15/04/2010

Différences 199-277

Différence 199

Nous employons la préposition « dèviè, aviè » + un nombre quand le français emploie « quelque » ou « à environ ».

ex.: (W) dèviè chîs kulomètes                      (F) quelque 6 km.

 

(CW) « Ça fêt qu’ n’ avans là d’mëré jësk’aviè quatre eûres. » (Gaziaux,1987,160)

Ainsi, nous sommes restés là jusqu’à quatre heures environ.

 

Différence 200

Certaines prépositions s’emploient avec un verbe sans complément exprimé, prenant donc la valeur d’une particule séparée. La préposition se place alors souvent en fin de proposition, sans amener de complément

ex.:

(CW) « C’ è-st-on-ome capâbe, dji n’ dîrè nin conte. » (Laloux,1969,44)

(F)  C’est une personne compétente, je ne le nierai pas.

« C’èst Mâr-Djôsèfe qu’il aveûve tchwèsi, djustumint pace qu’èle ni coureûve nin après. » (E. Gillain, Au culot do feu, p.130)

C’est Marie-Josèphe qu’il avait choisie, justement parce qu’elle ne courait pas après lui.

 

Différence 201

Le gérondif

« Tot » s’emploie devant un participe présent pour former un gérondif.[1]

ex. :

(EW) « I s’ èssoketa, tot rôkiyant. » (Houbart-Houge Jeanne, Nut’ di Noyé, NB 29/1973)

(F) Il s’assoupit en ronronnant.

(OW) « Tout-en sèrant sès-ouys, (…) il a chuvu l’ mésse voye viès l’ sitwèlî (…). » (Bauffe Robert, Li vî ome, p.29, W+ L)

En fermant les yeux, il a suivi la voie principale vers le firmament.

(SW) « Et ça fwèt qu’ il èralot tout cabiançant, (…). » (Binsfeld Franz, Come in toûr du macrâle, AL)

Il retournait chez lui en se balançant …

 

Différence 202

Le wallon ne possède pas de correspondant au « de » exposant d’infinitif en français.

ex.:

(F)  « Eux aussi, de pousser en pleine nature leur avait fait le plus grand bien. »

(P. Marguerite, La faiblesse humaine, I, 2)

(W) À zèls èto, crèche à plin.ne nature leû-z-aveûve faît l’ pus grand bin.

 

Différence 203

Le wallon emploie la préposition « di » là où le français emploie « que » devant « ça », « cela ».

ex.:  (W) Qwè-ce qui c’èst d’ ça?  (F) Qu’est-ce que c’est que cela?

 

Différence 204

« être + P.P. » en français se traduit parfois par « awè + di + P.P. ». (EW : aveûr …)

ex. :

(SW) « Qu’ èst-ce qu’ i gn-a di c’twardu ? » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

(F) Qu’est-ce qui est tordu ?

 

Différence 205

Précision amenée par « di ».

ex. :

(CW) « ... èt lès concîres au d’zos aîr, astok aus-uréyes, è ratindint d’ l’ ôte, di nîve. » (Laloux,1969,42)      

(F) … et les congères à l’abri des intempéries, contre les talus, en attendaient d’autres, des ‘congères de neige’

« Pa l’ fènièsse, Djâke d’ èmon Jènîye ènn’ a bin compté 35 di djins; ... » (id. , p.43)

Par la fenêtre, Jacques, habitant chez Eugénie, en a bien compté 35 personnes.

« N-avot plin l’ èglîjedjins, n-avot bouré d’ djins! » (Gaziaux,1987,266)

Il y avait des gens plein l’église, l’église était bourrée !

« On-n-a bén vèyë ç’ qu’ ës savin’ fé: ambëcieûs come lë diâle, mins (…) minâbes d’ abîyemint. » Gaziaux,1987,319)

On a bien vu ce qu’ils pouvaient faire : très ambitieux, mais (…) miteux.

 

Différence 206

 « L' ôte » est suivi de  « di » (La Gleize : du) (de)  « du » dans de nombreuses expressions:

« du l'ôte dès costés » (de l'autre côté), « l'ôte dès côps » (l'autre fois), « l’ôte du nos vatches » (notre autre vache), « on-ôte du mès fréres » (mon autre frère), « tot l'ôte dès rèsses » (tout le reste). (EW) (Remacle,1937,55)

 

Différence 207

« Di » (La Gleize : « du »)  introduit un complément direct après « louki » et « hoûter » à la 2e personne de l'impératif :

« louke do tchèt » (regarde le chat), « hoûte do r'nâd » (écoute le renard), « hoûte du l' ôte » (écoute l’autre). (EW) (Remacle,1937,56)

 

Différence 209

« Di » (La Gleize : « du ») introduit un infinitif après « èsse » et « saveûr » :

« c' èst co d' vèy », « c' èst co d' à vèy » (c'est à voir), « Adon, c' èsteût du l' vuni dîre » (alors, (ce qu'il y avait à faire), c'était de venir le dire), « s' i saveût d' mî fé tot s'î prindant ôtemint, quu nu l' fuzéve-t-i! » (s’il pouvait mieux faire en s’y prenant autrement), « s' on saveût d' viker dusqu' adon » (si on savait que l'on vivrait jusqu'alors)[2].  Citons un croisement curieux : « i n' saveût nin qwè fé d' fé vacsiner sès bièsses » (il ne savait s'il devait faire vacciner son bétail). (EW) (Remacle,1937,56)

 

Différence 210

Prépositions surabondantes

 

La préposition « di » (La Gleize « du ») est surabondante dans quelques cas : « comme du bin d' djusse » (comme de [bien] juste); surtout avec « l'un... l'autre » : « aler d' onk à d' l' ôte, d' one plèce à d' l' ôte, èrî d' onk du l' ôte » (aller de l’un à l’autre, d’une pièce à l’autre, éloigné l’un de l’autre). (EW) (Remacle,1937,par.64)

En centre-wallon, on dit aussi « c’ èst d’ vôy quand qu’ dj’ aurè l’ timps » (il faut voir quand j’aurai le temps).

« D' à » ou « à du » résultent de la contamination de deux tournures semblables :

« I n'a qu’ à du v'ni » (il n’a qu’à venir), « c' èst co d' vèy » ou « d' à vèy » (il faut encore à voir), « on-z-a bèle à fé » (on a beau faire). (EW) (Remacle,1937,par.64)

ex. :

(OW) « C’ èst s’ faute, à Brussèl, qu’ il a

   bran.mint dès djins. » (Renard,1890,76)

C’est sa faute, à Bruxelles, qu’il y a beaucoup de gens.

(SW) « Ci qui dj’ pou fé, c’ èst d’ tèlèfoner à l’ clinike po one tchan.me. » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

(F) Ce que je peux faire, c’est téléphoner à la clinique pour une chambre.

 

« Di » (La Gleize : « du »)  introduit un infinitif après « qui » (La Gl. : quu) (que) :

« i n' fuzéve quu d' tchoûler » (il ne faisait que pleurer), « i n' pout mâ qu' d' èsse pay » (il ne peut manquer d'être payé), «  s' èle fuzéve tant qu' du n' pus passer d'vant nosse mâhon » (s’il lui arrivait de ne plus passer devant notre maison), « i n' sèrè nin si bièsse quu du d'morer là, quu d' lès lèy fé » (il ne sera pas bête au point de rester là, de les laisser faire). (EW) (Remacle,1937,56) En CW, « dji n’ sèrè mauy si ramoli qu’ dè lî d’ner m’ consintemint » (je ne serai jamais ramolli au point de lui donner mon consentement).

ex. :

(OW) « Cwâre à ça vaut austant què cwâre à leûs promèsses dès capias bûses… » (Quinet C., Godèts, p.25, in : : MA 1/ 2002, p.25-26)

(F) Croire cela vaut autant que croire à leurs vagues promesses.

