15/04/2010

Différences 12-49

3.1.8 Argot

 

Différence 12

Il faut mentionner l’existence d’un argot en wallon, à ne pas confondre avec les mots d’argot importés de France.

 

on batia

= on solé po on grand

   pîd

un grand soulier

on bidjak

= one auto

une auto, une machine quelconque

on brodî

= lès fèsses

le fessier

on cabus

= one tièsse

une tête

on canada

= one grosse monte

une grosse montre

one capotine

= on cwârp

un corps

choûtwè

= orèye

oreille

one guîye

= djambe

jambe

on vélo

= bèrikes

lunettes

on waîtwè

= on-ouy

oeil

 

 

 

3.2 Catégories grammaticales

 

3.2.1 Article

 

Différence 13

Le wallon emploie l’article défini là où le français emploie l’article indéfini.

ex.: (W) awè l’reûme  : (F) avoir un rhume

mais:      awè l’gripe    :       avoir la grippe

 

 

3.2.2 Adjectif

 

3.2.2.1 Adjectif qualificatif

 

Différence 14

Le wallon, comme les langues germaniques, fait la distinction entre l’action de mourir, avec le participe passé du verbe, et la situation, avec un adjectif spécial.

Ex. (W) Et vosse grand-pére, comint-ce  qu’i va ? Il èst mwârt.  Il a moru ç’t-anéye-ci.

       (F)  Et votre grand-père, comment va-t-il ?     Il est mort.     Il est mort cete année.

 

= (N) En hoe gaat het met uw grootvader ?    - Hij is dood. Hij is dit jaar gestorven.

= (E) And what about your grandfather ?       - He is dead.  He has died this year.

= (D) Und wie geht ‘s Ihrem Grossvater ?      - Er ist tot.  Er ist dieses Jahr gestorben.

 

 

Différence 15

L’adverbe wallon « près » a parfois le sens de « proche ».

ex. :

(EW) « I fåt dîre qu’ i n-a dîh ans di-d-chal, dj’ adroviou m’ mohone à m’ djône cuzène qui n’ aveût pus qu’ mi come près parint. » (Maquet,1987,46)

(F) Il faut dire qu’il y a dix ans, j’ouvris ma maison à ma jeune cousine qui n’avait plus que moi comme parent proche.

(OW) « Tafètemint dèsbârtéye, dèsbautchîye à brére,  èle s’ è va raconter s’n-istwére à Miyène, ès’ près vijène. » (Trempont Danielle, L’ afêre da Gusta!, p.95, in: El Bourdon, spécial fôves, 478, 1995)

Tout à fait décontenancée, attristée au point d’en pleurer, elle s’en va raconter son histoire à Miyène, sa voisine la plus proche.

 

 

3.2.2.2 L’adjectif numéral cardinal

 

Différence  16

Il arrive que le wallon emploie l’adjectif numéral cardinal, alors que le français emploie l’article défini.

ex. :  (W) Ni sawè clougnî on-ouy.

         (F)  Ne pouvoir fermer l’œil.

 

 

3.2.3 Nom

 

3.2.3.1 Singulier - pluriel

 

Différence 17

Le mot est pluriel en wallon, singulier en français.

 

cingues 

zona

lès gotes

la goutte

rovioules

rougeole

lès pokètes volantes

lès pokètes

la varicelle

la variole

 

Notez aussi : rumatisses - rhumatisme (localisation); rumatisse: rhumatisme (généralisé).

 

Différence 18

Le mot est singulier en wallon, pluriel en français.

(W) one cisète 

(F) des ciseaux

(W) one djèrmèle 

(F) des jumeaux

 

 

3.2.3.2 Genre

Différence 19

Le mot est féminin en wallon, masculin en français.

 

(W) féminins

(F) masculins

(I) masculins ou féminins

one âdje

un âge

un’ eta (f)

one afe

un aphte

un’ afta (f)

one aîr[1]

un air

un’ aria (f)

one aminwêr

un laminoir

un lamintoio (m)

one anis’

un anis

un anice (m)

one antrake

un anthrax

un antrace (m)

one aprèsse

un apprêt

un’ apparatura (f)

one aréyoplane

un aéroplane

un aeroplano (m)

one as’

un as

un asso (m)

one aurmonak

un almanach

un alamanacco (m)

one autobus’

un autobus

un autobus (m)

one autocâr

un autocar

un’ autocorriera (f)

one awous’[2]

un août

un agosto (m)

one baramète

un baromètre

un barometro

dè l’ bicârbonâte

du bicarbonate

del bicarbonato (m)

dè l’ blé[3]

du blé

del grano (m)

one bouboune

un bonbon

un bonbon (m)

one caramèl

un caramel

una caramella (f)

one cârau (au jeu de cartes)   

un carreau

un quadro (m)

one carotche

un carosse

una carrozza (f)

one cense                         

un cent (N) een cent

           -

dè l’ cièrfouye                 

du cerfeuil

del cerfoglio (m)

one cimintiére

un cimetière

un cimitero (m)

one cope

un couple

una coppia (f)

one couviète

un couvercle

un coperchio (m)

one crisantême

un chrisantème

un crisantemo (m)

one cwane                       

un coin

un angolo (m)

dè l’ diyabète

du diabète

del diabete (m)

one djinièsse

un genêt

una ginestra (f)

dè l’ djiroufe

du girofle

del garofalo (f)

dè l’ doutance

du doute

il dubbio (m)

dè l’ dragone

de l’estragon

del dragoncello (m)

one élastike

un élastique

un elastico (m)

one èplausse

un emplâtre

un impiaro (m)

one èritance

un héritage

un’ eredita (f)

di l’étêr

l’éther

dell’ etere (m)

one frake

un frac

un frac (m)

one gangne

un gain

un guadagno (m)

one jèsse

un geste

una geste (f)

one jujube

un jujube

una giuggiola (f)

one keûr (carte)                 

un cœur

cuori (m. pl.)

one lacète

un lacet

(/= / una stringa)

dè l’ mastike

du mastic

del mastico (m)

one minte

un mensonge

una menzogna (f)

one ongue (L) ungula

un ongle

un’ ungula (f)

one ôrgue

un orgue

un organo (m)

one ôsêre  (L) auseria

un osier

(/=/ un vinco)

one ostèye (L) usitilia

un outil

(/=/ un arnese)

one parapète

un parapet

un parapetto (m)

one pâtêr                               

un Pater

un Pater

dè l’ pètrole

du pétrole

il petrolio (m)

one pike (carte)                 

un pique

picche (f. pl.)

one pilasse

un pilastre

un pilastro (m)

one pougne

un poing

un pugno (m)

one quadrîye

un quadrille

una quadriglia (f)

one ray

un rail

(/=/ una rotaia)

one radis’                      

un radis

una radice (f)

on sau

un saule

un salice (m)

dè l’ sipiète (L) spelta

l’épeautre

la spelta (f)

one s(i)pinasse

un épinard

un spinace (m)

dè l’ sirôpe

du sirop

del sciroppo (m)

dè l’ sulfate

du sulfate

del sulfato (m)

one tchamwèse                   

un chamois

un camoscio (m)

dè l’ tchène (L) canaba

du chanvre

della canapa (f)

one tram’

un tram

una tranvai (f)

one trèfe (carte)                

un trèfle

(/=/ fiori)

one trombone

un trombone

un trombono (m)

 

ex. :

(CW) « Vos-avis one tram à iut-eûres èt d’më quë lès-èfants d’nalin’ à scole. » (Gaziaux,1987,303)

(F) Vous aviez à huit heures et demi un tram avec lequel les enfants allaient à l’école .

« Avou m’ chabrake, mès nwârès-ongues, (…) » (Guillaume,2001,15)

Avec mon châle en laine, mes ongles noirs …

« On mindje one târtëne (..) avou dè l’ sirôpe.» (Gaziaux,1987,207) 

On mange une tartine avec du sirop.

(EW) « I m’ sonle ètinde ine êr di musike... » (Warnier,1988,21)

Il me  semble entendre un air de musique.

« C’ èsteût sûr li pus bèle cope di hanteûs qu’ il aveût-st-avu à marier. » (Boussart,1976,10)

C’était sûrement le plus beau couple d’amoureux qu’il avait dû marier.

(OW) « à l’ cimintiére » (Mayence Robert, Grandiveûs, in: No payis d’ Châlèrwè)

au cimetière

« C’ èst là qu’ i trouve èl Duk, qui suce  

   ène caramèle. » (Renard,1890,98)

C’est là qu’il trouve le Duc, suçant un caramel.

