15/04/2010

(Orthographe) (suite)

Voyelles muettes à l’intérieur des mots

ex.:

série 1

forme pleine

forme diminuée

 

diner (donner)

po d'ner (pour donner)

série 2

forme pleine

forme augmentée

 

li stûve (poêle) (CW)

one sitûve

 

li rwè (le roi)

nosse riwè

série 3

forme pleine

« -e- » 

 

maçon      

savon

trawer (trouer)

cûre/cût (cuire/cuit)

macener  (maçonner)

savener (savonner)

traweter (percer de nombreux petits trous)

cûtener (cuire à petit feu)

 

Dans la conjugaison verbale, l' apostrophe est conservée:

   

polu (pouvoir) (CW)

nos p'lans (nous pouvons) (CW)

dîre (dire)

vos d'joz   (ou vos d’djoz) (vous dites) (CW)

volu (vouloir) (CW)

vos v'loz (vous voulez) (CW)

 

Elision de la voyelle finale (suivant la langue parlée):

-         devant une V: « si i »  > « s' i » / « si on » > « s' on » : s' i vint; s' on vint  (s’il vient ; si (l’)

      on vient)

-    devant une C: « si dji toume »  devient si dj' toume (SW) (si je tombe)

   

Elision de la voyelle initiale (suivant la langue parlée) :

      i ‘nnè va d’mwin[1] ; ‘l è-st-èvôye  (il part demain ; il est parti))

 

 

Voyelles instables

 

Voyelles épenthétique et prosthétique

 

- prosthétiques:  -V # s   +C                  -C # s +V+C

  . ex.: (CW) li scole - dè l’ sicole (l’école ; de l’école); po scrîre - po l’ sicrîre (pour écrire ;  

   pour l’écrire); li spale -  one sipale (l’épaule, de l’épaule); i sét spaurgnî - i l’ pout

   spaurgnî (il peut épargner ; il peut l’épargner); do spès cafeu - dè l’ sipèsse sope (du café

   ‘épais’ ; de la soupe épaisse); 

   (EW) ine sipèsse nut’ (une nuit épaisse), i n’ sipågne nin sès

   pon.nes (il n’épargne pas ses peines);

   (SW) la scole - do l' sucole; po scrîre - po l'  sucrîre;la spale - oune supale; i  sêt spârgni - po 

   l' supârgni; do spès cafè - do l' supèsse sope (Francard,1981,171);

 . pas de voyelle prosthétique pour les mots d' introduction récente:

   scapulêre, scârlatine, ...

 

- épenthétiques: dans la flexion verbale:

  infinitif en « -C + eler / ener / rer »  (Bast.) :

  présent simple, futur simple, condit. présent et impératif présent avec « -C + èle / ène / ère »:

  ex.: (SW) i duscopèle (séparer (des animaux) qui ont été couplés), (CW) i discopèle, i dobèle

  (il double), il infèlerè (il enflera),(SW) i râvèlerè (il ramassera avec un râble), ça c'pètèle

  (kipèteler, diminutif de kipèter (crevasser en tout sens); i mostère (il montre), i s' mâvère (il se

  fâche); i tikène(taquine), i kètène (picore), i sîzène  (il passe la veillée en compagnie de proches)

  (Francard,1981,175-177);, ... ; (OW) Èl fourâdje poûfèle (le foin fait de la poussière) (de : 

  poûfler), …

 

 

Voyelles caduques

 

- « i / u »:

  . elles correspondent à des voyelles distinctes du point de vue étymologique:

   (CW) tch(i)via (cheveu), d(i)mwin (demain); (SW) tch(u)vè (cheveu), s(u)mwin.ne  

   (semaine), d(u)pûs (depuis), d(u)mwin (demain)

  .dans certains préfixes: (SW)

   « d(i) / d(u)- » : dimèrer (rester), diméy (demi) (SW: dumorer, dumèy);

   « c(u)- » : (SW) cuchiri (déchirer complètement), cutwade (tordre en tout sens);

   « r(i) / r(u)- » : r(i)tinde, r(i)vinde (SW: rutinde (retendre), ruvinde (revendre))

 . dans certains pronoms et adjectifs à une syllabe:

   « dj(i) / dj(u) (je), l(i) / l(u) (lui), m(i) / m(u) (mon), ç(i) / ç(u) (ce), ... »: po qui dj’ vègne, i

   s' tint bin, i l' mindje (pour que je vienne, il se tient bien, il le mange)

 

- « è »  : dans p(è)tit, t(è)ni, v(è)ni, d(è)ner (SW) (ibid.,169-200) (petit, tenir, venir, donner) ;

   tch(è)vau, tch(è)viron (OW) (cheval, chevron (charpente))  

 

 

Les semi-consonnes

 

Combinaisons avec le son /j/

 

 

voyelle + /j/ « y »

Mayane, sayî, mèyeû, vôye, oûy, liyon[2]

(Mariane, essayer, meilleur, chemin, œil, lion)

 

consonne + y + « i, î, in »

 

grawyî, consyî, paçyince (gratter, conseiller, patience)

 

en début de mot: « i »

ièbe, iute (CW), ieû (CW) , ièsse (CW) (herbe, outre, eu, être), ieu, ieûs’, iun (œuf, eux, un) (OW) [3]

 

 

Combinaisons avec le son /w/

 

stwale, rouwe, rouwale, pièrduwe (CW) (étoile, rue, ruelle, perdue)

 

N.B. « oi » en français 

         =  « wa / wè »:

bwès, bwâre (CW) (bois, boire)

 

 

 

Les consonnes

 

c

/k/

en début de mot, + « a, o, u, consonne(s) »: ca, co, cûr, èco, cwade (CW) (car, encore, cuir, encore, corde);

« k » dans les autres cas (et les dérivés): élèktrike, Bèljike, pârker  (parquer)[4]

« qu (qw) » en début de mot (et par analogie au français):  quatwaze (EW) (14), qwinze (EW) (15), qwite (EW) (quite), one saqwè (quelque chose), saquî (quelqu’un), quékonk, saquants, poqwè [5];

« cs » ou « ks » /ks/: bocser, docsâl, acsègnî.

cf « s »

ç

/s/

La cédille s’utilise comme en français.

De plus, « ç’ » remplace « ci » (ou « çu », « çou ») suivant la prononciation dans: C’èst ç’ qu’on vint d’ dîre. (c’est ce que l’on vient de dire.)

Ce n’est pas le cas dans: qwè-ce qui c’èst?; comint-ce qui ça va? (qu’est-ce que c’est ? ; comment cela va-t-il ?).  Ici, « -ce » correspond à « -èst-ce » (*qwè èst-ce qui c’èst?; *comint-èst-ce qui ça va?).

g

 

/g/

« gz » /gz/: « -x- » en français: ègzamin (examen)

/k/ Voir aussi 1.1.6 assimilation pour bague, morgue, ...

h

 

/h/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

/X/

 

hover (EW) (balayer) ,haveter (EW) (râper légèrement)

Le « h » s'écrit même s'il n'est pas ou plus prononcé dans d'autres dialectes afin de préserver l'unité du wallon;

« h » n'est pas écrit dans ome (homme) et awè (CW), aveûr (EW) (avoir, du latin 'habere') car il n' est prononcé dans aucun dialecte.

 

/h/  (prononcé ordinairement dans l’est-wallon)

encore prononcé dans le sud-wallon, à Bertrix par certains témoins (Anselme, 1984,39); très faible dans: an lès (h)înét toutes (Pierret, 1966,54) ; à Bastogne: absence de liaison entre l'initiale et la consonne précédente dans: dès hèsses (des hêtres) mais /h/ est légèrement audible dans hèye (haie) (Francard, 1980); à Longlier: chez certains wallophones âgés: hosse ((je) hoche), duhawè (houer), dushintchè (Pierret,1984); à Léglise: le « h- »  initial étymologique se prononce dans hâye (haie), heurée (hallier), hôrlé (talus); ne se prononce pas dans ouline (chenille), utchè (appeler); se fait encore plus ou moins sentir selon le locuteur dans (h)asse (hêtre), (h)oupe (Nicolaï,1987).  A Fosse-la-Ville (CW), on trouve un lieu-dit, li Hièrdau sans élision mais on dit su l' Ièrdau avec élision, on hûlau ou on-ûlau (fusil à poudre à canon court, utilisé dans les marches folkloriques).  Le   phénomène d' amuïssement n' est donc pas assez achevé pour qu'on puisse toujours supprimer « h » de l'écriture.  On y dit aussi dins lès  / hayes, dins lès / hièbes (dans les haies, dans les herbes).

