15/04/2010

Différences 298-313

Différence 298

Le pronom relatif n’est jamais éloigné de son antécédent comme cela peut être le cas en français.

ex. : (F)  Celui-là est bien à plaindre, qui n’a pas le temps de rêver.

       (W)  Li cia qui n’ a nin l’ timps d’ rèver è-st-à plinde.

 

 

4.9.2.3 Proposition subordonnée infinitive

 

Différences 299-301

En wallon, la place de l’infinitif n’est pas la même qu’en français.

ex. :

(W) Dj’ô l’trin choufler.

(F) J’entends le train siffler, siffler le train.

Dj’a oyu sèrer l’uch.

J’ai entendu la porte se fermer.

mète sètchi dès draps

mettre du linge à sécher

Dj’ a tot faît

J’ai fait faire tout.

 

1) L’infinitif se place parfois après le complément alors que le français se met devant le complément.

 

ex. : (W) Dj’ a tot faît fé.                                       (F) J’ai fait faire tout.

              Dji n’a pêrson.ne oyu bouchî.                       Je n’ai entendu frapper personne.                

              Po ça fé, i nos faut nos lèver tot timpe.        Pour faire ça, il faut nous lever tôt. 

 

(CW) « Is fyint vôye èchone jusqu’au bati; nin l’timps do biacôp causè. » (Laloux,1969,162)

(F) Ils faisaient route ensemble jusqu’au terrain (plat entouré de maisons); ils n’avaient pas le temps de parler beaucoup.

« Quand on vèyeûve lès mëzëcyins ariver, tot l’ monde sôrteûve fou dè l’ bal. » (Gaziaux,1987,233)

Quand on voyait arriver les musiciens, tout le monde sortait du bal.

(SW) « (…), il èst tout sbaré deu n’ ni oyë leu choûr bayi a-z-arivant d’lé. » (Gourdin,1999)

Il est tout étonné de ne pas entendre la source donner en arrivant tout près.

 

2) Quand le wallon place l’infinitif devant un nom, c’est que le nom est complément, ce qui évite toute équivoque.

ex. : (W)  Dj’ ètind bombârder l’ trin.            (F) J’entends que l’on bombarde le train.

Cette équivoque peut exister en français.

ex. :  (F) Je n’aime pas d’entendre chanter les femmes.

« Les femmes » est-il sujet ou complément direct ?

 

3) Egalement, après l'impersonnel « faleûr » : « i n' fât qu' one mohète tu voler è l'û » (il suffit qu'une mouchette te vole dans l'œil) ; 

dans le second membre d'une comparaison : « i coûrt tot’ si âhimint qu’ on-ôte du roter »  (il court aussi facilement qu’un autre marche) ;-  

dans le cas de l'infinitif représentatif : « on n' a nin âhi viker, lès bièsses aler come èles vont» (il n’est pas facile de vivre, quand les bêtes se vendent au prix où elles se vendent). (EW) (Remacle,1937,67)

 

Différence 302

A « po qui » + subjonctif correspond « po(r )» + pronom personnel accentué + infinitif, une construction inconnue en français .

En wallon et en français, l'infinitif est parfois accompagné d'un sujet.

ex. : (F) Je vous vois venir, vous.      (W) Dju v' veû v'ni, vos.

              Vous, nous quitter! .                   Vos, nos qwiter!

Mais le wallon connaît de cette tournure des emplois originaux après la préposition « po » (pour) :

ex. : (W) po qui dj’ î vaye = por mi î  aler         (F) pour que j’y aille

               I m'a v'nu qwê por mi djouwer                  Il est venu me chercher pour que je

                    = po qui dj’ djouwiche avou li.            joue avec lui.

               I m' a d'né dès caurs por mi                       Il m'a donné de l’argent pour que je   

               l’sawè acheter.                                           puisse l’acheter.

 

« po » : aussi avec le pronom personnel renforcé :

ex. : (CW) po nos-ôtes î sawè aller                    (F) pour que nous puissions y aller

Aussi avec un nom :

ex. : (W) po lès djins î aler                                 (F) pour que les gens y aillent   

 

ex. :                                                          

(EW) Dj' a stou qwî dès baguètes po m' papa fé dès banses.

Je suis aller chercher des baguettes (de coudrier) pour que mon papa fasse des mannes.

Por zèls vuni, i pout fé qué tins qu'i vout. 

