è s' mwin.

 

        (F) L'élève menteur sortit, les larmes aux yeux.

        (W) Li minteû d' èlève a rèchu, avou dès lârmes plin sès-ouys.

 

Différence 161

Le subjonctif optatif ne s’emploie jamais qu’avec la conjonction « qui ».

ex. : (W) Qui l’ Bon Diè l’ vouye !    (F) Dieu le veuille.

               Qui l’Bon Diè vos codûje !        Dieu vous garde !

               Qui l’Troyin môre !                   Périsse le Troyen !

 

Différence 162

Avec les verbes exprimant une possibilité, une interrogation ou un regret, le wallon emploie un indicatif, puisqu’on admet le fait ; le français emploie un subjonctif.

ex. : 

(F) « Il se peut que les difficultés de la langue italienne soient peu apparentes, elles n’en  existent pas moins. » (G. Appolinaire)

(W) Ça s’ pout bin qu’ lès malaujeminces di l’italyin n’aparètenut nin fwârt ; èlle     ègzistéyenut quand min.me.

« Croyez-vous qu’on sorte de ces pensions-là sans savoir le français ? » (Arago)

Pinsez qu’on rét d’ cès pensions-là sins sawè l’ francès ?

« J’ai regret que ce mot soit trop vieux aujourd’hui. » (Jean de la Fontaine)

Dji r’grète qui ç’ mot-là èst trop vîy odjoûrdu.

 

Différence 163

Après un superlatif relatif, ou les mots premier, dernier, seul, unique, le wallon ne voit aucun doute et emploie un indicatif ; le français emploie un subjonctif.

Ex. : (F)   C’est le plus petit qu’il y ait. 

        (W)  C’èst l’ pus p’tit qu’ i gn-a.

 

(F) « C’est l’artisan le plus sec, le moins musicien, le moins médidatif que notre littérature ait produit. » (A. Gide)

(W) C’èst l’ pus sètch, li mwins’ musucyin, li mwins’ sondjeû ome di mèstî qu’ nosse litèrature a faît.

 

Différence 164

Le wallon ne met pas de préposition devant l’infinitif sujet en tête de phrase.

ex. :  (F) « De l’entendre me fait mal. » (G. Duhamel, Fables de mon jardin, p.191)

(W)   L’ oyu, ça m’ faît mau.

 

Différence 165

Le wallon répète l’infinitif sujet par le pronom démonstratif « ça ».

ex. :   (F) Trop manger n’est pas bon pas bon pour ta santé !

          (W) Trop mindjî, ça n’ èst nin bon po vosse santé !

 

Différence 166

Quand nous avons deux formes avec valeur d’impératif qui se succèdent, le français coordonne deux formes du mode impératif ; le wallon coordonne :

1)    un impératif et un infinitif ;

2) un impératif et un autre impératif précédé de l’adverbe « si » (souvent « s’ »).

ex. :  (F) Mange et tais-toi. 

         (W) 1) Mindje èt t’ taîre !;   2) Mindje èt si t’ taîs !

 

(CW) « Purdoz on chame èt s’ ployîz vosse djambe, po choûtè copinè tos cès-ovrîs-là, ... ! » (Calozet Joseph, O payis dès sabotîs, p.13)

(F) Prenez un siège et pliez votre jambe, pour entendre tous ces ouvriers en train de discuter

entre eux.

 

Différences 167-168

Infinitif représentatif

On emploie l' infinitif au lieu d'un mode personnel :

 

1) dans une proposition coordonnée, que celle-ci soit principale ou dépendante :

ex. : (W) Il a v’nu èt-z-èraler tot d’ chûte.

        (F)  Il est venu et il est retourné tout de suite.

 

        (W) Notrè-Dame d’ awous’ rimèt ou dismète li timps.

(F)    Notre-Dame « d’août » « remet » ou « démet » le temps.

