15/04/2010

Différences 12-49

3.1.8 Argot

 

Différence 12

Il faut mentionner l’existence d’un argot en wallon, à ne pas confondre avec les mots d’argot importés de France.

 

on batia

= on solé po on grand

   pîd

un grand soulier

on bidjak

= one auto

une auto, une machine quelconque

on brodî

= lès fèsses

le fessier

on cabus

= one tièsse

une tête

on canada

= one grosse monte

une grosse montre

one capotine

= on cwârp

un corps

choûtwè

= orèye

oreille

one guîye

= djambe

jambe

on vélo

= bèrikes

lunettes

on waîtwè

= on-ouy

oeil

 

 

 

3.2 Catégories grammaticales

 

3.2.1 Article

 

Différence 13

Le wallon emploie l’article défini là où le français emploie l’article indéfini.

ex.: (W) awè l’reûme  : (F) avoir un rhume

mais:      awè l’gripe    :       avoir la grippe

 

 

3.2.2 Adjectif

 

3.2.2.1 Adjectif qualificatif

 

Différence 14

Le wallon, comme les langues germaniques, fait la distinction entre l’action de mourir, avec le participe passé du verbe, et la situation, avec un adjectif spécial.

Ex. (W) Et vosse grand-pére, comint-ce  qu’i va ? Il èst mwârt.  Il a moru ç’t-anéye-ci.

       (F)  Et votre grand-père, comment va-t-il ?     Il est mort.     Il est mort cete année.

 

= (N) En hoe gaat het met uw grootvader ?    - Hij is dood. Hij is dit jaar gestorven.

= (E) And what about your grandfather ?       - He is dead.  He has died this year.

= (D) Und wie geht ‘s Ihrem Grossvater ?      - Er ist tot.  Er ist dieses Jahr gestorben.

 

 

Différence 15

L’adverbe wallon « près » a parfois le sens de « proche ».

ex. :

(EW) « I fåt dîre qu’ i n-a dîh ans di-d-chal, dj’ adroviou m’ mohone à m’ djône cuzène qui n’ aveût pus qu’ mi come près parint. » (Maquet,1987,46)

(F) Il faut dire qu’il y a dix ans, j’ouvris ma maison à ma jeune cousine qui n’avait plus que moi comme parent proche.

(OW) « Tafètemint dèsbârtéye, dèsbautchîye à brére,  èle s’ è va raconter s’n-istwére à Miyène, ès’ près vijène. » (Trempont Danielle, L’ afêre da Gusta!, p.95, in: El Bourdon, spécial fôves, 478, 1995)

Tout à fait décontenancée, attristée au point d’en pleurer, elle s’en va raconter son histoire à Miyène, sa voisine la plus proche.

 

 

3.2.2.2 L’adjectif numéral cardinal

 

Différence  16

Il arrive que le wallon emploie l’adjectif numéral cardinal, alors que le français emploie l’article défini.

ex. :  (W) Ni sawè clougnî on-ouy.

         (F)  Ne pouvoir fermer l’œil.

 

 

3.2.3 Nom

 

3.2.3.1 Singulier - pluriel

 

Différence 17

Le mot est pluriel en wallon, singulier en français.

 

cingues 

zona

lès gotes

la goutte

rovioules

rougeole

lès pokètes volantes

lès pokètes

la varicelle

la variole

 

Notez aussi : rumatisses - rhumatisme (localisation); rumatisse: rhumatisme (généralisé).

 

Différence 18

Le mot est singulier en wallon, pluriel en français.

(W) one cisète 

(F) des ciseaux

(W) one djèrmèle 

(F) des jumeaux

 

 

3.2.3.2 Genre

Différence 19

Le mot est féminin en wallon, masculin en français.

 

(W) féminins

(F) masculins

(I) masculins ou féminins

one âdje

un âge

un’ eta (f)

one afe

un aphte

un’ afta (f)

one aîr[1]

un air

un’ aria (f)

one aminwêr

un laminoir

un lamintoio (m)

one anis’

un anis

un anice (m)

one antrake

un anthrax

un antrace (m)

one aprèsse

un apprêt

un’ apparatura (f)

one aréyoplane

un aéroplane

un aeroplano (m)

one as’

un as

un asso (m)

one aurmonak

un almanach

un alamanacco (m)

one autobus’

un autobus

un autobus (m)

one autocâr

un autocar

un’ autocorriera (f)

one awous’[2]

un août

un agosto (m)

one baramète

un baromètre

un barometro

dè l’ bicârbonâte

du bicarbonate

del bicarbonato (m)

dè l’ blé[3]

du blé

del grano (m)

one bouboune

un bonbon

un bonbon (m)

one caramèl

un caramel

una caramella (f)

one cârau (au jeu de cartes)   

un carreau

un quadro (m)

one carotche

un carosse

una carrozza (f)

one cense                         

un cent (N) een cent

           -

dè l’ cièrfouye                 

du cerfeuil

del cerfoglio (m)

one cimintiére

un cimetière

un cimitero (m)

one cope

un couple

una coppia (f)

one couviète

un couvercle

un coperchio (m)

one crisantême

un chrisantème

un crisantemo (m)

one cwane                       

un coin

un angolo (m)

dè l’ diyabète

du diabète

del diabete (m)

one djinièsse

un genêt

una ginestra (f)

dè l’ djiroufe

du girofle

del garofalo (f)

dè l’ doutance

du doute

il dubbio (m)

dè l’ dragone

de l’estragon

del dragoncello (m)

one élastike

un élastique

un elastico (m)

one èplausse

un emplâtre

un impiaro (m)

one èritance

un héritage

un’ eredita (f)

di l’étêr

l’éther

dell’ etere (m)

one frake

un frac

un frac (m)

one gangne

un gain

un guadagno (m)

one jèsse

un geste

una geste (f)

one jujube

un jujube

una giuggiola (f)

one keûr (carte)                 

un cœur

cuori (m. pl.)

one lacète

un lacet

(/= / una stringa)

dè l’ mastike

du mastic

del mastico (m)

one minte

un mensonge

una menzogna (f)

one ongue (L) ungula

un ongle

un’ ungula (f)

one ôrgue

un orgue

un organo (m)

one ôsêre  (L) auseria

un osier

(/=/ un vinco)

one ostèye (L) usitilia

un outil

(/=/ un arnese)

one parapète

un parapet

un parapetto (m)

one pâtêr                               

un Pater

un Pater

dè l’ pètrole

du pétrole

il petrolio (m)

one pike (carte)                 

un pique

picche (f. pl.)

one pilasse

un pilastre

un pilastro (m)

one pougne

un poing

un pugno (m)

one quadrîye

un quadrille

una quadriglia (f)

one ray

un rail

(/=/ una rotaia)

one radis’                      

un radis

una radice (f)

on sau

un saule

un salice (m)

dè l’ sipiète (L) spelta

l’épeautre

la spelta (f)

one s(i)pinasse

un épinard

un spinace (m)

dè l’ sirôpe

du sirop

del sciroppo (m)

dè l’ sulfate

du sulfate

del sulfato (m)

one tchamwèse                   

un chamois

un camoscio (m)

dè l’ tchène (L) canaba

du chanvre

della canapa (f)

one tram’

un tram

una tranvai (f)

one trèfe (carte)                

un trèfle

(/=/ fiori)

one trombone

un trombone

un trombono (m)

 

ex. :

(CW) « Vos-avis one tram à iut-eûres èt d’më quë lès-èfants d’nalin’ à scole. » (Gaziaux,1987,303)

(F) Vous aviez à huit heures et demi un tram avec lequel les enfants allaient à l’école .

« Avou m’ chabrake, mès nwârès-ongues, (…) » (Guillaume,2001,15)

Avec mon châle en laine, mes ongles noirs …

« On mindje one târtëne (..) avou dè l’ sirôpe.» (Gaziaux,1987,207) 

On mange une tartine avec du sirop.

(EW) « I m’ sonle ètinde ine êr di musike... » (Warnier,1988,21)

Il me  semble entendre un air de musique.

« C’ èsteût sûr li pus bèle cope di hanteûs qu’ il aveût-st-avu à marier. » (Boussart,1976,10)

C’était sûrement le plus beau couple d’amoureux qu’il avait dû marier.

(OW) « à l’ cimintiére » (Mayence Robert, Grandiveûs, in: No payis d’ Châlèrwè)

au cimetière

« C’ èst là qu’ i trouve èl Duk, qui suce  

   ène caramèle. » (Renard,1890,98)

C’est là qu’il trouve le Duc, suçant un caramel.

 

Différence 20

Le mot est masculin en wallon, féminin en français

 

(W)

 

(F)

 on bâre

 

une barre

on botike

 

une boutique

on casake

 

une casaque

do chlag

(D) der Schlag (m)

de la schlague

on côrwè

 

une courroie

on couyî

(L) cochlearium (n)

une cuillère, une cuiller

do crèyosote

 

de la créosote

on dint

(L) dens (m)

une dent

on fwim

 

une faim

do glou

 

de la glu

on jin.ne

 

une gène

au Létâré

 

à la Laetare

on moustikaîre

 

une moustiquaire

do mwèle

 

de la moelle

do nake

(I) naccaro (m)

de la nacre

au Noyé

(L) dies natalis (m)

à la Noël

Pauke èst timpru.

 

Pâques

on pièle

 

une perle

on bia uch

(I) una bella porta

une belle porte

on prîjon

 

une prison

do sadje

 

de la sauge

au Sint-Biètrumé[4]

 

à la Saint-Barthélemy

au Sint-Fouyin

 

à la Saint-Feuillen

on skwêre

 

une équerre

on stope

 

de l’étoupe

on swè[5]

 

une soif

on stauve

 

une étable

on tos’

 

une toux

on vièrmin

 

une vermine

on vis’

(L) vitius (m)

une vis

do wadje

(L) hordeum (n)

de l’orge

 

ex. :

(OW) « … èt qui m’ èmwinenèt au prîjon … »

(Marcelle Louis, EB, 549, p. 22)

(F) … et qui m’emmènent en prison … »

(SW) « dès longs dints » (Lambert Maurice, Lès deûs r’nâds, AL)

des dents longues

 

 

3.2.3.3 Substantivation

 

Différence 21

Le wallon fonctionne parfois diféremment du français en matière de substantivisation.