Pour qu’ils viennent, il peut faire n’importe quel temps

Lu crin.me èsteût trop novèle po nos-ôtes boureter. 

La crème était trop nouvelle pour que nous puissions la baratter.

(CW) C’ èst po nos-ôtes î aler .

C’est pour que nous y allions.

                    po lès djins î sawè aller. 

          pour que les gens puissent y aller

 

(CW) « Po nosse pitit n’ nin awè frèd en rintrant. » (Laloux,1969,18)

(F)  Pour que notre petit n’ait pas froid en rentrant.

(EW) « … i s’ achiya so ‘ne hourêye po ‘ne gote si lèyî ravu. »  (Boussart,1976,5)

Il s’assit sur un talus pour récupérer un peu.

(OW) « Dj’ vu fé mès pakèts, pour mi pârti contint, / Et racrachî mès botes pou m’in-daler m’ tchimin. » (Renard,1984)

Je veux faire mes valises pour partir content.

« Pour mi chameter au vint d’ l’ èsté,

dèdins lès steûles quand d’ va mèchener

lès pomes (...). » (Baudrez,1987) 

Pour que je déguerpisse au vent d’été, dans les éteules quand je vais ramasser les pommes …

(SW) « Il avint dit (…) quë la sorcîre avot dèdjà sté fwêre la vôye dë Bwès dë Difèrint, pou l’ docteûr Lîfranje polë gangner l’ viadje à v’nant d’ Bèrtrè, si en cas. » (Marchal Omer, Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

Ils avaient dit que la sorcière s’était déjà rendue au Bois (…) pour que le docteur Lîfranje puisse atteindre le village en venant de Bertrix, au cas où.

« V’lez co du sauvlon d’ ôr, pour vous poûjer sins r’lame ? » (Mahin L., Lu macrê èt la djon.ne comére, AL)

Voulez-vous encore du sable d’or, pour que vous puissiez puiser sans relâche ?

 

Différence 303

La subordonnée - parfois ayant la forme d’une infinitive -, d’une autre subordonnée, ne se met pas au même endroit en wallon qu’en français ou en néerlandais.

ex. : (W)   I dit, po-z-aler è scole, qu’ i prind l’ trin d’ sèt’ eûres.

  (F)    Il dit que, pour aller à l’école, il prend le train de 7 heures.

        (NL) Hij zegt, dat hij, om naar school te gaan, met de trein van 7 uur afreist.

 

        (W)   I dit, quand il èst fayé, qu’ i d’meûre è s’ lét.

        (F)    Il dit que, quand il est malade, il reste au lit.

        (NL) Hij zegt dat hij, als hij ziek is, in bed blijft liggen.

 

Différence 304

Relative en français, infinitive en wallon introduite par « à », après « i gn-a nin … »

Ex. : (CW) « I gn-a nin one djin su on cint, à Dorène, à wazu mougnî ç’ qu’ èlle a djondu. »

                  (Laloux,1969,68)

(F)      Il n’y a pas une personne sur cent, à Dorinne, qui oserait manger ce qu’elle a

                  touché.

 

Différence 305

L’infinitive introduite par « à » peut exprimer la conséquence.

ex. : (W) « Mins i fieut d’ l’ èstè à cûre sicayes èt panes. » (Laloux,1969,31)

         (F)  Mais en été, il faisait si chaud que l’on pouvait cuire les ardoises et les tuiles.

 

(EW) « … c’ è-st-on … way ! … on dint qui lancèye à m’ fé toumer là. »  (p.354, in : Alexis Georges, Deûs-plêhantès-istwéres, p.352-357, in: Piron,1979)

C’est une dent, aïe, qui produit des élancements à un point tel que je peux tomber là.

 

Différence 306

L’infinitive introduite par « à » peut également exprimer la cause

ex. : (W) « A rametè do novia curè d’Awagne, on-z-a rade vinu à d’vise di sint-Elwè. »

               (Laloux,1969,35)

         (F) A force de pérorer à propos du nouveau curé d’Awagne, on a vite parlé de saint Eloi.

 

(EW) « A m’ veûy, i s’ mèta-st-à tchoûler. » (Dodet Charly, Vos p’loz co roter, p.65, in: W+ L)

(F) Me voyant, il se mit à pleurer.

(OW) « A bèrdèler èt à rabèrdèler, èl breune è-st-arivèye èyèt m'nonke dwat s' inraler. » (p.67, in : Painblanc René, Lès nûtons dès-Aunias, EM 4/84, p.64-67)

A force de bavarder, la brune est arivée et oncle doit retourner.