 

Aussi : « dju pèlerè lès crompîres èt soy quékes bwès » (j’éplucherai les pommes de tere et je scierai quelques morceaux de bois); « su dj' magnéve qwètre oûs l' djoûr, dju potchereû è l'êr èt-z-î d'mani » (si je mangeais quatre œufs par jour, je sauterais en l'air et j'y resterais).

(EW) (Remacle,1937,71-72)

ex. :

(CW) «  ... ; i payeut todi à faît o botike èt n’ jamaîs crotè nule paut. » (A. Laloux, Lès Soçons, p.17)

(F) Il payait toujours au fur et à mesure au magasin et n’a jamais acheté à crédit nulle part.

« Is bèvint leû vêre èt ièsse plêjants . » (Gaziaux, 1987, 236)

Ils buvaient leur verre et ils étaient plaisants.

« On t' mon.nerè aus bièsses dès francs-quaurtîs, èt èles tu prairont èt t' mwindjî. » (Lucy Gaston, Lès leus-warous, in: Contes et légendes d'Ardenne, 1978)

On te conduira jusqu’aux bêtes des « francs-quaurtîs », et elles te prendront et te mangeront.

(EW) «  Li timps passe èt r’passer sins lèyî pîre so pîre. » (Georges Victor, N’ a co mèye è mèye ons, p.88, in: W+ L)

Le temps passe tellement vite sans laisser « pierre sur pierre ».

« Li londi dè Cékwème, c' èst lèye qui done li boukèt èt rabrèssî l' coreû qu' a fêt prumî ås coûsses à vélo. » (Lahaye Joseph, Mamezèle Elîse, CW, s.d.)

Le lundi de Pentecôte, c’est elle qui donne le bouquet et qui embrasse le coureur qui a gagné les courses cyclistes.

(OW) « ... nous-autes tèrtous avaurci, nos mindjons dou blanc pwin èt co mète dou bûre dèssus. » (Bal Willy, p.8, in: Gaziaux,1987)

Nous tous ici, nous mangeons du pain blanc et nous mettons encore du beurre dessus.

« …èle èstièrdeut sès-îs èyèt r’drèssî s’ tièsse. » (Bal,1998,53)

Elle s’essuya les yeux et redressa la tête.

(SW) « Et ça fwèt qu’ il èralot tout cabiançant, èt là qu’ tout d’ in côp, i s’ apîte èt s’ sutaurer fin long s’ la vôye. » (Binsfeld Franz, Come in toûr du macrâle, AL)

Ainsi, il retournait chez lui en se balançant, et tout à coup, il trébuche et s’étale sur tout le chemin.

« Alèz  à pîds jusk' à l' bârîre, do l' nut', èt riv'nou! » (Dedoyard,1998,8)

Allez à pied jusqu’à la barrière, pendant la nuit, et revenez !

 

2) dans le second membre d'une comparaison; on dit : « i fêt l' sot co pus' quu d' l' èsse » (il fait le sot encore plus qu’il ne l’est), « i coûrt tot' si âhimint qu' on-ôte du roter » (il court aussi facilement qu’un autre marche), « dj' ême mî qu' i n' vunèhe nin qu' du v'ni » (je préfère qu’il ne vienne pas plutôt qu’il ne vienne). Dans cette construction assez insolite, le sujet n'est pas indiqué dans le second membre de la comparaison lorsqu'il est le même que dans le premier. (EW) (Remacle,1937,71-72)

 

Quand il y a simultanéité entre un événement et la seconde action, le second verbe se conjugue, comme en français.

ex. :

(CW) « ... lès-omes avint tot faît l’sogne èt is rid’djunint. » (A. Laloux, Lès Soçons, p.17)

(F) Les hommes avaient fini de nourrir le bétail et ils déjeunaient de nouveau.

Notons que dans ce cas, le pronom sujet est obligatoire, non en français.

