15/04/2010

Différences 63-117

Différence 63

Alors que le français n’a pas de sujet pour « soit » dans « soit que », le wallon a un sujet pour « fuche » (ou « sôye », (EW) « seûye » ).

« Soit ... soit ... » correspond au wallon « fuche-t-i... fuche-t-i / ou », « seûye-t-i ... seûye-t-i / ou... »

ex. : (W) Fuche-t-i qu’il èsteûve fayé ou qu’ i n’aveûve nin invîye.

        (F)  Il était soit malade ou il n’avait pas envie.

 

(CW) « Si c’ è-st-insi, purdoz l’ trin dè l’ ligne di Lèsse, sôye-t-i à Houyèt, sôye-t-i à Dinant! » (Houziaux,1964,13)

(F)  Si c’est ainsi, prenez le train de la Lesse, soit à Houyet soit à Dinant !

(EW) « Enn' a-t-i vèyou passer dès djônès qu' alît, seûye-t-i djouwer âs 'gendarmes-voleûrs' ou griper so lès-âbes, ... » (p.91, in : Lambion René, Li vî crucefis, CW 4/59, p.91-95)

En a-t-il vu passer des jeunes qui allaient soit jouer aux gendarmes et aux voleurs, soit grimper aux arbres …

 

Différence 64

Le wallon emploie un verbe + adj. possessif + nom, alors que le français emploie « en » + verbe + article défini + nom.

ex.: (W) Il a s't-aparince.      (F) Il en a l'apparence.

              Il a s’t-intèlijence.        Il en a l’intelligence.    

 

Différence 65

Le wallon n'a pas le pronom explétif du français: « l' ».

ex.:  (W) S' on vint.                                   (F) Si (l') on vient.

                I faut qu' on seûche.                        Il faut que l'on sache.

                S’ on-z-a faît                                   Si (l’) on a fini

                S’ on-z-î va, c’ è-st-asteûre.            Si (l’) on y va, c’est maintenant.

 

(CW) « S’ on mariéve one fème d’on vëladje d’ à costé, (…) on-z-i aléve. »  (Gaziaux,1987,151)

(F) Si (l’)on mariait une belle femme d’un village environnant, on y allait.

(EW) « Portant, s' on vout bin drovi sès påpîres on pô pus lådjes, (…) on-z-èst tot èwaré dè d'hovri on hopê d' bèlès mohones. »

Pourtant, si (l’)on veut bien ouvrir les paupières un peu plus largement, on est tout ébahi de découvrir  un tas de belles maisons.

(OW) « S’ on t’ a doné in bia visâdje,

(…) Wéte quand min.me di d’mèrer bén sâdje, (...) »  (Lardinois,1995,57)

Si on t’a donné un beau visage, / Veille tout de même à rester bien sage, …

(SW) « Dji n’ sé nin s’ on pout vrêmint loumer ça do l’ tchèsse ! » (Ries Edouard, Sacré foutu singlé, va !, AL)

Je ne sais pas si (l’)on peut vraiment appeler ça de la chasse !

 

Différence 66

Le wallon peut répéter le pronom personnel sujet devant « tot seû ».

ex.:  (W) Dj' èsteûve mi tot seû.       (F) J’étais seul.

 

(CW) « Il èsteut li tot seû po s' mète su lès rangs. » (Laloux Auguste, Lès Soçons, p.15)

(F) Il était seul pour se présenter aux élections.

« ..., l’ deûzyin.me dîmègne, dj’ a bén sti më tot seû. ». (Gaziaux, 1987,161)

Le deuxième dimanche, j’ai bien été seul.

 

Différence 67

Le wallon a des propositions dans lesquelles des pronoms personnels sont sous-entendus.  Ce ne sont pas toujours les mêmes qu’en français.

ex. : (W) Dj’ î va. Dj’ îrè.  (F) J’ y vais. J’ irai.

Mais :

Parfois, le pronom « i » (il) ou « is » (ils) n’est pas exprimé.

Ainsi, avec le verbe « falu » , le sujet impersonnel n' est pas employé.

ex. : (W) Faut qu’ vègnenuche tortos.

(F)    Il faut qu’ils viennent tous. 

 

(CW) « Faut qu’on crève vêci; gn-a nén one crosse qui trin.ne. » (A. Rousseau, in : CW 4/1971, p.70)

(F) Il faut qu’on crève ici ; il ne traîne pas une croûte.

 « Lès faleûve lèyi. » (Gaziaux,1987,69) 

Il fallait les laisser tomber.

(EW) « Fåt qu’ djè l’ dèye ådjoûrdu: dju va causer du m’ tère. » (Vanorlé Robert, Mu tère, p.28, in: Gaziaux,1998)

Il faut que je le dise aujourd’hui: je vais parler de ma terre.

(OW) « Pou r’chandi ç’ timp-là qu’ èst woute, / Nos faut ‘ne plène tchèréye dè bos. » (J. Spinosa, Tchic-tchac pèrnèlî, p.11)

Pour réchauffer ce temps qui est passé, il nous faut une grande quantité de bois.