Parmi la foule des cas de substantivation, citons celui de l'adverbe « foû » : « i gn-a dèdja dès foû » (des dehors, de ceux qui sont dehors, qui sont sortis); et celui de l'infinitif dépendant de la préposition « â » : « i s' ruwine â promète èt su s' ra (et se rattrape) â n' rin d'ner » (il se ruine en promesses et se rattrape en ne donnant rien), « i 'nn' è co tot-â  c'minci » (il en est encore tout au commencement), « qwand quu dj' so â moûde » (quand je suis en train de traire). (EW) (Remacle,1937,66)

 

 

3.2.4 Pronom

 

3.2.4.1 Pronom personnel

 

Différence 22

En général, en langue wallonne, le tutoiement (l’usage de « ti » ; por ti, … ; ti-min.me, ti-z-ôtes) est employé pour exprimer le mépris ou sous le coup de la colère. 

 

Il est toujours considéré comme grossier, lorsqu’il sert à formuler une pensée générale (pronom de la seconde personne, dans un sens indéfini). Normalement, on ne tutoyait même pas les animaux domestiques.  (Bal,1947,140)

 

« Vos » a un emploi plus étendu que le « vous » français; « ti » est considéré comme familier entre des hommes ou des garçons d' âge sensiblement égal et qui sont amis.

Dans d'autre circonstances, il est considéré comme grossier. 

Comme apposition au sujet, ou complément prépositionnel, il est toujours grossier.

 

ex. : (W) Ti, ti n' l' aurès nin!      C' èst por ti.    C' è-st-à cause di ti !

        (F)  Toi, tu ne l’auras pas ! C’est pour toi. C’est à cause de toi. 

 

Pour donner un ton familier, on emploie « twè » dans les cas précités.

ex. : (W) Twè, ti n’ l 'aurès nin.    C' èst por twè.   C' è-st-à cause di twè.

     

On adoucit ce que « ti » peut avoir de brutal en ajoutant « m' fi », « m' fèye », « m' gamin », etc. .

ex. : (W) Ti n'as nin dandjî d' î aler, m' fi !

        (F)  Tu n’auras pas besoin de moi, mon fils !

 

Le tutoiement était commun autrefois entre mari et femme.

Il est habituel entre amis, entre gens de même condition. Mais « ti » (toi), de même que « tîne » (EW) (tien), qui passent pour vulgaires, sont remplacés par « twè » et  « twène » (EW). Le vouvoiement est de règle entre parents et enfants : « c' èst lêd, di-st-on, d' atwer sès parints » (il est laid, dit-on, de tutoyer ses parents).  Les parents, de leur côté, ne tutoient leurs enfants que quand ils les grondent. (Remacle,1937,44)

 

« Le sentiment général dans notre région est que le tutoiement marque une familiarité, sinon une grossièreté, lorsqu'il est employé vis-à-vis de personnes âgées, inconnues, ou de condition différente. L’ emploi du « tu », en concurrence avec le « vous », dit de politesse, est souvent révélateur de l'organisation et de la hiérarchie dans une famille, un village. Cependant, il est difficile d'élaborer une description qui dépasse une zone très limitée, vu l'extrême diversité de l'usage suivant l'endroit, l'âge des témoins, etc. . Pour les variantes de la « forme polie », on se reportera à la 2ème pers. plur. » (Francard,1980,205)

 

ex. :  (1) la forme « vos » et dérivés

 

(CW) (2 soçons) « - .. dji n’ vos-a jamaîs vèyu insi. / Vos-èstoz gaîy come in pinson. »

(François A.-M., One feume sins ,vwès, AL 24/9/85)

(2 amis) Je ne t’ai jamais vu ainsi. / Tu es gai comme un pinson.

 

(EW) (2 kinohances) « Qui féz-ve don là, Sèrvas ?

- Oh !, binamé Tchantchès, c’ èst l’ Bon Diu qui v’s-avôye ? » (Kinable,1889,17-22)

(2 connaissances) Que fais-tu donc, là, Sèrva ?

Oh, mon bon Tchantchès, c’est le bon Dieu qui t’envoie ?

(cousin - cousène) « Diâle m’ arawe, vos, cuzène !  Si dj’ m’ atindéve di v’ rèscontrer oûy. (...)/ - Vos nin pus, cuzin, v’ n’ avez nin candjî. » (Lahaye Joseph, Å mitan dè steûlî)

(cousin – cousine) Que le diable m’emporte, toi, cousine ! Si je m’attendais à te rencontrer aujourd’hui. / Toi non plus, tu n’as pas changé.

(fèye> pa) « Ni mougnez-ve nin ? / - Nèni. » (id.)

(la fille à son père) Ne manges-tu pas ? / - Non.

(maîsse – èlève) « Vos m’ sicrîrez po d’ min treûs cints fèyes : … » (Warnier,1988,2)

(maître – élève) Vous m’écrirez pour demain trois cent fois : …

(ome-feume) (mâriés)

« Lambêrt, valèt, vos-èstez on bouriå.

...vos colons d'vront vaner! » (Sougnez,1985, 9-12)

(homme – femme) (mariés) Lambert, mon garçon, tu es un bourreau. Tes pigeons devront partir !

(pa > fèye) « Qui v’lez-ve fé avou ça ?

- Pa, c’ èst po djouwer. »  (id.)

(le père à sa fille) Que veux-tu faire avec ça ?

- Papa, c’est pour jouer.

« Vos marèdrez avou vosse poupa. » (Anonyme, Conte en patois de Laroche, in : Feller,1905)

Tu mangeras avec ton papa.

(OW)  (Fine / Irma ) (2 feumes)

« - Irma : Vos n’ sârîz m’ in bayî ‘ne miyète ; du vos l’ rindroû lundi qui vént, sôz.

- Fine : Avèz dè l’ chance, du sûs à l’ avance. » (id., p.19)

(2 femmes)

Tu ne pourrais pas m’en donner un peu ; je te le rendrai lundi prochain, sais-tu.

Tu as de la chance, je suis à l’avance.

(Françwas, li grand-pé ; Batisse : pére ; Josèfine : mére ; Twâne : 17 ans ; Tèrêse : 15 ans ; Colas : 12 ans, ...)

« Fine : Qu’ èst-ce què vos fètes dè bia, m’ pètit Colas ?

- Colas : Ravisèz, man : in k’vau come lès cîns qui saketèt lès tchârs dins l’ fosse.

- Françwas : (...) ascoutèz bîn tout ç’ què vosse popa vos dîra ... » (Ecomusée,1985,8)

 

 

 

Qu’est-ce que tu fais de beau, mon petit Colas ?

Regarde, maman : un cheval comme ceux qui tirent les chariots dans la mine.

Ecoute bien tout ce que ton papa te dira.

(man > fis) « Mon Dieu !, m’ fi ... vos solés ! » (Dewandelaer Franz, El banière, CW 9/83, p.154-156)

(la maman à son fils) Mon Dieu, mon fils, tes souliers !

(on-ovrî > gamin 15 ans) « - Erdrèssèz-vous, m’ gamin !, lyi dit yin dès-ouvrîs. » (Mathy,1958,34)

(ome > vijin 15 ans) « Bachez-vous, m’ gamin, pou n’ nén pèter vo tièsse ! »

 (p.35, in : id.)

(un ouvrier à un garçon de 15 ans) Redresse-toi, mon garçon, lui dit l’un des ouvriers.

 

 

(un homme à son voisin de 15 ans) Baisse-toi, mon garçon, pour ne pas te cogner la tête !

 

(pitit-fis  > grand-mére)

(pitit-fis) « Alèz, n’ mè couyonèz nîn, (...)

(grand-mére) Dju n’ raconte nîn dès fauves.  Stampèz-vous ! » (Quinet Christian, Blanc Létâré, EM 3/97)

(le petit-fils à sa grand-mère)

Allez, ne me raille pas.

(la grand-mère à son petit-fils)

Je ne raconte pas de mensonge. Mets-toi debout !

(SW) (feume > feume) « Wètez come il èst bê ! (...) I fât vèy come on m’ rèwête dè d’ tos costés ! / - Mi ossu, savèz !  Dins tot l’ cwin, savèz, quand on m’ vèt arivè !  Djè n’ vos dis qu’ ça ! » (Bentz Charles, Do vîson ... poqwè ?, AL)

(deux femmes)

- Regarde comme il est beau! Il faut voir comme on me regarde de tous côtés !

- Moi aussi, sais-tu ! Dans tout le coin, sais-tu, quand on me voit arriver ! Je ne te dis que ça !

(feume > mârtchand)

« Vos-a mètrez dîch lites. » (Piron Louis, V'là l' pètroleû!)

(une femme à un marchand)

Vous en mettrez dix litres !

(fèye > pa) « Por mi, dju vos l' dumande, fârè fé quî l' priyèsse. / No l' rovioz nin, pa. » (Ninah l' Ardennaise, Lu r'warit tot, in: Francard, 1982)

(la fille à son père) Pour moi, je te le demande, il faudra demander d’aller chercher le prêtre. / Ne l’oublie pas, papa.

 

(feume > vijène) « Vèjine, vos m' avoz rovyi. » (id.)

(une femme à sa voisine) Voisine, tu m’as oublié.

(ome - si feume) « Vous vèyez, (...) dj’ arans co d’ qwa cûre la caboulée dou pourcê (...) /

- Choûtèz, Gusse. (...) » (Dupas,1996,8-9)

(un homme à sa femme) - Tu vois, nous aurons encore de quoi cuire la bouillie du cochon.

 (la femme) - Ecoute, Gusse.

(ome > vijène) « Avoz-ve dit qu' à ma djambe, dju sofère la passion? »  (id.)

(un homme à sa voisine) Tu as dit que je souffre terriblement de la jambe.

 

 

(2) forme « ti » et dérivés

 

(EW) (tchèt - soris) « - Qui dis-se? fa l’ tchèt, vin don pus près d’ mi, ... »

(li fèye soris - tchèt) « Moncheû l’ tchèt, èstéve mi camaråde ? / - Si djè l’ so! Dji t’ veû si télemint voltî qui dji t’ vôreû min.me rabrèssî. » (Selac,1985,13)

(chat – souris) (chat) Comment ça te va ? (…), viens donc un peu plus près.

(souris fille– chat) Monsieur le chat, êtes-vous mon ami ? / Je le suis ! Je t’aime tellement que je voudrais même t’embrasser.

(OW) (2 gamins soçons) « Yé vî ! Wéte dès pîrètes di cèrîjes dins l’ batch à cindes ! qu’ Popol mousse à Zîré. / - Ey adon ?  Ti n’ as jamés vèyu dès pîrètes ? qui Zîré rèspond. (...) » (Sohy Louis, Djouwer à pîrètes, EB 167, 1963)

(2 garçons amis) Eh mon vieux ! Regarde des noyaux de cerises dans le cendrier ! (…) / Et alors ? Tu n’as jamais vu de noyaux ? (…)

 

 

(SW) (2 soçons) « - Tos vès l’ papî, là drî â mîtan do l’ vouye, (...). / - N’ roûle quand min.me nin trop vite, sès-se. (...) / - Mi, dj’ vou bin, t’ ès dès fameûs frins, mês ... » (Georges Maurice,  El papî, in : Ké Novèle ?, p.17-18, s.d.)