 

Différence 169

La condition peut être rendue par certaines locutions conjonctives avec l’indicatif.

ex. : (W) One miète qu’ i r’bwèt èt vo-le-là r’paurti po one noûvin.ne.

        (F) Pour peu qu’ il recommence à boire un peu, le voilà reparti pour quelque temps.

 

Différence 170

Subjonctif présent en français - Indicatif présent simple en wallon

ex. : 

(F)                                                                         (W)

 « J’ai regret que ce mot soit trop vieux aujourd’hui. » (La Fontaine, Job)

Dji r’grète qui ... èst ...

C’est le plus petit qu’il y ait. (+ dernier, premier, seul, unique, ou superlatif relatif)

C’ èst l’ pus p’tit qu’ i gn-a.

« C’est l’artisan le plus sec, le moins musicien, le moins méditatif que notre littérature ait produit » (A. Gide)

... a faît

 

Différence 171

Quand le sujet est au singulier, la forme verbale est au singulier.

En français, « plus d’un » est suivi d’un singulier ! Par contre, « moins de deux » est suivi d’un pluriel !

ex. :  (W) Gn-a pus d’onk qui s’ ont brouyî.

(F)    Plus d’un s’est trompé.

 

         (W) Gn-a nin deûs qu’a paurti.

         (F)  Il n’y en a pas eux qui sont partis.

 

         (W) Gn-a mwins’ di deûs qu’ a compris.

(F)    Moins de deux l’ont compris.

 

         (W) Dji wadje qu’i gn-a mwins’ di deûs qu’ ‘l a oyu. 

(F)      Je parie que moins de deux l’ont entendu.

 

Quand le sujet est au pluriel, la forme verbale est au pluriel.

ex. : (W) Gn-a sûremint d’pus d’onk què l’ ont vèyu.   (F) Sûrement plus d’un l’a vu.

 

EW) « (Co) pus d’ ine kimére î lèyint dès grands bokèts d’ leûs tch’mîhes. » (Lechanteur,1975,64)

Plus d’une femme y laissait de grands morceaux de sa chemise.

 

Différence 172

« C’ èst » est invariable devant un nom ou pronom sujet suivi d’un relatif, à toutes les personnes. Il est  suivi d' une forme verbale à la 3e personne du singulier, sauf à la 3e personne du pluriel. ( ¹ (F) )[2]

Avec la locution « ce + forme d’être + eux/elles », le français utilise soit le singulier, soit le pluriel alors qu’en wallon, seul le singulier du verbe être sera utilisé.

ex : (W) C’ èst zèls qu’ ont v’nu.             (F) Ce sont eux / c’est eux qui sont venus.

              C’ èst zèls qui dj’ a vèyu.                 Ce sont eux / c’est eux que j’ai vus.

              C' èst mi qu' èst là.                            C’est moi qui suis là.

 

(CW) « C’èst zèls, c’èst lès voleûrs. » (A. Laloux, in: CW 10/1964, p.221)

Ce sont eux, ce sont les voleurs.

 

 

Autres exemples :

(W) C' èst mi qu' a causé.

(F) C’est moi qui ai parlé.

C' èst twè qu' a causé.

C’est toi qui as parlé.

C' èst li / lèye qu' a causé.

C'est lui qui a parlé.

C' èst nos(-ôtes) qu' a causé.

C' est nous qui avons parlé.

C' èst vos(-ôtes) qu' a causé.

C'est vous qui avez parlé.

C' èst zèls / zèles  qu' ONT causé.

Ce sont eux / elles qui ont parlé.

 

(CW) « Nos-ôtes qui cause li walon, nos d’djunans au matin, nos dînans (...) à doze eûres (ou avièrlà), (…). » (Èt qu’ ça vos chone bon!, in: VA 7/4/99)

(F) Nous qui parlons wallon, nous déjeunons le matin, nous dînons à midi (ou vers midi).