 

Différence 20

Le mot est masculin en wallon, féminin en français

 

(W)

 

(F)

 on bâre

 

une barre

on botike

 

une boutique

on casake

 

une casaque

do chlag

(D) der Schlag (m)

de la schlague

on côrwè

 

une courroie

on couyî

(L) cochlearium (n)

une cuillère, une cuiller

do crèyosote

 

de la créosote

on dint

(L) dens (m)

une dent

on fwim

 

une faim

do glou

 

de la glu

on jin.ne

 

une gène

au Létâré

 

à la Laetare

on moustikaîre

 

une moustiquaire

do mwèle

 

de la moelle

do nake

(I) naccaro (m)

de la nacre

au Noyé

(L) dies natalis (m)

à la Noël

Pauke èst timpru.

 

Pâques

on pièle

 

une perle

on bia uch

(I) una bella porta

une belle porte

on prîjon

 

une prison

do sadje

 

de la sauge

au Sint-Biètrumé[4]

 

à la Saint-Barthélemy

au Sint-Fouyin

 

à la Saint-Feuillen

on skwêre

 

une équerre

on stope

 

de l’étoupe

on swè[5]

 

une soif

on stauve

 

une étable

on tos’

 

une toux

on vièrmin

 

une vermine

on vis’

(L) vitius (m)

une vis

do wadje

(L) hordeum (n)

de l’orge

 

ex. :

(OW) « … èt qui m’ èmwinenèt au prîjon … »

(Marcelle Louis, EB, 549, p. 22)

(F) … et qui m’emmènent en prison … »

(SW) « dès longs dints » (Lambert Maurice, Lès deûs r’nâds, AL)

des dents longues

 

 

3.2.3.3 Substantivation

 

Différence 21

Le wallon fonctionne parfois diféremment du français en matière de substantivisation.

Parmi la foule des cas de substantivation, citons celui de l'adverbe « foû » : « i gn-a dèdja dès foû » (des dehors, de ceux qui sont dehors, qui sont sortis); et celui de l'infinitif dépendant de la préposition « â » : « i s' ruwine â promète èt su s' ra (et se rattrape) â n' rin d'ner » (il se ruine en promesses et se rattrape en ne donnant rien), « i 'nn' è co tot-â  c'minci » (il en est encore tout au commencement), « qwand quu dj' so â moûde » (quand je suis en train de traire). (EW) (Remacle,1937,66)

 

 

3.2.4 Pronom

 

3.2.4.1 Pronom personnel

 

Différence 22

En général, en langue wallonne, le tutoiement (l’usage de « ti » ; por ti, … ; ti-min.me, ti-z-ôtes) est employé pour exprimer le mépris ou sous le coup de la colère. 

 

Il est toujours considéré comme grossier, lorsqu’il sert à formuler une pensée générale (pronom de la seconde personne, dans un sens indéfini). Normalement, on ne tutoyait même pas les animaux domestiques.  (Bal,1947,140)

 

« Vos » a un emploi plus étendu que le « vous » français; « ti » est considéré comme familier entre des hommes ou des garçons d' âge sensiblement égal et qui sont amis.

Dans d'autre circonstances, il est considéré comme grossier. 

Comme apposition au sujet, ou complément prépositionnel, il est toujours grossier.

 

ex. : (W) Ti, ti n' l' aurès nin!      C' èst por ti.    C' è-st-à cause di ti !

        (F)  Toi, tu ne l’auras pas ! C’est pour toi. C’est à cause de toi. 

 

Pour donner un ton familier, on emploie « twè » dans les cas précités.

ex. : (W) Twè, ti n’ l 'aurès nin.    C' èst por twè.   C' è-st-à cause di twè.

     

On adoucit ce que « ti » peut avoir de brutal en ajoutant « m' fi », « m' fèye », « m' gamin », etc. .

ex. : (W) Ti n'as nin dandjî d' î aler, m' fi !

        (F)  Tu n’auras pas besoin de moi, mon fils !

 

Le tutoiement était commun autrefois entre mari et femme.

Il est habituel entre amis, entre gens de même condition. Mais « ti » (toi), de même que « tîne » (EW) (tien), qui passent pour vulgaires, sont remplacés par « twè » et  « twène » (EW). Le vouvoiement est de règle entre parents et enfants : « c' èst lêd, di-st-on, d' atwer sès parints » (il est laid, dit-on, de tutoyer ses parents).  Les parents, de leur côté, ne tutoient leurs enfants que quand ils les grondent. (Remacle,1937,44)

 

« Le sentiment général dans notre région est que le tutoiement marque une familiarité, sinon une grossièreté, lorsqu'il est employé vis-à-vis de personnes âgées, inconnues, ou de condition différente. L’ emploi du « tu », en concurrence avec le « vous », dit de politesse, est souvent révélateur de l'organisation et de la hiérarchie dans une famille, un village. Cependant, il est difficile d'élaborer une description qui dépasse une zone très limitée, vu l'extrême diversité de l'usage suivant l'endroit, l'âge des témoins, etc. . Pour les variantes de la « forme polie », on se reportera à la 2ème pers. plur. » (Francard,1980,205)

 

ex. :  (1) la forme « vos » et dérivés

 

(CW) (2 soçons) « - .. dji n’ vos-a jamaîs vèyu insi. / Vos-èstoz gaîy come in pinson. »

(François A.-M., One feume sins ,vwès, AL 24/9/85)

(2 amis) Je ne t’ai jamais vu ainsi. / Tu es gai comme un pinson.

 

(EW) (2 kinohances) « Qui féz-ve don là, Sèrvas ?

- Oh !, binamé Tchantchès, c’ èst l’ Bon Diu qui v’s-avôye ? » (Kinable,1889,17-22)

(2 connaissances) Que fais-tu donc, là, Sèrva ?

Oh, mon bon Tchantchès, c’est le bon Dieu qui t’envoie ?

(cousin - cousène) « Diâle m’ arawe, vos, cuzène !  Si dj’ m’ atindéve di v’ rèscontrer oûy. (...)/ - Vos nin pus, cuzin, v’ n’ avez nin candjî. » (Lahaye Joseph, Å mitan dè steûlî)

(cousin – cousine) Que le diable m’emporte, toi, cousine ! Si je m’attendais à te rencontrer aujourd’hui. / Toi non plus, tu n’as pas changé.

(fèye> pa) « Ni mougnez-ve nin ? / - Nèni. » (id.)

(la fille à son père) Ne manges-tu pas ? / - Non.

(maîsse – èlève) « Vos m’ sicrîrez po d’ min treûs cints fèyes : … » (Warnier,1988,2)

(maître – élève) Vous m’écrirez pour demain trois cent fois : …

(ome-feume) (mâriés)

« Lambêrt, valèt, vos-èstez on bouriå.

...vos colons d'vront vaner! » (Sougnez,1985, 9-12)

(homme – femme) (mariés) Lambert, mon garçon, tu es un bourreau. Tes pigeons devront partir !

(pa > fèye) « Qui v’lez-ve fé avou ça ?

- Pa, c’ èst po djouwer. »  (id.)

(le père à sa fille) Que veux-tu faire avec ça ?

- Papa, c’est pour jouer.

« Vos marèdrez avou vosse poupa. » (Anonyme, Conte en patois de Laroche, in : Feller,1905)

Tu mangeras avec ton papa.

(OW)  (Fine / Irma ) (2 feumes)

« - Irma : Vos n’ sârîz m’ in bayî ‘ne miyète ; du vos l’ rindroû lundi qui vént, sôz.

- Fine : Avèz dè l’ chance, du sûs à l’ avance. » (id., p.19)

(2 femmes)

Tu ne pourrais pas m’en donner un peu ; je te le rendrai lundi prochain, sais-tu.

Tu as de la chance, je suis à l’avance.

(Françwas, li grand-pé ; Batisse : pére ; Josèfine : mére ; Twâne : 17 ans ; Tèrêse : 15 ans ; Colas : 12 ans, ...)

« Fine : Qu’ èst-ce què vos fètes dè bia, m’ pètit Colas ?

- Colas : Ravisèz, man : in k’vau come lès cîns qui saketèt lès tchârs dins l’ fosse.

- Françwas : (...) ascoutèz bîn tout ç’ què vosse popa vos dîra ... » (Ecomusée,1985,8)

 

 

 

Qu’est-ce que tu fais de beau, mon petit Colas ?

Regarde, maman : un cheval comme ceux qui tirent les chariots dans la mine.

Ecoute bien tout ce que ton papa te dira.

(man > fis) « Mon Dieu !, m’ fi ... vos solés ! » (Dewandelaer Franz, El banière, CW 9/83, p.154-156)

(la maman à son fils) Mon Dieu, mon fils, tes souliers !