(2 amis) Tu vois le papier, là derrière au milieu du chemin ? / Ne roule quand même pas trop vite, sais-tu. / Moi, je veux bien, tu as de fameux freins, mais …

(ome (causant do cia què lî a faît one fârce)) « T’ ès sayè d’ m’ amantchè, mês to n’ pièrs nin po rawâde !  Djè t’ rârè ! » (Georges Maurice, One jate, ç’ n’ èst nin on sèyê !, AL 20/4/88)

(homme fâché(parlant de celui qui lui a fait une farce) Tu as essayé de m’attraper, mais tu ne perds rien pour attendre ! Je t’aurai à mon tour !

(Lambêrt - Nicola: 2 soçons)

« Avou totes tès grandeûrs (,...)

Ta pârt n' îrè nin lon, pôve Colas, tu t' abrouyes (...). » (Ninah l' Ardennaise, Lu grand partèdje, in: Francard, 1982)

(2 amis)

Avec toutes tes grandeurs, ta part n’ira pas loin, mon pauvre Colas, tu t’embrouilles.

 

 

3.2.4.2 Pronom démonstratif

 

Différence 23

Dans le cas suivant, le français utilisera uniquement le pronom « c(e) » et le wallon deux formes suivant le sens :  

C’est ici. (= voici l’endroit): W.: c’est vêci.

              (= cette chose est ici)    ça èst vêci

 

 

3.2.4.3 Pronom indéfini

 

Différence 24

« Nuk » ((EW) nouk, (OW) nèlu) (personne)

Dans les phrases suivantes, « nouk » signifie « personne » : « gn-a nouk à-z-i d'mani » (personne ne saurait y rester), « gn-a nouk à l’ prinde po fé çoula) (personne ne saurait faire cela comme lui), « i n' î fêt nouk » (il y fait intenable), « i n' fuzéve nouk moussi d'vins » (il était impossible d'y entrer). (EW) (Remacle,1937,48)

ex. :

(CW) « Nuk, dj’ è so sûr, n’ a sôrtë dè l’ Tchapèle sins s’ sinte rècoradjî ou consolé. » (Moureau,1943,871)    

(F) Personne, j’en suis sûr, n’est sorti de la chapelle sans se sentir de nouveau encouragé ou consolé.

(EW)  « ... po v’ fé vèyî qu’ i n’ rèscouléve po nouk, dju v’ va citer ôk du sès pus grands faîts. » (Franck, 1910)

Pour vous faire voir qu’il ne reculait devant personne, je vais vous citer un de ses plus grands faits.

(SW) « Quand pus nolu n’ î ralèt, on comptèt l’ pot. » (Pecheur Emile, A l’ ligne, Chronique wallonne, AL, 1999)

Quand plus pesonne n’y retournait, on comptait le (contenu du) pot.

 

Différence 25

« Chake »

Chaque, chaque, chacun : « chake payis, chake môde »; « fé chake por lu » (faire chacun pour soi) ; « dj' ènn' avans chake onk ou chakèn-onk », « chake one » ou « chakène one », (chacun un, chacune une), « is 'nnè prindint chakèn-one » ; « èlle ènnè prindèt chakène onk », « chakèn- »  et « chakène » (chacun-(en liaison) et chacune). (EW) (Remacle,1937,47)

ex.:

(CW) « Chake à leû toû, lès-ôtes ont faît l' min.me,... » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB 18, s.d.)

(F) Chacun à leur tour, les autres ont fait la même chose.

« P’tët Noyé v’neûve, (...) Et (...) mèteûve 

Dins nos brès à chake on cougnou! ... » (Courtois Louis, Cougnous, p.98, in: Gaziaux, 1998)

Le petit Noël venait / Et il mettait dans les bras de chacun d’entre nous un « cougnou » !

« On faît chake à s’ môde. » (Moureau,1943,870)

On fait chacun pour soi.

(OW) « C’ èst qu’ is sont abiyîs tèrtous, chake à s’ maniére. » (Renard,1890,88)

C’est qu’ils sont tous habillés, chacun à sa façon.

« (…) lès violètes floricheneut lès preumiêres, (…) èt pwîs d’s-ôtès fleûrs, chake à s’ toûr. » (Bal,1998,83)

Les violettes fleurissent les premières, et puis d’autres fleur, chacune à son tour.

 

 

« Yauk, one saqwè, one saquî »: cf 4.4.8.

 

 

3.2.5 Verbe

cf 4 Syntaxe : 4.5

 

3.2.6 Préposition

 

Dans de nombreux cas, l’usage des prépositions est différent en français et en wallon.

 

Différence 26

Les prépositions sont différentes en français et en wallon.

ex. : (W)                                               (F)

son.ner pau nez

saigner du nez

dès pîds j’qu’à l’tièsse

de la tête aux pieds

avou dè l’tchôde êwe

à l’eau chaude

avou do lacia

du café au lait

bwâre avou on vêre

boire dans un verre

Vosse mau n’èst rin au r’gârd do sink.

Votre mal n’est rien auprès du sien.

peû di

de crainte de

fé one bèsogne su deûs-eûres

faire un travail en 2 heures

abandené pa tortos

abandonné de tous

si mwaîji après

se fâcher contre

crwêre à

croire à / en

Dj’a trové on papî dins mès lîves.

j’ai trouvé un papier parmi mes livres

rimète one saqwè à place

remettre qqch en place

dè l’ samwin.ne

en semaine

Dji n’so nin à l’ après d’ ça.

Je n’en suis pas à ça près.

pâr nêt

pendant la nuit

su on mwès

en un mois

su on-an (d’timps)

en un an

d’ one eûre à l’ ôte

d’heure en heure

trwès-eûres au matin

trois heures du matin

chîj eûres au nût

six heures du soir

dîj di mwins’   

dix en moins

iût’ di pus        

huit en plus

bwâre avou on vêre

boire dans un verre 

mwaîs après (måva so (EW))

fâché contre   

do suke à  bokèts

sucre en morceaux

à mwin.nadje

en ménage

à plin-èsté

en plein été

à plin-uviêr

en plein hiver

avou dè l' tchôde eûwe

à l' eau chaude

do cafeu avou do lacia

du café au lait

do mwès d' jun

au mois de juin

bwâre avou on vêre

boire dans un verre

 

ex. :

(CW) « Is sôrtint justumint do l' maujon comunâle do s' awè mariè. » (Laloux,1969,28)

(F) Ils sortaient justement de la maison communale après s’être mariés.

« Lë Bwis, n’ avot nëk à l’ bate! » (Gaziaux,1987,309)

Le Bwis, personne ne pouvait le battre !

« … is vindint do suke à poussîre ou à bokèts dins dès bwèsses aus-alumètes. » (Houziaux,1964,41)

Ils vendaient du sucre fin ou en morceaux dans des boîtes d’allumettes.

(EW) « Oûy, Marc va so sès saze ans ... » (Thomsin P.-H., Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Aujourd’hui, Marc a seize ans.

(SW) « Â Noyé » (Sainlez Armand, Sovenances, in: Francard, 1982)

A Noël.

aler aus guèrnouyes  (Twisselman,1994,80)

aller capturer les grenouilles

« An-n-avant su Sint-Ubêrt ! » (Dedoyard,1993,12)

En avant vers Saint-Hubert !

 

Différence 27

« Di » (La Gleize : « du »)  (de) introduit le complément d'agent du verbe passif.

ex. :

« Il a stou batou du s' frére » (il a été battu par son frère), « spaté d' on tchâr du foûre » (écrasé par un chariot chargé de foin). (EW) (Remacle,1937,55)

 

(CW) « ... on-n-èsteut mougni dès pëces. » (Gaziaux, 1987,160)

(F) On était dévoré par les puces.

(EW) « Is s’ fuzint tortos batizer d’ lu è l’ êwe dè Djourdin, po ruc’nohe leûs twèrts. »  (Lecomte,2001,2)

Ils se faisaient tous baptiser par lui dans l’eau du Jourdain, pour reconnaître leurs torts.

 

Différence 28

Le français présente plusieurs possibilités, pas le wallon.

ex. : (F)                                                (W)

étoffe mangée des/par les mites

stofe mougnîye pauzès motes

elle manque (de) tomber

èlle a manké d’ tchaîr

hier (au) matin ; (à) midi

èyîr au matin ; à non.ne

en / à ski

à skis

c’est (à) mon tour

c’ è-st-à m’ toû

aller à / en vélo

aler à vélo

déjeuner, dîner, souper de / avec

didjuner, din.ner, soper avou

demander (après) qqn

dimander après one saquî

le fils à / de Jean

li fis da Djan 

c’est (de) ma faute

c’ èst di m’ difaute

fiancé à / avec

fiyancé avou

obliger à / de

oblidjî di

demander pardon de/pour

dimander pârdon po

rester ici (à) dîner

dimèrer vêci po din.ner

 

Différence 29

Le wallon possède deux prépositions suivant le sens tandis que le français n’en possède qu’une pour les deux sens :

ex. : (F) chez le docteur

        (W) (pour son métier) au médecin; (pour autre chose) èmon l’ médecin

 

(CW) « aler au médecin » (Gaziaux,1987,275)

(F) aller chez le médecin

« Dj’ a stî è scole au maîsse Bèguin, … » (Gillain,1932,30)

Je suis allé à l’école chez le maître Beguin.

(OW) « … dj’ aleu djustumint pârti è l’ vile pou saquantès comissions (...) pou-z-aler au fârmacyin. » (Fedora, Amon l’ apotikêre, in : El Bourdon)

J’allais justement partir à la ville pour quelques commissions (..) pour aller chez le pharmacien.

 

Différence 30

Parfois, on rencontre en wallon des adverbes au superlatif introduits par une préposition.

ex. :

(CW) « Au pus sovint, en d’jant , on s’ rapèle. » (Gaziaux,1987,23)

Le plus souvent, en disant, on se rappelle.

 

Différence 31

Certaines prépositions n’existent pas en français.

 

-         de lieu : djondant (près de), addé (chez),  pa t’t-avau (partout dans)

-         de temps : dèviè, aviè  (aux alentours de), iute di (CW) (passé), foû di (hors de), timp di (pendant) ; etc .

ex. :

(CW) « Ça fêt qu’ n’ avans là d’mëré jësk’aviè quatre eûres. » (Gaziaux,1987,160

(F) Ainsi, nous sommes restés là jusque quatre heures environ.