« Twè qu’ a crèchu èt qui n’ si sét fé quite / Di sès scafiotes. » (Guillaume,2001,22)

Toi qui as grandi et qui ne peux te débarrasser de tes coquilles.

 

Différence 173

On utilise également « c’ èst » après un vocatif au pluriel.

ex. : (W) Lès vacances, c’ èst faît po lès nawes !   (F) Les vacances, elles sont faites pour les

                                                                                      fainéants !

 

(CW) « Mimîye èt Bèbêrt, c’ èst deûs bons-èfants. » (Wartique Edmond, in : CW 12/54, p.153)

(F)  Mimie et Bébert, ce sont deux bons enfants.

 

Différence 174

Le pronom accentué, sans « c’ èst », suivi d’un relatif est suivi également d'une forme verbale à la 3e personne du singulier, sauf à la 3e personne du pluriel. ( ¹ (F))

ex. 

(EW) « Mi qu’ èst si bèle, dj’ îreû sposer ‘n-ovrî ?, d’héve-t-èle. » (E. Gérard, in : Piron,1979,237)

(F) «  Moi qui suis si belle, j’irais épouser un ouvrier ? », disait-elle.

Et  (W) Zèls qui sont ritches, is n’ont qu’ à payî.

(F)    Eux qui sont riches, n’ont qu’à payer.

 

Différence 175

Après un vocatif ou un simple interpellatif, on emploie un verbe à la 3e personne du singulier.

ex. :  (F) Notre Père qui êtes / es au ciel.                (W) Nosse Pa qu’è-st-au ciél.

               Vous qui êtes riches.                                          Vos(-ôtes) qu’èst ritches.

 

Différence 176

Après « (i) gn-a qui », on met la forme verbale à la 3e personne du singulier, sauf si le pronom est à la 3e p. pl.

ex. : (W) I gn-a qu’ nos(-ôtes) qu’ î va.                       (F) Nous sommes les seuls à y aller.

               Gn-aveûve qui vos(-ôtes) què l’saveûve.            Vous seuls le saviez.

               Gn-aurè qui zèls què l’sauront.                           Eux seuls le sauront.

           

Différence 177

Quand il y a un nom ou le pronom sujet entre l’attribut et le relatif, le verbe en wallon se met :

- à la 3e personne, si le sujet est du singulier, qu’il soit à n’importe quelle personne, et

- à la 3e p. du pluriel si le sujet est pluriel, qu’il soit à n’importe quelle personne.

En français, on accorde avec le sujet.

ex. : (W) C’èst mi l’ome, li cia qu’ dit ça.               (F) C’est moi l’homme, celui qui dis ça.

               C’èst nos-ôtes, lès cias qu’ ont dit ça.            C’est nous, ceux qui avons dit ça. 

               C’èst vos-ôtes, lès seûls què l’ ont dit.           C’est vous, les seuls qui l’avez dit.            

 

(F) « Nous sommes des fous qui faisons du tapage... » (Mérimée, Lettres)

(W) Nos-èstans dès sots qui faîyenut d’ l’ arèdje.

 

Différence 178

Quand le démonstratif attribut développe un antécédent collectif ou un pluriel, le wallon met un singulier, le français un pluriel.

ex. : (W) I gn-a plusieûrs profèsseûrs, c’ èst MM. X,Y,Z.

(F)    Il y a plusieurs professeurs, ce sont MM. X,Y, Z.

 

 

4.5.2 Verbes transitifs et intransitifs

 

Différence 179

Un verbe intransitif français n’a pas nécessairement comme traduction en wallon un verbe intransitif.

ex. : (F)  Je n’ai besoin de rien.                      (W) Dji n’ a rin dandjî.      

               ce dont j’ai besoin                                   ci qu’ dj’a dandjî.    

Mais (W) Dj’a dandjî d’one saqwè. / d’vos.   (F)  J’ai besoin de quelque chose / de toi.