(on-ovrî > gamin 15 ans) « - Erdrèssèz-vous, m’ gamin !, lyi dit yin dès-ouvrîs. » (Mathy,1958,34)

(ome > vijin 15 ans) « Bachez-vous, m’ gamin, pou n’ nén pèter vo tièsse ! »

 (p.35, in : id.)

(un ouvrier à un garçon de 15 ans) Redresse-toi, mon garçon, lui dit l’un des ouvriers.

 

 

(un homme à son voisin de 15 ans) Baisse-toi, mon garçon, pour ne pas te cogner la tête !

 

(pitit-fis  > grand-mére)

(pitit-fis) « Alèz, n’ mè couyonèz nîn, (...)

(grand-mére) Dju n’ raconte nîn dès fauves.  Stampèz-vous ! » (Quinet Christian, Blanc Létâré, EM 3/97)

(le petit-fils à sa grand-mère)

Allez, ne me raille pas.

(la grand-mère à son petit-fils)

Je ne raconte pas de mensonge. Mets-toi debout !

(SW) (feume > feume) « Wètez come il èst bê ! (...) I fât vèy come on m’ rèwête dè d’ tos costés ! / - Mi ossu, savèz !  Dins tot l’ cwin, savèz, quand on m’ vèt arivè !  Djè n’ vos dis qu’ ça ! » (Bentz Charles, Do vîson ... poqwè ?, AL)

(deux femmes)

- Regarde comme il est beau! Il faut voir comme on me regarde de tous côtés !

- Moi aussi, sais-tu ! Dans tout le coin, sais-tu, quand on me voit arriver ! Je ne te dis que ça !

(feume > mârtchand)

« Vos-a mètrez dîch lites. » (Piron Louis, V'là l' pètroleû!)

(une femme à un marchand)

Vous en mettrez dix litres !

(fèye > pa) « Por mi, dju vos l' dumande, fârè fé quî l' priyèsse. / No l' rovioz nin, pa. » (Ninah l' Ardennaise, Lu r'warit tot, in: Francard, 1982)

(la fille à son père) Pour moi, je te le demande, il faudra demander d’aller chercher le prêtre. / Ne l’oublie pas, papa.

 

(feume > vijène) « Vèjine, vos m' avoz rovyi. » (id.)

(une femme à sa voisine) Voisine, tu m’as oublié.

(ome - si feume) « Vous vèyez, (...) dj’ arans co d’ qwa cûre la caboulée dou pourcê (...) /

- Choûtèz, Gusse. (...) » (Dupas,1996,8-9)

(un homme à sa femme) - Tu vois, nous aurons encore de quoi cuire la bouillie du cochon.

 (la femme) - Ecoute, Gusse.

(ome > vijène) « Avoz-ve dit qu' à ma djambe, dju sofère la passion? »  (id.)

(un homme à sa voisine) Tu as dit que je souffre terriblement de la jambe.

 

 

(2) forme « ti » et dérivés

 

(EW) (tchèt - soris) « - Qui dis-se? fa l’ tchèt, vin don pus près d’ mi, ... »

(li fèye soris - tchèt) « Moncheû l’ tchèt, èstéve mi camaråde ? / - Si djè l’ so! Dji t’ veû si télemint voltî qui dji t’ vôreû min.me rabrèssî. » (Selac,1985,13)

(chat – souris) (chat) Comment ça te va ? (…), viens donc un peu plus près.

(souris fille– chat) Monsieur le chat, êtes-vous mon ami ? / Je le suis ! Je t’aime tellement que je voudrais même t’embrasser.

(OW) (2 gamins soçons) « Yé vî ! Wéte dès pîrètes di cèrîjes dins l’ batch à cindes ! qu’ Popol mousse à Zîré. / - Ey adon ?  Ti n’ as jamés vèyu dès pîrètes ? qui Zîré rèspond. (...) » (Sohy Louis, Djouwer à pîrètes, EB 167, 1963)

(2 garçons amis) Eh mon vieux ! Regarde des noyaux de cerises dans le cendrier ! (…) / Et alors ? Tu n’as jamais vu de noyaux ? (…)

 

 

(SW) (2 soçons) « - Tos vès l’ papî, là drî â mîtan do l’ vouye, (...). / - N’ roûle quand min.me nin trop vite, sès-se. (...) / - Mi, dj’ vou bin, t’ ès dès fameûs frins, mês ... » (Georges Maurice,  El papî, in : Ké Novèle ?, p.17-18, s.d.)

(2 amis) Tu vois le papier, là derrière au milieu du chemin ? / Ne roule quand même pas trop vite, sais-tu. / Moi, je veux bien, tu as de fameux freins, mais …

(ome (causant do cia què lî a faît one fârce)) « T’ ès sayè d’ m’ amantchè, mês to n’ pièrs nin po rawâde !  Djè t’ rârè ! » (Georges Maurice, One jate, ç’ n’ èst nin on sèyê !, AL 20/4/88)

(homme fâché(parlant de celui qui lui a fait une farce) Tu as essayé de m’attraper, mais tu ne perds rien pour attendre ! Je t’aurai à mon tour !

(Lambêrt - Nicola: 2 soçons)

« Avou totes tès grandeûrs (,...)

Ta pârt n' îrè nin lon, pôve Colas, tu t' abrouyes (...). » (Ninah l' Ardennaise, Lu grand partèdje, in: Francard, 1982)

(2 amis)

Avec toutes tes grandeurs, ta part n’ira pas loin, mon pauvre Colas, tu t’embrouilles.

 

 

3.2.4.2 Pronom démonstratif

 

Différence 23

Dans le cas suivant, le français utilisera uniquement le pronom « c(e) » et le wallon deux formes suivant le sens :  

C’est ici. (= voici l’endroit): W.: c’est vêci.

              (= cette chose est ici)    ça èst vêci

 

 

3.2.4.3 Pronom indéfini

 

Différence 24

« Nuk » ((EW) nouk, (OW) nèlu) (personne)

Dans les phrases suivantes, « nouk » signifie « personne » : « gn-a nouk à-z-i d'mani » (personne ne saurait y rester), « gn-a nouk à l’ prinde po fé çoula) (personne ne saurait faire cela comme lui), « i n' î fêt nouk » (il y fait intenable), « i n' fuzéve nouk moussi d'vins » (il était impossible d'y entrer). (EW) (Remacle,1937,48)

ex. :

(CW) « Nuk, dj’ è so sûr, n’ a sôrtë dè l’ Tchapèle sins s’ sinte rècoradjî ou consolé. » (Moureau,1943,871)    

(F) Personne, j’en suis sûr, n’est sorti de la chapelle sans se sentir de nouveau encouragé ou consolé.

(EW)  « ... po v’ fé vèyî qu’ i n’ rèscouléve po nouk, dju v’ va citer ôk du sès pus grands faîts. » (Franck, 1910)

Pour vous faire voir qu’il ne reculait devant personne, je vais vous citer un de ses plus grands faits.

(SW) « Quand pus nolu n’ î ralèt, on comptèt l’ pot. » (Pecheur Emile, A l’ ligne, Chronique wallonne, AL, 1999)

Quand plus pesonne n’y retournait, on comptait le (contenu du) pot.

 

Différence 25

« Chake »

Chaque, chaque, chacun : « chake payis, chake môde »; « fé chake por lu » (faire chacun pour soi) ; « dj' ènn' avans chake onk ou chakèn-onk », « chake one » ou « chakène one », (chacun un, chacune une), « is 'nnè prindint chakèn-one » ; « èlle ènnè prindèt chakène onk », « chakèn- »  et « chakène » (chacun-(en liaison) et chacune). (EW) (Remacle,1937,47)

ex.:

(CW) « Chake à leû toû, lès-ôtes ont faît l' min.me,... » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB 18, s.d.)

(F) Chacun à leur tour, les autres ont fait la même chose.

« P’tët Noyé v’neûve, (...) Et (...) mèteûve 

Dins nos brès à chake on cougnou! ... » (Courtois Louis, Cougnous, p.98, in: Gaziaux, 1998)

Le petit Noël venait / Et il mettait dans les bras de chacun d’entre nous un « cougnou » !

« On faît chake à s’ môde. » (Moureau,1943,870)

On fait chacun pour soi.

(OW) « C’ èst qu’ is sont abiyîs tèrtous, chake à s’ maniére. » (Renard,1890,88)

C’est qu’ils sont tous habillés, chacun à sa façon.

« (…) lès violètes floricheneut lès preumiêres, (…) èt pwîs d’s-ôtès fleûrs, chake à s’ toûr. » (Bal,1998,83)

Les violettes fleurissent les premières, et puis d’autres fleur, chacune à son tour.

 

 

« Yauk, one saqwè, one saquî »: cf 4.4.8.

