15/04/2010

Différences 30-34

Différence 30

Aphérèse en wallon, pas en français avec quelques mots perdant leur voyelle initiale après une voyelle.

 

« i- »  avec le pronom sujet « il », « èl(l)e » à l’intérieur des phrases (entre voyelles)                                                 ex. :                                                             

(CW) « ..., l’ cë qu¨d’véve fé lès vôyes dë Djodogne, (...) è bén!, ‘l èstot nèyi quand ‘l arëvéve. » (Gaziaux,1987,152)

(F) Celui qui devait se rendre à Jodoigne, eh bien, il était trempé quand il arivait.

(CW) « … Mins ‘l èst si taurd / Po fé riv’nu lès tchaurs. » (Guillaume,2001,23) 

Il est si tard / Pour faire revenir les chariots.

(SW) « Quand  'l avéve beû s' gote, i rintréve. » (Francard,1980,205)

Quand il avait bu sa goutte, il rentrait.

 

« o- »                                                  

ex. : (W)                                                               (F)

(EW) « Po ‘ne zafe, c’ è-st-ine lêde, ine foû lêde èco. » (Maquet,1987,20)

Pour une taloche, c’en est une laide, une très laide.

 

« è- »                                                  

ex. : (W)                                            (F)

(OW)  « Du sûs ‘ne miyète èscrand ... » (Ecomusée,1985,35)

Je suis un peu fatigué.

 

Aussi avec le pronom sujet « èl(l)e » à l’intérieur des phrases (entre voyelles) : 

(SW) « Quand 'lle ârè vindou s' mohon, èle s'rè ritche. » (Francard,1980, 205)                                            

Quand elle aura vendu sa maison, elle sera riche.

De même avec « èco » (encore): « il èst co là » (il est encore là), « i vike co » (il vit encore); « ènnè » (en):  « i ‘nn’ a » (il en a), « i ‘nnè sét » (il en sait).[1]

 

 

1.3.9 Flexion

 

La flexion est un procédé consistant à ajouter à la racine du mot des désinences exprimant des catégories grammaticales ou des fonctions syntaxiques.

 

Différence 31

La flexion de l’adjectif qualificatif féminin pluriel antéposé (la forme « -ès ») est typiquement wallonne.

Suivant Elisée Legros (ULG), « la plus grande partie du domaine wallon, et dans une certaine mesure, la Picardie septentrionale connaissent l’adjonction d’un « è » (et devant voyelle

« -èz »), écrit « ès » (« ès- » devant voyelle) à l’adjectif féminin précédant immédiatement le substantif ». (Legros,1981,161)

 

Exemples en sud-wallon: « dès bèlès crompîres » (de belles pommes de terre) ; « quékès djins » (quelques pesonnes) ; « dès blankès pîres » (des pierres blanches) ; « dès vètès poumes » (des pommes vertes); « dès cûtès peûres » (des poires cuites) ; « dès grossès bièsses » (de grosses bêtes) ; « dès longuès /-k-/ plantches » (des planches longues); « dès pôvès /-f-/ djins » ; « dès brâvès /-f-/ fèmes », etc.  (Francard,1980,178)[2]

Exemples en est-wallon : « dès bèlès mohones », « dès bèlès mâhons » (Ard. liég.) (Legros,1981,162)

En ouest-wallon : (Coppens, Grammaire aclote) (Nivelles) « suwer à grossès goutes », « dès p’titès djins », « dès viyèyès-istwâres ».

En centre-wallon : « dès laîdès /t/ djins », « dès blankès fleûrs ».[3]

 

ex. :                                                             

(CW) « one tchèréye di bèlès vètès sètchès chètes … » (virelangue connue)

(F) une charretée de beaux morceaux de bois, verts et secs (« chète » = morceau de bois fin)

(EW) « so l’ trèvint d’ cinquès longuès-an.nêyes » (Houbart-Houge Jeanne, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

pendant cinq longues années

« Totès min.mès blankès-âmes

qu’ on n’ veût nin » (Chastelet,1990,7)

toutes mes âmes blanches que l’on ne voit pas

(OW) « « … Quand mès sètchès lèpes sont r’mouyîyes. » (Henry Pierre, Soul’rîye, p.108, in: W+ L)

quand mes lèvres sèches sont humectées

« … èn léchèz nîn arachî vos racènes pa lès bèlès promèsses qu’ on vos splike ... in francès. » (Duval Félix, Si vos volez scrîre in walon, p.72-73, in: W+ L)

Ne laissez pas arracher vos racines par les belles promesses que l’on vous explique … en français.

(SW)(+ rare) « Po v’ ragoster one miète, dj’ apwate dès bounès vôtes. » (Ninah l’ Ardennaise, Lu r’warit-tot, in: Francard, 1982)

Pour vous faire reprendre appétit, j’apporte de bonnes crêpes.