 

Autres cas :

(CW) « I v’neûve cwêre dè bûre à nosse maujone po rapwârter à Brëssèle. » (Gaziaux,1987,141)

Il venait chercher du beurre chez nous pour le rapporter à Bruxelles.

« ... quand fiéve mauvês, (…), l’ cë quë d’véve fé lès vôyes dë Djodogne, (...) è bén!, ‘l èstot nèyi quand ‘l arëvéve. » (Gaziaux,1987,152)

Quand il faisait mauvais, celui qui devait aller à Jodoigne, eh bien, il était percé quand il arrivait.

« Mins, ba, vaut mia n’ rén dîre qui d’ mau causer. » (Ed. Wartique, in : CW, 12, 1954, p.162)

Mais, bah, il vaut mieux ne rien dire que mal parler.

(EW) « Å mwinde pitit brût qu’ ètindéve, Noyé èsteût ås-aguèts, (…).» (Franck,1910,195-202)

Au moindre bruit qu’il entendait, Noyé était aux aguets.

« Mins dju m’ sovins qu’ ènn’ aveût dès-ôtes, ... » (Grosjean Rodolphe, Raspågnans-ne!, p.96-97, in: W+ L)

Mais je me souviens qu’il y en avait d’autres.

« Nu d’mandez nin s’ lès payisans èstît abèyes à l’zî d’ner tot çou qu’ avît. » (Franck,1910,198)

Ne demandez pas si les paysans étaient prompts à leur donner tout ce qu’ils avaient.

(OW) (Fine / Irma / Tèrése) (3 feumes)

« - Irma : Vos n’ sârîz m’ in bayî ‘ne miyète ; (…). / - Fine : Avèz dè l’ chance, du sûs à l’ avance. » (Ecomusée,1985,19)

 

Tu ne pourrais m’en donner un peu.

Tu as de la chance, je suis à l’avance.

(SW) « Et s’ fré, quand l’ a vèyou arivé, si d’mandéve poqwè qu’ èlle av on noû tchapê. » (Dedoyard,1993,13)

Et quand il l’a vu arriver, son frère se demanda pourquoi elle avait un chapeau neuf.

« (…) lès v’là qu’ arivant à l’ voye du R’michampagne, (…) (Mars,2002,8)

Voilà qu’ils arrivent à la route de Remichampagne.

 

Différence 68

Quand une question contient un verbe à la 2e pers. du pluriel, le sujet n’est pas exprimé.

ex. : (W) Quand vêroz ?                 Î avoz stî ?               L’ avîz d’djà vèyu ? 

        (F)  Quand viendrez-vous ?   Y êtes-vous allé ?     L’aviez-vous déjà vu ? 

 

(CW) « Avoz d’djà v’nu à Cêle ? » (Houziaux,1964,3)

(F) Etes-vous déjà venu à Celles ?

(OW) « Què fèyèz là, ô, vî cous’(...)? » (Dehaibe,27,1995)

Que fais-tu là, vieille branche?

« Et dîrîz bén pouqwè ? » (Petrez,1962,85-89)

Et vous diriez bien pourquoi ?

« Astez seûr qui lauvau rén n’ candje (...)? » (Mayence Robert, Grandiveûs, in: No payis d’ Châlèrwè, s.d)

Etes-vous certain que, là-bas, rien ne change?

(SW) « Di-d-doû divnez? » (Dedoyard,1998,8)

D’où venez-vous ?

 

Différence 69

Après la conjonction « qu(i) », on n’a pas le pronom personnel sujet 3e personne du masculin singulier (ou pluriel) précédant le pronom personnel complément « l' » suivi d'une voyelle .

ex. :

(CW) « Is dîyenut qu' l' ont rovyî, ... » 

(A. Robe, Faut qu’ djè lzeû dîye, in : Echo 12/04/79)

(F) Ils disent qu’ils l’ont oublié.

 

Différence 70

Le wallon omet obligatoirement le pronom personnel COD « li » ou « l’ » devant le pronom personnel COI « lî » ou « lzeû ». Ce pronom est souvent omis en français. (Remacle,1937,68)

ex.: (W) Djè lî dîrè.                                (F) Je (le) lui dirai.

              Nos lzeû avans dit.                        Nous (le) leur avons dit.

        (EW) Dju li a dit. = Dju l’zi a dit.       Je (le) leur ai dit.

 

(CW) « Faut qu' djè lzeû dîye ! » (A. Robe, Faut qu’djè lzeû dîye, in: Echo, 12/04/1979)

(F) Il faut que je (le) leur dise.

« N-a dès côps qu’ ë n-a, lès cabaretis apwârtin’ on bokèt d’ dorêye à tot l’ monde së l’ place; lë cë qui d’mandéve à bwêre, is li apwârtin. » (Gaziaux 1987,234)

Parfois, les cafetiers apportaient un morceau de tarte à tout le monde sur la place ; celui qui demandait à boire, ils (le) lui apportaient.