 

L' ach-Laut en est-wallon est représenté par « h » en fin de mot ou de syllabe: l' ouh (EW) (la porte), bouhetê (EW) (étui à aiguilles);

il faut aussi noter l' ich-Laut dans le sud de l'est-wallon à Lierneux/Vielsalm/Robertville écrit avec un  « ch »: Chèrlot (hameau de Lierneux), châle  (échelle)  (que certains écrivent « hi- » ) (SLLW,1913,5): ce « h » est fortement aspiré et légèrement mouillé: cf aussi Vâ-d’-Chavan (Vaux-Chavanne)

 

j

 

/¦/

jenre, jènîye, Éjipe (genre, génie, Egypte); (EW-Verviers) grujale (groseille)

comme « ch » :  èponje (éponge) car en fin de mot, la sonore devient sourde.

k

 

/k/

cf « c »

cf « ks »

X

 

n’existe pas en wallon

 

 

Digrammes et trigramme

 

 dj  

/d¦/

èdjaler, djinti (geler, gentil)

ng

le « ng » de « ping-pong »

gli.ng'-gla.ng' (pendeloque); di.ng'ter (tinter) (in: Haust-Legros,1948,XXVI)

qu

/k/

cf « c »; « qw- »  existe aussi comme correspondant liégeois: qwèri (EW) pour quèri (chercher); de même, qwê (chercher) (CW) pour qué (CW)

tch

 

le « tch » de « tchatche »

tchèt, tchivau (chat, cheval)

cf « ch »

 

TH, PH, RH, CH

Les digrammes grecs et latins « th, ph; rh, ch » sont remplacés par « t, f; r, c » : tèyâte, filosofîye; ritme, Cris' (théâtre, philosophie ; rythme, Christ).

 

Consonnes muettes

 

Les consonnes muettes finales

Elles sont écrites quand elles le sont dans le mot français correspondant:

               long, assez, aîmoz, mi fis, pwîs... (long, assez, aimez, mon fils, puis)

Si la consonne finale est muette en français et prononcée en wallon dans le mot correspondant, on écrit une 'minute' (=   '    ) à droite de cette consonne:

               gos', cos', tos', awous', fris', dèlicat', nut'  (goût, coût, toux, août, frais, délicat, nuit)

               (ce n' est pas nécessaire pour stomak, aurmonak,... (estomac, almanach)). 

 

Consonnes muettes

Elles sont supprimées quand la consonne écrite est double dans le mot correspondant en français:

              ratinde, flater, fème (atendre, flatter, femme)

              SAUF pour « -ss- » : assazin, rèsseler, assez (assassin, râteler, assez);

                        pour  « -ll- »  : èlle + voyelle: èlle a co l’ min.me auto, èlle ont (elle a encore la

                                        même voiture, elles ont)

 

Consonnes géminées ( consonnes doubles)

Les consonnes géminées prononcées entièrement (donc pas « -ss- » ) sont toutes deux écrites comme dans: addé /-dd-/ (près de), èlle /-ll-/ (elle), ènnè /-nn-/ (en), i môrrè /-rr-/ (il mourra), Anna /-nn-/ . cf aussi: Qui vou-djdju dîre? (EW) (Qu’est-ce que je veux dire ?), i moûrreut (CW) (il mourrait), dji coûrrè (je courrai) (SLLW,1913,5); lès gngnos (les genoux), à Gngnape (à Genappe).

 

Assimilation

Comme en allemand et en néerlandais, on trouve une altération de la syllabe finale par « Auslautverschärfung » ou l' assimilation: suivant le principe analogique ou étymologique, la forme initiale reste conservée:

      on pôve /-f/; on pôve /-v/ èfant; one pôve /-f/ djin; (un pauvre, un enfant pauvre, une

      personne pauvre)

      rodje /-t /; rodjeû /d /; aube /-p/; djudje /-d / (rouge, rougeur, arbre, juge).

