15/04/2010

Différences 15-20

Différence 15

En français, « qui » pronom relatif sujet ne s’élide pas.

ex. : (F) l’homme / celui qui a fait cela                     l’homme / celui qui vient

             l’homme / celui qui avait fait cela               l’homme / celui qui venait

En wallon, « qui » pronom relatif sujet s’élide

-         devant les voyelles,

-         quand il est précédé d’une voyelle, devant une ou des consonnes non suivies d’une syllabe accentuée :

ex. : (W) « li cia qu’ brèyeûve »   MAIS « li cia qui braît »  (celui qui pleurait)

               « li cia qu’ danseûve »   MAIS « li cia qui danse » (celui qui danse)

               « li cia qu’ fumeûve »    MAIS « li cia qui fume »  (celui qui fumait)

               « li cia qu’ tron.neûve » MAIS « li cia qui tron.ne »  (celui qui tremblait)

 

Sauf devant:

1) /n/ + consonne: « li cia qui n’ conèt rin » (celui qui ne connaît rien) (mais « li cia qu’ nos-aveûve vèyu » (celui qui nous avait vus)) ;

2) /s/ + consonne: « li cia qui scrîjeûve » (celui qui écrivait) (mais « li cia qu’ signaleûve » (celui qui signalait));

3) /v/ + consonne: « li cia qui v’s-aveûve vèyu » (celui qui vous avait vu) (mais « li cia

qu’ vos-aveûve vèyu » (id.)) ; 

4) /z/ + consonne: « li cia qui sbâre lès djins » (celui qui étonne les gens) (mais « li cia

qu’ sibâre lès djins » (id.)).

 

ex. :

(EW) « On n’ a d’djà qu’ saquants djoûs pâr an po s’ ripwèser ». (Qué timps alans-n’ awè ?, in : VA 24/07/00)

(F) On n’a déjà que quelques jours par an pour se reposer.

(OW) « On n’ dit qu’ dès bièstrîyes. (Boitte Jacqueline, Ascoute, p.36, in: W+ L)

On ne dit que des bêtises.

 

Différence 16

Le wallon n’a pas nécessairement une élision où le français en a une.

 

ex. : (CW) Ça èst bia.                     (F) C’est beau.

               Ça èst bleuw.                         C’est bleu.

               Ça èst câssé.                          C’est cassé.

               Ça  è-st-en route .                  C’est en route.

Mais:      C’è-st-auji (Ça è-st-auji).      C’est facile.

               C’è-st-on fèl, mi-n-ome.        C’est un dur, ce type-là.

 

 

1.3.3 Hiatus ou son de liaison

 

Différence 17

L’hiatus résulte de la chute de certaines consonnes étymologiques se trouvant en position intervocalique.

 

a) Ainsi, « y » et « w » sont des semi-voyelles résorbant l’hiatus en wallon là où le français l’accepte.

 

Exemples en sud-wallon :

 

Y

- au début: « la-y-ôt » (là-haut)

- au milieu: après « a »: « payis » (pays), « è »: « tchèyîre » (chaise), « i »: « niyâ » (nichet)

- à la fin du mot: après « ê »: « anêye » (année); « î »: « vîye » (vieux); ou « vindouye » (vendue).

 

W

- après « oû »: « roûwe » (roue); « a »: « quawe » (queue) ; « ou »: « rouwale » (ruelle), « a »: « trawè » (trouer). (Francard, 1980,113-114)

 

Exemples en centre-wallon :                                

trawer /awe/

(F) trouer /ue/

payis /ajI/

(F) pays /εi/

djouwer /uwe/

jouer /ue/

sayî /aji:/

essayer /εe/

l(o)uwer /u-,ywe/

louer /ue/

loyî /Éji:/

lier /ie/

touwer /uwe/

tuer /ye/

Cayin /ajĩ/

Caïn /aĩ/

puwer /ywe/

puer /ye/

rèyél /εje/

réel /eε/

louwandjî /uwã/

louanger /uã/

rèyussi /εjy/

réussir /ey/

jèyant /εjã/

géant /eã/

mi-y-ome*

(mon mari)

 

  • En est-wallon notamment, on trouve l’hiatus pour les adj. possessifs

« mu », « tu », « su » + C: « po m’ frére »; > /mj, tj, sj/ + V: « m’-y-ome », « t’-y-ovrèdje », « s’-y-âme ».  (Remacle, 1952, 337)

            En centre-wallon, « po m’-y-ome, po t’-y-ovradje », mais « si-t-âme » (« qui l’ Bon

            Diè eûche si-t-âme »).

 

ex. :

(OW) « Nosse pawon (...) /

S’ a r’trouvé sins lès plumes di s’ queuwe… » (Lardinois,1995,57)

(F) Notre paon s’est retrouvé sans les plumes de sa queue.

 

Différence 18

b) Le wallon n’évite pas l’hiatus dans certains cas où le français l’évite.