 

Différence 71

Le pronom personnel « le », qui reprend une proposition, est omis en wallon, alors qu'il est généralement utilisé en français.

ex.: (F) « L'étape est beaucoup plus longue que Labarbe ne nous l'avait dit. » (A. Gide, Voyage 

              au Congo, p.141)

       (W) Li tape èst bran.mint pus longue qui Labarbe nos-avéve dit.

 

       (W) I n' èst nin ossi bièsse qu' on pinse.

(F)    Il n'est pas aussi bête qu' on ne le pense.

 

Différence 72

La suppression complète du pronom personnel sujet postposé au verbe est caractéristique du wallon.

ex. (EW) Dji n’ so nin mètchant, savez !      (F) Je ne suis pas méchant, vous savez ! 

               C’ èst d’min, savez, qu’ i vinrè.            C’est demain, vous savez, qu’il viendra.

 

N.B. « Savez » est à considérer comme une sorte d'interjection, qui renforce l'affirmation. (Francard,1980,207)

 

(EW) « Marc èsteût l' prumîr èfant dè l' famile, parèt ... » (P.-H. Thomsin, Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

(F) Marc était le premier enfant de la famille, paraît-il…

 

Différence 73

Le pronom « li » s'emploie avec une valeur réfléchie.

ex.:

(W) Chakin / chake por li.                                     (F) Chacun pour soi.

       On-z-a sovint dandjî d’on pus p’tit qu’ li.            On a souvent besoin de plus petit

                                                                                       que soi.

       awè s’ tièsse da li : ièsse présint à li                      avoir sa tête à soi: être présent à soi.

       I l’ faut awè vèyu li-min.me po l’ crwêre.             Il faut l’avoir vu soi-même pour le

                                                                                       croire.

 

Différence 74

Le pronom personnel suivi d'un nombre et du nom des accompagnateurs montre l'unité mieux que la suite « nom de personne + accompagnateurs ».

ex.: (W) « nos deûs m'fi » marque mieux l'unité entre les personnes que « mi èt m' fi ».

       (F) mon fils et moi

 

(CW) « Is causenut zèls deûs l' pa. » (A. Laloux, Lès Soçons, p.69)

(F) Ils parlent, son père et lui.

           

Différence 75

Dans des exclamations, « nos »,  « vos », « ti »  se joignent étroitement à des substantifs ou à des adjectifs tandis qu’en français, on dira  « que vous êtes ».

ex. : (W) Â, vos, fénèyants!                            (F) Fainéants que vous êtes.

               Ti, voleû!                                                Voleur que tu es.

               Nos bièsses quu n' s-èstans!                   Bêtes que nous sommes !

               Ouh, vos sâvadjes !                                 Sauvages que vous êtes !

               Vos p'tits mâhonteûs quu v's-èstoz!        Impudents que vous êtes !

               Sacri vos bièsses!                                    Bêtes que vous êtes !

               Vos trwès-inocints !                                Vous, les trois innocents !

 

NB: Cette formulation existe aussi en allemand: « ihr Hunde! », « ihr Schurken! ». (Remacle,1937,43)

 

ex. :

(OW) « Et nos planterons co / Dins nos raclos, / Â, nos vîs sots! » (Bal Willy, p.24, in : Quéque fîye!, p. 23-24, W+ L)

(F) Et nous planterons encore dans nos enclos. Nous, les vieux fous !

(SW) « Vos chnapans qui v’s-èstez ! Mês dji m’ vindjerê ! » (Dedoyard,1993,15)

Vous, les chenapans ! Mais je me vengerai !

 

Différence 76

Dans une incise dont le sujet est un nom (« dit un tel »), le wallon emploie quand même un pronom.

ex.: (W)  Dins ç' cas-là, di-st-èle mi man, nos n' îrans nin.

       (F)   Dans ce cas, dit ma mère, nous n' irons pas.

       (NL) In dat geval, zei mijn moeder, zullen wij er niet heengaan.

 

(W)    Nèni, di-st-i m' papa.  Adon, d'ha-t-i Hinri.

 (F)  Non, dit mon père.       Alors, dit Henri.   

 

(OW) « Atindez, di-st-i m’ frére, atindez co ‘ne miyète (…). » (Dulait,1946,9)

(F) Attendez, dit mon frère, attendez encore un peu.

(SW) « Bin qu' èst-ce quu v's-ons don à braîre inlà, ô, m' valèt?, di-st-i l' Bon Diu? » (Mahin, 1983)

Eh bien qu’avez-vous à pleurer ainsi, dit le bon Dieu ?

 

Différence 77

Le wallon emploie un pronom personnel ajouté pour exprimer une participation plus intense du sujet ou de son interlocuteur plus souvent qu'en français, qui ne l'emploie d'ailleurs jamais à la 3e personne.

ex.: (W) Dji m' î va.                                                    (F) J’y vais.

              Dji m' tè lî va dîre.                                              Je vais te le dire.

              Dji m' tè lî va tchaussî one bafe è s' nez.            Je vais le gifler.

              I m' faut rèsponde à s' lète.                                 Il faut que je réponde à sa lettre.

 

(CW) « Et s' faut-i co moussî o l' tchapèle en rotant èn' èrî. » (A. Laloux, Lès Soçons, p.25)

(F)   Et il faut encore entrer dans la chapelle en marchant à reculons.