(SW) « J’ in.mero mî moru qu’ d’ aler tché loû. » (Twisselman,1994,10)

J’aimerais mieux mourir qu’aller chez lui.

 

 « Ni ... qui ... », suivi d’un infinitif doit être relié à celui-ci par « di ».

ex. : (W) Dji n’ faî qui d’ lîre non pus.  (F) Moi aussi, je ne fais que lire.

 

 

Différence 211

« Po » s'emploie plus souvent qu’en français devant un infinitif dépendant de « èsse » (être) :

- « c’ èst bin po v' dîre » (c’est pour vous dire), « çu n' èst nin po v's-èwèrer » (ce n’était pas pour vous effrayer), « il èsteût po fé plêsîr » (il était serviable),

- « il èst po fé çoula, sav', ci galiârd-là » (il est capable d'une mauvaise action pareille, ce gaillard-là), « i s' vout toudi d'hombrer, èt qwand c' èst po 'nn' aler, i n' èst mây prèt' » (il veut toujours se dépêcher, et au moment de partir, il n’est jamais prêt), « c' èsteût on naw, mès qwand quu ç' fouhe po djower one farce, i fouhe toudi l' prumîr » (c’était un paresseux, mais pour jouer une farce, il était toujours premier). (EW) (Remacle,1937,56)

ex. :

(CW) « On-n-aleûve cwêre lë trén à Djodogne ou à Oupâye, quand c’ èsteût po-z-aler à Namêr. » (Gaziaux,1987,315)

(F) On allait chercher le train à Jodoigne ou à Huppaye, quand on voulait aller à Nameur.

(SW) « Si pa dès côps, i gn-aurot unk qui s’rot pou morë, (…). » (Marchal Omer, in : Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

Si, parfois, une personne était sur le point de mourir, …

 

Différence 212

Complément prépositionnel

 

Le wallon emploie souvent deux prépositions, alors que le français en emploie une + nom, ou trois alors que le français en emploie deux.

ex.: (W) di d’dins l’maujo                     (F) de l’intérieur de la maison

              D’ à l’ copète, on vèt lon.              Du sommet, on voit loin.

              di d’ pa-d’vant l’èglîje                   de devant l’église ...

 

Le régime de la préposition peut être un nom, un verbe, une autre préposition et son régime, et même une proposition : « dusqu' à so l' route » (jusque sur la route),  « po d'vès l' Tossint » (pour la Toussaint), « il acoréve du d'vant mon l' curé » (il accourait de l’endroit devant la maison du curé), « tot ruvenant d' aler moûde » (en revenant de l’endroit où il avait été traire), « ènn'aler vè moûde »(aller traire), « qwand dj' avans rad'hindou d' moûde » (quand nous sommes redescendus de l’endroit om nous avons trait), « dju v'zu l' frè po qwand vos r'passeroz » (je vous le ferai quand nous repasserons).[3] (EW) (Remacle,1937,66)

 

ex. :

(CW) « - Waîte! (…), i r’chone Alfonse d’ à

l’ quincayerîye! » (Louis,1998,138-143)

(F) Regarde, il ressemble à Alphonse de la quincaillerie !

« ... dj’ ènn’ aleûve jësk’à yëte dè l’ vële basse. » (Gaziaux,1987,161)

Je m’en allais jusqu’à la ville basse et au-delà.

« … lès têres d’ après Sint-Pîre, après

l’ pavêye d’ Oupâye, n’ èstin’ ni co là së bounes. » (Gaziaux,1987,309)

Les terres du côté de Saint-Pierre, après la route pavée d’ Hupaye, n’étaient pas tellement bonnes.

(EW) « (…), Noyé èsteût ås-aguèts, ... loukant (..) èt s’ hébiant po inte lès cohes (...) » (Franck,1910, 195-202)

Noyé était aux aguets, regardant et se penchant de côté entre les branches.

« Mi, qwand djè l’ veû d’ å lon, dji trèvåtche li route, po nè l’ nin creûheler. » (Lahaye Joseph, Monique, in: CW 6/99, p.97-100)

Moi, quand je le vois de loin, je traverse la route pour ne pas le croiser.

« N’a co mèye èt mèye ons qui lès clokes èrunîyes / Ni sonèt pus lès-eûres d’ à l’ copète dè clokî. » (Georges Victor, N’ a co mèye è mèye ons, p.88, in: W+ L)

Il y a des milliers d’années que les cloches rouillées / Ne sonnent plus les heures au- dessus du clocher.

(OW) « In grand bos / Pus grand qui lès céns di-d-pâr-ci ... » (Fichet-Doffiny Marie-France, Afrika, p.66, in: W+ L)

Un grand bois,/ Plus grand que ceux de cette région-ci.

« L’ ome lès-a pris pau brès... » (Fauconnier,1993,77)

L’homme les a pris par le bras.

(SW) « ... dins l’ lêd toûrnant dë-d-d’ri mon

l’ Chauvau, ... » (O. Marchal, in : Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)     

… dans le virage dangereux derrière la maison de Chauvau, ….

« I gn-avot èn-ome qui ruv'not du l' gâre du Pwès, à pîds paus bwès. » (Louline Vôye, Marîye à l' trique, AL)

Un homme revenait de la gare de Poix, à pied par les bois.

« Mês l’ ôte fis, (...,) riv’néve d’ âs tchamps. » (Dedoyard,1998,7-11)

Mais l’autre fils revenait des champs.

 

Différence 213

En wallon, le complément circonstanciel est toujours accompagné d’une préposition sauf avec des noms de périodes de temps + « passé(ye) », « qui vint », « -ci », « -là ».

ex.: (F) Le soir, je vais prendre un verre.  (W) Au nût, dji va bwâre on côp.

             Ce soir, j’ irai prendre un verre.           Odjoûrdu au nût, dj’ îrè bwâre on côp.

 

(CW) « Vos-atakeroz d’mwin au matén. »  (Rousseau Albert, Maursadjes, p.31, in: Gaziaux, 1998)

(F) Vous commencerez demain matin.

(EW) « Li lèd’dimin å matin qwand il èst bin r’pahou, Zanzan èst so l’ pavêye … » (Warnier,1988,3)

Le lendemain matin, quand il est bien repu, Zanzan est sur la chaussée.

(SW) « (…), is djouwint à l’ ligne tos lès dimagnes du l’après non.ne avou dès pîces du cink sous. » (Pecheur Emile, A l’ ligne, Chronique wallonne, AL 1999)

Il jouaient à la « ligne » tous les dimanches après-midi avec des pièces de cinq sous.

 

Mais:

(W) Li samwin.ne passéye, il a v’nu.         (F) La semaine dernière, il est venu.

       L’anéye qui vint, dj’ aurè m’ dèplome.       L’année prochaine, j’aurai mon diplôme.

       Ci nêt-là, dji n’ a seû clougnî on-ouy.        Cette nuit-là, je n’ai pu cligner l’œil.             

 

Différence 214

Après « à mwins », là où le français peut employer une seule préposition, le wallon doit employer une conjonction.

ex.: (W) à mwins qui d’ ièsse fou               (F) à moins (que) d’être fou.

 

Différence 215

Le wallon coordonne un complément prépositionnel avec un complément sans préposition.

ex. : (W) « È disfûtyî onk do viladje, c’ èst s’ grand plaîji, onk qui ça va mia qui l’s-ôtes. »

               (A. Laloux, Mi p’tit viyadje dès-ans au long, p.138)

(F)    En ridiculiser un du village, pour qui cela va mieux que les autres, c’est son grand

               plaisir.

 

Différence 216

« Volà » (voilà) offre un exemple intéressant de travail analogique.

Ce composé se conjugue, en effet, comme si l' « -à » final était une forme de « aveûr », avoir.

On dit « volaveût, volarè, volareût » : « vo-l' -rulaveût c' one fîe » (voilà qu'il revenait encore une fois), « vo-nos-r'larè co â mine pont » (voilà que nous serons encore de nouveau au même point).

