15/04/2010

Différences 293-297

Différence 293

Notons qu’après une subordonnée conditionnelle, on peut reprendre par « gn-a » + S + V + C.

ex.:  (W) S’ i gn-a co, gn-a tot l’ monde ènn îrè qwê.

        (F)  S’il y en a encore, tout le monde ira en chercher.

 

Différence 294

2) « gn-a » + onk / one                 + « qui »  + verbe

                     one saquî

                     one saqwè

                     dès + nom

                     dès + pronom démonstratif

                     pronom possessif

 

ex. : (W) Gn-a onk què l’a vèyu.

(F) Une personne l’ a vu(e).

               Gn-a one saquî qu’î a stî.

      Quelqu’un y est allé.

               Gn-a one saqwè qui s’ passe.

      Il se passe quelque chose.

               Gn-a dès djins qui fûrléyenut.

      Certaines personnes gaspillent. 

               Gn-a dès cias qu’ ‘l ont bèle.

       Certains se trouvent en situation

       priviliégiée.

               Gn-a lès minks qui lèvenut.

       Les miens lèvent.

 

(CW) « … n-a d’djà dès cës qu’ ont r’vënë. » (Gaziaux 1987,154)

(F) Certains sont revenus.

 

Différence 295

Après le pronom relatif « que », le français peut avoir une inversion. Cette inversion est impossible en wallon.  Le relatif « qui » ne peut être suivi d’une forme verbale conjuguée que quand il est sujet.

ex. :

(F) le livre que nous a donné mon ami   (W) li lîve qui m’ soçon m’ a d’né

 

Différence 296

Parfois, en wallon, une relative n’est précédée que d’un nom. Elle correspond en français à une subordonnée principale avec un sujet, un verbe et un objet.

ex. :

(CW) « Is ‘nn’ alint à batème: Céline qui pwârteut l’ èfant. » (Laloux,1969,8)

(F) Ils allaient au baptême :  Céline portait l’enfant.

« One massète qui maye su l’ burin, li pîre sonetéye. » (id., p.11)

Un marteau frappe sur le burin, la pierre résonne.

 

Différence 297

Souvent, les interrogations indirectes sont transformées en relatives.

ex. : « dju sé bin çou qu' il a po dès vatches » (je sais bien quel genre de vaches il a), « c' èst tèribe lès bièsses qu' il ont (il est terrible de voir quelles bêtes ils ont). (EW)  (Remacle,1937,71)

21:15 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.