« Papa, faléve aler amon l’ Brêyi, don, li. » (Gaziaux,1987,227)

Avec papa, il fallait aller chez le Brèyî, hein.

(EW) « Adlé l' tchèstia, on-z-ètindéve hîleter lès casseroles, (…) !! » (Prigneaux,1985,92)

Près du château, on entendait les casseroles sonner …

(OW) « Èl diâle couroût t’avau l' gardin ... »  (p.5, in : Obette Anthine, El marichau, MA 1/83, p.4-7)

Le diable courait partout dans le jardin.

« Tous lès-ouvrîs ont rintré à leû maujone à l’ après d’ yin. » (Haentjens, p.7)

Tous les ouvriers sont rentrés dans leur maison sauf un.

« On vût djus dès coupètes rafter lès pus bias puns sans r’wétî qu’ à pèrdâdje on d-a dès manokéyes! » (p.55, in : Declercq Luc, Eyu ç’ qu’ il èst l’ boneûr!, p.54-55, in: W+ L)

On veut, des cîmes, dérober les plus belles pommes alors qu’à sa portée, on en a de grandes quantités. 

« Vint-ans d’ asto, vos-avez fouyî vo djârdin, come in voyant, ... (Bal,1987,7) 

Pendant vingt ans, vous avez bêché votre jardin, courageusement.

(SW) « An lî è dit: « Vinôz d'lé l' feû! » (p.36, in : Culot Calixte, L' ètranjér dou Nawè, 1983)

On lui a dit: “Venez près du feu!”

« An n' vèyèt pèrson.ne avau là! » (id.)

On ne voyait personne aux alentours.

« Rarandjé à môde du sin.nète. » (Mahin L., Lu macrê èt la djon.ne comére, AL)

Arrangé de nouveau à la manière d’une saynette.

« Tin du voyadje, on siève à marèder à tos lès passadjîs d’ l’ avion. » (Otjacques,1999,11) 

Pendant le voyage, on sert à dîner à tous les passagers de l’avion.

« (...) i faurot mète du costè la tèlèvisiån, qui raclôt lès djans - tout a l'zî moustrant ç' qui s' passe pa-t't-avau l' monde avu dès brèssîes d' imâdjes. » (Jean Paul, Strimè, AL 26/2/85)

Il faudrait mettre la télévision de côté, qui enferme les gens – en leur montrant ce qui se passe partout dans le monde avec des tas d’images.

 

 

3.2.7 Adverbe

 

Différence 32

A l’instar de langues germaniques comme l’anglais, le wallon possède des particules adverbiales utilisées avec certains verbes : « djus » (en bas, à bas), « èvôye » (idée d’éloignement), « foû » (hors).

ex. :

« taper djus » (lancer en bas), « si lèyî djus » (se laisser abattre) ; « tchèssî èvôye » (expulser) , « taper èvôye » (jeter) ; « aller foû » (sortir), « houkî foû » (EW) (appeler au dehors), …

 

(EW) « Nom di nom, c’ èst Guiyame.  Hètche-tu èvôye. » (Maquet,1987,73)

(F) Nom de nom, c’est Guiyame. Fiche le camp .

(SW) « Quand ou bravache s’ î riskot tot seû, ouk ou l’ ôte criyot : « Ou nûton ! », èt nosse corèdjeûs spitot vôye ! (p.135, in: Hardy Camille (Hardennal), S’ lès rotches, p.133-135, in: Francard,2002)

Quand un bravache s’y risquait tout seul, l’un  ou l’autre criait: « un nûton ! », et notre courageux détalait !

 

Différence 33

Certains adjectifs conservent leur forme quand ils sont utilisés en tant qu’adverbes.

ex. :

(CW) « dès djins qu’ causenèt libes » (Gaziaux,1999,15)

(F) Des gens qui ont leur franc-parler.

(EW) « Tu n' djowerès sûr pus nou toûr à nolu! (C. Feller,1906,135)

Tu ne joueras sûrement plus de tour à personne.

« Assûré ! Li djoûrnêye sèreût bèle ! » (Boussart,1976,8)

Certainement! La journée serait belle !

« … assètchî par ine fwèce (..) qui n’ l’ aveût co måy dôminé parèy (…), li håse s’ arèsta. » (p.344, in : Lejeune Jean, Cadèt, p.337-344, in : Piron,1979)

Attiré par une force qui ne l’avait pas encore jamais dominé de la sorte, la hase s’arrêta.

(OW) « Asseûrè qu’ i gn-a saquants mots (…) què lès djins d’ asteûre èn’ dîyeneut pus … » (Bal,1998,87)

Il est certain qu’il existe quelques mots que les gens d’aujourd’hui ne disent plus.

(SW) « Contez todi, sûr, treûs quate vês èt onk ou l’ ôte pourcê. » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

Comptez toujours, sûrement, trois, quatre veaux et l’un ou l’autre porc.

« … quékes bloks du pîre âtoûr qu’ avint toumé do l’ copète, probâbe. » (p.133, in: Hardy Camille (Hardennal), S’ lès rotches, p.133-135, in: Francard,2002)

Quelques blocs de pierre alentour qui étaient du tombés du sommet, probablement .

 

Différence 34

« Rin » (rien) signifie aussi « pas très » :

ex. : (EW) I n' èsteût rin grand.             (F) Il était très petit.

 

Notez l'emploi suivant :

(W) I n' èst pus gâr (garde-forestier), i n' a pus s' fuzik nè rin.

(F)  Il n'a même plus son fusil.

 

Différence 35

« Non » n’a pas toujours le même emploi qu’en français.

En réponse à une question invitant instamment à répondre affirmativement, on emploie « non.na » ((EW) « nèni »)[6].

ex. : (W) Dj’ è rèspond qu’ vos-îroz ?    -  Non.na, dji n’îrè nin.

(F)      Je suppose que vous y irez ?    -  Non, je n’y irai pas.

 

Différence 36

«  Bin » peut s’employer avec un temps composé du verbe « ièsse » dans le sens de ‘bin pwârtant’, alors que « bien » en français ne peut pas. (Le Bidois, ,633)

ex. : (W)  Il a stî bin d’ l’ uviêr, mins il a r’tcheû au mârs’.

        (F) Il était en bonne santé en hiver, mais il a fait une rechute au printemps.

 

Différence 37

« Bin » s’ emploie avec « in.mer » (aimer)[7] dans le sens de l’anglais « to like ».

ex.: (W) Dj’ in.me bin, mi, ça.                  (F) J’aime ça, moi.  

              Dj’ in.me bin m’ pa.                          J’aime mon père.

              Nos-in.mans bin nosse viladje.          Nous aimons notre village.

 

Différence 38

Pour insister, le wallon possède l’adverbe « foû » (ou « oûr / ôr » (Gaziaux,1987,81)) inexistant en français, devant un adjectif :

ex. :  (W) Il èst foû ritche.                         (F) Il est très riche.

                 Ele n’èst nin foû grande.                Elle n’est pas très grande.

 

                 oûr malén                                       intelligent hors de mesure

                 oûr bièsse                                       très bête

                 ièsse oûr bén                                  disposer de toutes ses aises

                 Ë n-avot oûr masse dë djins.          Il y avait vraiment un très grand nombre de gens.

 

(EW) « Qwand dj’ ârans passé tos lès noks,

qu’ i gn-ârè rin (..) à fé / (...) dj’ ènn’ îrans, foû scranses dè viker. » (Chastelet,1990,21) 

(F) Quand nous aurons passé à travers tous les nœuds, quand il n’y aura rien à faire, / nous nous irons, « très » fatigués de vivre.

« Ine foû plêhante vèye », aveû-dje dit tot-z-atakant . » (Thomsin Paul-Henri, Meûrs di papî, in : Vlan)

Une ville très plaisante, avais-je dit d’emblée.

 

Différence 39

Le wallon possède l’adverbe « mièr » (miêr / mére)[8] devant un adjectif, inexistant en français, qui signifie «tout » :

ex. :  (W)  mièr nu, mièr neuwe             tout nu, toute nue 

                 mièr seû(le)                           tout(e) seul(e)

                 one târtène mièr sètche          toute sèche

Aussi :  (W) Dji m'a r'trové mièr seû(le) mièr sètch(e).

             (F) Je me suis retrouvé(e) tout(e) seul(e), délaissé(e)

 

(CW) « Li fènièsse è-st-au mièr laudje / au grand mièr laudje . » (Gaziaux,1987)

(F) La fenêtre est grande ouverte / vraiment grande ouverte .

(OW) « I m’ arive co dè m’ rabiyî / avû m’ cote dè pia / pour mi danser / mèrseû (...). » (Duval Félix, I m’ arive co dè m’ rabiyî, p.75, in: W+ L)

Il m’arrive encore de me rhabiller / avec ma robe de peau / pour mieux danser / tout seul.

(SW) « A l’ îvêr, quand la bîje choufèlerè dins lès tchumnées, (…) / Dju s’râ mêrseû. » (p.147, in : Jean Paul, Choûtèz lu viè bilossiè, p.147-149, in : Francard,2002)

En hiver, quand la bise soufflera dans les cheminées, / Je serai tout seul.

 

Différence 40

Les adjectifs-adverbes accompagnant des verbes sont plus divers qu'en français :

ex. : (W) vèy clér                        (F) voir clair

               ôre deur                              être dur d'oreille

               vinde tchîr                          vendre cher

               djâzer bas, hôt                    parler à voix basse, à voix haute 

               djâzer crâs                          parler grassement, salement

               taper lâdje                           occuper une grande largeur

               Çoula li toume dor.            Cela lui est pénible.

               Su pére li trote dor.             Son père " lui pète dur ", lui est sévère.

 

Mais c' est avec « i gn-a » (il y a) que beaucoup d'adjectifs s'emploient adverbialement :

ex. : (W) I gn-a spès, dès crouwins (mauvaises herbes), è nosse courti.

(F)    Les mauvaises herbes croissent dru dans notre jardin.

 

        (W) I gn-a clér.                       

(F)      Elles sont rares.

 

        (W) I gn-a grand, d'vins ci bokèt-là. (Remacle,1937,64)

        (F)  Il a une grande étendue, ce terrain-là . 

               

Signalons enfin les tournures inexistantes en français comme « aveûr bon », « aveûr âhi » (comme en français, « avoir chaud »); « i fêt âhi », « i fêt lêd », etc. (comme en français, « il fait beau »).