 

 

3.2.5 Verbe

cf 4 Syntaxe : 4.5

 

3.2.6 Préposition

 

Dans de nombreux cas, l’usage des prépositions est différent en français et en wallon.

 

Différence 26

Les prépositions sont différentes en français et en wallon.

ex. : (W)                                               (F)

son.ner pau nez

saigner du nez

dès pîds j’qu’à l’tièsse

de la tête aux pieds

avou dè l’tchôde êwe

à l’eau chaude

avou do lacia

du café au lait

bwâre avou on vêre

boire dans un verre

Vosse mau n’èst rin au r’gârd do sink.

Votre mal n’est rien auprès du sien.

peû di

de crainte de

fé one bèsogne su deûs-eûres

faire un travail en 2 heures

abandené pa tortos

abandonné de tous

si mwaîji après

se fâcher contre

crwêre à

croire à / en

Dj’a trové on papî dins mès lîves.

j’ai trouvé un papier parmi mes livres

rimète one saqwè à place

remettre qqch en place

dè l’ samwin.ne

en semaine

Dji n’so nin à l’ après d’ ça.

Je n’en suis pas à ça près.

pâr nêt

pendant la nuit

su on mwès

en un mois

su on-an (d’timps)

en un an

d’ one eûre à l’ ôte

d’heure en heure

trwès-eûres au matin

trois heures du matin

chîj eûres au nût

six heures du soir

dîj di mwins’   

dix en moins

iût’ di pus        

huit en plus

bwâre avou on vêre

boire dans un verre 

mwaîs après (måva so (EW))

fâché contre   

do suke à  bokèts

sucre en morceaux

à mwin.nadje

en ménage

à plin-èsté

en plein été

à plin-uviêr

en plein hiver

avou dè l' tchôde eûwe

à l' eau chaude

do cafeu avou do lacia

du café au lait

do mwès d' jun

au mois de juin

bwâre avou on vêre

boire dans un verre

 

ex. :

(CW) « Is sôrtint justumint do l' maujon comunâle do s' awè mariè. » (Laloux,1969,28)

(F) Ils sortaient justement de la maison communale après s’être mariés.

« Lë Bwis, n’ avot nëk à l’ bate! » (Gaziaux,1987,309)

Le Bwis, personne ne pouvait le battre !

« … is vindint do suke à poussîre ou à bokèts dins dès bwèsses aus-alumètes. » (Houziaux,1964,41)

Ils vendaient du sucre fin ou en morceaux dans des boîtes d’allumettes.

(EW) « Oûy, Marc va so sès saze ans ... » (Thomsin P.-H., Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Aujourd’hui, Marc a seize ans.

(SW) « Â Noyé » (Sainlez Armand, Sovenances, in: Francard, 1982)

A Noël.

aler aus guèrnouyes  (Twisselman,1994,80)

aller capturer les grenouilles

« An-n-avant su Sint-Ubêrt ! » (Dedoyard,1993,12)

En avant vers Saint-Hubert !

 

Différence 27

« Di » (La Gleize : « du »)  (de) introduit le complément d'agent du verbe passif.

ex. :

« Il a stou batou du s' frére » (il a été battu par son frère), « spaté d' on tchâr du foûre » (écrasé par un chariot chargé de foin). (EW) (Remacle,1937,55)

 

(CW) « ... on-n-èsteut mougni dès pëces. » (Gaziaux, 1987,160)

(F) On était dévoré par les puces.

(EW) « Is s’ fuzint tortos batizer d’ lu è l’ êwe dè Djourdin, po ruc’nohe leûs twèrts. »  (Lecomte,2001,2)

Ils se faisaient tous baptiser par lui dans l’eau du Jourdain, pour reconnaître leurs torts.

 

Différence 28

Le français présente plusieurs possibilités, pas le wallon.

ex. : (F)                                                (W)

étoffe mangée des/par les mites

stofe mougnîye pauzès motes

elle manque (de) tomber

èlle a manké d’ tchaîr

hier (au) matin ; (à) midi

èyîr au matin ; à non.ne

en / à ski

à skis

c’est (à) mon tour

c’ è-st-à m’ toû

aller à / en vélo

aler à vélo

déjeuner, dîner, souper de / avec

didjuner, din.ner, soper avou

demander (après) qqn

dimander après one saquî

le fils à / de Jean

li fis da Djan 

c’est (de) ma faute

c’ èst di m’ difaute

fiancé à / avec

fiyancé avou

obliger à / de

oblidjî di

demander pardon de/pour

dimander pârdon po

rester ici (à) dîner

dimèrer vêci po din.ner

 

Différence 29

Le wallon possède deux prépositions suivant le sens tandis que le français n’en possède qu’une pour les deux sens :

ex. : (F) chez le docteur

        (W) (pour son métier) au médecin; (pour autre chose) èmon l’ médecin

 

(CW) « aler au médecin » (Gaziaux,1987,275)

(F) aller chez le médecin

« Dj’ a stî è scole au maîsse Bèguin, … » (Gillain,1932,30)

Je suis allé à l’école chez le maître Beguin.

(OW) « … dj’ aleu djustumint pârti è l’ vile pou saquantès comissions (...) pou-z-aler au fârmacyin. » (Fedora, Amon l’ apotikêre, in : El Bourdon)

J’allais justement partir à la ville pour quelques commissions (..) pour aller chez le pharmacien.

 

Différence 30

Parfois, on rencontre en wallon des adverbes au superlatif introduits par une préposition.

ex. :

(CW) « Au pus sovint, en d’jant , on s’ rapèle. » (Gaziaux,1987,23)

Le plus souvent, en disant, on se rappelle.

 

Différence 31

Certaines prépositions n’existent pas en français.

 

-         de lieu : djondant (près de), addé (chez),  pa t’t-avau (partout dans)

-         de temps : dèviè, aviè  (aux alentours de), iute di (CW) (passé), foû di (hors de), timp di (pendant) ; etc .

ex. :

(CW) « Ça fêt qu’ n’ avans là d’mëré jësk’aviè quatre eûres. » (Gaziaux,1987,160

(F) Ainsi, nous sommes restés là jusque quatre heures environ.

« Papa, faléve aler amon l’ Brêyi, don, li. » (Gaziaux,1987,227)

Avec papa, il fallait aller chez le Brèyî, hein.

(EW) « Adlé l' tchèstia, on-z-ètindéve hîleter lès casseroles, (…) !! » (Prigneaux,1985,92)

Près du château, on entendait les casseroles sonner …

(OW) « Èl diâle couroût t’avau l' gardin ... »  (p.5, in : Obette Anthine, El marichau, MA 1/83, p.4-7)

Le diable courait partout dans le jardin.

« Tous lès-ouvrîs ont rintré à leû maujone à l’ après d’ yin. » (Haentjens, p.7)

Tous les ouvriers sont rentrés dans leur maison sauf un.

« On vût djus dès coupètes rafter lès pus bias puns sans r’wétî qu’ à pèrdâdje on d-a dès manokéyes! » (p.55, in : Declercq Luc, Eyu ç’ qu’ il èst l’ boneûr!, p.54-55, in: W+ L)

On veut, des cîmes, dérober les plus belles pommes alors qu’à sa portée, on en a de grandes quantités. 

« Vint-ans d’ asto, vos-avez fouyî vo djârdin, come in voyant, ... (Bal,1987,7) 

Pendant vingt ans, vous avez bêché votre jardin, courageusement.

(SW) « An lî è dit: « Vinôz d'lé l' feû! » (p.36, in : Culot Calixte, L' ètranjér dou Nawè, 1983)

On lui a dit: “Venez près du feu!”

« An n' vèyèt pèrson.ne avau là! » (id.)

On ne voyait personne aux alentours.

« Rarandjé à môde du sin.nète. » (Mahin L., Lu macrê èt la djon.ne comére, AL)

Arrangé de nouveau à la manière d’une saynette.

« Tin du voyadje, on siève à marèder à tos lès passadjîs d’ l’ avion. » (Otjacques,1999,11) 

Pendant le voyage, on sert à dîner à tous les passagers de l’avion.

« (...) i faurot mète du costè la tèlèvisiån, qui raclôt lès djans - tout a l'zî moustrant ç' qui s' passe pa-t't-avau l' monde avu dès brèssîes d' imâdjes. » (Jean Paul, Strimè, AL 26/2/85)

Il faudrait mettre la télévision de côté, qui enferme les gens – en leur montrant ce qui se passe partout dans le monde avec des tas d’images.