 

dins / on corti

dans È un jardin

il ont / avancî

ils se sont È avancés

on p’tit/ èfant

un petit È enfant

li pot / au bûre

le pot È au beurre

quand / il a stî èvôye

quand È il a été parti

sins / ascauchî [1]

sans È enjamber

sins / assayî

sans È essayer

 

Ainsi, il n’ y a jamais de liaison après le -s du pluriel :

ex. : (F) « les gens /-z-/ assis près de la grande porte »  (W) « lès djins // achîds dé l’ grand uch » mais dans « di timps-in timps » (de temps en temps) : il s’agit cependant ici d‘un emprunt au français ; (F) les enfants intelligents ; (W) « lès-èfants // ont v’nu. »

ex. :

(EW) « … on djowe qwand on-z-a fini sès-ôtes / ovrèdjes. » (Warnier,1988,6)

(F) On joue quand È on a fini ses autres tâches.

« Qu’ èst-ce qui ça pout fé qu’ tot / èva-st-à poûssîre... » (Georges Victor, Dj’ a roté èt roté, p.88, in: W+ L)

Qu’est-ce que cela peut faire si tout part en poussière.

(SW) « On p’tit / avion passe o d’zeû do Sahara. » (Leroy,1999)

Un petit È avion passe au-dessus du Sahara.

 

Différence 19

c) Consonnes de liaison servant à éviter l’hiatus, propres au wallon.

 

« gn »

gn-

« I gn-a one saquî. » (il y a quelqu’un)

/n/

-n-

« mi-n-ome » (ce type-là) 

 

NB : « -n- » : « à » + « -n- » + « on/on-/onk/one »: « à-n-onk », « à-n-one ôte ». (« -n- »   < « èn- » ) (Remacle,1937,40)

/st/

-st-

«Il è-st-èvôye. » (il est parti)

« Is sont-st-o pènin. » (Ils ont des soucis)

 

NB : « -st-« : « t’ è-st-one bièsse » (2e p.); étymologique dans: « di-st-i », « plê-st-i ? », « s’ u plêst-â bon Diu » (s’il plaît au bon Dieu). (Remacle,1937,40)

/z/

-z-

« On-z-a tèlèfoné. » (on a téléphoné)

« po-z-apontyî sès cayèts » (pour préparer ses habits)

 

NB :

pluriel + « z » + V: « dès-omes », « dès grands-âbes », et finale sonore des cardinaux « deûs- », « treûs- »: « deûs-omes », et des impératifs: « djans-è », « alez-è ». (Remacle,1937,40)

 

« -z-«  est devenu consonne de liaison: « va-z-è », « duvant-z-îr », « vint-z-omes », « trop-z-âhi », « tot-z-èwèré », « tot-z-ovrant », « po-z-ovrer », « à-z-ovrer », « dè-me-z-è » (donne m’en), « minez-me-z-i » (menez m’y), « dunoz-me-z-è » (donnez m’en) ;

de même, l’ adverbe « i »: « rin à-z-i fé ». (EW) (Remacle,1937,40)

 

NB : « -t- »  : comme en français: « boudje-t-i ? », « vinrè-t-on ? »

 

ex. : (W)       « -st- »                                             (F)

(CW) « …, dj’ a sti à scole dë ç’ timps quë l’ mêsse èstot-st-èvôye. » (Gaziaux,1987,163)

Je suis allé à l’école pendant que le maître était parti.

(EW) « Èlle èst come ine mêtrèsse qu’ on pout-st-in.mer sins trop’ savu poqwè. » (Fontaine Guy, Èle, p.84, in: W+ L)

Elle est comme une maîtresse qu’on peut aimer sans trop savoir pourquoi.

(OW) « …, èl breune è-st-arivèye èyèt m'nonke dwat s' inraler. » (Painblanc,1984,67)

Le crépuscule est arrivé et mon oncle doit retourner chez lui.

 

ex. : (W)       « -z- »                                             (F)

(CW) « Li grand momint a fini pa-z-ariver. » (Brener,2001,22)

Le grand moment a fini par arriver.

(EW) « A Stâvleû, i gn-a on monumint /

Po-z-onorer leûs mwèrts, (...) » (Elgé,1994)

A Stavelot, il y a un monument pour honorer les morts.

(OW) « ... gn-aveut pus qu’ à s’ bachî pou-z-è rimpli dès banses » (Fauconnier,1993,77)

Il ne restait plus qu’à se baisser pour en remplir des mannes.

(SW) « Dins nos p’tits viyadjes, on-z-î wâde co dès bèlès plèces, ... » (Lhote Jean-Marie, L’ Ârdène, AL)

Dans nos petits villages, on y conserve encore de belles places.

 

Différence 20

N.B. En wallon, on insère parfois un « -d- » à l’intérieur d’une locution prépositionnelle ou adverbiale.

ex :                                                               

(CW) « … one clotche à mantche di-d-quand l' pa da Françwès èsteut ièrdî. » (Laloux,1969,51)

(F) une cloche avec un manche datant de l’époque où le père de François était pâtre

(EW) « Du-d-là, nos-aporçûvans lu bê tchèstê du Sclassin ... » (Fagnoul, 1980,41)

De là, nous apercevons le beau château du Sclassin.

(OW) « In grand bos / Pus grand qu’ lès céns di-d-pâr-ci ... » (Fichet-Doffiny Marie-France, Afrika, p.66, in: W+ L)

Un grand bois / Plus grand que ceux de cette contrée.

 



[1] Sins / + verbe ; sins- + nom : (CW) « sins-ârmwêre » (sans armoire), « sins-ome » (sans homme), « sins-uch » (sans porte)

21:50 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.