 

Différence 41

« Tot » au sens de « complètement », utilisé seul. (cf aussi 4.7)

ex. :

(EW) « Li p’tit sôdârd sinta s’ coûr si cafougnî tot. » (Boussart,1976,5)

(F) Le petit soldat senta son coeur se chiffonner complètement.

 

Différence 42

« Tot l’ min.me » (tout de même) signifie aussi « n’importe », « peu importe » .

ex. : (EW) C' èst tot l' min.me wice lu mète.  (F) Peu importe où vous le mettiez.

                 Prindoz tot l' min.me quî, qwè.            Prenez n'importe qui, quoi.

                 tot l' min.me qwand                              n'importe quand

                 tot l' min.me wice                                 n'importe où.

 

Différence 43

Toute une série d’adverbes wallons n’existent pas en français :

-                                   de temps : adon (alors), tofêr (toujours), tènawète (de temps en temps), dismètant

       (entretemps) ;

-                                   de lieu : lauvau (là-bas) (EW : låvå : en bas), djus (en bas, à bas), pa t’t-avau  

       (partout), èri (à l’écart de , loin de), one sadju (one sawouce, (EW) ine sawice)

       (quelque part) ;

-                                   d’affirmation ou de négation : non.na (réponse négative pour contredire ou protester),       

       siya (par opposition à « non.na ») ;

     -     de quantité, de qualité, de manière : wêre (peu), mutwèt (EW) (peut-être), èvi (à

            contre-cœur), abîye ((EW) abèye) (vite !), bran.mint (beaucoup), pâr (complètement),

            fok (OW : seulement, rien que), dandjureû (sans doute), tês-se

           (sans doute) (EW, SW), p’tchî (EW : dans : avu _ : aimer mieux) ;

     -     locutions adverbiales : à preume (seulement (maintenant, …)), tot rade (tantôt), …

 

ex. :

(CW) « Adon, il a criyî bén fwârt ... » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB 18, s.d).

(F) Alors, il a crié bien fort.

« … pâr trop arnauje » (Laloux,1969,12)

vraiment trop espiègle

« ‘L avin’ lë tram’ quë passeûve là d’ abôrd à l’ ëch dë leû maujone qu’ ë faut dîre. » (Gaziaux,1987,305)

Ils avaient le tram qui passait par là presque à la porte de leur maison, pour ainsi dire.

« non plus = nèrén: èt më nèrén: et moi non plus.; on ‘nn’ a pës nèrén: on n’ en a plus non plus. » (Gaziaux,1987,72)

(EW) « Dj’ a p’tchî d’ rintrer (…). » (Warnier,1988,27)

J’aime mieux rentrer.

« Di ç' trèvint-là, nos-alîs è scole so l' bati. »

(Grafé,1987,28-31)

En ce temps-là, nous allions à l’école sur la place publique (entourée de maisons).

« Djôdant, (...) on p'tit pazê méne å bê blanc cruc'fis, ... » (Fagnoul,1981,41) 

Tout près, un petit sentier conduit au beau crucifix blanc.

« Drole d' afêre vormint, qu' on s' deût insi båhî. » (Thomsin Paul-Henri, Lès båhes, Vlan Liège 1/5/90)

(C’est) vraiment une affaire étrange de s’embrasser de la sorte.

« C’ èst qu’ arape èwarant çou qu’ i fêt påhûle. » (Maquet,1987,13)

Il est très étonnant que ce soit aussi calme.

qu’ arapemint = qu’ arapedimint = arèdjêyemint : I fêt _ tchôd : extrêmement, excessivement (Haust, DL, 33) (araper : enrager)

« T’ è-st-on macrê, dandj’reûs? » (Maquet,1987,19)

Tu es peut-être un sorcier ?

« … (i) trovéve todi 'ne piceûre po s' fé dè må 'ne sawice. » (Thomsin P.-H., Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Il s’y prenait toujours pour se faire du mal quelque part.

« Vochal saquants fins d' galèts, diha Fifine. » (Tyou,1929,126)

Voici quelques fines gaufres, dit Fifine.

« Adon, nosse blanke soris n' halkina pus. » (Dumont Josiane,1985,14)

Alors, notre souris blanche n’hésita plus.

« Awè, (…), oyéve-t-i d’vintrin.nemint, èle sèreût co pus bèle sins n’ norèt d’ tièsse ! ... » (Boussart,1976,14)

Oui, entendait-il intérieurement, elle serait encore plus belle sans mouchoir (couvrant la tête).

«  Lès fames ont tofêr one novèle so l' bètchète dè l' lêwe ! » (Wisimus,1957,151) 

Les femmes ont toujours une nouvelle sur le bout de la langue !

« Lu sinte famile èst so 'ne gripète èt lès sôdârds d' Hérôde nu sont nin lon èri d' là. » (id., p.153)

La sainte famille est sur un raidillon et les soldats d’Hérode ne sont pas loin de là.

« Abèye, qu' on fasse houkî lès râyeûs âs crompîres èt âs pétrâtes. » (Seret,1988,21)

Vite, que l’on fasse demander les arracheurs de pommes de terre et de betteraves.

« li tchèstê ås-arègnes, come on l’ lome avår-chal ... » (Boussart,1976,24)

le château aux araignées, comme on l’appelle en cette contrée

« C' è-st-apreume chal qui l' afêre a toûrné à tchin ... » (Grafé,1987,39)

C’est seulement là que l’affaire s’est gâtée.

«  … sès blonds tch'vès, si binamêyemint crolés åtoû di s' hatrê. » (Bouhon,1903,390) 

ses cheveux blonds, si joliment (norm. : aimablement) bouclés autour du cou

«  Il aveût l’ cogne d’ ine vîle feume di manèdje qui prind bin londjin.nemint sès poûssîres. » (Boussart,1976,6)

Il avait l’air d’une vieille femme de ménage qui prend ses poussières en traînant.

« ... i l' aveût d'vou rèpiter deûs fèyes låvå. » (Sougnez,1985,9)

Il avait dû le renvoyer à coups de pied deux fois en bas.

«... èt dès spérs, avår-chal, on 'nnè rèsconteûre pus d'pôy li tins dè vî bon Diu. » (Grafé,1987,26-27)

… et des revenants, en cet endroit, on n’en rencontre plus depuis le temps du vieux bon Dieu.

« … mins d' tot près, ci n' èst pôr rin d' bê, lès fleûrs årtificiéles! » (Thomsin Paul-Henri, Fleûrs, Vlan Liège 20/6/84)

… mais de tout près, les fleurs artificielles, ce n’est pas beau du tout !

(OW) « I n’ d-a fok yun, i n’ a fok què li. » (Dict. du centre, 135)

Il n’y en a qu’un, il n’y a que lui.

« I n’ saveut nén nérén qui cès côps-là sonerént dins l’ tièsse dès djins tant qu’ èl monde sèreut monde. » (Arcq Robert, Lès twès clôs, p.18, W+ L)

Il ne savait pas non plus que ces coups-là sonneraient dans la tête des gens tant que le monde serait monde.

« Lauvau au mitan d' ène clériére. » (Lefebvre Marc, Léjande du Bos d' Wauhu, EM 6/82)

Là-bas au milieu d’une clairière.

« Tafètemint, come si l’ dèstin avoût volu qu’ èl morâle seûsse èscapéye. » (Quinet,1999,10-12)

Tout à fait, comme si le destin avait voulu que la morale soit sauve.

« I s’ aveut rademint rapauji l’ djoû qui l’ facteûr lyî a amwin.nè leûs liârds... » (Fauconnier,1993,77)

Il s’était rapidement calmé le jour où le facteur lui a apporté leur argent.

(SW) « A l’ place do bèrdjî, do tchin èt dès bèrbus, is n’ ant pus r’trouvi qu’ dès blantches pières, dès ‘blancs cayous’, lès cis qu’ on wèt co anut’. » (Poncelet J.-M., Lès Blancs Cayoûs, AL)

Au lieu du berger, du chien et des brebis, ils n’ont plus retrouvé que des pierres blanches, des cailloux blancs, ceux qu’on voit encore de nos jours.

« Ça fajèt d’jà ène hapée qu’ il êrt avau-là ... » (Culot Calixte, Les Paukes du Zîré, AL)

Il y a déjà un bon moment qu’il était là-bas.

«  Dèvant, l’ êwe astét clére. » ( Lhote J.-M., L’ Ârdène, AL)

Auparavant, l’eau était claire.

« Dj’ aî mou dou mau pou lî fwére comprinre. » (Twisselman,1994,103)

J’ai beaucoup de mal à lui faire comprendre.

« Lu cé qui s’ crwat par trop fèl, an-z-è réson d’ dère, / I n’ lî faut ni grand tchöse pou qu’ i s’ rutrouve à têre. » (Mouzon,1984)

Celui qui se croit vraiment trop fier, on a raison de dire qu’il ne lui faut pas grand chose pour qu’il se retrouve par terre.

« Pus taurd, is-aurant motwa mwins’ peûr dès nwâreûrs, is s’rant ârmès. » (Leroy Willy, Sovenances d’au lon, sovenances d’ après, AL 25/11/99)

Plus tard, ils auront peut-être moins peur de l’obscurité, ils seront armés.

«  Tout d' in côp, vou-le-là qui r'nifule yauk èt i s' ravise. / Dandj'reû qu' il avot sintu lès gadots. (Ferrauche,1982,203)

Tout à coup, le voilà en train de renifler quelque chose et il change d’avis. / Il avait probablement senti les chevreaux.

 

    Différence 44

« Tot-a-faît » (litt. tout à fait), tout, est substantif.

ex. : (EW) Dju li a d'né tot-a-fêt.            (F) Je lui ai donné tout.

        (CW) Tot-a faît îrè bin.                         Tout ira bien.

Il a donné un adverbe, « tot-a-fêmint » : « il èst tot-à-fêmint bièsse ».  Le sens de « tot-a-fêt » n'est pas séparable de « à faît » (au fur et à mesure). Il est aussi à rapprocher de celui de « tortos » (tous, tout le monde): « bondjoû tortos! » (bonjour tout le monde), « is sont tortos là » (ils sont tous là), « èles vinront tortotes » (elles viendront toutes). « Tot-a-faît » est un substantif sg. neutre, « tortos » un substantif pluriel.[9] (EW) (Remacle,1937,50)

ex :

(EW) « Tot-à-fêt èsteût r’mètou à pont. » (p.321, in : Renkin François, Li vîye bûse, p.321-324, in : Piron,1979)

(F) Tout était remis en état.