 

 

3.2.7 Adverbe

 

Différence 32

A l’instar de langues germaniques comme l’anglais, le wallon possède des particules adverbiales utilisées avec certains verbes : « djus » (en bas, à bas), « èvôye » (idée d’éloignement), « foû » (hors).

ex. :

« taper djus » (lancer en bas), « si lèyî djus » (se laisser abattre) ; « tchèssî èvôye » (expulser) , « taper èvôye » (jeter) ; « aller foû » (sortir), « houkî foû » (EW) (appeler au dehors), …

 

(EW) « Nom di nom, c’ èst Guiyame.  Hètche-tu èvôye. » (Maquet,1987,73)

(F) Nom de nom, c’est Guiyame. Fiche le camp .

(SW) « Quand ou bravache s’ î riskot tot seû, ouk ou l’ ôte criyot : « Ou nûton ! », èt nosse corèdjeûs spitot vôye ! (p.135, in: Hardy Camille (Hardennal), S’ lès rotches, p.133-135, in: Francard,2002)

Quand un bravache s’y risquait tout seul, l’un  ou l’autre criait: « un nûton ! », et notre courageux détalait !

 

Différence 33

Certains adjectifs conservent leur forme quand ils sont utilisés en tant qu’adverbes.

ex. :

(CW) « dès djins qu’ causenèt libes » (Gaziaux,1999,15)

(F) Des gens qui ont leur franc-parler.

(EW) « Tu n' djowerès sûr pus nou toûr à nolu! (C. Feller,1906,135)

Tu ne joueras sûrement plus de tour à personne.

« Assûré ! Li djoûrnêye sèreût bèle ! » (Boussart,1976,8)

Certainement! La journée serait belle !

« … assètchî par ine fwèce (..) qui n’ l’ aveût co måy dôminé parèy (…), li håse s’ arèsta. » (p.344, in : Lejeune Jean, Cadèt, p.337-344, in : Piron,1979)

Attiré par une force qui ne l’avait pas encore jamais dominé de la sorte, la hase s’arrêta.

(OW) « Asseûrè qu’ i gn-a saquants mots (…) què lès djins d’ asteûre èn’ dîyeneut pus … » (Bal,1998,87)

Il est certain qu’il existe quelques mots que les gens d’aujourd’hui ne disent plus.

(SW) « Contez todi, sûr, treûs quate vês èt onk ou l’ ôte pourcê. » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

Comptez toujours, sûrement, trois, quatre veaux et l’un ou l’autre porc.

« … quékes bloks du pîre âtoûr qu’ avint toumé do l’ copète, probâbe. » (p.133, in: Hardy Camille (Hardennal), S’ lès rotches, p.133-135, in: Francard,2002)

Quelques blocs de pierre alentour qui étaient du tombés du sommet, probablement .

 

Différence 34

« Rin » (rien) signifie aussi « pas très » :

ex. : (EW) I n' èsteût rin grand.             (F) Il était très petit.

 

Notez l'emploi suivant :

(W) I n' èst pus gâr (garde-forestier), i n' a pus s' fuzik nè rin.

(F)  Il n'a même plus son fusil.

 

Différence 35

« Non » n’a pas toujours le même emploi qu’en français.

En réponse à une question invitant instamment à répondre affirmativement, on emploie « non.na » ((EW) « nèni »)[6].

ex. : (W) Dj’ è rèspond qu’ vos-îroz ?    -  Non.na, dji n’îrè nin.

(F)      Je suppose que vous y irez ?    -  Non, je n’y irai pas.

 

Différence 36

«  Bin » peut s’employer avec un temps composé du verbe « ièsse » dans le sens de ‘bin pwârtant’, alors que « bien » en français ne peut pas. (Le Bidois, ,633)

ex. : (W)  Il a stî bin d’ l’ uviêr, mins il a r’tcheû au mârs’.

        (F) Il était en bonne santé en hiver, mais il a fait une rechute au printemps.

 

Différence 37

« Bin » s’ emploie avec « in.mer » (aimer)[7] dans le sens de l’anglais « to like ».

ex.: (W) Dj’ in.me bin, mi, ça.                  (F) J’aime ça, moi.  

              Dj’ in.me bin m’ pa.                          J’aime mon père.

              Nos-in.mans bin nosse viladje.          Nous aimons notre village.

 

Différence 38

Pour insister, le wallon possède l’adverbe « foû » (ou « oûr / ôr » (Gaziaux,1987,81)) inexistant en français, devant un adjectif :

ex. :  (W) Il èst foû ritche.                         (F) Il est très riche.

                 Ele n’èst nin foû grande.                Elle n’est pas très grande.

 

                 oûr malén                                       intelligent hors de mesure

                 oûr bièsse                                       très bête

                 ièsse oûr bén                                  disposer de toutes ses aises

                 Ë n-avot oûr masse dë djins.          Il y avait vraiment un très grand nombre de gens.

 

(EW) « Qwand dj’ ârans passé tos lès noks,

qu’ i gn-ârè rin (..) à fé / (...) dj’ ènn’ îrans, foû scranses dè viker. » (Chastelet,1990,21) 

(F) Quand nous aurons passé à travers tous les nœuds, quand il n’y aura rien à faire, / nous nous irons, « très » fatigués de vivre.

« Ine foû plêhante vèye », aveû-dje dit tot-z-atakant . » (Thomsin Paul-Henri, Meûrs di papî, in : Vlan)

Une ville très plaisante, avais-je dit d’emblée.

 

Différence 39

Le wallon possède l’adverbe « mièr » (miêr / mére)[8] devant un adjectif, inexistant en français, qui signifie «tout » :

ex. :  (W)  mièr nu, mièr neuwe             tout nu, toute nue 

                 mièr seû(le)                           tout(e) seul(e)

                 one târtène mièr sètche          toute sèche

Aussi :  (W) Dji m'a r'trové mièr seû(le) mièr sètch(e).

             (F) Je me suis retrouvé(e) tout(e) seul(e), délaissé(e)

 

(CW) « Li fènièsse è-st-au mièr laudje / au grand mièr laudje . » (Gaziaux,1987)

(F) La fenêtre est grande ouverte / vraiment grande ouverte .

(OW) « I m’ arive co dè m’ rabiyî / avû m’ cote dè pia / pour mi danser / mèrseû (...). » (Duval Félix, I m’ arive co dè m’ rabiyî, p.75, in: W+ L)

Il m’arrive encore de me rhabiller / avec ma robe de peau / pour mieux danser / tout seul.

(SW) « A l’ îvêr, quand la bîje choufèlerè dins lès tchumnées, (…) / Dju s’râ mêrseû. » (p.147, in : Jean Paul, Choûtèz lu viè bilossiè, p.147-149, in : Francard,2002)

En hiver, quand la bise soufflera dans les cheminées, / Je serai tout seul.

 

Différence 40

Les adjectifs-adverbes accompagnant des verbes sont plus divers qu'en français :

ex. : (W) vèy clér                        (F) voir clair

               ôre deur                              être dur d'oreille

               vinde tchîr                          vendre cher

               djâzer bas, hôt                    parler à voix basse, à voix haute 

               djâzer crâs                          parler grassement, salement

               taper lâdje                           occuper une grande largeur

               Çoula li toume dor.            Cela lui est pénible.

               Su pére li trote dor.             Son père " lui pète dur ", lui est sévère.

 

Mais c' est avec « i gn-a » (il y a) que beaucoup d'adjectifs s'emploient adverbialement :

ex. : (W) I gn-a spès, dès crouwins (mauvaises herbes), è nosse courti.

(F)    Les mauvaises herbes croissent dru dans notre jardin.

 

        (W) I gn-a clér.                       

(F)      Elles sont rares.

 

        (W) I gn-a grand, d'vins ci bokèt-là. (Remacle,1937,64)

        (F)  Il a une grande étendue, ce terrain-là . 

               

Signalons enfin les tournures inexistantes en français comme « aveûr bon », « aveûr âhi » (comme en français, « avoir chaud »); « i fêt âhi », « i fêt lêd », etc. (comme en français, « il fait beau »).

 

Différence 41

« Tot » au sens de « complètement », utilisé seul. (cf aussi 4.7)

ex. :

(EW) « Li p’tit sôdârd sinta s’ coûr si cafougnî tot. » (Boussart,1976,5)

(F) Le petit soldat senta son coeur se chiffonner complètement.

 

Différence 42

« Tot l’ min.me » (tout de même) signifie aussi « n’importe », « peu importe » .

ex. : (EW) C' èst tot l' min.me wice lu mète.  (F) Peu importe où vous le mettiez.

                 Prindoz tot l' min.me quî, qwè.            Prenez n'importe qui, quoi.

                 tot l' min.me qwand                              n'importe quand

                 tot l' min.me wice                                 n'importe où.