« Volà » suit la concordance des temps : « Volà qu' i vint, qu' i v'na, vo-l'-lareût co qui r'vinreût;  vo-l' -larè co qu’ i r'vinrè, vo-l'-laveût co qui ruv'néve ».[4] (EW) (Remacle,1937,53)

 

 

4.7 L’ adverbe

 

Différence 217

Avec « ènn’ aler » (s’en aller), aux temps composés et surcomposés, on emploie encore « ènn’ ».  « Ènnè » est surabondant.

 

ex. : (W) Dj' ènn’ a ‘nn’ alé.           (F) Je m’en suis allé.

               Nos 'nn avans 'nn’ alé.           Nous nous en sommes allés. (Remacle,1937,68)

 

(CW) « I gn-a min.me onk qu’ a v’nu choûter à mi-uch èt pwîs is ‘nn’ ont ‘nn’ alé do costé d’ l’ Abîye.” (Awoust,1982,152)

(F) Il y en a même un qui est venu écouter à ma porte et ensuite, ils sont partis du côté de l’abbaye.

« I n’ ariveut nin à lachî one parole; i ‘nn’ a ‘nn’ alé d’on randon. » (Louis,1998,138-143)

Il ne parvenait pas à lâcher une parole ; il est parti d’une traite.

(EW) « (...) Awè, dji r’vin ... /  Tot seû, come dj’ ènn’ avû ‘nn’ alé. » (Dodet Charly, Vos p’loz co roter, p.65, in: W+ L)                                       

Oui, je reviens… / Seul, comme j’étais parti.

(SW) « C’ èst bin tchèrdji qui dj’ èn-ons n-alè â matin. » (A. Schmitz, Lès cwades di bwès, AL)

C’est bien chargés que nous sommes partis le matin.

 

Différence 218

L’expression « de son mieux » en français correspond à une formulation avec l’adverbe « mia » ((EW) mî) suivit d’une subordonnée.

ex. : (F)   Il a parlé de son mieux.  (W) Il a causé do mia qu’ ‘l a seû.

 

Différence 219

« Vêci, vêlà » (roci, rolà, doûci, doûlà (OW) ; ci, chal (EW)) peuvent jouer un rôle d'adjectif démonstratif.

ex. : (W) l' aube vêci; li feume vêlà  (F) l’ arbre que voici ; la femme que voilà

 

Différence 220

La négation « nin » ne s’emploie pas avec « sawè » qui signifie « pouvoir, être capable de », ni avec « wasu » (oser).

ex. : (W) Dji n’ sé atraper l’ couche.  (F) Je ne sais pas attraper la branche.        

               Djè n’ lî wasereûve dîre.            Je n’oserais pas le lui dire.

       

En revanche, elle s’emploie toujours avec « sawè » qui signifie « connaître » ou « être au courant de » :

ex : (W) Dji n’sé nin qwè lî dîre.             (F) Je ne sais que lui dire.

 

(W) Dji n’sé nin si ça èst djusse, mins djè l’ a lî su l’ gazète.

(F)  Je ne sais si c’est exact, mais je l’ai lu dans le journal.

 

Différence 221

Dans certaines propositions commençant par « que » signifiant « pourquoi » avec une nuance de défi ou de souhait, le français n’a qu’une négation simple, ce qui est impossible en wallon, qui emploie « duvint-ce ».

ex. : (F) Que ne le disait-il ?            (W) Duvint-ce qu’ i nè l’dijeûve nin ?

 

Différence 222

Le wallon fait une différence entre « assez » (passablement), qui se place devant l’adjectif ou l’adverbe dont il modifie le sens, et « assez » (suffisamment), qui se place après le nom, l’adjectif, l’adverbe ou le verbe dont il modifie le sens.

ex. :

(W) Il è-st-assez vîy.

(F) Il est assez vieux.

Il aleûve assez rade.

Il allait assez vite.

Il èst vîy assez po comprinde.

Il est assez vieux pour comprendre.

I n’ èst nin malin assez.

Il n’est pas assez malin.

I n’ coûrt nin rade assez.

Il ne court pas assez vite.

Dji n’ a nin dès caurs assez.

Je n’ai pas assez d’argent.

 

(EW) «  Èle ni poléve dimoni cou so hame, ossu s’ louka-t-èle si lès boûkètes avît tchôd assez so l’ djîvå (…). » (Houbart-Houge Jeanne, Nut’ di Noyé, NB 29/1973)

(F) Elle ne pouvait rester assise, aussi regarda-t-elle si les crêpes de sarrazin avaient suffisamment chaud sur la tablette de cheminée.

« Signeûr, dj’ a magnî dè l’ djote assez! » (Maquet,1987,21)

Seigneur, ‘j’ai mangé assez de chou ‘ (= je donne ma langue au chat) !

(OW) « Il a dès moumints, du n’ daloûs nîn râde assèz, hin, pa. » (Ecomusée,1985,36)

Parfois, je n’allais pas assez vite, hein, papa.

« Dj’ aî ieû do mau âssez po monter l’ordadje ! » (Dict. Wallon du Centre)

J’ai  eu bien des difficultés pour monter l’échafaudage !

« El pleuve m’ a toudi / rinvèyi timpe assèz (..). » (Quinet,2002,17)

La pluie m’a toujours / réveillé suffisamment tôt.

(SW) « Di tote façon, on vike djà vî assez come ça, èt ç’ n’ èst nin po quékès-anéyes di pus ... » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

De toute façon, on vit déjà assez vieux comme ça, et ce n’est pas pour quelques années de plus…

 

Différence 223

D’autres adverbes ont une position différente de leurs correspondants en français :

1) plus loin dans la phrase ou 2) plus avancés.

ex. : 1) (EW) I fâreût tirer çou qu' èst d'vins foû.   (F) Il faudrait enlever ce qui est dedans.

        2)          Il a oûy fêt tchôd.                                    Il a fait chaud aujourd’hui.  

                     Sé-dje s’ il ont avou îr fêt.                       Que sais-je s’ils ont terminé hier.                    

                     Frè-t-i d’min bon ?                                   Fera-t-il bon demain ?

                     I ‘nn’ aveût brâvemint on pus grand.       Il en avait un beaucoup plus grand.

                     (Remacle,1937,64-65)

 

(CW) « … c’ èstot dès ancyins combatants èto, (…) » (Gaziaux,1987,227)

(F) C’étaient aussi d’anciens combattants .

(EW) « (...) Vos vôrîz qui dj’ creûreû à des sots contes insi ? » (Kinable,1889,17-22)

Vous voudriez que je croie de tels sots propos ?

« Chèrvez-le avou dè l’ cassonåde ou dè l’ confitûre (sic), vo l’ polez fé blamer ossu. » (Ista,1982,9)

Sers-le avec de la cassonade ou de la confiture, tu peux aussi le faire flamber.

(OW) « Pourtant, l’ côp qu’ lès deûs tchots ont v’nu l’ uker ètou, ça n’ a né stî tafètemint l’ min.me.” (Fauconnier,1993,1977)

Pourtant, la fois où les deux petiots sont aussi venus l’appeler, cela n’a pas été tout à fait la même chose.

(SW) « Bin, dji n’ pou bin mâ d’ vos mète on cayèt insi ! »  (Dedoyard,1993,13)

Eh bien, je ne risque pas de vous mettre un tel attirail.

 

Différence 224

« Parfois » = « pacôp, télcôp, télefèye, … » mais aussi « dès côps qu’ i gn-a »

ex. :

(EW) « Dès côps qu’ i n-a qu’ i passe chal divant, parèt, èt pwis dj’ l’ aporçû l’ dîmègne à grand-mèsse. » (Maquet,1987,143)

(F) Parfois, il passe ici devant, voyez-vous, et puis, je l’ai aperçu le dimanche après la messe.