« Dji m' lî va fé one botèye èt vos 'nn î dôroz trwès couyîs à sope tos lès djoûs. » (Houziaux,1964,30)

Je vais lui faire une bouteille et vous lui en donnerez trois cuillerées à soupe tous le jours.

« ... èt dji n' ti sé tot qwè. » (id., p.16)

Et que sais-je encore.

 

Même avec un verbe réfléchi :

(CW) « Dji m' va m' achîr po sofler one miète. » (A. Bacq, Sovenances, p.1)

(F)  Je vais m’asseoir pour soufler un peu.

« Mins i t' èst si bin adrwèt, â, l' dèmoné bribeû ... » (Laloux,1969,10)

Mais il est si adroit, ce diable de mendiant.

 

Différence 78

L’emploi du pronom personnel sujet suivi d’un nom d’une chose ou personne antécédent d’une relative est propre au wallon.

ex. : (W) Dj’ a l’ solia qu’ m’ asbleuwit.     (F) Le soleil m’éblouit.

« Dj’ a » marque une participation plus intense du sujet que « i gn-a ».

 

Différence 79

Le pronom personnel s' emploie après une conjonction , alors que le français emploie un pronom relatif.

ex.: (W) Djè l' vèyeûve qu' èlle ènn aleûve.  (F) Je la voyais qui partait.

 

Différence 80

Le wallon emploie un pronom personnel au lieu d'un relatif dans l'expression correspondant au français « comme qui dirait ».

ex.: (F)  « Comme qui dirait à  titre amical. » (J. Romains, Province, XXI, p.221)

       (W) Come vos dîrîz po on soçon.

 

Différence 81

Le wallon n' emploie pas le « nous » emphatique pour ne désigner qu'une personne.

ex.: (F)  Nous avons voulu que ce livre soit autobiographique.

       (W) Dj' a v'lu qui ç' lîve-ci racontiche mi vikaîrîye.

 

Différence 82

Dans une question au conditionnel 2e personne du pluriel ou pluriel de politesse, le wallon peut placer les pronoms personnels COI et COD après le verbe conjugué.

ex. : (CW) « Dîrîz mè l' ? » (L. Somme, Vîye di djin, p.30)    (F)   Me le diriez-vous ?

       Mais aussi : « Mè l' dîrîz ? »

 

Différence 83

Après un impératif, l’ordre des pronoms personnels en wallon est COI + COD, contrairement au français.

ex. : (W)  Dinez mè le (ou : l’)!     (F) Donne-le moi.

                Rindoz mè le (ou : l’)!          Rends-le moi ! 

                Dijoz nos le (ou : l’)!            Dites-le nous !        

 

(CW) « Dinoz mè le; vos, tinoz l’ vèrdjon èt bobiner. » (Louis,1998)

(F)  Donne-le moi ; toi, tiens la canne à pêche et bobine.

« Ewou-ce?  Dis mè le, dji tè l’ dîrè! » (Laloux,1969,119)

Où ? Dis-le moi, je te le dirai !

(SW) « Bin, v’s-èstez bin catchète ! Mostrez nos le on pô ! » (Dedoyard,1993,11)

Vous êtes bien cachottière ! Montrez-le nous un peu !

 

Différence 84

Le pronom « è » du verbe « èraler » quitte sa place dans les temps composés et va se placer devant la forme de l'auxiliaire sous la forme « ènn » ou « ‘nn’ », parfois «  è » .

ex. :  (W) Dj'ènn a ralé.  Is 'nn ont ralé.   (F) Je suis retourné. Ils sont retournés.

 

(CW) « Dj' è vou raler lâver mès-ouys ... »

(A. Bacq, Sètcheû)

(F)  Je veux retourner me laver les yeux.

 

NB : « èraler » est à considérer comme un verbe composé de « è », de « r- »  (< « ri ») et de « aller ». En effet, au lieu de voir « è » devant un auxiliaire précédant le verbe principal, comme dans « il è faut co abate quate » (il faut encore en abattre quatre), on aura : « i faut co èraler on côp ci samwin.ne-ci » (il faut encore s’en retourner / repartir une fois cette semaine), à côté de « il î faut co raler on côp» (il faut encore y retourner une fois)

 

Différence 85

Le datif d’ obligation qui accompagne un pronom impersonnel sujet ne se rencontre pas en wallon; il est remplacé par une subordonnée sujet réel.

ex.: (W) I faut qu’ i l’ paye.   (F) Il lui faut la payer.

 

Différence 86

Le pronom personnel accentué accompagné de « min.me » (« mi-min.me, ti-min.me, ... »), sujet, mis en évidence, doit être répété par le pronom personnel non accentué correspondant, ou encadré par « c’èst ... qui ... ».

ex. : (F)  Lui-même y pensait.  (W) Li min.me, il î sondjeûve.

 

 

Différence 87

Le pronom personnel accentué accompagné de « tot(e) seû(le) » ne peut être seul, comme son correspondant français avec « seul », à moins qu’encadré de « c’èst ... qui ». 