 

Différence 43

Toute une série d’adverbes wallons n’existent pas en français :

-                                   de temps : adon (alors), tofêr (toujours), tènawète (de temps en temps), dismètant

       (entretemps) ;

-                                   de lieu : lauvau (là-bas) (EW : låvå : en bas), djus (en bas, à bas), pa t’t-avau  

       (partout), èri (à l’écart de , loin de), one sadju (one sawouce, (EW) ine sawice)

       (quelque part) ;

-                                   d’affirmation ou de négation : non.na (réponse négative pour contredire ou protester),       

       siya (par opposition à « non.na ») ;

     -     de quantité, de qualité, de manière : wêre (peu), mutwèt (EW) (peut-être), èvi (à

            contre-cœur), abîye ((EW) abèye) (vite !), bran.mint (beaucoup), pâr (complètement),

            fok (OW : seulement, rien que), dandjureû (sans doute), tês-se

           (sans doute) (EW, SW), p’tchî (EW : dans : avu _ : aimer mieux) ;

     -     locutions adverbiales : à preume (seulement (maintenant, …)), tot rade (tantôt), …

 

ex. :

(CW) « Adon, il a criyî bén fwârt ... » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB 18, s.d).

(F) Alors, il a crié bien fort.

« … pâr trop arnauje » (Laloux,1969,12)

vraiment trop espiègle

« ‘L avin’ lë tram’ quë passeûve là d’ abôrd à l’ ëch dë leû maujone qu’ ë faut dîre. » (Gaziaux,1987,305)

Ils avaient le tram qui passait par là presque à la porte de leur maison, pour ainsi dire.

« non plus = nèrén: èt më nèrén: et moi non plus.; on ‘nn’ a pës nèrén: on n’ en a plus non plus. » (Gaziaux,1987,72)

(EW) « Dj’ a p’tchî d’ rintrer (…). » (Warnier,1988,27)

J’aime mieux rentrer.

« Di ç' trèvint-là, nos-alîs è scole so l' bati. »

(Grafé,1987,28-31)

En ce temps-là, nous allions à l’école sur la place publique (entourée de maisons).

« Djôdant, (...) on p'tit pazê méne å bê blanc cruc'fis, ... » (Fagnoul,1981,41) 

Tout près, un petit sentier conduit au beau crucifix blanc.

« Drole d' afêre vormint, qu' on s' deût insi båhî. » (Thomsin Paul-Henri, Lès båhes, Vlan Liège 1/5/90)

(C’est) vraiment une affaire étrange de s’embrasser de la sorte.

« C’ èst qu’ arape èwarant çou qu’ i fêt påhûle. » (Maquet,1987,13)

Il est très étonnant que ce soit aussi calme.

qu’ arapemint = qu’ arapedimint = arèdjêyemint : I fêt _ tchôd : extrêmement, excessivement (Haust, DL, 33) (araper : enrager)

« T’ è-st-on macrê, dandj’reûs? » (Maquet,1987,19)

Tu es peut-être un sorcier ?

« … (i) trovéve todi 'ne piceûre po s' fé dè må 'ne sawice. » (Thomsin P.-H., Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Il s’y prenait toujours pour se faire du mal quelque part.

« Vochal saquants fins d' galèts, diha Fifine. » (Tyou,1929,126)

Voici quelques fines gaufres, dit Fifine.

« Adon, nosse blanke soris n' halkina pus. » (Dumont Josiane,1985,14)

Alors, notre souris blanche n’hésita plus.

« Awè, (…), oyéve-t-i d’vintrin.nemint, èle sèreût co pus bèle sins n’ norèt d’ tièsse ! ... » (Boussart,1976,14)

Oui, entendait-il intérieurement, elle serait encore plus belle sans mouchoir (couvrant la tête).

«  Lès fames ont tofêr one novèle so l' bètchète dè l' lêwe ! » (Wisimus,1957,151) 

Les femmes ont toujours une nouvelle sur le bout de la langue !

« Lu sinte famile èst so 'ne gripète èt lès sôdârds d' Hérôde nu sont nin lon èri d' là. » (id., p.153)

La sainte famille est sur un raidillon et les soldats d’Hérode ne sont pas loin de là.

« Abèye, qu' on fasse houkî lès râyeûs âs crompîres èt âs pétrâtes. » (Seret,1988,21)

Vite, que l’on fasse demander les arracheurs de pommes de terre et de betteraves.

« li tchèstê ås-arègnes, come on l’ lome avår-chal ... » (Boussart,1976,24)

le château aux araignées, comme on l’appelle en cette contrée

« C' è-st-apreume chal qui l' afêre a toûrné à tchin ... » (Grafé,1987,39)

C’est seulement là que l’affaire s’est gâtée.

«  … sès blonds tch'vès, si binamêyemint crolés åtoû di s' hatrê. » (Bouhon,1903,390) 

ses cheveux blonds, si joliment (norm. : aimablement) bouclés autour du cou

«  Il aveût l’ cogne d’ ine vîle feume di manèdje qui prind bin londjin.nemint sès poûssîres. » (Boussart,1976,6)

Il avait l’air d’une vieille femme de ménage qui prend ses poussières en traînant.

« ... i l' aveût d'vou rèpiter deûs fèyes låvå. » (Sougnez,1985,9)

Il avait dû le renvoyer à coups de pied deux fois en bas.

«... èt dès spérs, avår-chal, on 'nnè rèsconteûre pus d'pôy li tins dè vî bon Diu. » (Grafé,1987,26-27)

… et des revenants, en cet endroit, on n’en rencontre plus depuis le temps du vieux bon Dieu.

« … mins d' tot près, ci n' èst pôr rin d' bê, lès fleûrs årtificiéles! » (Thomsin Paul-Henri, Fleûrs, Vlan Liège 20/6/84)

… mais de tout près, les fleurs artificielles, ce n’est pas beau du tout !

(OW) « I n’ d-a fok yun, i n’ a fok què li. » (Dict. du centre, 135)

Il n’y en a qu’un, il n’y a que lui.

« I n’ saveut nén nérén qui cès côps-là sonerént dins l’ tièsse dès djins tant qu’ èl monde sèreut monde. » (Arcq Robert, Lès twès clôs, p.18, W+ L)

Il ne savait pas non plus que ces coups-là sonneraient dans la tête des gens tant que le monde serait monde.

« Lauvau au mitan d' ène clériére. » (Lefebvre Marc, Léjande du Bos d' Wauhu, EM 6/82)

Là-bas au milieu d’une clairière.

« Tafètemint, come si l’ dèstin avoût volu qu’ èl morâle seûsse èscapéye. » (Quinet,1999,10-12)

Tout à fait, comme si le destin avait voulu que la morale soit sauve.

« I s’ aveut rademint rapauji l’ djoû qui l’ facteûr lyî a amwin.nè leûs liârds... » (Fauconnier,1993,77)

Il s’était rapidement calmé le jour où le facteur lui a apporté leur argent.

(SW) « A l’ place do bèrdjî, do tchin èt dès bèrbus, is n’ ant pus r’trouvi qu’ dès blantches pières, dès ‘blancs cayous’, lès cis qu’ on wèt co anut’. » (Poncelet J.-M., Lès Blancs Cayoûs, AL)

Au lieu du berger, du chien et des brebis, ils n’ont plus retrouvé que des pierres blanches, des cailloux blancs, ceux qu’on voit encore de nos jours.

« Ça fajèt d’jà ène hapée qu’ il êrt avau-là ... » (Culot Calixte, Les Paukes du Zîré, AL)

Il y a déjà un bon moment qu’il était là-bas.

«  Dèvant, l’ êwe astét clére. » ( Lhote J.-M., L’ Ârdène, AL)

Auparavant, l’eau était claire.

« Dj’ aî mou dou mau pou lî fwére comprinre. » (Twisselman,1994,103)

J’ai beaucoup de mal à lui faire comprendre.

« Lu cé qui s’ crwat par trop fèl, an-z-è réson d’ dère, / I n’ lî faut ni grand tchöse pou qu’ i s’ rutrouve à têre. » (Mouzon,1984)

Celui qui se croit vraiment trop fier, on a raison de dire qu’il ne lui faut pas grand chose pour qu’il se retrouve par terre.

« Pus taurd, is-aurant motwa mwins’ peûr dès nwâreûrs, is s’rant ârmès. » (Leroy Willy, Sovenances d’au lon, sovenances d’ après, AL 25/11/99)

Plus tard, ils auront peut-être moins peur de l’obscurité, ils seront armés.

«  Tout d' in côp, vou-le-là qui r'nifule yauk èt i s' ravise. / Dandj'reû qu' il avot sintu lès gadots. (Ferrauche,1982,203)

Tout à coup, le voilà en train de renifler quelque chose et il change d’avis. / Il avait probablement senti les chevreaux.