 

Différence 225

« Ni », négation seule, ne s’emploie pas en wallon comme le français « ne » dans les cas :

1) d’un verbe de crainte :

    ex. : (W) Dj’aureûve peû qu’i vêreûve. (facultatif) (F) J’aurais peu qu’il ne vienne.

2) avec un comparatif :

    ex. :  (W) I n’ èst nin ossi sûti qui dj’ pinseûve.     

             (F) Il n’est pas aussi futé que je ne le pensais.

3) avec la conjonction de subordination : divant qui

    ex. : (W) Divant qu’il ariviche, dj’ a catchî l’ lète.

            (F) Avant qu’il n’arrive, j’ai caché la lettre.

 

Mais dans les autres cas où le français emploie « ne », le wallon a une double négation.

ex. :

(F) « On ne voit âme qui vive. » (A. Hella, Le langage et la vie, VA 16/10/79)

(W) On n’vèt nin one âme.

Evite qu’il ne prenne froid

Waîtîz qu’ i n’ eûche nin frèd !

Qui ne le croirait ?                      

Qu’èst-ce qui nè l’ crwêreûve nin ?

«  Gardez qu’on vous voie et qu’on ne vous entende. »  (Molière)

Waîtîz qu’on n’ vos vôye nin èt qu’on n’ vos-ôye nin !

Je n’ouvrirai pas si on ne m’en donne l’ordre. 

Dji n’douvrè nin s’ on n’ m’ è done nin l’ ôrde.

 

 

(CW) « I n’ faut nin fé l’ diâle pus nwâr qu’il èst. » (O. Collet, in: Novèles 10, p.4)

(F) Il ne faut pas exagérer les mauvais côtés d’une situation.

« Li rate zoubèle di pus qu’èle coûrt. » (M. Chapelle, Nov. 15, p.14)

Le mulot saute plus qu’il ne court.

 

Différence 226

(F) « Ne pas de ... ni de ... » : (W) « ni pont di ... ni pont di ... »

ex. :

(CW) « ... on n’ a pont d’ chète didins sès mwins, ni pont d’ clokète. » (Ph. Maudoux, in : Novèles 8, p.3)

(F) On n’a pas d’écharde aux mains, ni d’ampoule.

 

Différence 227

Pour le français, « ne jamais (de) », le wallon doit avoir « ni mauy pont (di) » .

ex. :

(CW) Nosse caracole n’a mauy pont v’lu d’ vélo. (Somme,1982,5)

(F)  Notre escargot n’a jamais voulu de vélo.

 

Pour le français « ne jamais » + « en », le wallon a « è(nn’) » + « mauy / jamaîs pont ».

ex. : (W) Dj’ ènn a mauy pont oyu.    (F) Je n’en ai jamais entendu.

               Dji n’ è rauye jamaîs pont.        Je n’en arrache jamais.

 

Différence 228

« Là »: 1) adverbe de lieu; 2) adverbe d’intensité avec « si ».

ex. : (W) Èle n’èst pus là si djon.ne (= si djon.ne qui ça).  (F)  Elle n’est plus si jeune.                                      

               Ça n’ va nin co là si mau (=si mau qu’ ça).                 Ça ne va pas encore si mal. 

 

(CW) « … lès têres d’ après Sint-Pîre, après

l’ pavêye d’ Oupâye, n’ èstin’ ni co là së bounes. » (Gaziaux,1987,309)

Les terres du côté de Saint-Pierre, après la chaussée d’Huppaye, n’étaient pas si bonnes.

 

Différence 229

Dans une subordonnée de but, la négation se place entre « po » et « qui ».

ex. : (W) Is d’djin.n dès pâtêrs po n’ nin qu’ i moriche.

        (F)  Ils priaient pour qu’il ne meure pas.

 

Différence 230

Dans une infinitive introduite par « di », ou « po », le pronom personnel complément se place entre « ni » et « nin ».

ex. : (W) Sayîz di n’ vos nin man.ni!

        (F)  Essayez de ne pas vous salir !

 

Différence 231

Avec « aler », idée de futur immédiat, + « awè »,  rien ne correspond au français « y ».

ex. : (W) I va awè d’ l’ oradje, si l’ timps n’ candje nin.

        (F)  Il va y avoir de l’orage, si le temps ne change pas.

 

Différence 232

Au français « plus/moins » + sujet + verbe + ..., plus/moins + sujet + verbe + ..., correspond         

                   « pus-ce qui » / « mwins-ce qui » ..., « pus-ce qui » / « mwins-ce qui » ...

ex. :

(W) Mwins-ce qu’ i travaye, pus’ qu’i gangne.

(F)  Moins il travaille, plus il gagne.

Pus-ce qui dj’ bwè, pus’ qui dj’ a swè.

Plus je bois, plus j’ai soif.

Pus-ce qui li tch’vau èst grand, di d’pûs hôt èst-ce qu’on tchaît.

Plus le cheval est grand, plus on tombe de haut.

 
Différence 233

Avant « èchone » (« èsson.ne » (EW)) (ensemble), on emploie « qui » dans le sens du français « avec qui, avec lequel ».

ex. :

(CW) « Sès vîs soçons, qu’ il avint stî djon.nes èchone. » (Laloux,1974,184)

(F)  Ses vieux amis, avec lesquels ils avaient été jeunes.

 

Différence 234

« Èchone » (« èsson.ne » (EW), « èchène » (OW)) (ensemble) est parfois utilisé comme renforcement.

 

(CW) « Ele avot l’ aîr d’ one boune vîye grand-mére, tote racrapotéye èchone. » (Moureau,1943,871) 

(F) Elle avait l’air d’une bonne vieille grand-mère, bien recroquevillée.

 

Différence 235

« Tot », suivi d’un adjectif tel que « fwârt», « bia », « vîy », ... en wallon, se traduit en français par « bien ».

ex. : (W) On si r’trove tot vîy.                         (F) On se retrouve bien vieux. 

               Nos n’s-avans r’waîtî tot bièsses.           Nous nous sommes regardés bien bêtes.

 

(CW) « Onk di sès fis, on grand gamin dèdjà tot fwârt. » (Houziaux, On d’méy …, p.31)

(F)  Un de ses fils, un grand garçon déjà bien fort.

 

Différence 236

« Tot » précède toujours + « bas », « hôt », « près », « seû », « nu », « timpe », - pas en français -, dans : 

ex. : (W) causer tot bas               (F) parler bas, murmurer

               causer tot hôt                      parler distinctement 

               tot près d’ zèls                    près d‘eux

 

Aussi :

(CW) « … li tot seû, ... » (Laloux,1969,31)

(F) lui seul

(OW) « C’ èst l’ bon Dieu, lu tout seû, qui done èt qui rind l’ vîye (Renard,1890,71)

C’est le bon Dieu, lui seul, qui donne et rend la vie.

(EW) « C' èsteût 'ne bèle grande båcèle drèssêye là, cåzî tote nowe, divant mi. » (Grafé,1987,42-44)

C’était une belle grande fille, debout là-bas, quasi nue, devant moi.

« Tot timpe å matin, lès djins l’ vont gålioter : dès gli-ng’-glans chal, dès gågåyes là, on vrêy tiyou d’ Noyé ! » (Boussart,1976,18) 

Tôt le matin, les gens vont le parer : des pendeloques par ci, des colifichets par là, un vrai tilleul de Noël !

 

Différence 237

Le wallon emploie souvent l’adverbe « tot », alors que le français emploie l’adjectif indéfini.

 

« Tot », dans le sens de « complètement », s’emploie avec un verbe conjugué et un COD qui suit ce verbe.

ex.  (W) Dji n’ a nin tot bwèvu m’cafeu.             (F) Je n’ai pas bu tout mon café.

              I n’a nin tot mindjî s’ soupe.                        Il n’ a pas mangé toute sa soupe.