 

Cas particuliers

Particularités (suivant la prononciation)

      vinez &  vinez' chal (EW) (venez et venez ici)       i dit & di-st-i (il dit & dit-il)

      quate &  quatre ans vî (quatre et qui a quatre ans) il èst & il è-st-èvôye (il est et il est parti)

 

 

Morphologie: les combinaisons de sons

 

L' article défini, l' article suivi d' une préposition

 

français

wallon

français

wallon

le, la; l'

li; l'  (lu (EW)/èl (OW); l')

 

au(x)

au/aus/ausès*(å, â/ås, âs/asès, à lès,à l's-)

* On écrit aussi: auzès, azès.

du

do    (dè) (EW)

 

à  l'

à l'[6]

de l'

di l' + V

à la

à l' (principe analogique)

 

de la

dè l' (do l' (aussi : CW))(principe analogique)

des

dès  (di lès, du lès, d' lès, di l's-)

 

(de au)

dau   (då, dâ)

(de à l')

da l'

(de à la)

da l'  (do l')

(principe analogique)

(de aux)

daus/dausès  (dås, dâs), dausès

On écrit aussi dauzès.

en le

è       (o)

en l'

è l'

en la

è l'    (o l')

en les

èsès         (osès) (aussi: èzès, ozès)

(par au)

pau/pausès   (på (EW)) (aussi: pauzès)

 

 

 

 

L' article indéfini

 

on

(in EW))

 

on- (in-) + voyelle:

on-ome (un homme)

- f. one

(ine) (EW)

 

 'ne : (EW) divins 'ne bwète (dans une boîte)

(suivant la langue parlée)

 

 

Les noms substantifs et adjectifs

 

- le pluriel:

     « -s » SAUF quand le mot est déjà terminé par « s » ou « z ».

    . le « -x » du français devient « -s » dans les mots correspondants en wallon:

               dès tch'vaus, dès cadaus (dès chevaux, des cadeaux)

    . quand il y a une minute: nut' (nuit): nut's au pluriel

    . pluriel des noms propres et des noms étrangers:

              dès-ajèn'das, lès lavabôs, lès Dehins, lès Defrecheux (ou Deufrècheûs?)

    . pluriel des participes

avoir + participe passé toujours invariable

être/ pas d' auxiliaire + p.p. variable

              Dj’ a mindjî (j’ai mangé) (CW); djè lès-a mindjî (je les ai mangés /-ées); lès crokètes

              qui dj’ a mindjî (les croquettes que j’ai mangées)

              Touwéyes pa 3 djins (tuées par trois personnes) (CW) ; èlle ont stî touwéyes èyîr

              (elles ont été tuées).

    . pluriel des noms composés:

           « -s » quand: N1-N2 ou N1N2: dès cofe-fôrts (des coffres-forts), etc.

- le féminin:

           « -e » aux adjectifs et participes

          on tient compte des changements de prononciation entre le masculin et le 

          féminin:

          planté - plantéye, flori - florîye  (planté – plantée ; fleuri – fleurie)

- le trait d' union des noms composés:

   voir le français (et l' anglais où il faut constater un manque de consistance dans son   

   usage (Zandvoort,1977,288)).

 

Les adjectifs et pronoms

 

Les adjectifs possessifs

 

singulier

pluriel

mi

mi+V [7] (mi-ome)     (aussi: m(i)-n-ome)

nosse

 

noste +V (noste èfant)

ti

ti+V      (ti-ome)

vosse

voste +V (voste auto)

si

si+V     (si-ome)      (aussi: s(i)-t-ome)

lêu

leû-z- +V (leû-z-èfant)

mès, tès, sès

mès-+V  (mès-omes)

nos, vos, leûs

vos- +V   (vos-autos),

leûs- +V   (leûs-èfants)

 

 

Les adjectifs et pronoms démonstratifs

 

singulier

pluriel

MASC/FEM

MASC/FEM

 

ci  + NOM + ci/là

ci pa-ci (ce papa-ci),

su (so (EW)) ç' plake-là (sur cette plaque-là), ci tâbe-ci (OW) (cette table-ci)

cès +NOM + ci/là

 

cès pas-ci (ces papas-ci)

ci-t-+V + ci/là

ci-t-ome-ci (cet homme-ci),

après ç't-anéye-là (après cette année-là),

po ç’-t-anéye-ci (pour cette année-ci)[8]

 

cès-+V   + ci/là

cès-omes-ci (ces hommes-ci)

 

NB: au féminin

(EW,SW (Francard))

 

ci feume- là (cette femme-là),

cisse tièsse-là (EW) (cette tête-là),

divins ç' tièsse-là (EW) (dans cette tête-là),

ciste eûre-là (EW) (cette heure-là)

 

 

 

- les adverbes « ci », « là » ; « chal » (EW) qui suivent le substantif peuvent être précédés du trait

   d' union.