 

Différence 32

L’adjectif numéral cardinal « mile » fait « milès » devant un féminin pluriel.

ex.: 

(CW) « ... dès milès grossès pates di leups » (A. Laloux, in : CW, avril 1981, p.53)

(F) des milliers de grosses pattes de loup

 

 

1.3.10 Etymologie / évolution phonologique

 

Différence 33

Le « -s- » de « baston, coster, pausse, bièsse, wèspe, vèrdausse, maîsse, mèstî, ... »  (bâton, coûter, pâte, bête, guêpe, verdâtre, maître, métier, …) provient du latin et a disparu en français.

 

Son maintien rappelle celui des deux « 1 » de « illa » : « ille (a v'ni) » ou « èlle (a v'ni) ». (Remacle, 1952,36)

 

Différence 34

Déformations

On retrouve dans diverses langues romanes et germaniques des modifications consonantiques à l’écart de l’évolution phonologique de leurs sœurs.

ex. : ESP « coronel » / I « colonel » ; N « donker », ALL « dunkel »; F « corridor » , W « colidôr » ; D « Säbel » > F « sabre » ; L « titulum » = NL « titel », ENG « title », ALL « Titel » et F « titre » ( à côté de « titulaire »).

De même, le latin « capitulum » = NL « kapittel » , F « chapitre » ; L « epistola » – F « épître ».

 

Ainsi, le wallon a parfois conservé davantage certaines consonnes étymologiques, contrairement au français :

1) L « palea » (balle de blé) > W « paye » (balle de blé) – F « paille » (tige de blé)

2) Francique * « hapja » > W « hèpe » - F « hache »

3) L « oleum » > W « ôle » – F « huile »

4) L « berbex » > W « bèrbis »  - F « brebis »

5) Gr « bérullos » > W« bèrikes » - F « bésicles »



[1] Egalement :

« il », « ille »,  « èlle »(EW) : « adon (is) v’nint so volà »; « adon, ‘l a v’ni », « qwand ‘le vuna », « qwand ‘ll’ ont v’ni », « duvant ‘le nu v’nèhe » (avant qu’elles ne viennent), « qwand qu’ v’ni ». (Remacle,1937,38)

On dit : « adon v’na » ou « v’nint so volà » (alors il vint ou ils vinrent vers ici); mais « adon ‘le vuna », « ‘le vunint so volà », « qwand v’na » mais « qwand ‘l a v’ni » (devant voyelle, au masculin), « qwand ‘le vuna », « qwand ‘lle ont v’ni » (au féminin).

L’aphérèse coïncide en général avec l’omission de la conjonction « quu », que. En fait, c’est « qu’ i » qui disparaît.

On dit « qwand qu’ n’ è nin là » avec la conjonction ou plutôt « qwand n’ èst nin là » sans la conjonction;  de même, on dit plutôt « qwand ‘l è là » que « qwand qu’ (il) èst là ».

Au féminin, le pronom subsiste: « qwand ‘lle èst là », « qwand qu’ èlle èst là ».

Dans ce parler, le pronom s’abrège jusqu’à disparaître mais il ne semble pas qu’il s’omette.

(Remacle,1937,38-39)

 

[2] « A Bastogne, les finales « -ès » ont disparu aujourd’hui, mais on trouve encore « dès bounès vôtes » dans Lu rwarit tot d'Emma MATHELIN (rédigé au début de ce siècle) ; de même, « dès mâlès fèmes » dans la version de la Parabole de l’ enfant prodigue pour Bastogne. »

« On constate que toutes les consonnes précédant la finale « -ès » sont sourdes, ce qui s'écarte du processus de dérivation en wallon (et en français). »  

« En liégeois et en gleizois, la corrélation de sonorité est maintenue pour les occlusives, mais neutralisée pour les fricatives : « dès grozès pîres », « dès brâvès djins » ; mais « dès grandès /-t-/ fignèsses », « dès sâvadjès /-t∫-/ bièsses ». » (Francard, 1980,180)

 

[3] Néanmoins, il est nécessaire de nuancer cette règle générale suivant les cas et les régions. (Legros,1981,161-189) Ainsi, dans le sud-est de l’est-wallon, tous les adjectifs-participes passés et ceux de forme analogue en « é », « i », « ou » ne changent pas au féminin : « one trawé(e) tchâsse », « one âhi(e) ustèye », « one vîhe fème qu' èst tote bahou(e) » (baissée, courbée), « èlle è djinti(e) » (gentille), « du l' crou(e) tchâr » (de la viande crue). Au pluriel, l'uniformité subsiste, car ces adjectifs ne prennent pas l' « è » qui affecte le féminin à ce nombre (ex. : « dès djônès fèyes »). On dit donc: « dès trawées tchâsses », « dès-âhies-ustèyes », « dès bètchoues pîres », « dès r'tchâfées crompîres », « dès djinties bâcèles ». (Remacle,1937,42)

 

21:46 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.