              Nos n’avans nin tot vèyu l’ mûséye.            Nous n’avons pas vu tout le musée.

              Dj’ a tot rèmantchî l’ moto.                          J’ai réparé toute la moto.

        

(CW) « Là vraîmint pont d’ djoûs qui nn’ ans tot faît l’ awous’. » (Laloux,1969,201)

(F) Nous venons de moissonner tout récemment.

« On-z-aveut tot faît l’bagadje. » (Laloux,1969,62)

On avait fait toute la vaisselle.

(EW) « L’ âbe s’ a tot r’pondou èn-ôr. » (Chastelet,1990,16) 

L’arbre s’est repeint complètement en or.

 

Différence 238

« Tot » ne se joint pas à « come » ni à « onk ».  En wallon, on dit « tot-à faît l’min.me » .

ex. : (F)  Qu’il approuve ou me blâme, c’est tout un.

        (W) Qu’ i fuche d’acôrd avou mi, ou qu’ i trouve à r’dîre, c’ èst t’t-à faît l’ min.me.

 

Différence 239

Notons aussi le placement typique de « tot » dans :

« Dju nu l' veû d' tot gote »  ou « gote du tout »; « i n' a d' tot rin » ou « rin du tout »; « c'èst tot-on-ôte ome » (c'est un tout autre homme). (EW) (Remacle,1937,50)

 

Différence 240

« Trop, pau » + verbe sont précédés de « di ».

ex. :

(CW) « Nin d’ trop djâsè. / Nin d’ trop s’ vantè. » (Houziaux,1974,69)

(F)  Ne pas trop parler.   / Ne pas se vanter outre mesure.

 

Différence 241

 « Qui » ((EW (La Gleize) quu), adverbe

« Quu » (que) est adverbe comme en français : « quu d' tins a-t-i, voste èfant ? » (quel âge a-t-il...), « quu d' tins fât-i po-z-aler là ? » (que faut-il de temps... ?).

Il signifie « quelque » et, en corrélation avec un autre « que », introduit des subordonnées concessives : « quu bin qu' çoula vasse (ou ca bin qu'...) » (bien que cela marche), « quu grand, quu p'tit, quu malin qu' i seûye, quu tot qu' i 'nn' âye, i 'nn'a nin co assez » (bien qu'il soit grand, petit, malin, bien qu’il en ait beaucoup, il n’en a pas encore assez), « quu pô qu' i 'nn' âye, i 'nn' a co trop' » (qu’il ait aussi peu que possible, il en a encore trop). (EW) (Remacle,1937,53)

 

Différence 242

« Î » (La Gleize (EW) « i ») (y) fonctionne souvent comme pronom personnel, surtout :

-         comme prédicat: « i n' a nin co stou sôdâr , mès i-z-i sèrè bin vite » (il n’a pas encore été soldat, mais il y sera vite), « dj' i so, sés-se, nâhi (j’y suis, sais-tu, mais je suis fatigué) ;

-         comme régime direct : « lu ci qu' èst bon i pinse lès-ôtes » (celui qui est bon croit

      les autres tels), « i n’ t’ a nin fêt mâ, lu, mès mi dj' t' i va fé » (il ne t’a pas fait du mal,     

      lui, mais moi, je vais te le faire).

-         comme régime indirect (tout comme ici en liégeois) : à La Gleize : « dj' ènn' i dinrè »

      ou « dju li ènnè dinrè » (je lui en donnerai);  « il a co fêt fé çoula du s' frére, mètans » :

      réponse : « n' î fêt-i nin fé t't-a-fêt ? » (ne lui fait-il pas tout faire ?) ; « dju n' i-a nin

      d'né » ou « dju n' li a nin d'né » (je ne lui ai pas donné). Notons que dans ce dernier

      exemple, [dju n'y a] pourrait être altéré de [dju n' ly a]. (EW) (Remacle,1937,53-54)

 

Différence 243

Au français « ci-contre, ci-dessous, ci-après, là-dessous, là-dessus, ci-joint, ci-inclus » correspond « avou çoci ».

ex. : (F) Vous trouverez en annexe les deux lettres. (W) Vos troveroz cès 2 lètes-ci avou çoci.

              Vous recevrez ci-inclus la copie.                        Vos r’çûroz l’ copîye avou çoci.

 

Différence 244

« Su » et « èt su » (EW (La Gleize)) sont adverbes devant un impératif après une subordonnée.

Pour « su », nous n' avons relevé qu'un exemple, et c'est un proverbe : « là quu t' n' as qu' fé, su n' t' i boute » (où tu n'as que ( = rien à) faire, ne t'y pousse pas). Pour « èt su », les exemples abondent, et la première proposition est toujours introduite par  « su » (si, puisque) : « su t'as fin, èt s' magne », « su t'as seû, èt s' beû », « su vos n' vloz nin louki , èt su n' loukiz nin », « su t'ès nâhi, èt s' va su t' rupwèse », « su vos nu l' poloz d'né, èt su l' wârdez ». (EW) (Remacle,1937,57)

 

Différence 245

« Si » est utilisé pour renforcer l’adverbe ou l’adjectif qui suit.

ex. :

(EW) « Dju make on si tél côp à t' bièsse quu dji l' laî so plèce! » (Feller,1906,126

(F) Je frappe un coup si fort que je le laisse sur place !

« Li nîvaye riglatih si télemint qu’ on î veût cåzî come di djoû. » (Houbart-Houge Jeanne, Nut’ di Noyé, NB 29/1973)

La neige brille tellement qu’on y voit presque comme en plein jour.

(SW) « ... qui l’ pére èstéve si télemint contint qu’ i l’ fièstichéve. » (Dedoyard,1998)

… que le père était tellement content qu’il le fêtait.

 

Différence 246

« Plus un » se traduit en wallon par « pus nin onk / one ».

ex. :

(EW) « Pus nin ‘ne blawète, pus nin ‘ne cawète, - (...) - nin l’ pus p’tit fichtou

d’ loumîre ... » (Maquet,1987,13)

(F) Plus une étincelle, plus un cordon, pas le moindre petit faisceau de lumière …

 

 

4.8 La conjonction

 

4.8.1. Conjonction de subordination

 

Différence 247

Le wallon emploie le plus souvent, comme relatif exprimant un rapport de lieu, « qu’ dj’ î », « qu’ t’ î », « qu’ il î », « qu’ èlle î », « qu’ nos-î », « qu’ vos-î » .

ex. :

(CW) « Djon.ne rève qui boute dins in prîjon qu’il î faît trop p’tit. »  (L. Somme, Vîye di djin, p.4)

(F) Jeune rêve qui travaille dans une prison où  c’est trop petit.

(EW) « ... dji n’ sé k’bin d’ feumes (...) qui

s’ qwèrît mizére po-z-èsse li prumîre å batch qui treûs d’ zèls s’ î d’vît lâver (...) » (Houbart-Houge Jeanne, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

Je ne sais pas combien de femmes  se cherchaient misère pour être la première au bac où trois d’entre elles devaient se laver.

(SW) « ... in p'tit strèt longu tunèl qu' il î fwèt nwâr come dins in for. » (Mahin Lucien, alias Louline Vôye, Lès tchèrieûs, in: Ene bauke su lès bwès ..., AL 26/11/85)

un petit tunnel étroit et allongé où il faisait noir comme dans un four

 

Différence 248

« Qui » (que) pléonastique

Si un complément ou adverbe circonstanciel suit la conjonction de subordination « qui », on répète « qui » . [5]

ex. : (W) Is d’djin.n qui l’ lèd’mwin, qu’ il îrin.n.

(F)    Ils disaient que le lendemain, ils iraient.

 

(OW) « C’ èst què, dins cès djins-là, (…), /

Quand vos d’nez in djigot, qu’ i leû fourout bî ‘ne cens’. » (Delait,1946,51)

(F) C’est que, dans ce milieu-là, quand vous donnez une pièce d’un centime, il faudrait bien une pièce de deux.