 

Différence 307

« ièsse à (èsse à)» signifie « être en train de », il introduit une action en cours.

ex. :

(CW) « I r’chone Alfonse d’ à l’ quincayerîye! / - Et todi à pupeter, come nosse pârin! » (Louis,1998,138-143)

(F) Il ressemble à Alphonse de la quincaillerie ! / - Et il est toujours en train de fumer la pipe comme notre parrain !

(EW) « ... dj’ èsteû toudi là à r’loukî li stoûve qui ronfléve. » (Boussart,1976,34)

J’étais toujours là en train de regarder le poêle qui ronflait.

 

Différence 308

Le wallon emploie un infinitif avec sujet après « qui » comparatif.

ex. : (W) I valeûve mia qu’ i ‘nn’ aliche qui l’ Gestapo l’ trover è nosse gurnî.

(F)    Il était préférable qu’il parte plutôt que la Gestapo vienne le trouver dans notre

       grenier.

 

        (W) Dji rote ossi aujîyemint cint mètes qui li è couru on mile.

         (F) Je marche aussi facilement cent mètres que lui quand il en court mille.

 

Différence 309

La subordonnée infinitive a une valeur de proposition de but en wallon.

ex. :

(CW) « Po qu’ on seûche, èt l’ dîre à nos p’tits, / Quand c’ èst qu’ leûs-éles ont faît leû sâye, / Qu’ on n’ èst jamaîs si bin èchone, (…) » (Guillaume,2001,14)

(F) Pour qu’on sache et qu’on le dise à nos petits, …

 

Différence 310

Après la préposition « sins », on peut aussi avoir un pronom personnel accentué + infinitif.

ex. : (W) I vôreûve bin gangnî bran.mint sins li rin fé.

        (F) Il voudrait bien gagner beaucoup sans rien faire.  

 

 

4.9.2.4 Proposition subordonnée interrogative

 

L’interrogation indirecte

 

Différence 311

Dans une interrogation indirecte, le wallon emploie généralement la même introduction interrogative que dans l’interrogation directe.

On ajoute donc aussi la particule « -ce » (provenant de « èst-ce ») à l’adverbe interrogatif

(c-à-d. « Qu’èst-ce qui ..., qwè-ce qui ... ; quand-ce qui ... » …) 

 

ex. : (W) Il èst mau arindjî, a-t-i dit, mins dji n’ comprind nén comint-ce qu’ il a faît pou

               tchaîr à l’ valéye du bèdêr. 

        (F)  Il est vilainement blessé, a-t-il dit, mais je ne comprends pas comment il a fait pour

               tomber en bas du lit.

 

       (W) Qu’èst-ce qui vêrè ?   -- Dji n’sé nin qu’ èst-ce qui vêrè.

        (F)  Qui viendra ? = Qui est-ce qui viendra ? - Je ne sais qui viendra.

 

        (W) Qwè-ce qu’i gn-aurè ? - Dji n’ sé nin qwè-ce qu’i gn-aurè.

        (F)  Qu’y aura-t-il ? = Qu’est-ce qu’ il y aura ?  Je ne sais ce qu’il y aura.

 

        (W) Èwou-ce qu’il èst ? - Dji n’ sé nin èwou-ce qu’il èst.

        (F)  Où est-il ? = Où est-ce qu’il est ?  - Je ne sais pas où il est.

 

 (CW) « Manouwèl èsplike si vikaîrîye, èwou èt quand-ce qu’il a v’nu au monde, ...”

(E. Laurent, in : Piron,1979,348)

(F)   Manuel explique sa vie, où et quand il est né, …

(EW) « Mayon, drovez por mi l’ gros lîve

wice qu’ on lét l’ pus bê d’ tos lès scrèts ... » (Joachim,1988,27) 

Ma bonne amie, ouvrez-moi le gros livre où on lit le plus beau de tous les secrets…

(OW) « ... in noû payis yu ç’ qui tout l’ monde èst rwè. » (Bauffe Robert, Li vî ome, p.29, W+ L)

un nouveau pays où tout le monde est roi

« Dj’aî rademint couru pou sawè qwè-ce qu’i fèyeut. » (Poelmans Francine, El Bourdon, 364, 1984, p.9)

J’ai vite couru pour savoir ce qu’il faisait.