 

       (F)   apprendre à quelqu’un                     (W) aprinde one saquî

               pardonner à quelqu’un                            pârdoner one saquî

               ressembler à                                            richoner (EW : rissoner) ; raviser

               faire peur à quelqu’un                             fé awè peû one saquî

 

ex. : « Il aprind s’ fi à lîre » (il apprend à son fils à lire) ; « i r’chone si pa» (il ressemble son  père) ; « i ravise li pourcia: i frè do bin après s’ mwârt » (il ressemble au porc: il fera du bien après sa mort (il est avare)) ; « nos l’ avans faît awè peû » (nous lui avons fait peur).

 

(CW) « Au pus sovint, i gn-aveut dès trokes di maskès qui fyint awè ausse lès coméres avou leû grand rodje nèz. » (Houziaux,1964,99)

(F) Le plus souvent, des groupes de masques faisaient peur aux femmes avec leur grand nez rouge.        

«  Li fumèle èst sins-éles, èle richone on molin. » (Chapelle Maurice, p.18, in : Novèles dès WASAB 13)

La femelle est sans ailes, elle ressemble à un moulin.

 

Notons aussi :  (W)  suwer one tchimîje                (F) suer abondamment 

 

Différence 180

Un verbe transitif français n’a pas nécessairement comme traduction un verbe transitif en wallon . (cf diff. 168)

ex. : (F) frapper qqn    (W) taper su one saquî

             chercher qqn          cachî après one saquî

 

Différence 181

Un verbe réfléchi en français n’a pas nécessairement comme traduction un verbe réfléchi en wallon : rabiazi (s’embellir), ralongui (s’allonger), èvoler (s’envoler), arèter (s’arrêter) …

ex. :

(W) Les djoûs ralonguichenut.                 (F) Les jours s’allongent.

       Li mouchon èvole.                                   L’oiseau s’envole.

       Li trin n’ arète pus au Bambwès .           Le train ne s’arrête plus à Bambois.

 

 

4.5.3 Autres cas

 

Différence 182

Le participe présent seul avec valeur verbale n’existe pas en wallon.  Y correspond une proposition (relative ou principale coordonnée).

ex. : (F)  Prenant sa hache à deux mains, il frappa.

        (W) Il apice si-t-hèpe avou sès deûs mwins èt ‘flinch’ !

 

(F) « Son père, le voulant réjouir, lui fit cadeau d’une grande épée sarrazine. » (Flaubert, Lég. St Julien, I)

(W) Si pa, què lî v’leûve fé plaîji, ...

 

NB : Le wallon ne l’a qu’accompagné de « tot » (ou néol. : « en »).  (cf 4.6 avec « tot » suivi d’un gérondif)

 

Différence 183

Après « ni sawè » (« ni saveûr » (EW)), on emploie nécessairement «  » avant la subordonnée restrictive qui suit.

ex. : (W) Dji so-st-on-ome qui n’ sét fé qui d’ choûter sins rin dîre.

        (F)  Je suis un homme qui ne peut qu’écouter sans rien dire.

 

Différence 184

Dans une incise, on ne peut employer un autre verbe que « dîre » ; si on veut préciser, on ajoute « tot + participe présent ».

ex. : (F) Si, si, soupira-t-elle.     (W) Siya, siya, di-st-èle, tot sospirant.

 

Différence 185

Il existe en wallon des expressions adverbiales avec le verbe « awè » (EW : « aveûr ») que le français ne connaît pas et qui peuvent, chose tout à fait inconnues en français, avoir un complément direct : « awè auji », « awè bon », « awè deur », « awè malauji » (avoir des facilités, avoir du plaisir, peiner, avoir des difficultés).

 

ex. : (W) awè auji :                Dj’ a auji mès pîds dins cès solés-là.

        (F)  avoir des facilités : Mes pieds se mettent bien dans ces souliers.

 

        (W) awè bon :                Nos-avans ieû bon dè l’ choûter.

        (F)  prendre plaisir :       Nous l’avons écouté avec plaisir.