(EW) « … nos-èstans è viyèdje di Noyé qui v’là l’ qwatrin.me an.nèye qu’ on l’ rimonte chal à Lîdje. » (Weerts Christophe, in : Calendrier CRIWE, déc. 1990)

Nous sommes dans le village de Noël que l’on remonte depuis quatre ans à Liège.

 

Différence 249

« Di ç’ qui » (ce dont)

ex. : (W) Là di ç’ qui v’s-auroz (= dè l’ baguète), si vos n’ vos djokez nin binrade! 

        (F) Voilà ce dont vous aurez, si vous ne vous arrêtez pas bientôt !

 

Différence 250

La conjonction « qui » qui répète une autre conjonction employée pour une proposition coordonnée qui précède est toujours nécessaire en wallon.

ex. : (W) Quand l’ maîsse nos-apiceûve pa noste orèye èt qu’ i nos satcheûve foû do banc (èt

                nos satchî foû do banc)…

        (F)  Quand le maître nous prenait par l’oreille et nous tirait hors du banc…

 

(OW) « C’ èst l’ bon Dieu, lu tout seû, qui done èt qui rind l’ vîye (Renard,1890,71)

C’est le bon Dieu, lui seul, qui donne et rend la vie.

 

Différence 251

La conjonction wallonne « quand » peut être précédée de « po » et l’ensemble va signifier  « pour le moment où ».

ex. :

(W) Lèyî tot ça là. C’èst po quand dji r’vêrè.

(F)  Laissez tout cela là. C’est pour le moment où je reviendrai.

 

(W) Po quand  on monterè l’ chaule, dji vôreûve qui l’ coleûr sèreûve prète.

(F)  Pour le moment où on montera l’échelle, je voudrais que la couileur soit prête.

 

(CW) Il ont sti à Sint-Djèrmwin, don, sins l’ gamin, èt po quand ‘l ont r’vënë, l’ gamin rotéve! » (Gaziaux,1987,275)

(F) Ils sont allés à Saint-Germain, voyez-vous, sans le fiston, et pour le moment où ils sont revenus, le fiston marchait !

 

Différence 252

« Quékefîye qui » (« mutwèt qui » (EW)) suivi d’un sujet et d’un verbe est la seule façon de traduire « peut-être » suivi d’une inversion. 

ex. : (F) Peut-être te le dira-t-il.                         (CW) Quékefîye qu’ i vos l’ dîrè.

 

Différence 253

Après la locution « qui que ce soit qui », le français utilise un verbe au subjonctif. Le correspondant wallon est à l’indicatif.

ex. :  (F) Qui que ce soit qui l’ait vu, on l’a vu. 

        (W) Quî qui ç’ fuche què l’ a vèyu, on l’ a vèyu.

 

Différence 254

Après une principale contenant une forme au conditionnel du verbe « vouloir, aimer, désirer », suivi d’un infinitif + COD, le verbe de la relative dépendant de ce COD est, en wallon, à l’indicatif ou au conditionnel, et, en français, au subjonctif.                  

ex. : (F)   Je voudrais rencontrer quelqu’un qui sache le chinois.

        (W) Dji vôreûve rèscontrer one saquî qui conèt / conireûve li chinwès.

 

Différence 255

Si on intercale un complément après une conjonction, on répète cette conjonction après le complément.

ex. :

(CW) « Calbalasse m’a dit qu’ à ç’ momint-là, qu’ i djouweûve aus cautes avou Piêre Palète, ... » (Awoust,1982,10)

(F)  Calbalasse m’a dit qu’à ce moment-là, il jouait aux cartes avec Pierre Palète, …

 

Différence 256

Dans les phrases du type « il vient quand on y songe le moins », la temporelle se traduit par un superlatif dont dépend une subordonnée introduite par « qui » (que), relatif ou conjonction.

ex. : « i vint â mons qu' on-z-i sondje » (il vient quand on y songe le moins), « i vint â pus hâsse qu‘ on-z-a » (il vient quand on est le plus pressé), « â pus mâ qu' on-z-èst » (quand on est le plus mal), « c' èst dès djoûrs çou-vola, â mî l' tins qu' on-z-a du l' lîre, lu gazète » (ce sont des jours où on a mieux le temps de lire le journal). (EW) (Remacle,1937,74)

 

« au pus ... qui ... »

ex. : (W) Au pus ridant qu’ i fieûve, i ‘nn’ aleûve co tayî o bwès.

(F)    Il pouvait faire ‘le plus glissant possible’, il allait encore abattre le bois.

 

« au mwins’ qui »

ex. : (W) Au mwins’ qu’ on s’ î atindeûve, vo-le-là arivé èt s’ mète conte li tauve.

        (F)  Au moment où on s’y attendait le moins, il arriva et se mit contre la table.

 

« au pus bia qui »

ex. : (W) Au pus bia qui nn’ alin.n gangnî, ‘là qu’ l’ ârbite choufèle èt arèter l’ match.

        (F)  Au moment même où nous allions gagner, l’arbitre siffla et arrêta le match.

 

Différence 257

Le wallon utilisera « qwè » tandis que le français dira « que ».

ex. : (W) Dji n’ lî sé qwè dîre .               (F) Je ne sais que lui dire.

              

Différence 258

« Qui » ((EW : La Gleize) quu) (que) s'omet parfois notamment après l'impersonnel « faleûr » (falloir) :

« i fât dj' i vasse » (que j'y aille), « c' èst çou qu' i fâreût (qu') lès djins frint ». Il s'omet aussi après « duvant », « tant », « là » (où), « d' oû vint » (pourquoi), et il est facultatif après « qwand » : « duvant (qu') vos n' sèyohe là»,  « il ovrint tant (quu) n' fouhins là », « il a ovré tant (qu' i)l a plou », « lès vatches magnèt là (qu' è)les sont », « qu'èle vasse là (qu' è)le vout », « qu' i vègne qwand (qu' i) vout »; « sav' bin d'oû vint (qu' i) n'a nin v'ni ? ». (EW) (Remacle,1937,69)

 

Différence 259

« Èt qui » amène une nuance d’opposition

ex. : (W) Come il a rarivé (d’ièsse prîjenî) ramwinri, èt qu’ ‘l èsteûve si craus d’vant l’guêre!

(F)    Comme il est revenu amaigri (de son séjour dans un camp de prisonniers), alors qu’il était si gras avant la guerre !

 

        (W) Asteûre il a on bia mwin.nadje, èt qu’ ‘l ont mankè di s’ dèvôrcer!

        (F)  Maintenant, ils forment un bon ménage, alors qu’ils ont failli divorcer !

 

Différence 260

« Qui »,  conjonction,  le deuxième élément de la comparaison, correspond à la préposition « à » en français.

ex. :

(CW) « Fin parèy qui lès compôsiteûrs, i mârkeut s’ nom pa-d’zeû … » (Houziaux,1964,50)

(F) Tout pareil aux compositeurs, il marquait son nom en dessous.

(EW) « Tot fé parèy qui lu, (...) èle tchèrèyerè co s’ vôye. » (Joachim,1988,7)

Tout pareil à lui, elle continuera son bonhomme de chemin.

 

Différence 261

« Qui » + négation peut exprimer une opposition.

La subordonnée qu’il introduit se rend souvent en français par « sans » + infinitif .

ex. : (W) On bat bin s’ tchin qu’on nè l’ toûwe nin.

         (F) On bat bien son chien sans qu’on ne le tue.

 

Différence 262

La conjonction « come » peut signifier « come si ».

ex. :

(CW) « I scayeteut à places, come il aureut ieû lès plokètes. » (Laloux,1969,33)

(F) Sa peau s’écaillait par endroits, comme s’il avait été atteint de la variole.