 

    Différence 44

« Tot-a-faît » (litt. tout à fait), tout, est substantif.

ex. : (EW) Dju li a d'né tot-a-fêt.            (F) Je lui ai donné tout.

        (CW) Tot-a faît îrè bin.                         Tout ira bien.

Il a donné un adverbe, « tot-a-fêmint » : « il èst tot-à-fêmint bièsse ».  Le sens de « tot-a-fêt » n'est pas séparable de « à faît » (au fur et à mesure). Il est aussi à rapprocher de celui de « tortos » (tous, tout le monde): « bondjoû tortos! » (bonjour tout le monde), « is sont tortos là » (ils sont tous là), « èles vinront tortotes » (elles viendront toutes). « Tot-a-faît » est un substantif sg. neutre, « tortos » un substantif pluriel.[9] (EW) (Remacle,1937,50)

ex :

(EW) « Tot-à-fêt èsteût r’mètou à pont. » (p.321, in : Renkin François, Li vîye bûse, p.321-324, in : Piron,1979)

(F) Tout était remis en état.

 

Différence 45

« Qui » , adverbe exclamatif, traduit « comme ».

ex. :

(CW) « Â ! qu’ il èst bin arindjî, Mossieû Rigolèt (...) » (p.369, in : Pirot Jules, Li fârce da Rigolèt, p.367-375, in : Piron,1979)

(F) Ah, comme il est bien arrangé, Monsieur Rigolet !

(EW) « Ah! qu' ine pitite aloumète lî freût dè bin! (Bouhon,1903,309

Ah, comme une petite allumette lui ferait du bien !

« Mon Diu qui v’s-èstez lêde ! » (Boussart,21-22,1976)

Mon Dieu, comme vous êtes laide !

(OW) « Â, vos v’là, què dj’ seû binauje ! » (Bal,1998,45)

Ah, te voilà, comme je suis contente !

 

 

3.2.8 Conjonction

 

Différence 46

La conjonction « qui » a un emploi beaucoup plus étendu que le « que » en français.

Il peut signifier « dont », « quand », « où »,  « alors que / au moment où », « au point que / à tel point que », « pour que », « si », « de peur que », « si bien que », « sans que », « maintenant que » et, en général, un relatif régi par une préposition :« sur lequel », …

ex. :

- dont :

(EW) « Dj' a riv'nou à l' mohone avou treûs pêres di tchåsses qui dj' n' aveû nin mèzåhe. »  (Thomsin Paul-Henri, Tot po rin?, in: Vlan 5/7/88)

(F) Je suis rentré à la maison avec trois paires de bas dont je n’avais pas besoin.

 

- quand :

(CW) « Vos l’ avoz d’djà bin sûr rèscontré avau lès vôyes, qu’ èlle aleut à l’ djoûrnéye, avou s’ machine à keûde è s’ brès. » (Laloux,1969,48)

(F) Vous l’avez déjà bien sûr rencontrée sur les chemins quand elle allait travailler chez des particuliers pendant quelques jours, la machine à coudre au bras.

(SW) « Dju m’ soûvêrê toudi du l’ prumîre cârte d’ Eûrope quu dj’ avo acheté, èstant scolî, quu dj’ voyadjo dins tous lès payis en-autostop. » (L. Mahin, Lès barakes du Transine, dins l’ timps, AL)

Je me souviendrai toujours de la première carte de l’Europe que j’avais achetée, écolier, quand je voyageais dans tous les pays en auto-stop.

 

- où :

(CW) « V’loz wadjî qu’ à Awagne, o l’ gârdi-rôbe, o clabot do cofe qu’ on stitche lès crèvates, i gn-a co tènawète one rèlike da sint-Elwè. » (Laloux,1969,45)

(F) Veux-tu parier qu’à Awagne, dans la garde-robe, dans le verrou de bois où l’on glisse les cravates, il y a bien une relique de saint Eloi ? 

(EW) lu fontinne quu lès vatches buvèt  

I fêt bon po l' sâhon qu' on-z-èst.   

Lèyoz lès-afêres è l’ plèce qu' èles sont.       

la fontaine où buvaient les vaches

Il fait bon pour la saison où l'on est.

Laissez les choses à l’endroit où elles sont.

(OW) « Mais vous-autes, c’ èst nî l’ ciène què vos stez v’nus au monde. » (Delait,1946,79)

Mais vous autres, ce n’est pas celle où vous êtes né.

(SW) « Lès gazètes du monde entiè ont moustri eune foto qu’ on la vèyét t’ni dins sès brès un p’tit afant qui va mori èt qu’ èle dit : « Lu cörps du Cris ! » (p.245, in : Mouzon Raymond, Sawèr su têre, sawèr prinde su timps, p.243-247, in : Francard,2002)

Les journaux du monde entier ont montré une photo où on la voyait tenant dans ses bras un petit enfant agonisant et disant : « Le corps du Christ ! »

 

- alors que / au moment où :

(CW) « Et li qu’ acoureûve abîye à mèsse tot jusse à strape, qui l’curè dischindeut do l’ tchèyêre di prétcheû; ... » (Laloux,1969,27)

(F) Et lui qui accourait à toute vitesse à la messe au dernier moment alors que / au moment où le curé descendait de la chaire de vérité.

(EW) « Dji l' a vèyou tot-asteûre, (...) qu' i r'montéve lès corotes dè l' rowe. » (Thomsin Paul- Henri, Lu p'tit rossê, in : Vlan, 07/08/90)

Je viens de le voir, alors qu’il remontait les rigoles de la rue..

(OW) « Vos l’s-avîz plantè què dj’ n’ aveu co nus-ans. » (Bal Willy, Quéque fîye!, p.23-24, in: W+ L)

Vous l’aviez planté alors que j’étais encore en bas âge.

 

 - au point que, à tel point que :

(CW) « Bran.mint dès djins qu’ vos sèrîz sbarès si vos l’sèpîz. » (Laloux,1969,53)

(F) Beaucoup de gens à tel point que vous en seriez étonné si vous le saviez.

« Èt tossè èt tossè qu’ i n’ s’ è saveut pus rawè. » (Laloux,1969,153)

Il se mit à tousser au point qu’il ne pouvait plus retrouver son souffle.

(EW) « Lès tabeûrs batît qu’ c’ èsteût mèrvèye.  Et quéne brêrèye, mès frés ! »  (Boussart,1976,30)

Les tambours battaient à tel point que c’était une merveille. Et quelle criaillerie, mes amis !

(OW) « O lès-intind clatchî, qu’ o dirèt

qu’ c’ èst l’ arméye (…) (Renard,1890,43)

On les entend claquer au point que l’on dirait que c’est l’armée.

(SW) « … i voûdot à sèyês, qui v' n' aurîz seû mète in tchin l' uch. » (Louline Vôye, Marîye à l' trique, AL)

Il pleuvait à seaux, au point que vous n’auriez pu mettre un chien à la porte.

 

- pour que :

(CW) Priyîz l’ bon Diè qu’ i djale ! 

(F)     Priez Dieu pour qu’il gèle !

(EW) « Vos m’ alez rafacer s’ visèdje di makêye qu’ on n’ veûse min.me pus l’ plèce là qu’ èlle èsteût. »  (Maquet,1987,13)

Vous allez m’effacer son visage blême et boursouflé pour qu’on ne voit même plus l’endroit où elle était.

(OW) « Fions l’ vèni qu’ i dècide, dins l’ dispute, qui ç’ qu’ a dwèt. » (Bernus,1995,13)

Faisons-le venir afin qu’il décide, au cours de la dispute, qui a raison.

(SW) « Cloyez lès volèts, qu’ i fèye nwâr. » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

Fermez les volets, pour qu’il fasse sombre.

 

- si :

(CW) « Lë cë qu’ avot dès sizeleûs èt qu’ ës djouwin’ aus cautes, è bén i sognin’ leûs bièsses pës timpe. » (Gaziaux,1987,215)

(F) Celui qui avait des invités en soirée et s’ils jouaient aux cartes, eh bien, ils nourrissaient leur bétail plus tôt.

 

- de peur que :

(EW) « Ni v’ clintchîz nin trop’ qui vos n’ toumése. » (Maquet,1987,50)

(F) Ne vous penchez pas trop de peur que vous ne tombiez.

 

-si bien que :

(CW) « (...) woù è-st-èle / Qu’ on n’ l’ ètind nén? » (Massart-Tilmant Germaine, A l’ campagne, témpe au matén, p.29, in: Gaziaux, 1998)

(F) Où est-elle  / si bien qu’on ne l’entend pas ?

 

- sans que :

(W) On bat bin s’tchin qu’ on nè l’toûwe nin.

(F) On bat son chien sans qu’on ne le tue.

