15/04/2010

(phonologie) (suite)

Les consonnes en wallon

 

/b/

(W) bia-z-èt bon

(F) beau

(NL) ben, boom

/d/

din.ner

deux

daar, door

/f/

fé, tèlèfone

faire, phrase

telefoon

/g/

gayole

gaga

zakdoek

-

-

-

gaan

/h/

hêtî (EW)

-

heel

“j”

juje, dji

je, gêne

ingenieur

/k/

come, quî, kèkyî

comme, kiosque

kaal, musicus

/l/

li

le

laat

/m/

mame, man

maman

mam, moeten

/n/

ni, Nameur

ne, ni

Namen

/p/

popa

Paris

poot

/r/

râre

rare

rat

/s/

ça, si, ossi, picî

ça se passe, dix

sigaret

/t/

ti, tès, taute

très

tien

/v/

vîr (OW)

voir

vier

/w/

Walon

wagon

wat

/z/

zèls, zoub1er

zézayer

zeven

/∫ /

chorer

Charles, show

show

‘gn’

gninwer

digne

-

/ŋ/

ding’-dang’

ping-pong

Lang

/X/

Mohe

-

lachen

 

En résumé, les voyelles et consonnes simples

- que le wallon possède et le français ne possède pas sont :

         voyelles: le ‚aî’ de ‚laîd’

               le ‘ê’ de ‘comêrce, sêze, trêze, vêre’

               /I/ li, mi, mile

               /ô/ côre, pôcète, tchôd, vôte

               /å/ åcolète

         consonnes: /X/ Mohe

               /h/: hourlê[1]

- que le français possède et que le wallon ne possède pas:

         voyelle: le « eu » de fleur, meuble, peur.

 

Différence 2

Régularité de la prononciation de la voyelle nasale dans la dérivation en wallon :

- (F) frein – freiner ; drain – drainer; train - traîner

- (W) frin - frin.ner; drin – drin.ner; trin – trin.ner            

 

 

Différence 3

Sons prononcés en wallon, pas en français dans les mots correspondants : « k », « p », « t »

ex.: (F)   « tabac, estomac, trop, vert, prêt, délicat » 

       (W) « toubak, stomak, trop’, vèt’, prèt’, dèlicât’.[2]

 

 

1.2 Groupements de phonèmes

 

Le wallon possède une grande variété de combinaisons de sons au début, à l' intérieur ou à la fin d' un mot, que le français n'a pas, et vice versa.

 

Du point de vue de la phonologie, le wallon se situe entre le français et le néerlandais.

 

 

1.2.1 Groupements de phonèmes en début de mot

 

Différence 4

Nous avons des associations de sons en début de mot, que le français n'a pas :

 

2 phonèmes :

 

bh

(W) B’hô

(F) Beho (localité)

bj

B’jin

Vezin (localité)

bz

B’zène

Besinne (hameau)

chl

chlinke

bâton, trique

chm

chmèrlap’

vaurien

chn

chnik

eau-de-vie

chp

chpilter

jouer (aux cartes)

cht

chtinker

puer

dz

d’zi

orvet

gb

Gbômont

Exbomont (localité)

gd

Gdoûmont

Gdoumont (localité)

gngn

gngno

genou

gnm

Gn’mèpe

Jemeppe (localité) (prov. Liège)

km

K’mèhe

Kemexhe (localité)

kn

Qu’naus’

Quenast (localité)

kv

Qu’vaucamp

Quevaucamps (localité)

mgn

M’gnêye

Evegnée (localité)

ml

M’lène

Melines (localité)

mn

M’nigoute

Menugoutte (localité)

mt

M’tèt

Mettet (localité)

p + h

P’hême

Behême (localité)

pt

P’tègnîye

Pétigny (localité)

rd

R’dû

Redu (localité)

rk

R’cogne

Recogne (localité)

rm

R’magne

Remagne (localité)

rn

R’naumont

Renaumont (localité)

rs

R’ssupê

Respelt (localité)

sl

slaf

sans énergie

sm

smiyî

émietter

sn

snazer

couper le nez à, d'où "tuer"

tn

T’nîvèye

Tenneville (localité)

zb

sbârer

étonner

zg

sgoter

égoutter

zw

zwèper

voler

 

3, voire 4 phonèmes :

Remarquons que l’on trouve également des combinaisons de trois ou quatre sons, dont le troisième ou quatrième est /l, r/ ou /w/ :

 

bdj

B’djîlé

(F) Bergilers (localité)

chtr

chtroûflâr

sorte de ratatouille à base de chou

djh

Dj’hè-Baugnêye

Jehay-Bodegnée (localité)

djv

Dj’vigné

Jevigné (localité)

ftr

Ftroul (cinse di -)

Ftroul (lieu-dit) (Weillen)

ptch

p’tchî: dans « avu _ »

préférer

rmw

R’mwafosse

Remoifosse (localité)

rmy

R’myince

Remience (localité)

sbl

sblâri

pâle

sbr

sbrogneter

meurtrir

sbw

sbwârgnî

éborgner

sgl

sglide

traîneau

sgr

sgrignî

injurier

skl

sclauchî

éclater

skr

scrîre, scrèper

écrire; râcler

skw

skwêre

équerre

spj

spiate

épeautre

spl

sploussî

écosser

spr

spritchî

jaillir en jet ou arroser d’un jet

spw

spwè

pivert

str

straper

arriver tout juste pour réaliser qqch

strw

strwèt

étroit

stw

stwade

tordre (qc pour en faire sortir qc)

zbr

sbrogneter

meurtrir

zgl

sglite

traîneau

zgr

sgrignî

injurier



[1] Le phonème /h/

Dans les parlers de l'est-wallon, le /h/ est un phonème unique, qui connaît deux variantes phonétiques : un H laryngal, dit « aspiré », à l'initiale (de mot, de syllabe) , et un H fricatif en finale (de mot, de syllabe). Le parler de Tenneville ne présente plus que la première de ces réalisations, le H final étant devenu inaudible, ou étant remplacé par une chuintante.

Les occurrences du /h/ étant rares, nous n'avons pu relever qu' un nombre réduit de couples paronymiques.

h / r :

« Hèsse » (hêtre), « rèsse » (reste) ; « hârt » (hart), « râre » (rare) ; « hosse » ((il) secoue), « rosse » (rosse) ; « hote » (hotte), « rote » ((il) marche, ou piste (de lièvre)) .

h / g :

h / k :

h / « ensemble vide » (morphème zéro)

« Hèsse » (hêtre), « èsse » (être) ; « hâje » (barrière), « âje » (aise) ; « hasse » (hâte), « as' » (as (carte à jouer)).

Phonétiquement /h/ se réalise comme une sourde. (Francard, 1980, 269)

[2] Lucien Wauthy, insp. ens. prim., Lux dial., 1984, n° 1, op.32

« Les lettres en français - mais qui se prononcent en wallon: lu stoumak, trop’. »

 

21:53 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.