« Come èlle ènn’ aureut jamaîs ‘nn alè. » (Laloux,1974,96)

Comme si elle n’était jamais partie.

 

NB: « come»  = « come si »: cf le néerlandais: « als » = « alsof ».

 

Différence 263

Après « télemint », le wallon ajoute « qui », le français se contente de « tellement ».

ex. :

(W) Li ri a disbôrdé télemint qu’il a ploû.    (F) Le ruisseau a débordé tellement il a plu.

 

(OW) « Dj’ èroû bî triboulé, télemint què d’ dèvenoû flotche ! » (Dulait,1946,19)

Je serais bien tombé, tellement je faiblissais.

(SW) « I fajét peûr télemèt qu’ il astét nwâr èt niche. » (Mouzon Gabrielle, Î toûr chez l’ marchau, AL)

Il faisait peur tellement il était noir et sale.

« ... lès chwapes nu chûjièt pus tèlemèt quu lès gansières êrièt hôtes. » (Culot Calixte, La sorcière, AL)

Les pelles ne suivaient plus tellement les congères étaient hautes.

 

Différence 264

Le « que » prenant la place du verbe « être » ne se traduit pas en wallon.

ex. : (F) Quel champion, que ce Merckx!           (W) Qué champion, ç’ Merckx-là!

 

Différence 265

Le wallon peut sous-entendre une conjonction.

ex. :

(CW) « I n’ èsteut nin co d’ one eûre à l’ câriére, i s’ ragranceut d’ ièsse à l’ nêt. » (Laloux, 1969,39)                

(F) Alors qu’il n’était pas encore depuis une heure à la carrière, il espérait        impatiemment d’être le soir.

 

Différence 266

Après « quand », on a parfois « c’èst qui ».

ex. :

(CW) « Po qu’ on seûche, èt l’ dîre à nos p’tits,  / Quand c’ èst qu’ leûs-éles ont faît leû sâye, / Qu’ on n’ èst jamaîs si bin èchone,

(…) » (Guillaume,2001,14)

(F)   Pour qu’on sache, et qu’on le dise à nos petits, / Quand leurs ailes ont fait leur essai, / Comme on n’est jamais aussi bien ensemble, …

« Quand c’èst qu’ on nos mascaurdéye, ... » (L. Léonard, in: CW 4/1969, p.95)

Quand on nous assomme, …

(EW) « Qwand c’ èst qu’ on v’néve foû dè l’ gåre, i faléve co monter so on camion (...) » (Houbart-Houge Jeanne, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

Quand on sortait de la gare, il fallait encore monter sur un camion.

 

 

4.8.2 Conjonctions de coordination

 

Différence 267

La conjonction « èt » n’a jamais de nuance d’opposition, ce qui arrive en français; en wallon, l’opposition se rend par « mins ».

ex.: (F) « Je plie et ne romps pas. » (La Fontaine, Le chêne et le roseau)

      (W) Dji pléye, mins dji n’ câsse nin.

 

Différence 268

 « Si » ((La Gleize (EW) : « su »), seul, coordonne deux impératifs dont le premier est une forme de « aler » ou de « vuni », et dont le second indique le but du mouvement. Cette tournure se traduit en français par l'impératif de « aller » ou de « venir » suivi d'un infinitif.

ex. : «  Va s' djowe »  (va jouer), « vin s' djowe » (viens jouer), « va on pô s' louke » (va un peu regarder), « vin on po s' veû » (viens un peu voir), « va su t' coûke » (va te coucher), « vin-è su t' tchâfe » (viens te chauffer), « nu va nin co s' passe è l' êwe, sés-se » (ne va pas encore passer dans l' eau, sais-tu), « alez s' dwèrmiz » (allez dormir), « alez su v' coûkiz » (allez vous coucher), « vunoz s' djowez » (venez jouer), « vunoz on pô su v' porminez » (venez vous promener un peu). (EW)[6]

 

Différence 269

Deux impératifs quelconques sont coordonnés par « èt su » et cette locution a le sens de « èt ».

ex. : « va-z-è èt su t' duhombère » (va-t'en et dépêche-toi); « prind-le èt s' mu l' dène » (prends-le et donne-le moi), « rètchiz su èt s' priyiz l' bon Diu qu' i djale » (crachez dessus et priez Dieu pour qu’il gèle), dit-on par plaisanterie à celui qui vient de casser quelque chose; « rote tot dreût èt s' toûne qwand fât » (marche tout droit et tourne quand il faut).

On remarquera que le pronom régime précède le dernier des impératifs. : il en est toujours ainsi après « su ». (EW) (Remacle,1937,57-58)

Voir aussi en liégeois : « intrez èt si v’s-achiez » (entrez et asseyez-vous) (liég., aussi sv.), « bouhans l’ martchî djus èt s’ nos marians nos » (concluons le marché tout de suite et marions-nous). (Haust, 1933,591)

ex. :

(OW) « Mindjèz èt s' vos taîjèz. »

 (Balle,1963)

Mange et tais-toi.

 

 

Différence 270

« Èt su » peut aussi relier deux verbes à un autre mode que l'impératif. Mais d'ordinaire, le second verbe renchérit plus ou moins sur le premier.

Il faut distinguer deux cas :

1) « èt su » lie deux verbes à la troisième personne. Il a alors le sens de « èt », et le sujet des verbes ne s'exprime que devant le premier à La: « i-z-i ala èt s' î d'mora » (La Gleize, aussi sv.) (il y alla et y resta), « il ont djà twé leû bièsse èt s' l'ont pèlé èt tot » (ils ont déjà tué leur bête et l’ont entièrement pelée) ; « i l' prihe èt su l' magnahe » (il l' aurait prise et mangée) ;

2) « èt su » coordonne deux verbes à la 1ère ou à la 2e personne. Alors, le pronom sujet du second verbe est rejeté après lui.

ex. : « dju l' haprè, èt su l' raminerè-dje, vos vièroz » je le déroberai et je le ramènerai, vous verrez), « tu l' prindrès èt s' l' atèlerès-se, sés-se » (tu le prendras et tu l’équiperas, sais-tu).      Dans la conversation, « èt su » lie fréquemment à la phrase d'un des interlocuteurs une   répartie renchérissante d'un autre : « nos l' ècrâherans, nosse djuni. - Ây, èt su

l' towerans-n', èco » (nous l’engraisserons, notre génisse ; oui, nous le tuerons aussi)   

Notons que le sujet des propositions liées n'est pas toujours le même :  « i l'zi hapéve

leûs poumes èt s' l' a-t-on vèyou, pouman.me » (« pour ou par mon âme » = paraît-il) (il volait leurs pommes et on l’ a vu, paraît-il). (Remacle,1937,58)

 

 

4.9 La proposition

 

4.9.1 Proposition principale

 

Différence 271

Il est impossible d’avoir  « cinq heures sonnaient » ou « cinq heures approchaient ». Nous employons dans ce cas une tournure impersonnelle :

ex. : (W) I soneûve cink eûres.   Il aprotcheûve di cink eûres.

        ou : Il  aleûve soner.            Il èsteûve quausu cink eûres.

 

(EW) « I sone dîj eûres, li tchandèle èst fondou. (…). » (Léonard Marcel, Sins loumîre !, p.165, in : Francard,2002)

(F) Dix heures sonnent, la bougie est fondue.

 

 

Différence 272

Un adjectif qualificatif ne peut commencer une proposition en wallon que suivi de « qui ».

Ex. : (W) Disbautchî qu’ ‘l èsteûve, noste ome !

         (F)  Triste était l’homme en question.

 

               (W) Is sont râres, lès momints qu’on-z-èst vraîmint eûreûs.

         (F)  Rares sont les moments de vrai bonheur.

