15/04/2010

Différences 21-26

1.3.4 Assimilation

 

Différences 21/22/23

L’assimilation en wallon est régressive et progressive :

 

régressive[1]

 

S- + S+ > S+ S+[2]

« one dimande » /t/ > +  S+

« one dimande do  /d d/ ministêre » (une demande du ministère)

 

«one baube » /p/  >  +  S+

« one baube di /b d/ 4 djoûs » (une barbe de 4 jours)          

 

«rodje » /tò/ > + S+

« dès rodjes-ûs » : ‘djz’ (EW : Remacle,1937,41) (des yeux rouges)

 

S+ + S- > S-S-[3]   

« dji so » (je suis) (‘dj’) > +  S-

« li feume qui dj' so »: > /tò/ + /s/ (la femme que je suis)

 

 

progressive

 

S- + S+ > S-S-

« tchivau » /tòIv/ > « on tch'vau » /tòf/ 

« tchuvè  > « on tch’vè » (SW)

« tchuvîe » > « tch'vîe » (SW)

cheval

cheveu

cheville

 

NB:  S-: pour consonne sourde; S+: pour consonne sonore.

 

Différence 24

« Di, mi, ni, ti, qui » deviennent « dè, mè, nè, tè, què » devant un pronom personnel complément commençant par un « l »  (CW).

ex. : (CW) Il ont rovyî l’ dîre.           (F) Ils ont oublié de le dire.

                  I l’ dôrè.                                Il me le donnera.

                  I l’ dit nin.                              Il ne le dit pas.

                  I l’ disboterè.                          Il te la déshabillera.

                  C’ èst mi què l’ vè.                     C’est moi qui le vois.

 

 

1.3.5 Epenthèse

 

On obtient une épenthèse quand une syllabe, une voyelle ou une consonne sont intercalées au milieu d’un mot.

 

Différence 25

En français, pas en wallon

Ainsi, le latin « ponere » a donné en français « pondre » et en wallon « ponre », « tenerum » a donné « tendre » en français et « tinre » en wallon.

 

Différence 26

En wallon, pas en français

 

Pas de voyelle épenthétique après une finale vocalique:

Voyelle épenthétique après une finale consonantique: 

sbarè         (étonner)

po scrîre   (pour écrire) 

po stronlè (pour étrangler)

lès spales  (les épaules)

lès stofes   (les étoffes)

po l’ sibarè    (pour l’étonner)

do l’ sicrîre   (de l’écrire)

po l’ sitronlè  (pour l’étrangler)

vosse sipale  (votre épaule)

do l’ sitofe    (de l’étoffe)

(SW) (Francard,1980,111)

 

Autres exemples :

 

 

 

(CW) « A-dje sitî à l’ dicauce avou li, foû d’ tot, paujêre dissus Moûse! » (Louis,1998)

(F) Combien de fois ne suis-je pas allé à la fête avec lui, hors de tout, calmement sur la Meuse !

 

« Vinoz, man, vos r’pwaser dè l’ vîye, /

Tote siblarîye ètur mès brès. »

(Guillaume,2001,16)

Viens, maman, te reposer de la vie, / Toute blême, dans mes bras.

 

 

« Dj’ a stî au mârtchi. » (Léonard,1969,690)       

Je suis allé au marché.

 

(EW) « Il acorèt d' tot costé, (...) is s' sipârdèt tot-avâ. » (Seret René, Lès grands vints, CW 2/88, p.20-32)

Ils accouraient de tous les côtés, ils se répandaient partout.

 

« I s’ sitåréve so tot. » (Houbart-Houge, 1973)

Il s’étalait sur tout.

 

(OW) «  ... lès djins vos t’nît à gougne avou leûs-ouys sipitants,… » (Fauconnier,1993,78)

Les gens vous tenaient à l’œil avec leurs yeux alertes.

 

« I fieut lès bidons, li djoû qui s’ feume èsteut ‘ne miète sicranse ... » (Li p’tit Djan d’Font’ni, Li djône veuve, Le Messager de Châtelet, 14/1/93)

Il faisait la vaisselle, le jour où sa femme était un peu fatiguée.

 

(SW) « ... après l’ pont, t’ avos ène dêrine pitite gritchète duvant d’ ariver à l’ sutâcion. » (Mahin,1984,57)

Après le pont, tu avais une dernière petite côte avant d’arriver à la gare.