- (EW) « wice » (où) vient de « où èst-ce »  (w' èst-ce > wèce > wice) (Feller,1912,176)

- « -ce » : dans: èst-ce qui t' vins ?, comint-ce qu’ i va v’nu ?, qwè-ce qui n'  va nin?, ... (est-ce  

                que tu viens, comment va-t-il venir ?, qu’est-ce qui ne va pas ?)

 

 

Les adjectifs qualificatifs

- épithètes pluriels: one grande fleûr - dès grandès /-t-/ fleûrs ; dès rodjès fouyes                          

                               (une grande fleur, de grandes fleurs ; des feuilles rouges)

 

 

Le verbe

 

Généralités

 

- Infinitif : « -er » est conservé par analogie

   Les autres terminaisons d'infinitifs auront ou n' auront pas de « -e » suivant l' analogie  

   avec le français.

- Indicatif, subjonctif, conditionnel:

  . 1re personne du sg.: pas de « -s »: dji so (CW), dj' aveu (CW) (je suis, j’avais)

  . Pl du subjonctif présent: pas de « -nt »: qu' is tchantèche (EW) / tchantenuche (CW) (qu’ils  

    chantent)

- Impératif:

  . 2me personne du sg.: pas de « -s »: vin, beû (EW) (viens, bois)

 

 

Cas particuliers

 

Les signes diacritiques:

La cédille

Elle joue le même rôle qu’en français, devant « a, o, u, w »: ça, çoula (EW), riçûre, Françwès, linçoû (ça, cela, recevoir, François, drap de lit).

 

L' élision / l’apostrophe

L’apostrophe n’apparaît que quand la lettre élidée n’est pas « e » (Wallo+, p.14)

. L’élision est marquée par l' apostrophe:

  avou 'ne si drole di feume (EW), po l' pâpe, nos v'nans, la s'min.ne - ène

  sumin.ne (SW) (avec une femme aussi drôle, pour le pape, nous venons, la semaine – une

  semaine).

. On ne met pas d' apostrophe dans spine, malgré one supine (SW), le « u » étant une voyelle       

  épenthétique (épine, une épine).

. L’élision à l’intérieur d’un mot n’est pas suivie d’ un espace vide: nos v’nans (nous venons).

Pour des raisons de clarté, l’élision en fin de mot devrait en principe être suivie d’un espace vide: tot d’ on côp, dj’ î va, l’ èfant (tout à coup, j’y vais, l’enfant).

 

La « minute »

La minute ( ‘ ) est utilisée lorsque le wallon fait entendre une consonne finale dont l’équivalente est muette en français.  On fait suivre cette consonne d’une apostrophe (ou plus précisément d’une minute): en EW : il èsteût prèt’, i fêt neûre nut’, alôrs’, fris’, mat’, i mèt’, arès’, il èstîn’ (il était prêt, la nuit est toute noire, alors, frais, mat, il met, arrêt, ils étaient). (SLLW,1913,6)[9]

Il faut donc bien noter la différence théorique d' emploi entre l' apostrophe (élision) et la minute (pour signaler la prononciation de la consonne qui la précède), bien que la dactylographie les confonde.    

 

Accents                         

L’accentuation sert à marquer l’allongement des voyelles: « â, ê, î, û; aî, oû ».

Suivant Feller, on peut supprimer les accents parasites dans les mots apparentés au français: a, la, dèdja (à, là, déjà). Cependant, cela peut engendrer une confusion entre « a » (à) et « a » (dj’a) , « la » (là) et « la » (article).  Il semble que à, là, dès lors dèdjà seraient plus appropriés.