 

Différence 45

« Qui » , adverbe exclamatif, traduit « comme ».

ex. :

(CW) « Â ! qu’ il èst bin arindjî, Mossieû Rigolèt (...) » (p.369, in : Pirot Jules, Li fârce da Rigolèt, p.367-375, in : Piron,1979)

(F) Ah, comme il est bien arrangé, Monsieur Rigolet !

(EW) « Ah! qu' ine pitite aloumète lî freût dè bin! (Bouhon,1903,309

Ah, comme une petite allumette lui ferait du bien !

« Mon Diu qui v’s-èstez lêde ! » (Boussart,21-22,1976)

Mon Dieu, comme vous êtes laide !

(OW) « Â, vos v’là, què dj’ seû binauje ! » (Bal,1998,45)

Ah, te voilà, comme je suis contente !

 

 

3.2.8 Conjonction

 

Différence 46

La conjonction « qui » a un emploi beaucoup plus étendu que le « que » en français.

Il peut signifier « dont », « quand », « où »,  « alors que / au moment où », « au point que / à tel point que », « pour que », « si », « de peur que », « si bien que », « sans que », « maintenant que » et, en général, un relatif régi par une préposition :« sur lequel », …

ex. :

- dont :

(EW) « Dj' a riv'nou à l' mohone avou treûs pêres di tchåsses qui dj' n' aveû nin mèzåhe. »  (Thomsin Paul-Henri, Tot po rin?, in: Vlan 5/7/88)

(F) Je suis rentré à la maison avec trois paires de bas dont je n’avais pas besoin.

 

- quand :

(CW) « Vos l’ avoz d’djà bin sûr rèscontré avau lès vôyes, qu’ èlle aleut à l’ djoûrnéye, avou s’ machine à keûde è s’ brès. » (Laloux,1969,48)

(F) Vous l’avez déjà bien sûr rencontrée sur les chemins quand elle allait travailler chez des particuliers pendant quelques jours, la machine à coudre au bras.

(SW) « Dju m’ soûvêrê toudi du l’ prumîre cârte d’ Eûrope quu dj’ avo acheté, èstant scolî, quu dj’ voyadjo dins tous lès payis en-autostop. » (L. Mahin, Lès barakes du Transine, dins l’ timps, AL)

Je me souviendrai toujours de la première carte de l’Europe que j’avais achetée, écolier, quand je voyageais dans tous les pays en auto-stop.

 

- où :

(CW) « V’loz wadjî qu’ à Awagne, o l’ gârdi-rôbe, o clabot do cofe qu’ on stitche lès crèvates, i gn-a co tènawète one rèlike da sint-Elwè. » (Laloux,1969,45)

(F) Veux-tu parier qu’à Awagne, dans la garde-robe, dans le verrou de bois où l’on glisse les cravates, il y a bien une relique de saint Eloi ? 

(EW) lu fontinne quu lès vatches buvèt  

I fêt bon po l' sâhon qu' on-z-èst.   

Lèyoz lès-afêres è l’ plèce qu' èles sont.       

la fontaine où buvaient les vaches

Il fait bon pour la saison où l'on est.

Laissez les choses à l’endroit où elles sont.

(OW) « Mais vous-autes, c’ èst nî l’ ciène què vos stez v’nus au monde. » (Delait,1946,79)

Mais vous autres, ce n’est pas celle où vous êtes né.

(SW) « Lès gazètes du monde entiè ont moustri eune foto qu’ on la vèyét t’ni dins sès brès un p’tit afant qui va mori èt qu’ èle dit : « Lu cörps du Cris ! » (p.245, in : Mouzon Raymond, Sawèr su têre, sawèr prinde su timps, p.243-247, in : Francard,2002)

Les journaux du monde entier ont montré une photo où on la voyait tenant dans ses bras un petit enfant agonisant et disant : « Le corps du Christ ! »

 

- alors que / au moment où :

(CW) « Et li qu’ acoureûve abîye à mèsse tot jusse à strape, qui l’curè dischindeut do l’ tchèyêre di prétcheû; ... » (Laloux,1969,27)

(F) Et lui qui accourait à toute vitesse à la messe au dernier moment alors que / au moment où le curé descendait de la chaire de vérité.

(EW) « Dji l' a vèyou tot-asteûre, (...) qu' i r'montéve lès corotes dè l' rowe. » (Thomsin Paul- Henri, Lu p'tit rossê, in : Vlan, 07/08/90)

Je viens de le voir, alors qu’il remontait les rigoles de la rue..

(OW) « Vos l’s-avîz plantè què dj’ n’ aveu co nus-ans. » (Bal Willy, Quéque fîye!, p.23-24, in: W+ L)

Vous l’aviez planté alors que j’étais encore en bas âge.

 

 - au point que, à tel point que :

(CW) « Bran.mint dès djins qu’ vos sèrîz sbarès si vos l’sèpîz. » (Laloux,1969,53)

(F) Beaucoup de gens à tel point que vous en seriez étonné si vous le saviez.

« Èt tossè èt tossè qu’ i n’ s’ è saveut pus rawè. » (Laloux,1969,153)

Il se mit à tousser au point qu’il ne pouvait plus retrouver son souffle.

(EW) « Lès tabeûrs batît qu’ c’ èsteût mèrvèye.  Et quéne brêrèye, mès frés ! »  (Boussart,1976,30)

Les tambours battaient à tel point que c’était une merveille. Et quelle criaillerie, mes amis !

(OW) « O lès-intind clatchî, qu’ o dirèt

qu’ c’ èst l’ arméye (…) (Renard,1890,43)

On les entend claquer au point que l’on dirait que c’est l’armée.

(SW) « … i voûdot à sèyês, qui v' n' aurîz seû mète in tchin l' uch. » (Louline Vôye, Marîye à l' trique, AL)

Il pleuvait à seaux, au point que vous n’auriez pu mettre un chien à la porte.

 

- pour que :

(CW) Priyîz l’ bon Diè qu’ i djale ! 

(F)     Priez Dieu pour qu’il gèle !

(EW) « Vos m’ alez rafacer s’ visèdje di makêye qu’ on n’ veûse min.me pus l’ plèce là qu’ èlle èsteût. »  (Maquet,1987,13)

Vous allez m’effacer son visage blême et boursouflé pour qu’on ne voit même plus l’endroit où elle était.

(OW) « Fions l’ vèni qu’ i dècide, dins l’ dispute, qui ç’ qu’ a dwèt. » (Bernus,1995,13)

Faisons-le venir afin qu’il décide, au cours de la dispute, qui a raison.

(SW) « Cloyez lès volèts, qu’ i fèye nwâr. » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

Fermez les volets, pour qu’il fasse sombre.

 

- si :

(CW) « Lë cë qu’ avot dès sizeleûs èt qu’ ës djouwin’ aus cautes, è bén i sognin’ leûs bièsses pës timpe. » (Gaziaux,1987,215)

(F) Celui qui avait des invités en soirée et s’ils jouaient aux cartes, eh bien, ils nourrissaient leur bétail plus tôt.

 

- de peur que :

(EW) « Ni v’ clintchîz nin trop’ qui vos n’ toumése. » (Maquet,1987,50)

(F) Ne vous penchez pas trop de peur que vous ne tombiez.

 

-si bien que :

(CW) « (...) woù è-st-èle / Qu’ on n’ l’ ètind nén? » (Massart-Tilmant Germaine, A l’ campagne, témpe au matén, p.29, in: Gaziaux, 1998)

(F) Où est-elle  / si bien qu’on ne l’entend pas ?

 

- sans que :

(W) On bat bin s’tchin qu’ on nè l’toûwe nin.

(F) On bat son chien sans qu’on ne le tue.

(CW) « I n’ passéve ni on tchén avou on tchapîa quë ça n’ së raprouvéve amon l’ Brêyi. » (Gaziaux,1987,219)

Il ne passait pas un quidam sans que l’on ne se rassemble chez Brèyî.

 

- maintenant que :

(OW) « Audjoûrdu, qui dj’ sû d’vènu vî stoumak, pour mi, lès quarante-cénquante ans, ç’ n’ èst co qu’ dès p’tits gaviots, (…). » (Genaux Ben, Come o dit: “C’èst la vîye du monde! ...”, p.87, in: W+ L)

(F) Aujourd’hui, maintenant que je suis devenu vieux, les personnes âgées de quarante-cinq ans ne sont pour moi que des galopins.

 

- comme :

(SW) Quand l’ vî Dâbe è mouru, (…) èt qu’ i n’ avét pont d’ famile, c’ èst l’ chayeteû èt quékes vèjins qui l’ ant voûyè (…).Georges Maurice, Lès djeûs da Justin (IV), p.7-10, in : Singuliers, 1, 2002

(F) Quand le vieux Dabe mourut et comme il n’avait pas de famille, le couvreur et quelques voisins l’ont veillé .

 

- sur lequel :

(CW) « Vos l’vèyîz tofêr trèvautchî l’ viladje à vélo, qu’ i s’ tineûve ossi drwèt qu’on-ûlan dè l’guêre di quatôze. » (Selvais Joseph, E ridant dès sovenances, VA 26/7/99)

(F)Vous le voyiez traverser sans cesse le village à vélo, sur lequel il se tenait aussi droit qu’un uhlan de la guerre de quatorze.

(EW) « … è l’ vîle vôye quu dj’ rote â solo … » (L. Remacle, in : Piron,1979,558)

sur le vieux chemin sur lequel je marche au soleil

« On n' tape pus sès-oûys qui so l' cwårê p'tit bokèt d' papî qu' on-z-a båré on pris po r'mète in-ôte. » (P.-H. Thomsin, Tot po rin?, Vlan 05/07/88)

On ne regarde plus que le petit morceau de papier carré sur lequel on a barré un prix pour en remettre un autre.

 

- avec lequel :

(CW) « Vos-aviz one tram (…) quë lès-èfants d’nalin’ à scole. » (Gaziaux,1987,303) 

(F) Vous aviez un tram avec lequel les enfants allaient à l’école.

(EW) I s' a aqwèri l' vèdje qu' il è batou. 

Il s'est cherché la verge avec laquelle on le bat.

 

- avec qui :

(EW) Is d'hèt toudi avou ci qu' is sont.      

(F) Ils sont toujours du même avis que celui avec qui ils sont.

 

 

Différence 47

« Quand » suivi d’un conditionnel signifie « quand bien même », « même si ».

 

ex. :

(CW) « Maîs i n’ faut nin sayî d’ fé comprinde ça avou dès mots, quand ç’ sèréve dès mots walons. » (Gillain,1932,39)

(F) Mais ils ne faut pas essayer de faire comprendre ça avec des mots, même si c’étaient des mots wallons.