Il existe aussi une combinaison « gn-a qu(i) + pronom personnel accentué +  qui ».

ex.: (F) Lui seul l’ a fait.             (W) C’ èst li tot seû què l’ a faît. = Gn-a qu’ li què l’ a faît.     

             Lui seul est Dieu.                  Gn-a qu’ li qu’ èst l’ Bon Diè.

 

Différence 88

Le pronom « è » ne peut marquer un rapport de possession, ce que fait le français « en ».

ex. : (F) « Les poches en sont pleines de billets doux. » (Hugo, Ruy Blas, I, 2)

        (W) Sès potches sont plin.nes di doûs biyèts.

 

Différence 89

Le wallon n’ a pas les expressions françaises suivantes :

« en appeler à » (dimander justice à), « croyez m’en » (crwèyoz me (quand djè l’ di)), « si le coeur vous en dit » (si l’ keûr vos l’ dit), « il en est de même » (c’ èst l’ min.me), « il n’en est rien » (ci n’ èst nin l’ vraî, ou: ci n’ èst nin come ça), « c’en est trop » (ça va trop lon).

 

Différence 90

Le wallon emploie « è », alors que le français emploie « y ».

ex. :  (W) Dji n’ è pou rin.  (F) Je n’y peux rien.

Le wallon sous-entend une préposition « de » (« è » = « di çola »), ce que l’on remarque dans la tournure pléonastique: « Dji n’ è pou rin d’ ça. »

Le français sous-entend « faire à » (« y » = « à cela »)

 

Différence 91

La nuance d’appartenance, rendue en français par un pronom personnel et l’article défini, se rend en wallon par des possessifs.

ex.:  (F) Les yeux leur sortent de la tête. (Le Bidois,T1,1971,47)

       (W) Leûs-ouys rèchenut foû d‘ leû tièsse.

 

Différence 92

ènnè et la négation

Avec « ènnè » (« ènn’ » devant voyelle ou nasale) (en), la négation est insensible en wallon. On dit : « dju n' è vou nin »[1], mais « dj' ènnè vou nin » comme « dj' ènnè vou » ; « dj' ènn' a nin » comme « dj' ènn' a »; « is 'nn' ont nin » ,  « nos 'nnè djans nin ». Aussi l'équivoque est-elle parfois possible : « i 'nn' îrè djà d'min » peut signifier 1° il s'en ira déjà demain; ou 2° il ne pourra pas s'en aller demain. (EW) (Remacle,1937,68)

 

ex. : (W) Dj’ ènn’ a pont.              (F) Je n’en ai point.

               Dj’ ènn’ a mauy pont.           Je n’en ai jamais (aucun).

 

 (CW) « Nom di diâle! Tot rade dj’ ènn’ aurè pupont po Poldine. » (Laloux,1974,77)

(F) Que diable ! Bientôt, je n’en aurai plus pour Léopoldine.

(EW) « Dj’ a compté qu’ nos ‘nnè vinrîs måy à coron, mi, d’ cès steûles-là! » (Maquet,1987,11)

J’ai estimé que nous ne viendrions jamais à bout de ces étoiles !

 

Différence 93

Après « un(e) de », « un(e) d’entre », le français emploie « nous » et « vous »; le wallon emploie obligatoirement le pronom accentué « nos-ôtes » ou « vos-ôtes ».

ex.: (F) Un de nous est coupable.         (W) Gn-a onk di nos-ôtes qu’ èst coupâbe.

             Une d’entre vous l’a oublié.            Gn-a one di vos-ôtes què l’ a rovyî.

 

Différences 94-95

En wallon, après le verbe, un pronom personnel objet, répétant le plus souvent le sujet, précède l’adjectif numéral cardinal, l’adjectif de quantité ou l’adverbe.

ex. :  (W) Nos-èstin.n nos quate.  Il èstin.n zèls deûs.   Po ça fé, i faut ièsse li mwintes.

         (F)  Nous étions quatre.       Ils étaient deux.         Pour faire ça, il faut être nombreux .

 

(CW) « Is rotin’ dëssës lès vëladjes zèls deûs. » (Gaziaux,1987,173)

(F) Ils marchaient tous deux dans les villages.

(EW) « Portant, il èstît leû bråmint là-d’vins, (…) qui n’ savît nin trop’ çou qu’ advinreût d’

zèls. » (J. Houbart-Houge, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

Pourtant, ils étaient beaucoup là-dedans, et ils ne savaient pas trop ce qu’il adviendrait d’eux.

 

On trouve aussi :

ex. : (W) Nos-èstin.n à quate.         Il èstin.n à deûs.     Po ça fé, i faut ièsse à mwintes.

 

(CW) « Lès paurts n’èstint nin grosses, nos-èstins à noûf. » (Gillain,1932,141)

(F) Les parts n’étaient pas grosses, nous étions neuf.

(OW) « … pou bén bwâre, i faut ièsse à deûs. » (Hecq Marcel, p.32, in : El Mouchon d‘Aunia, 1, 2002)

Pour bien boire, il faut être deux.