Les majuscules sont écrites avec les accents (chose rendue aisée avec l’informatique): Ârdène, Éjipe, Èmanuwèl, Î-la-Hèsse (Isle-la-Hesse (SW), Ôstèr (lieu-dit à Bastogne) (SW), Ûjin .ne (Eugénie) (SW).

 

Le point

La ponctuation est semblable à celle du français.

Néanmoins, le point a un usage particulier en wallon.  On l’insère entre le digramme d’une voyelle nasale (« an, in, on, un ») et la nasale « n », « m » suivante.  (cf consonnes nasales)

 

Les mots étrangers

Il faut en distinguer 3 types

1) les mots « bâtards », mots étrangers wallonisés (prononcés à la wallonne) : leur forme écrite est entièrement wallonisée: règras (pour l' anglais ray-grass), on coboy (cowboy);

2) les cas de transition: hockey ou « hokè » ;

3) les mots étrangers conservant l' orthographe d' origine: on tackling (t. de football).

 

Le néerlandais, l’anglais, l’allemand et le français ont aussi des difficultés pour préférer un de ces 3 types.  Tantôt, l’un est choisi, tantôt l’autre.



[1] Certains écrivent aussi: i ‘nnèva (du verbe ènn’ aler (ou ènnaler) car ‘è(nn)’ est sémantiquement lié au verbe qui le suit.  On dit aussi: il è va (ou pour certains: il èva).

[2] Suivant les auteurs de Wallo+, le son /j/ s’écrit « y » en début de mot: « yeû, yèbe, yute, ... (p.14) Ceci ne semble pas cohérent avec la règle suivante où l’on écrit « -i » dans « piède », « via », ... entre une consonne et une voyelle.  Un poids, deux mesures ...

[3] On trouve dans le « Dictionnaire de l’Ouest-Wallon »: « yeu, yeûs’, yun, … » mais: « bia, bièsse, bieu, … » ; bien sûr, le « y- »  s’impose dans les mots: « yin, yink » (« un » en OW).

[4] Ce n’est pas toujours très systématique: ainsi, on trouve aussi « élèctrike » avec « k » seulement en fin de mot à côté de « docteûr, ocâsion, … ».

[5] Les professeurs Louis Remacle (ULG) et Michel Francard (UCL) utilisent déjà « k » partout suivant le principe phonématique: « l' ome ki vint », « Ké novèle? »

Or, des expériences ont montré que, lorsqu’on lit, les mots sont identifiés plus ou moins vite selon l’endroit où se pose le regard.  « Ceux-ci sont généralement reconnus très rapidement lorsque l’oeil se pose un tout petit peu à gauche du milieu du mot.  S’il tombe à un autre endroit dans le mot, le temps de reconnaissance augmente de façon énorme et cela ralentit beaucoup la lecture.  Il existe donc une position optimale du regard dans les mots et si cette position ne se trouve pas juste au milieu du mot, c’est parce que généralement l’information est surtout contenue dans le début des mots.

(Dominique,1992)

[6] On trouve aussi les formes « al; dèl, dol, dul, ... » mais pour des raisons analogiques, on devrait alors aussi trouver: *« pol, dinsl, sul, avoul, ... ».  Ce choix n’est pas idéal, faute de cohérence.

[7] « mi-ome »: c’èst mi-ome; po mi-ome /mj/ mais mi-y-ome mè l’ a dit car /mij/; idem pour: vos duvrîz vôy mi-y-ome fé l’ pwârî! /mij/;

« mi-n-ome » est parfois péjoratif (= cet individu-là)

« mès-n-omes » est toujours péjoratif.

aussi: « mi-âme »: po mi-âme mais mi-y-âme sèrè dânéye; ti-y-âme èto; po l’ paîs di t’-y-âme.

cf aussi pour le CW: Dji travaye à mi-auje, l’OW: Dji travaye à m’-n-auje : Je travaille sans me presser (et plus loin à l’ouest: à m’n-aîse: m’n- semble se rapprocher de ‘mon’ en français)

[8] Cf OW: ci-n-ârmwêre-là (cette armoire-là)

[9] Certains préconisent aussi d’écrire une minute après « toûbak » car le « -c » de tabac est muet en français. (SLLW,1913,6).  Certains écrivent il èstîne; en CW: il èstin.n (certains ajoutent « ‘ » : il èstin.n’)

20:08 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.