« Dins l’ amia ayu-ce qu’ il avoût skèpi, / I vîvoût paujéremint. » (Dascotte Robert, Ç’ astout in sint!, p.52, in: W+ L)

Dans le hameau où il était né, / Il vivait paisiblement.

(SW) « Dj' aî apris comint ç' qu' on p'lot tchipoter après l' élèctrike. » (Louline Vôye, Marîye à l' trique, AL)

J’ai appris comment on pouvait chipoter avec l’électricité.

 

Différence 312

Conjonctions avec « qui » (que) dans une interrogation indirecte

 

Au lieu de « -ce qui », on introduit parfois en wallon un pronom relatif ou une particule conjonctive « que » après les interrogatifs.[1]

ex. : (EW) Dis-me quî qui t' houkes.          (F) Dis-moi qui tu appelles.

                 Dji n’ sé nin qwand qu' dj’ îrè.        Je ne sais pas quand j’irai.

                 Dji sé bin qwant' qu' i-gn-a .            Je sais combien il y en a.

                 Sés-se bin quî qu' l' a fêt ?               Sais-tu bien qui l’a fait ?

                                  poqwè qu' i 'nnè va ?                           pourquoi il part ?

 

-  « quand min.me qui » (CW) (« qwand même queu » (EW (Faymonville)) (si même, même

   si)

   ex. :

(CW) Quand min.me qu’ on n’ duvreûve pus dîre mèsse,  dji frè à m’ môde.

 (F) « Même si on devait plus dire la messe, je ferai à ma façon. » (= quelqu’en soit le

 prix, …)

 

-  « qwand qui » (EW) (quand):

   ex. : (W) Dji n’ sé nin qwand (qu’) dj’ îrè.  (F) Je ne sais pas quand j’irai. 

 

(CW) « Et pèrson.ne n’ a vèyu

Quand qu’ lès pîres ont tchèyu. » (Guillaume,2001,21)

Et personne n’a vu / Quand les pierres sont tombées.

(SW) « Mês, twa, Zîré, dupûs quand qu’ t’ ès môrt ? » (Culot Calixte, Les Paukes du Zîré, AL)

Mais, toi, Zîré, depuis quand es-tu mort ?

 

- « à quî qui »

(CW) « ...pace qu’on n’ deut nin awè peû d’ mostrer quî qu’ on-z-èst. »  (Houziaux,1964,98)

… parce qu’on ne doit pas avoir peur de montrer qui on est.

(EW) « ... ci n’èst nin tofér åhèye dè vèyî à quî qu’ nos d’vans nosse bê préficse walon for-: ... » (Dehousse,1998,3)

Il n’est pas toujours facile de voir à qui nous devons notre beau préfixe wallon « for- ».   

 

- « kubin qui » (EW) (« combin qui »)

(EW) « Tu n’ as qu’ à m’ dîre kubin qu’ i t’ fåt. » (Franck,1910, 195-202)

Tu n’as qu’à me dire combien il te faut.

 

Différence 313

 « qué(ne) (quéne / quénès / qués) » + « qui » = (F) « quel(le)(s) »

 ex. : (W) « Vinez me dîre quéne eûre qu’il èst. » (Anon., i : Piron,1979,84)

         (F)  Viens me dire quelle heure il est.

 

(CW) « Lès trwès guèrdins guédyint po veûy quéne aîr qu’ il aveut, l’ curè. » (Laloux,1969,37)

(F)  Les trois gredins jetaient un coup d’œil furtif pour savoir quelle était l’attitude du curé.



[1] En voici d'autres où l'interrogatif ne subsiste pas :

« quu dist-i ? »                  devient « sés-se bin çou qu' i dit? »

« poqwè nu v'nèt-i nin? »               « dju m' dumande po çou qu' i n' vunèt nin »

« quî as se vèyou? »                       « dis m' cès qu' t' as vèyou ».

« duvins qué cas sont-i ? »             « is n' sondjèt gote duvins l' cas qu' is sont ». (EW) (Remacle,1937,72-73)

Si l'on consulte la liste de conjonctions dressée par Bastin (1909,388) (EW), on verra que toutes les conjonctions de subordination sauf « su » (si), sont des locutions composées de « quu » que. A Faymonville, « qwand » et « come » se sont même augmentés de cette particule. Pour « qwand », le fait est commun à la région Stavelot-Malmedy, et il existe à La Gleize. Il est purement analogique. (Remacle,1937,68)

 

21:14 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.