 

Différence 96

Après un adverbe ou un complément circonstanciel, on ne fait pas d’inversion, mais on emploie un pronom impersonnel sujet apparent.

ex. : (W) Vêlà, i tchèyeûve dès bombes.    (F) Là-bas tombaient des bombes.

               

(CW) « Au cwardia di s’ cingue, i pindeûve on grand dèmon d’ tchapelèt. » (Houziaux,1964,40)

Au cordon de sa ceinture pendait un très grand chapelet.

 

Différence 97

Le wallon place « ènn’ » devant le COD « î » (sg) ou « eû », alors que le français place « lui / leur » devant « en ».

ex. :

(CW) « Mins, si vos v’loz, dj’ ènn î causerè quand dj’ frè m’ tournéye pâr là. » (Laloux,1969,22)            

(F)  Mais, si vous voulez, je lui en parlerai quand je ferai ma tournée par là.

« Palmîre, li vèjène, ènn’ î cûtenéye deûs caburnéyes su l’samwin.ne. » (Laloux,1969,107)

Palmyre, la voisine, lui en cuit à l’étuvée deux grandes marmites par semaine.

 

Différence 98

« Vos » ou « ti » s’emploie avec une exclamation, comme pour prendre l’interlocuteur à témoin.

ex. : (W) Tènoz, vos!           Ô, vos!            Oyi, vos!            Ô, ti!

        (F)  Tiens !                   Oh !                 Oui !                   Oh !

                   

Notons en wallon une extension analogique propre à la conversation : « i parèt quu s' fèye su va marier. » Réponse : « Ay twè! » ou « Ay vos ! » (litt. « Oui, toi ! », « Oui, vous »).

ex. : (EW) - Vos n'oûhîz nin duvou fé insi.            (Réponse) - Nèni vos! 

        (F)  - Vous n’auriez pas dû agir de la sorte.                      – Non !

Ce n'est qu'après « ay » et « nèni », remarquons-le, que « twè » et « vos » peuvent s'employer de la sorte. (Remacle,1937,44)

Aussi, « i n’ sauréve, vos ! » (il ne pourrait pas (le faire)), « il a rèyussi, ti / twè ! » (il a réussi, dis !).

 

Différence 99

Après l’adverbe  « si » (La Gleize (EW) « su ») (= ainsi), le régime pronominal précède le verbe.

ex. :

(CW) Mindje èt si t’ taîs.

(F) Mange et tais-toi.

(EW) Prindoz-le èt su v's-ul mètoz .

Prenez-le et mettez-le vous. (Remacle,1937,64)

(SW) « Moussèz èt s' vous mètèz à voste auje, di-st-i ou Diâle. » (Louline Vôye, Lès vîyès crwayances, AL 24/1/84)

Entrez et mettez-vous à l’aise, dit-il au diable.

 

(cf aussi 3.6 adverbe et 4.8.2 conjonction de coordination )

 

Différence 100

La tournure impersonnelle foisonne, et elle possède une grande souplesse.

ex. : (W) I lût l’solia.    I sofèle on p’tit vint.    I sone à mèsse.                I sone doze eûres.

        (F) Le soleil luit.  Un petit vent souffle.   On sonne pour la messe. Douze heures sonnent.

Egalement, « i vûde » (il pleut à verse), « i vint dès fîes » (il arrive), « i parèt » ou « il avise » (il paraît), « i pout bin ariver  dès grous » (il est possible que des grues arrivent), « i s'apontih po toumer one saqwè » (il va tomber qch., il va pleuvoir), « i s' monte / i s' duhind fwêrt » (la route monte, descend fort). (Remacle,1937,67)

ex. :

(CW) « Poqwè-ce qu’ i sone li transe / Dins l’vint qui rauye lès fouyes ? » (A. Bacq, D’ayîr èt d’odjoûrdu, p.13)

(F) Pourquoi le glas sonne-t-il / Dans le vent qui arrache les feuilles ?

(EW) « I tchèssîve on såvadje vint d' Lovaye.» (Grafé,1987,26-27)

Un vent sauvage de Louvain (vent d’ouest) soufflait.

 

Différence 101

En wallon, on ne place pas un pronom personnel COI devant un participe passé. Il se place après.

ex. : (F) un endroit à elle connu                     (W) one place coneuwe di lèye

              la permission leur accordée                     li pêrmission qu’on lzeû aveûve diné

 

 

4.4.2 Le pronom réfléchi

 

Différence 102

Utilisation d’un pronom réfléchi en français, pas en wallon.

purdjî :        purger          -     fé _ : se purger            

gârgariser :  gargariser    -     fé _ : se gargariser

 

Différence 103

Le pronom personnel réfléchi se met toujours entre le sujet et le verbe.

ex. : (W) Et s’ vos v’ volez fé médecin, …

        (F)  Et si vous voulez vous faire médecin, …

       

(CW) « Ratind cor on djoû ou deûs!  Li têre si va sgoter. » (Laloux, in: CW 10/1971, p.166)

(F) Attends encore un jour ou deux ! La terre va sécher.