 

« Lu londemwin, bon pa a quité lu cwin do l’ sutûve. » (E. Pêcheur, Lu p’tit mènujî, AL)

Le lendemain, grand-père a quitté le coin du poêle.

 



[1] (SW) Parfois, l' assimilation affecte plus profondément la nature de la consonne : i n' meure , il demeure' ; a n' mwin , à demain' ; deûs-eûres èt n'mèy 'deux heures et demi' . (Francard,1980,177)

 (EW) C + liquides «  m/n »:  « d » > « n », « dj » > « gn »: « dj’ a n’ mandé », « abandener » > « aban.nener », « an’mirer », « dj’ a d’noké » > « n’noké »; « à dj’nos » > « à gn’nos » et par une seconde assimilation: « à gn’gnos ». (Remacle,1937,41)

 

[2] Les consonnes étymologiquement sonores présentent généralement une variante sourde lorsqu'elles sont suivies par une consonne sourde.

Exemples : « l' âBe tint co » [p] ; « li fîVe tourne » [f] ; « li lîVe pète â djâle » [f] ; « one pôVe fème » [f] ; « one lâdje cougnêye » [tò] ; « one roDJe cawe » [tò] ; « one sâvaDJe fème » [tò] ; « pièDe si tins » [t] ; « one granDe cote » [t], etc. (Francard,1980,176)

Par contre, les consonnes étymologiquement sourdes présentent généralement une variante sonore devant une consonne sonore.

Exemples : « li goTe do tchèt » [d] ; « one monSe vatche » [z] ; « one fwaTe djint » [d] ; « à stok dins one warbîre » [g] ; « li mêSSe di scole » [z] ; « noSSe bê tchin » [z], etc. (Francard, 1980,177)

Précisons que les chuintantes et les affriquées sourdes résistent mieux à l'assimilation devant une consonne sonore : « l' uCH di d'vant [ò]  ou ‘j’ ; « i bouCHe do pîd » [ò] ou ‘j’ ; « li manTCHe do l’ hèpe » [tò] ; « li foTCHe do stâve » [tò], etc.

Entre voyelles, les consonnes étymologiquement sonores présentent généralement une variante sourde.

Exemples : « l' âBe èst djus » [p] ; « li tâVe èst plin.ne » [f] ; « li granDe êwe » [t] ; « do l’ pôVe avon.ne » [f] ; « couDe âs neûjes » [t]; « on doBe uch » [p] ; « finDe â bwès » [t], etc.

A l'intérieur du mot, on observe des assimilations régressives et progressives.

Assimilations régressives

Exemples : « â D'chindant » [t] ; « à pîds D'châs » [t] ; « il èst tot c'bîjè » [g] ; « à c'bin » [g] ; « il èst tot Sbarè » [z] ; « i n' èst nin d' aSgur » [z], etc.

Devant voyelle, la sonorité "étymologique" réapparaît: « dischinde », « kibîjè », « sibarè ».

 

En position intervocalique,les fricatives « s » et « f » se sonorisent:

« dès grozès crâzès vatches »; « dès noûvès mâhons »; « vins-se avou? » /z/; « vinroz-ve avou? » /v/  à côté de « vinroz-ve? » /f/; « hôve à coûsse » mais « /è l hôf/ »; « lu cofe èst èvôye » ( le coffre est parti) /v/.

Cp. « dès lonGUès /k/ péces », (de longues perches); « dès freûDès /t/ pîres » (des pierres froides); « dès tèriBès /p/ bièsses » (de terribles bêtes), « dès roDJès /tò] bièsses » (des bêtes rouges); « dès ronDès /t/ tâves » (des tables rondes). Ici les plosives restent sourdes.

Ex.: « à l’ Rodje Êwe » : ‘dj’, l.-d. à l’Eau-Rouge (Francorchamps). (Remacle,1937,41)

[3] Les groupes biconsonantiques (ou triconsonantiques avec muta + liquida) présentent des processus d'assimilation régressive: on peut le constater en faisant commuter le deuxième segment consonantique.

Exemples : « i V' prindrè » [f] , « i T' dinrè » [d] , « i s' dène » [z]. Comp. « i V' dinrè » [v] , « i T' prindrè » [t] , « i S' tint » [s]. (Francard,1980,224) 

 

21:49 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.