 

        (W) Dj’ a bon po m’ problème.

        (F)  J’ai reçu une bonne cote pour mon problème.

 

Différence 186

Le participe passé employé avec valeur de préposition n’existe pas en wallon.

ex. : (F)  On l’excuse, attendu sa maladie.

       (W) On l’a èscusé, vèyan.mint qu’ ‘l / à cause qu’ il èsteûve fayé.

 

        (F)  Passé deux heures, on ne reçoit plus personne.

        (W) Après deûs-eûres, on n’ riçût  pus pêrson.ne.

 

       (F)  Tous sont morts, excepté deux enfants.

       (W) Is sont tortos mwârts / mwârts tortos, à l’après d’ deûs-èfants.

 

Différence 187

Le participe passé employé comme attribut et non séparé du nom qualifié est inconnu en wallon, qui emploie une relative.

ex. : (F)   Je croyais ma dernière heure venue.  

        (W) Dji pinseûve qui m’dêrène eûre èsteûve arivéye.

 

Différence 188

Le participe passé se place parfois après le complément alors que le français le met devant le complément.

ex. : (W) Dji n’a pêrson.ne vèyu.                                 (F) Je n’ai vu personne.

               Il a abroké à tote chârje, come s’il aureûve          Il a surgi à toute vitesse, comme s’il  

                        li diâle vèyu.                                                       avait vu le diable.         

 

Différence 189

En wallon, on rencontre parfois une expression contenant un infinitif présent alors que la formulation française correspondante contient un participe passé.

ex. : « do bûre sins saler » (du beurre non salé) ; « do p’tit salé sins saler » (du lard maigre non

         salé)

 

Différence 190

On ne construit pas de voix passive avec un sujet impersonnel.

ex. : (F) Il en sera parlé.  (W) On-z-è causerè.

 

Différence 191

Quand deux verbes s’accompagnent, au passif, on a le premier au participe passé et le 2e à l’infinitif.

ex. : (W) Li rèvèy a stî faît raler.         (F) On a fait de nouveau marcher le réveil.

 

(W) Li grand cwârps s’aflache tot l’ long do bwès; il èst rastinu d’tchaîr pa l’cwade què l’ a

        stron.né. 

(F)     Le grand corps s’affaisse le long du bois ; il ne peut tomber à cause de la corde

        qui l’a étranglé.

 

 

4.5.4 Emploi du subjonctif

 

 

Différence 192

Après une principale négative du genre de « je ne pense pas », le français utilisera un subjonctif, le wallon un indicatif. 

ex. : (F) Je ne pense pas qu’il ait froid     (W) Dji n’ pinse nin qu’ il a frèd.

 

Différence 193

Après une proposition principale marquant la possibilité, avec un verbe à l’indicatif présent, on a en français un subjonctif présent, un indicatif futur simple en wallon.

ex. : (F)   Il est possible qu’il vienne.

        (W)  C’èst possibe qu’ i vêrè

 

Différence 194

Le potentiel et l'irréel du passé, que l'action dépende ou non d'une condition, se traduisent en est-wallon (La Gleize) par l'imparfait ou le plus-que-parfait du subjonctif. A ce mode correspond en français un conditionnel.

Ex. : 1) « su dj' volahe, dju l' fihe bin » (si j'avais voulu, je l'aurais bien fait ou je l' eusse bien

             fait) ; « su dj' oûhe voulou, dju l' oûhe bin fêt » (id.) ; « ci qui nu l' fihe nin ènn'

             oyahe » (celui qui ne l' aurait pas fait en aurait entendu);

        2) « dju n' savahe » (je n'aurais su); « on soflahe dès peûs oute » (on aurait soufflé des

            pois ‘outre’). « dju n' fuzahe djà avou çoula » (‘je n'aurais su faire avec cela’, cela ne

            me suffisait pas). (EW) (Remacle,1937,61) 

 

1. L'emploi du conditionnel au lieu du subjonctif est plutôt rare. On dit : « s'i m' oûhe hoûté, i n' sèreût nin là qu' il èst », ou bien « s' i m' aveût hoûté », mais moins souvent « s' i m' areût hoûté ». 