 

NB : Un adjectif qualificatif peut commencer une proposition s’il n’ y a pas de verbe conjugué, construction inconnue en français. (cf Différence 39)

ex. : (W) Disbautchî, on-ome !    Paf, on gamin !            Mwaîs, lès djins !

        (F)  Un homme très déçu !   Un garçon stupéfait !  Les gens étaient fâchés !

 

(CW) « Binaujes, lès-èfants. C’ èst qu’ noste ome, i raconte ça come ci s’reut l’ pus bèle dès fauves » (Au catrèssime, in : Chîjes èt Paskéyes, VA 24/08/02)

Les enfants étaient contents. Il se fait que notre homme raconte ça comme si c’était la plus belle des histoires amusantes. 

 

Différence 273

Egalement, afin d’insister sur un complément, on le place en début de phrase et les autres compléments sont introduits ensuite par « qui ».

ex. :

(CW) « Lès djins ont byin travayi!  Lë moncia d’ bèsognes qu’ ël ont fêt! » (Gaziaux,1987,168)

(F) Les gens ont beaucoup travaillé ! Ils ont abattu quantité de travaux !

« Dès-eûres d' astok quë nos nos lëmînes insë! » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB 18, s.d.)

Nous nous éclairions ainsi pendant des heures !

(EW) « … passé mèye-nut’, savez, qu’ il èsteût. » (Maquet,1987,140)

Il était minuit passé, voyez-vous.

« Et il atake li deûzin.me mèsse.  C' èst là, måleûreûs qu' il èst, qui l' diâle èl ratindéve. » (Prigneaux,1985,93)

Et il commence la deuxième messe. C’est là, le malheureux, que le diable l’attendait.

(OW) « Mais, franc come in tigneû qu' il ît, i s' infonce au pus pèrfond du bos. » (Lefebvre Marc, Léjande du Bos d' Wauhu, EM 6/82.)

Mais effronté, il s’enfonce dans la partie la plus profonde du bois.

 

 « Tês-se » (impératif pour « tais-toi » en est-wallon et en sud-wallon, est utilisé en wallon au sens de « sans doute », comme formule d’affirmation :

ex. : (EW) Tês-se quu vos r’vinroz co ! (= Vos r’vinroz co, tês-se !)  Tês-se qu’ ây !

(F)       Vous reviendrez sans doute encore.                                     Oui, sans doute !

   

(SW) « Taîs' qu' ây, ca vou-le-là qu' i s' dit: « Là, wê, ç' qu' i m' faurot pou marèder. »  (Ferrauche,1982,203) 

(F) Peut-être que oui, car voilà qu’il se dit : « Voilà ce qu’il me faudrait pour dîner. »

 

 

Différence 274

Dans une principale, on utilise en wallon l’inversion comme dans une question directe pour exprimer une exclamation en français introduite par « comme ».

ex. :

(CW) « A-t-i aviyi su deûs mwès d’ timps! » (Louis,1998,138-143)

(F) Comme il est devenu vieux en deux mois de temps !

 

Différence 275

Quand une série de verbes juxtaposés ont le même sujet, en wallon, on le répète.

ex. : (F) Le soir venu, je rentrai chez moi, fermai ma porte et me mis au lit. » (Musset,

                Confessions, III, chap. 5)

       (W) Quand l’nût / nêt a stî tcheûte, dj’a r’moussî è l’ maujone, dj’ a sèré mi uch èt dj’ m’          

                a coutchî.

Le néerlandais serait comme le français : il dirait : «Toen de nacht gevallen was, ging ik thuis binnen, deed mijn deur dicht en ging naar bed. »

 

Différence 276

En wallon, « après » + nom + part. passé correspond à « quand » + temps surcomposé.

ex. :

(W) Après l’ pré tchampyî, nos laîrans r’crèche èt pwîs fèner.

(F)   Quand on aura mis du bétail dans le pré, nous laisserons repousser les herbes et nous

fanerons.

 

(W) Après l’ foûr fèné, nos laîrans r’crèche èt mète au tchamp.

(F)  Quand le foin aura été fané, nous laisserons repousser l’herbe et nous y mettrons le bétail.

 

(W) Après lès canadas cûts, vos mètroz l’ tchau cûre.

(F)  Quand les pommes de terres auront été cuites, tu feras cuire la viande.

 

Différence 277

Au français :  « et » + sujet + « de » + infinitif, correspond le wallon : « (èt) » + infinitif + sujet ou : « (èt) » + infinitif + « qui » + sujet + verbe conjugué.

ex. : (W) (Èt) couru lès djins !  = (Èt) couru qu’ lès djins fyin.n !

        (F)   Et les gens de courir !

 

(CW) « Et raconter l’ome, qu’ avou l’ dame di scole, is l’ vont veûy à l’ clinike. » (Somme L., … On djoû solia, VA 31/08/02)

Et l’homme de raconter qu’avec la maîtresse d’école,  ils vont la voir à la cliique.



[1] A La Gleize (EW), le participe présent servant à former le gérondif est généralement précédé de « tot », sauf après « aller », « vuni », où il est précédé de la préposition « à » : « i 'nn' aléve à hossant so sès djambes » (il s’ en allait en vacillant) ; « i v'néve à catchant s' bokèt d' tchâr » (il venait, cachant son morceau de viande), le gérondif décrit ici le mouvement exprimé par le verbe principal.

« ènn' aler » + gérondif avec « à » marque la continuité : « i 'nn' aléve à d'hant qu' i s' ènnè foutéve » (il s’en allait en disant qu’il s’en moquait).

« è » (en) + gérondif : dans quelques locutions adverbiales : « è hîbiant » (de biais), « on côp è passant » (une fois par exception), « treûs côps è sèwant » (de suite) ; « tindant » (tendant), employé seul, est adverbe : « i va bin tindant âs bâcèles asteûre » (il va bien rechercher les jeunes filles maintenant). (Remacle,1937,71)

 

[2] Notons en centre-wallon : « S’ on saureûve di viker djusqu’à tant qu’ frè sès paukes ».

[3] La préposition et son régime forment un tout. C'est ainsi qu'ils ont constitué de nombreuses locutions adverbiales : « ovrer d' fwèce », « à hopê », « à l’ vole » ... Cependant ils peuvent être séparés par un membre de phrase : « èle vint avou d' tins-in tins one lètcherèye » (friandise) ; « po dè mons li dîre â r' vèy » ; « cès baguètes-là, c'èst po m' papa fé dès banses ». (Remacle,1937,66)

 

[4] C' est une interprétation semblable de l' « -à » de voilà qui a amené en fr. et en w. l'expression suivante : « ne voilà-t-il pas que... », « nu v'là-t-i nin quu... » (Remacle,1937,53)

[5] Autres exemples : « i d'héve quu d'zeûr quu nos f'zahins... » (il disait qu’au-dessus, nous fassions …), « tês-se qu' adon qu' i n' dumeûrerè nin là » (espérons qu’alors, il ne restera pas là). (EW) (Remacle,1937,68)

 

[6] Si, au singulier, le second impératif ne peut prêter à équivoque, il n'en est pas de même au pluriel : « dwèrmiz » [dwèrmi], « coûkiz » [-i], « djowez » [-e], peuvent être pris pour des infinitifs. Aussi voit-on, dans une foule d'expressions, le second impératif remplacé par un infinitif. La conjonction su n'est plus, dans ce cas, qu'une épave.

ex. : « va s' djower » (va jouer), « vin s' djower » (viens jouer), « aloz s'è qwî on bokèt » [alo s'è kwi...] (allez en chercher un morceau), « djans s' moûde » (allons traire), « va s' tu fé pinde » (va te faire pendre), « va s' tu fé towe » (va te faire tuer) : remarquez la forme « towe », impératif qui révèle un croisement d'expressions; « vin-è on pô su m' vèy » (viens-t'en un peu me voir), « va s' tu fé catch(i) » (va-t-en au diable). (EW) (Remacle,1937,56-57)

 

21:26 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.