(CW) « I n’ passéve ni on tchén avou on tchapîa quë ça n’ së raprouvéve amon l’ Brêyi. » (Gaziaux,1987,219)

Il ne passait pas un quidam sans que l’on ne se rassemble chez Brèyî.

 

- maintenant que :

(OW) « Audjoûrdu, qui dj’ sû d’vènu vî stoumak, pour mi, lès quarante-cénquante ans, ç’ n’ èst co qu’ dès p’tits gaviots, (…). » (Genaux Ben, Come o dit: “C’èst la vîye du monde! ...”, p.87, in: W+ L)

(F) Aujourd’hui, maintenant que je suis devenu vieux, les personnes âgées de quarante-cinq ans ne sont pour moi que des galopins.

 

- comme :

(SW) Quand l’ vî Dâbe è mouru, (…) èt qu’ i n’ avét pont d’ famile, c’ èst l’ chayeteû èt quékes vèjins qui l’ ant voûyè (…).Georges Maurice, Lès djeûs da Justin (IV), p.7-10, in : Singuliers, 1, 2002

(F) Quand le vieux Dabe mourut et comme il n’avait pas de famille, le couvreur et quelques voisins l’ont veillé .

 

- sur lequel :

(CW) « Vos l’vèyîz tofêr trèvautchî l’ viladje à vélo, qu’ i s’ tineûve ossi drwèt qu’on-ûlan dè l’guêre di quatôze. » (Selvais Joseph, E ridant dès sovenances, VA 26/7/99)

(F)Vous le voyiez traverser sans cesse le village à vélo, sur lequel il se tenait aussi droit qu’un uhlan de la guerre de quatorze.

(EW) « … è l’ vîle vôye quu dj’ rote â solo … » (L. Remacle, in : Piron,1979,558)

sur le vieux chemin sur lequel je marche au soleil

« On n' tape pus sès-oûys qui so l' cwårê p'tit bokèt d' papî qu' on-z-a båré on pris po r'mète in-ôte. » (P.-H. Thomsin, Tot po rin?, Vlan 05/07/88)

On ne regarde plus que le petit morceau de papier carré sur lequel on a barré un prix pour en remettre un autre.

 

- avec lequel :

(CW) « Vos-aviz one tram (…) quë lès-èfants d’nalin’ à scole. » (Gaziaux,1987,303) 

(F) Vous aviez un tram avec lequel les enfants allaient à l’école.

(EW) I s' a aqwèri l' vèdje qu' il è batou. 

Il s'est cherché la verge avec laquelle on le bat.

 

- avec qui :

(EW) Is d'hèt toudi avou ci qu' is sont.      

(F) Ils sont toujours du même avis que celui avec qui ils sont.

 

 

Différence 47

« Quand » suivi d’un conditionnel signifie « quand bien même », « même si ».

 

ex. :

(CW) « Maîs i n’ faut nin sayî d’ fé comprinde ça avou dès mots, quand ç’ sèréve dès mots walons. » (Gillain,1932,39)

(F) Mais ils ne faut pas essayer de faire comprendre ça avec des mots, même si c’étaient des mots wallons.

(OW) « Quand d’ aureus co tout l’ôr du mande pou p’li m’ ofri tout ç’ què d’ vôreus! » (Baudrez,1987) 

Même si j’avais tout l’or du monde pour pouvoir m’offrir tout ce que je voudrais !

(SW) « Mês dji m’ vindjerê ! Quand dj’ deûreu co voyè m’ tchin s’ vos troyes po qu’ èles fèchinche dès bocâs èt-z-alè à damadje ! » (Dedoyard,1993,14)

Mais je me vengerai ! Quand bien même je devrais envoyer mon chien vers vos truies pour qu’elles fassent des brèches (dans une haie) et qu’elles causent des dégâts.

 

Différence 48

L'adverbe relatif « èwou » ne s'emploie en wallon que pour marquer une relation de lieu ( pas de temps ).

ex. : (W) li place èwou-ce qui dj' l' a vèyu

        (F)  l’endroit où je l’ai vu(e)

La formule normale est « qui » : « li place qui dj' l'a vèyu » .

Quand le français emploie « où » avec une nuance de temps, le wallon utilise « qui » :

ex. : (F) le moment où vous êtes venus    (W) li momint qu’ vos-avoz vinu

              le jour où cela arrivera                       li djoû qu’ ça ariverè

 

Différence 49

Toute une série de conjonctions wallonnes n’existent pas en français :

-     de temps : dismètant qui (pendant que) , divant qui (avant que), tant qui (aussi longtemps que), tot f’zant qui (en même temps que) ((EW) Bastin,1909,388), djusqu’à tant qui (jusqu’à ce que), tot qwand qui (chaque fois que) (EW), à faît qui, faît-à-faît qui (au fur et à mesure que), do côp qui (au moment où), do trèvint qui (au temps où) (CW) ;

-     causales : po çou qui (parce que) (Bastin, id.), vèyan.mint qui (étant donné que), à pus qui (à moins que) ;

                    -     opposition : au r’gârd qui (alors que).

ex. :

(EW) « Adonpwis, tot d' on côp, dismètant

qu' l' oûhê tchantéve, dji t' a vèyou ... » (Grafé,1987,17) 

(F) Alors, tout à coup, pendant que l’oiseau chantait, je t’ai vue…

« Dè trèvint qu' èle è-st-èvôye, lès feumes rinètèt tote li mohone. » (Lahaye,1999,97-100)

Pendant qu’elle est partie, les femmes nettoient toute la maison.

« ...; fêt-à fêt’ qu’ il avancih’ront, Grindôr èt Anjèle vinront (…). » (Maquet,1987,101)

… au fur et à mesure qu’ils avanceront, Grindôr et Anjèle viendront (…). 

« Tant qu' à mi, dji deû r'passer po mon m' mårène ... » (Grafé,1987,30) 

Quant à moi, je dois repasser chez marraine.

(OW) « Aline su s’ sèle ît come in pakèt qu’ aureut boudji d’ in-d-dins à fét qu’ èle somadjeut. (Bal,1998,59)

Aline était sur sa chaise comme un paquet qui aurait bougé de l’intérieur au fur et à mesure qu’elle sanglotait.

« … tè n’ as seû fé qu’ dès guinguèrlotes

Au r’gârd què mi d’ aî d’ qwè rimpli deûs grandès wotes. » (Balle,2002,14)

Tu n’as pu faire que quelques grelots /avec les cerises cueillies/ alors que, moi, j’ai de quoi remplir deux grandes hottes .

(SW) « A fwaît qu' lès bokions loyint, lès tchèrieûs tchèrdjint t't-à fwaît su ène pètite tchèrète. » (Mahin Lucien, Lès tchèrieûs, in: Ene bauke su lès bwès ..., AL 26/11/85)

Au fur et à mesure que les bûcherons liaient (les fagots), les voituriers chargeaient le tout sur une petite charrette.

« Dji va fè rlèvè lès djins, po v's-alè assîr, su l' tins qu' dj' îrê à l' barîre (...) » (Dedoyard,1998,8)

Je vais demander aux personnes de se remettre debout pour que vous alliez vous asseoir pendant que j’irai à la barrière.

« Fêt-à-fêt' quu lès-anées passièt,

dj' ê seû mète dès sous d' costé. » (Culot,1983,37) 

Au fur et à mesure que les années passaient, j’ai pu mettre de l’argent de côté.

 

 



[1] one aîr peut avoir deux significations : a) l’air (élément)                Ex : viker à l’ boune âir

                                                                    b) l’air (mélodie)  

 

      

       

 

 

 

[6] Notons que le liégeois utilise « nèni » comme en français : « dîre awè ou _ » (dire oui ou non) ; « i n’ vis l’ a nin co rindou ? –  Nèni co. » (il ne vous l’a pas encore rendu ? Non, pas encore.)

[7] Bien entendu,  on dira plus souvent « vôy voltî », « mindjî voltî », « bwâre voltî », « travayî voltî ».

[8] « mièr » est une déformation de « mére ».

[9] Il semble qu'ils aient eu autrefois le même emploi et qu'ils ne se soient séparés que récemment. Les premiers textes liégeois contiennent des exemples du plur. « tos-a-fêt » et du sing. « turtot ». Citons la fin du Dialogue entre Crantche-è-cwèr èt on pôvre ome, p. 252-4 : « qu' av' li diale vèyou tos-a-fêt!... qui n' so-dj' dâné [corr. de doné] tourtot fin mûr ! » (Vous avez sans doute vu le diable tous (autant que vous êtes) ! Que ne suis-je damné tout fin noir !) ~ De plus, « turtot » était autrefois adjectif : « turtos lès bons crustins  » (tous les bons chrétiens).

 

21:34 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.