(EW) « Ele s' åreût polou plinde (...). » (Thomsin Paul-Henri, Elle åreût polou, Vlan Liège 4/4/89)

Elle aurait pu se plaindre.

(SW) « Is lès-î falot toudi lèyu assez longtimps pou la scwâce su bin sêwer. » (Mahin,1984,43)

Il fallait toujours les laisser assez longtemps pour que l’écorce puisse sécher.

 

Différence 104

Dans une infinitive introduite par une préposition, le pronom réfléchi se met devant les infinitifs.

ex. :

(CW) « Ulisse, li, (…), i s’ dimandeut èwou s’ polu aler catchî. » (Avou l’ bondjoû da Fèrnandèl, VA, 01/09/01)

(F) Ulysse, lui, il se demandait où il pouvait aller se cacher.

 

Différence105

Le pronom réfléchi, même accompagné de « è », se place toujours entre les deux parties de la négation dans une subordonnée infinitive.

ex.: (W) (F)

              Il èsteûve mwinre à n' s' è nin fé one idéye.           Il était maigre à ne pas se figurer.

              po n' si nin boudjî.                                                  pour ne pas se bouger.

              I s' a coûtchî po n' si pus jamaîs rastamper.            Il s’est couché pour ne plus jamais

se relever.

 

Différence 106

Dans une infinitive introduite par une préposition et qui contient un adverbe, le pronom réfléchi se met devant celui-ci.

ex. :

(CW) « Bin dè l' chance, zèls, di s' co rafyi après l' anéye qui vint ! » (Laloux,1974,121)

(F)  Ils ont bien de la chance, eux, d’encore se réjouir à l’avance de l’année prochaine !

 

Différence 107

Le pronom réfléchi ne correspond pas toujours nécessairement au pronom sujet. Au pronom sujet « vos » correspond souvent, le pronom réfléchi « si ».

ex. : (W) C’ èst vos qui r’clame, èt ûler èt s’ mwaîji.

        (F)  C’est vous qui réclamez, hurlez et vous fâchez.

Egalement :

(CW) « Et si c’ èst mi qui s’ brouye, dji vous co bin payî l’ toûrnéye ! » (Humeur, VA, 15/09/01)

(F) Et si c’est moi qui me trompe, je veux encore bien payer la tournée.

 

 

4.4.3 Le pronom réciproque

 

Différence 108

Le pronom réciproque s’utilise en wallon sans l’article défini devant le premier élément.

Ainsi, « onk ou l’ôte » (l’un ou l’autre), « onk èt l’ôte »  (l’un et l’autre). cf Synt. différence 2.

ex.:

(CW) « ... astok onk di l’ôte, ... » (Laloux,1969,60)

(F) l’un à côté de l’autre

(EW) « On féve doguer lès gotes eune asconte di l’ ôte. » (Vandamme 1987,9)

On choquait les verres de goutte les unes contre les autres.

(OW) « Mès lapins ont dès panses d’ iau, is féstèt « cwik » iun après l’ aute. » (Dict. du Centre, p.83)

Mes lapins sont atteints d’ascite, ils crèvent les uns après les autres.

(SW) « ... lès gamins, toudi toûrsiveûs, su calounièt îke l' ôte avu dès sokês d' nèdje. » (Culot Calixte, La sorcière, AL)

Les garçons, toujours madrés, se lançaient des boules de neige.

« ... ni teumans nin au ravêrs s’ i l’zî arive du chliguè un cöp u l’ ôte. » (Mouzon,1985,10)

Ne tombons pas à la renverse s’il leur arrive de glisser l’une ou l’autre fois.

 

Différence 109

En wallon central, notamment, le wallon peut aussi placer à l’avant la préposition qui amène le pronom réciproque; le français la place toujours au milieu.

ex. : (W) On n’ lès vèt mauy sins-n-on l’ôte.             (F) On ne les voit jamais l'un sans l'autre.

                après-n-on l'ôte                                                 l'un après l'autre.

                Is travayenut po-n-on l’ôte.                              l’un pour l’autre

                Rotez padrî-n-on l’ôte.                                     l’un derrière l’autre

 

(CW) «  ... Di sinte nos-ouys si sowaîtî / A-n-on l'ôte do keûr po l' djoûrnéye ? » (Andrée Bacq, D' ayîr èt d' odjoûrdu, p.43)

De sentir nos yeux se souhaiter l’un à l’autre du cœur pour la journée ?

« Djan-Pière èt Marîye, sèrès conte-n-on l’ ôte. » (Houziaux,1964,30)

Jean-Pierre et Marie, serré l’un contre l’autre.

« On v’s-atauchéve co à l’ vîye môde

èt vos spoter rén qu’ su l’ maniére

di (…) mète vos pîds divant n-on l’ ôte. » (Gilliard Emile, Silicose Valley & Tchôk(e)mwâr, SLLW 1989, p.24)

On vous abordait à l’ancienne mode et on vous donnait nu surnom rien que sur la manière de mettre les pieds l’un devant l’autre.