(OW) « Quand d’ aureus co tout l’ôr du mande pou p’li m’ ofri tout ç’ què d’ vôreus! » (Baudrez,1987) 

Même si j’avais tout l’or du monde pour pouvoir m’offrir tout ce que je voudrais !

(SW) « Mês dji m’ vindjerê ! Quand dj’ deûreu co voyè m’ tchin s’ vos troyes po qu’ èles fèchinche dès bocâs èt-z-alè à damadje ! » (Dedoyard,1993,14)

Mais je me vengerai ! Quand bien même je devrais envoyer mon chien vers vos truies pour qu’elles fassent des brèches (dans une haie) et qu’elles causent des dégâts.

 

Différence 48

L'adverbe relatif « èwou » ne s'emploie en wallon que pour marquer une relation de lieu ( pas de temps ).

ex. : (W) li place èwou-ce qui dj' l' a vèyu

        (F)  l’endroit où je l’ai vu(e)

La formule normale est « qui » : « li place qui dj' l'a vèyu » .

Quand le français emploie « où » avec une nuance de temps, le wallon utilise « qui » :

ex. : (F) le moment où vous êtes venus    (W) li momint qu’ vos-avoz vinu

              le jour où cela arrivera                       li djoû qu’ ça ariverè

 

Différence 49

Toute une série de conjonctions wallonnes n’existent pas en français :

-     de temps : dismètant qui (pendant que) , divant qui (avant que), tant qui (aussi longtemps que), tot f’zant qui (en même temps que) ((EW) Bastin,1909,388), djusqu’à tant qui (jusqu’à ce que), tot qwand qui (chaque fois que) (EW), à faît qui, faît-à-faît qui (au fur et à mesure que), do côp qui (au moment où), do trèvint qui (au temps où) (CW) ;

-     causales : po çou qui (parce que) (Bastin, id.), vèyan.mint qui (étant donné que), à pus qui (à moins que) ;

                    -     opposition : au r’gârd qui (alors que).

ex. :

(EW) « Adonpwis, tot d' on côp, dismètant

qu' l' oûhê tchantéve, dji t' a vèyou ... » (Grafé,1987,17) 

(F) Alors, tout à coup, pendant que l’oiseau chantait, je t’ai vue…

« Dè trèvint qu' èle è-st-èvôye, lès feumes rinètèt tote li mohone. » (Lahaye,1999,97-100)

Pendant qu’elle est partie, les femmes nettoient toute la maison.

« ...; fêt-à fêt’ qu’ il avancih’ront, Grindôr èt Anjèle vinront (…). » (Maquet,1987,101)

… au fur et à mesure qu’ils avanceront, Grindôr et Anjèle viendront (…). 

« Tant qu' à mi, dji deû r'passer po mon m' mårène ... » (Grafé,1987,30) 

Quant à moi, je dois repasser chez marraine.

(OW) « Aline su s’ sèle ît come in pakèt qu’ aureut boudji d’ in-d-dins à fét qu’ èle somadjeut. (Bal,1998,59)

Aline était sur sa chaise comme un paquet qui aurait bougé de l’intérieur au fur et à mesure qu’elle sanglotait.

« … tè n’ as seû fé qu’ dès guinguèrlotes

Au r’gârd què mi d’ aî d’ qwè rimpli deûs grandès wotes. » (Balle,2002,14)

Tu n’as pu faire que quelques grelots /avec les cerises cueillies/ alors que, moi, j’ai de quoi remplir deux grandes hottes .

(SW) « A fwaît qu' lès bokions loyint, lès tchèrieûs tchèrdjint t't-à fwaît su ène pètite tchèrète. » (Mahin Lucien, Lès tchèrieûs, in: Ene bauke su lès bwès ..., AL 26/11/85)

Au fur et à mesure que les bûcherons liaient (les fagots), les voituriers chargeaient le tout sur une petite charrette.

« Dji va fè rlèvè lès djins, po v's-alè assîr, su l' tins qu' dj' îrê à l' barîre (...) » (Dedoyard,1998,8)

Je vais demander aux personnes de se remettre debout pour que vous alliez vous asseoir pendant que j’irai à la barrière.

« Fêt-à-fêt' quu lès-anées passièt,

dj' ê seû mète dès sous d' costé. » (Culot,1983,37) 

Au fur et à mesure que les années passaient, j’ai pu mettre de l’argent de côté.

 

 



[1] one aîr peut avoir deux significations : a) l’air (élément)                Ex : viker à l’ boune âir

                                                                    b) l’air (mélodie)  

 

      

       

 

 

 

[6] Notons que le liégeois utilise « nèni » comme en français : « dîre awè ou _ » (dire oui ou non) ; « i n’ vis l’ a nin co rindou ? –  Nèni co. » (il ne vous l’a pas encore rendu ? Non, pas encore.)

[7] Bien entendu,  on dira plus souvent « vôy voltî », « mindjî voltî », « bwâre voltî », « travayî voltî ».

[8] « mièr » est une déformation de « mére ».

[9] Il semble qu'ils aient eu autrefois le même emploi et qu'ils ne se soient séparés que récemment. Les premiers textes liégeois contiennent des exemples du plur. « tos-a-fêt » et du sing. « turtot ». Citons la fin du Dialogue entre Crantche-è-cwèr èt on pôvre ome, p. 252-4 : « qu' av' li diale vèyou tos-a-fêt!... qui n' so-dj' dâné [corr. de doné] tourtot fin mûr ! » (Vous avez sans doute vu le diable tous (autant que vous êtes) ! Que ne suis-je damné tout fin noir !) ~ De plus, « turtot » était autrefois adjectif : « turtos lès bons crustins  » (tous les bons chrétiens).

 

21:34 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

4 Syntaxe

4 SYNTAXE

 

4.0 Introduction

 

La syntaxe du wallon se différencie de celle des langues germaniques de façon nette. Ainsi, le wallon ne fait pas d' inversion avec un nom sujet comme le néerlandais et

l' allemand .

ex. (NL) Komt Jan vandaag ? (D) Kommt Jan heute ?

     (W)   Est-ce qui Djan vint odjoûrdu ?

 

 Il ne pratique même pas l' inversion secondaire aussi facilement que le français. 

ex. (F) Le fermier vient-il ?

     (W) Est-ce qui l' cinsî vint ?

 

Le wallon ne connaît pas le rejet de l' infinitif ou de toutes les formes verbales dans la subordonnée.

ex. (NL) Ik zal morgen niet komen.

      (D)  Ich werde morgen nicht kommen.

     (W)  Dji n' vêrè nin d'mwin .

 

Les seuls rejets qu' il connaît sont des rejets de participes passés ou d' infinitifs .

Dji n' a rin vèyu.

Dji n' a pêrson.ne rèscontré.

Po ça fé, (i) faut qu’ vosse fré fuche d' acôrd.

Ces rejets sont d'ailleurs peu fréquents.

 

N'ayant pas de particules séparab1es ( différence morphologique ), il ne fait bien sûr pas de rejet de ces particules.

 

Il n'est besoin que de relever les différences syntaxiques entre le wallon et le français.[1] Malgré une opinion répandue et entretenue, ces différences existent. La liste présentée ci-dessous n’est pas exhaustive, mais elle est importante et certaines différences sont très grandes.

Le plus souvent possible, des références d'auteur sont reprises pour les règles ci-dessous. Cette étude sera donc complétée ultérieurement.

Chaque lecteur est invité à la compléter par des recherches personnelles et notre reconnaissance lui est acquise s'il veut se donner la peine de nous communiquer ses trouvailles pour le plus grand bien de notre langue.

L’ orthographe appliquée est l'orthographe créée par Jules Feller en 1900 qui est l'orthographe adoptée et appliquée par tous les littérateurs wallons de notre temps.

 

Pour ce qui est des différences syntaxiques entre le wallon et le français, cette étude démontre qu' il en existe au moins 334.

 

 

4.1 Article

 

4.1.1 L’article défini

 

Différence 1

Le wallon emploie l'article défini dans des cas où le français ne l' emploie pas.

ex. : (W)                                                           (F)

on molin au ( = à li) cafeu [2]*

un moulin à café

sèrer à l' clé

fermer à clé / clef

tos lès deûs

tous ( les ) deux

è l’ infêr

en enfer

di l’ èsté = è l' èsté

en été

lès payis d' l' Eûrope

les pays d'Europe

on fiêr aus galètes

un fer à galettes

s’ î conèche ((EW) kinohe) dins lès langues

s’y connaître en langues

trover l’ moyin dè l’ sawè ((EW) saveûr)

trouver moyen de le savoir

dimèrer è l’reuwe ((EW) rowe) Piconète

habiter rue Piconette

di l’iviêr = è l’ iviêr

en hiver

C’èst l’ vraî.

C’est vrai.

po dîre li vraî

à dire vrai

 

Ainsi :

(CW) « C’èst l’ vraî qu’ lès bièrdjîs èstin.n su place, zèls. » (Lès Rwès, VA 11/1/99)

(F) Il est vrai que les bergers étaient sur place, eux.

« On dîmègne après l’din.ner » (Emile Gillain, Au culot do feu, p.9)

Un dimanche après-midi.

« D’ l’ ëviêr ou quand on d’meûre à s’ maujone, on cut ... »  (Gaziaux,1987,207)

En hiver ou quand on reste chez soi, on cuit…

(EW) « Li tchôd vint d' Ârdène, è l' osté, sint co l' gôme di sapin. » (Seret René, Lès grands vints, CW 2/88, p.20-32)

Le vent chaud d’Ardenne, en été, a encore l’odeur de résine.

« Po bin dîre li vrêye, dji halkina 'ne hapêye. » (Grafé, 1987, 26-27)

A vrai dire, j’hésitai quelque peu.

(OW) « Li walon s’ pièd. (...) Est-ce bin l’ vré ? » (Petrez,1962,85)

Le wallon se perd. Est-ce bien vrai ?

« Mon Dieu, c’ èst l’ vré! D’ n’ î sondjoûs pus! » (Quinet,1999,10-12)

Mon Dieu, c’est vrai ! Je n’y songeais plus !

(SW) « Pou dîre lu vraî ç' qu' il èst, i gn-è qu' dins lès prîjes du courant qu' i faut s' dumèfier d' èsse djondu pa Marîye à l' Trique. » (Louline Vôye, Marîye à l' Trique, AL)

A vrai dire, il faut craindre d’être touché par Marîye à l’ Trique au contact d’une prise de courant.