2. Emploi du subjonctif dans des cas où le français met l'indicatif : « i gn-a longtins qu' on n' vos-âye vèyou » ; « i fât creûre qu' il a / âye dès cents » (de l'argent).

 

 

4.6 La préposition

 

Différence 195

Le wallon emploie parfois une préposition là où le français n’en emploie pas.

 

1 Quantité 

ièsse à deûs

être deux

Nos-èstin.n à deûs.

 

di trop, ...

trop

Dj’ a d’trop d’ caurs.

2 Direction

cachî après

chercher

Dji cacheûve après vos.

 

dimander après

demander

On d’mande après mi .

 

ratinde après

attendre

Dji ratind après s’ feume.

 

waîtî après

chercher

Waîtîz après èt vos l’troveroz. 

3 Manière

fumer à l’ pupe

fumer la pipe

Mi fré fume à l’ pupe.

 

vôy à dobe

voir double

Avou cès bèrikes-là, dji vè à dobe.

 

pwârter aus satchs

porter les sacs

on pwârteû aus satchs

4 Temps

au matin

le / au matin

 

 

au nût

le / au soir

 

 

au pus sovint

le plus souvent

 

 

mais les dates :

le premier avril

Li preumî d’avri, on faît dès fârces.

 

 

le 15 août

Au quinze d’awous’, on mârche au Saut.

 

 

le 17 octobre

Li dîs-sèt’ d’octôbe, dj’ a mès-ans.

 

Autres exemples :

criyî après

appeler

dimander après

demander

tirer après l’ jibier

tirer sur le gibier

rauyî aus bétrâles

arracher les betteraves

coude aus fréjes          

cueillir les fraises

sèmer aus navias         

semer des navets

dins lès mouchons   

élever des oiseaux

à djoûs

certains jours

bran.mint d’ pus

beaucoup plus

di-d’-ci j’qu’à

d’ici là

Ratindoz après nos !

Attendez-nous!

tchèssî au jibier

chasser le gibier

tchèssî après on-ome (one feume)

essayer d’enjôler un homme

 

ex. :

(W) Dj’ a faît conechance avou li.                 (F) J’ai fait sa connaissance.

       Vo-le-là avou on révolvêr è s’ mwin.           Il apparut, un revolver au poing.         

 

(CW) « Lë onze d’ aous’, ... » (Gaziaux,1987,275)

Le onze août, …

« N’ èstin’ à chîj: maman (...) fiéve vint’ èt dès pwins. » (Gaziaux,1987,204)

Nous étions six : maman faisait une vingtaine de pains.

(SW) « Li prèmî d’ may » (Schmitz Arthur, Li prèmî d’ may, AL)

Le premier mai

« Ç' astot lu dîj du sètambe, ou dîmègne quu tos nos-omes sôrtint dès grègnes, ... » (Matante du Djèvroûle, La Nuts City, in : Ké Novèle, 4, 1984)

C’était le dix septembre, on dimanche où tous nos hommes sortaient des granges …

« Li vint treûs d’ maus’, ... » (Bily Joseph, Quand on-z-a iu mo bon, AL)

Le vingt-trois mars, …

« On râyot âs crompîres. » (A. Schmitz, Li rayâdje dès crompîres, AL)

On arrachait les pommes de terre.

 
Différence 196  (cf différence 179)

Parfois, le wallon n’emploie pas de préposition, là où le français en emploie une.

ex. : (W) I r’chone si pa

(F) Il ressemble à son père.

               ièsse boté nwâr

      être habillé de noir

               acheter bon mârtchi

      acheter à bon marché

               Quéne anéye qu’il ont moru?      En quelle année sont-ils morts ?