 

 

4.4.4 Le pronom possessif

 

Différence 110

Chose typiquement wallonne, les formes toniques s'emploient après la préposition composée « da » (di + à) qui marque la possession : « c' èst da mîne, da tîne », « da sîne », « da nosse », « da vosse » (mais « da zèls ») (EW). (Remacle,1937,45)[2] 

ex. :

(EW) « Qu’ èst-ce qu’ is sont co, lès mots, / mès mots da mène qui fèt d’ l’ èspwêr? » (Lisa Chastelet, Dji djowe, p. 43, in: W+ L)        

(F) Que sont-ils encore, les mots, / mes mots à moi qui donnent de l’espoir ?

(SW) « Djeu l’ sé mî qu’ ti pisqueu c’ èst da mîne. » (Twisselman,1994,98)

Je le sais mieux que toi parce que c’est à moi.

 

 

4.4.5 Le pronom démonstratif

 

Différence 111

Le wallon, du moins le centre-wallon, fait une différence entre :

1 Ca èst vêci. = Çola s’ trouve vêci.  (F) C’est ici.

2 C’ èst vêci. =  Li place èst vêci.      (F) C’est ici.

ex. : (W) Ewou-ce qui ça èst ?              - Ça èst vêci .  (F) Où est-ce ? – C’est ici.

               Ewou-ce (qui ça s’a passé ?)  - C’èst vêci.          Où (cela s’est-il passé) ? - C’est ici.                   

          

               Vos cachîz après èt ça èst vêci !                          Vous le cherchez et c’est ici !

               N’alez pus lon, c’èst vêci.                                    N’allez pas plus loin,  c’est ici !

 

Différence 112

L’adjectif possessif peut déterminer un pronom démonstratif.

ex. : (W) Vos canadas sont bons, mins dj’in.meûve mia vos cias d’ l’ anéye passéye.[3]

        (F)  Vos pommes de terre sont bonnes, mais je préférais celles de l’année dernière.

 

Différence 113

L’adjectif démonstratif peut être sous-entendu dans une maxime.

ex. : (W) Faît qu’i sét, faît qu’i dwèt.

        (F)  Qui fait ce qu’il peut, fait son devoir / ce qu’il doit faire.

 

Différence 114

« Tous ceux qui … »  = (W) « tot quî qui  … »

ex. :

(CW) « On mousseut è l’ maujon, tot quî qu’ aureut v’lu ... (Laloux, in: CW 10/1964, p.219)

(F)  Tous ceux qui auraient voulu entraient dans la maison.

 

Différence 115

Il faut noter l'emploi de « çoula » (CW : « çola », « ça ») (cela) dans des phrases du type :

« dj' ènn' arè çoula pus’ » (j' en aurai d' autant plus), « i frè çoula mèyeûr » (il fera d'autant meilleur). (EW) (Remacle,1937,47) Aussi : « c’ èst todi ça d’ pus ».

 

Différence 116

En wallon, le pronom « ci » (çu, çou) suivi du relatif « qui » correspond parfois au français « comme ».

ex. :

(CW) « Ci qu’ c’ èst quand on a studî : on lès trouve totes ! » (p.371, in : Pirot Jules, Li fârce d’à Rigolèt, p.367-375, in : Piron,1979)

(F) Comme c’est quand on a étudié : on les trouve toutes !

(OW) « Çu qu’ on da djà pârlè. » (Arcq Robert, Lès coqs, p.17, W+ L)

Comme on en a déjà parlé.

(SW) « Cê qu’ dj’ avo bon (…) bin adjoké së mès skis. » (Marchal Omer, Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

Comme j’avais du plaisir (…) bien calé sur mes skis.

 

Différence 117

Le wallon « ça » suivi de « faît qui » correspond à « il » en français.

ex. :

(SW) « Ça fwaît quu: on s' è décidé d' aler trovu la Magrite do vî marchau. » (Louline Vôye, Marîye à l' trique, AL)

(F) Il se fait qu’on s’est décidé à aller trouver la Magrite du vieux maréchal-ferrant.



[1] En centre-wallon, nous avons « dj’ è vou » (j’en veux), « dji n’ è vou pont » (je n’en veux pas).

 

[2] Cet emploi propre au wallon résulte sans doute de la contamination de deux types de tournures . « c' èst mîne » (c'est mien) et « c' èst da mi » (c'est à moi), contamination favorisée par une certaine ressemblance phonétique des expressions synonymes. Cette solution paraîtra plus plausible encore si l'on songe qu'à la 3e personne du pluriel, le possessif ne remplace pas le personnel. On ne dit pas * « c'èst da leûr » mais « c'èst da zèls » (à eux). C'est que là le croisement « c'èst leûr » + « c'èst da zèls » n'était pas favorisé par l'affinité des sons. (Remacle,1937,45)

 

[3] En CW : « c’ èst da mi, da twè (ou ti), da li, da nos, da vos, da zèls ».

Notons aussi l'emploi très souple du substantif, notamment de « çou », devant les prépositions « du » ou « da » marquant la situation ou la possession : « çou da nosse » (ce qui nous appartient). (Remacle,1937,46)

 

21:29 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.