 

(F)  « De l’entendre, ça me fait mal. » (Duhamel, G., Fables de mon jardin, 1941)

(W) L’ oyu, ça m’ faît do mau.

 

 

(CW) « Is s’ pèrdin’ dèdjà ôte tchôse, is pinsin’ qu’ on-n-èstot pës arièré qu’ zèls. » (Gaziaux,1987,303)

Ils se prenaient déjà pour autre chose, ils pensaient qu’on était plus arriéré qu’eux.

 
Différence 197

En wallon central notamment, la préposition se place devant le pronom réciproque; en français, elle se place entre les deux parties. (cf diff. 108-109)

ex. : (W) Is travayenut po-n-on l' ôte.  (F) ... l' un pour l'autre

               Rotez padrî-n-on l'ôte!               ... l' un derrière l'autre

 

(OW) « S’ èrdaurant su yun l’ ôte come dès bièsses inradjéyes, i vos-a ieû doulà in rèmoû . » (Chaufoureau,1995,23)

(F) Comme ils se précipitaient à nouveau les uns sur les autres comme des bêtes enragées, il y eut là un fameux remue-ménage.

 

Différence 198

Pour le français « sans » + inf + « de » + nom, le wallon a « sins pont » + inf + « di » + nom.

ex. : (W) Sins pont fé d' brût.                (F) Sans faire de bruit.

                Sins pont acheter di tch'vau.        Sans acheter de cheval.

 

(CW) « Gn-a qui, sins s’ pont d’ner d’ pwin.ne, ponenut insi su l’ têre ... » (E. François, in : CW 10/1949, p.150)

(F) Certains pondent ainsi sur la terre sans faire d’effort…

« Sins pont fé d’ brût, gripe à l’ copète di l’aube. » (J. Houziaux, in: CW 5/1964, p.102)

Sans faire de bruit, grimpe au sommet de l’arbre.



[1] Autres exemples : « c' èsteût on-ovrî qu' is 'nn' èstint contints » (c’était un ouvrier dont ils étaient contents), « qu' is-i t'nint bêcôp » (auquel ils tenaient beaucoup), « ci qu' i li fât totes sès ploumes po voler » (c’est qu’il lui faut toutes les plumes pour voler), « tot çou qu' on n' è freût djà rin » (tout ce dont on ne saurait rien faire); « ci quu v' djàzîz avou » (celui avec qui vous parliez), « po l' ci qu' c' èst s' gos' » (pour celui de qui c'est le goût), « c' è-st-one djint qu' on s' pout fyi sus » (c’est une personne à qui l'on peut se fier), « c' è-st-onk quu dj' a djà bêcôp vèyou ç' rotèdje-là » (c’est une personne dont j’ai déjà beaucoup vu marcher), « i djâzéve du l' rôse quu v's-av' avou ci mâ-là si longtins » (il parlait de l’érésypèle dont vous avez eu le mal pendant si longtemps). Dans ces deux dernières phrases, la  subordination n' est pas seulement marquée par « quu », mais aussi par la locution démonstrative « ci... -là ». (EW) (Remacle,1937,§ 41)

 

[2] Le pronom personnel prédicat n'influe pas sur les locutions « c' èst », « c' èsteût », « çu fouhe », etc. : « c' èst mi »; « c' èsteût vos-ôtes » ; « çu sèrè zèls ».

Toutefois, à La Gleize, le verbe de la proposition relative s’accorde en nombre, mais non en personne avec l’antécédent du relatif. Il est toujours à la 3e p. su sg. ou du pluriel.

ex. : C' èst nos-ôtes qui tchantèt (c’est nous qui chantons), c' èst vos-ôtes qui l' front (c’est vous qui le ferez), c' èst nos-ôtes qui s' ont trompé (c’est nous qui nous sommes trompés). (Remacle,1937, 63)

 

21:28 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.