 

Différence 2

Le wallon n' emploie pas l'article défini dans des cas où le français l' emploie.

ex. : (W)                                                           (F)

ièsse binv’nu = ièsse wilikom'

être le bienvenu

à campagne

à la campagne

aler à mèsse

aller à la messe

dîre mèsse

dire la messe

rivenu d’mèsse

revenir de la messe

sièrvu ( (EW) sièrvi, chèrvi) mèsse

servir la messe

toûrner à plouve ((EW) plêve)

tourner à la pluie

fé prandjêre ((EW) prandjîre)

faire la sieste

à spales

sur les épaules

mwin.ner l' vatche à twa ((EW) torê)

mener la vache au taureau

aler à vèpes

aller aux (= à les ) vêpres

fé vèpes

dire les vêpres

sièrvu ((EW) sièrvi, chèrvi) vèpes

servir les vêpres

 

ex. :

(CW) « Li cinsî faît prandjêre. » (E. Gillain, Au culot do feu, p.97)

(F) Le fermier fait la sieste.

« On-z-avèt djusse li timp divant scole d’ intrer è s’ botike … » (Gillain,1932,14)

On avait juste le temps avant l’école d’entrer dans son magasin.

(SW) « Èl samedi, après mèsse, dji m’ê dispétchè d’ alè rimpli ma botèye di bènite êwe ... » (Culot C., Les Paukes du Zîré, AL)

Le samedi, après la messe, je me suis dépêché d’aller remplir ma bouteille d’eau bénite.

 

« Dju va l’ atèrè à bone parfondeûr. »

(Mouzon Raymond,8,1985)

Je vais l’enterrer à une bonne profondeur.

 

Devant un nom de cours d’eau:

ex. :

(CW) « Si vos passoz l’ grand pont d’ pîre qu’ ascauche Lèsse èt qu’ a stî r’faît à noû ... »    

(Houziaux, 1964, 13)

(F) Si vous franchissez le grand pont en pierre qui enjambe la Lesse et qui été remis à neuf… 

(EW) « Moûse coûrt todi come d’ avance, ... ». (Maquet,1987,170)

(F) La Meuse coule toujours comme autrefois…

(OW) « (Et,) spitant, i r’tchét su Sambe, à scapouyète. » (Gianolla François, Nwêr payis, p.91, in: W+ L)

(Et) remuant, il retombe sur la Sambre, à la gribouillette.

« Li tram aveut passè Sambe ... » (Fauconnier,1993,77)

Le tram avait passé la Sambre…

 

Devant un superlatif épithète, il n’y a pas de déterminatif.  Seul celui du substantif est gardé:

ex.: (F) le jour le plus long  (W) li pus long djoû

Il n’y a pas de confusion possible comme en français.

ex.: (F) C’est son fils le plus intelligent.

      (W) 1 C’est l’ pus malin d’ sès fis. (comparé à ses frères)

             2 C’èst s’ fi qu’èst l’ pus malin. (comparé à d’autres que ses frères)

 

Devant « onk » jumelé à « l’ ôte » : (cf Synt. 4.4.2)

onk ou l' ôte

l’ un ou l’autre

onk èt l' ôte

l' un et l'autre

onk dins l' ôte

l' un dans l'autre

onk à l' ôte

l' un à l' autre

onk avou l' ôte

l' un avec l'autre

onk sins l' ôte

l' un sans l'autre

 

ex. :

(CW) « Djë n’ sé ni së lès djins d’ Glëmes n’ èstin’ ni djalous onk së l’ ôte, là. »

(Gaziaux,300,1987)

(F) Je ne sais si les gens de Glimes n’étaient pas jaloux les uns des autres .

(EW) « Et vo-me-là tot seû, ca m' fame è-st-èvôye taper one copène avou one vwèzène ou l' aute. »  (Wisimus,1957,151)

Et me voilà seul, car ma femme est partie bavarder avec l’une ou l’autre voisine.

« Lu grand-mére Villé nos lès-acsègne onk après l' ôte. » (id., p.152)

La grand-mère Villé nous les enseigne l’un après l’autre.

« Quond n’s-årons bèrwèté di ç’ costé-là dè timp - onk ou pô pus tårdou, l’ ôte on pô pus matin - (...) » (Georges Victor, Quond påtes èt rècinèyes, ..., p.89, in: W+ L)

Quand nous aurons traîné de ce côté-là du temps, - l’un un peu plus en retard, l’autre un peu plus matinal - (…)

(SW) « Comptez todi, sûr, treûs quate vês èt onk ou l’ ôte pourcê. » (Bily Joseph, Knocki

 èt l’ fème en nwâr, AL)

Comptez toujours, sûrement, trois à quatre veaux et l’un ou l’autre porc.

 

Différence 3

Dans une énumération, le wallon répète obligatoirement l'article défini.

ex. : (W) Lès frés èt lès soûs (F) Les frères et soeurs

 

Différence 4

Le wallon emploie parfois un singulier alors que le français emploie un pluriel.

ex. :

(F) Les lundis, mercredis et vendredis de chaque semaine. (Le Bidois,T1,1971,50)

(W) Li londi, l’mércrèdi èt l’vinrdi d’ chake samwin.ne.

 

Différence 5

Le wallon ne donne pas à l’article défini une valeur exclamative. Il emploie l’adjectif exclamatif « Qué ! », « Quéne ! », « Qué ! », « Quénès ! » 

ex. : (F)                                                            (W)

La belle statue !

Qué bèle sitatûwe ! = Quéne … !

Le beau jardin !

Qué bia djârdin !

Les gentils enfants !

Qués binamés-èfants !

 

Parfois, il n’emploie rien du tout.

ex. : Le pauvre homme

Pôvre ome !

 

Différence 6

Un nom accompagné de « min.me » ne peut être précédé que de l’article défini, alors que le français peut le faire précéder de l’article indéfini, de l’adjectif démonstratif et même de l’adjectif possessif (cf Le Bidois) ou de rien.

ex.:

(F) « De la nature entière, ... émane cette même tendre mélancolie... » (Chateaubriand, M. des Lourd., 31)

(W) Li min.me doûce minéye rét d’ tote li nature.

« L’on reçut même réponse de l’archevêque. » (Michelet, Histoire de France, X, III)

On-z-a ieû l’ min.me rèsponse di l’ârchèvèke.

 

Différence 7

La construction française « plein les poches » a des analogues en wallon.

ex. :

(W) Il a dès cents plin.nes sès tahes.                

(F) Il a de l’argent plein les poches.

Dj' a dès pouces plin.nes mès tchâsses.         

Mes chausses sont pleines de puces.

Gn-a dès frambâhes tot couvri l' hoûrlê.        

Le talus est recouvert de myrtilles.                                                                  

Gn-aveût dès poumes tot tchèrdji lès mèlées.

Les pommiers étaient chargés de  pommes.

                                                                                          

On remarquera que dans nos deux premiers exemples, « plin » s'accorde avec le substantif. (Remacle,1937,66)

 

 

4.1.2 L’ article indéfini

 

Différence 8

Le wallon emploie l'article indéfini dans certains cas où le  français ne l'emploie pas.

ex. : (W)                                                            (F) 

fé on cèke autoû

faire cercle autour

fé one ècsèpsion

faire exception

Dji so-st-on walon.

Je suis wallon.

fé on cèke autoû

faire cercle autour

Mauy one feume n’a vèyu si voltî.

Jamais femme n’a tant aimé.

fé one fin à one saqwè avou one intencion

mettre fin à qqch avec intention

dins one tchambe

en chambre : « Il travaille en chambre. » (Le Bidois, T1, 1971, 43)

 

Différence 9

Après la préposition « di », on garde l’article indéfini devant « cias/cènes, ôtes »:

ex. :

(W) I provint d’ dès cias què l’s-avin.n.  

(F) Il provient de gens riches.

I causeûve co di d’s-ôtes côps.               

Il parlait encore d’autres fois.

 

Différence 10

Le français emploie l'article défini alors que le wallon utilise l’article indéfini.

ex. : (W)                                                            (F)

awè dès blancs d’ tch'vias

avoir les cheveux blancs

awè one coûte mémwêre

avoir la mémoire courte

Po waurder one boune vûwe, il faut lîre li mwins’ possibe à l’ loupe.

pour garder la vue bonne

 

Différence 11

Le wallon n' emploie pas l' article indéfini, alors que le français l' emploie.

ex. : (W)                                                            (F)

tinu botike

tenir un magasin

tinu cabarèt

tenir un café

fé prandjêre

faire une sieste

fé toubak

faire une pause

 

ex. :

(W) « Li p’tit mârchau t’neut aubêrje su l’grand-route. » (Houziaux, 1964, 63)

(F)  Le petit forgeron tenait une auberge sur la grand-route.

 

Différence 12

Devant un nom abstrait et précédé de la préposition « de », l'article indéfini que le français emploie est rendu en wallon par un adverbe suivi d'un adjectif.

ex. :

(F) « Il faut avouer que tu es d' une innocence ! » (Goncourt, R. Mauperin VII)

(W) I faut r'conèche qui v's-èstoz on rude înocint!

« Je me sens d'une faiblesse ! » (Bataille, Phalène, 1, 10)

Dji m' sin fwèbe au-d'là !

 

Différence 13

L’article indéfini « dès » en wallon se traduit par « de » en français.

ex. : (W)                                                       (F)

è fé dès bèles

en faire de belles

Il è faut prinde dès-ôtes.

Il faut en prendre d’autres.

Gn-a d’s-ôtes qui mi.

Il y en a d’autres que moi.

C’èst d’trop po dès djon.nes come zèls.

C’est trop pour des jeunes comme eux.

Dj’a ratindu tant dès djoûs.

J’ai attendu tant de jours.

Djè lî a tant dit dès côps.

Je le lui ai dit tant de fois.

 

ex. :

(OW) « Après, i d-a d’s-ôtes què li qu’ ont fét bouli l’ marmite (…). » (Quinet Christian, p.15, in : MA, 1, 2002, p.15-16

(F) Ensuite, d’autres que lui ont fait bouillir la marmite.

 

 

4.1.3 Article partitif

 

Différence 14

L' article partitif s' emploie avec un substantif précédé d'un adjectif  alors que le français ne met que la préposition « de ».

Ainsi, en est-wallon, à La Gleize, on ne dit pas seulement « magni do pan », mais aussi « magni do bon pan » (manger de bon pain). (EW) (Remacle,1937,43) 

ex. :

(W) Il è faut prinde dès-ôtes          

Gn-a d’s-ôtes qui mi.              

(F) Il faut en prendre d’autres.

Il y en a d’autres que moi.

 

Différence 15

L' article partitif s' emploie dans une proposition négative alors que le français ne met que la préposition « de ».

ex. : « i n' magne nin du l' tchâr » (il ne mange pas de viande), « i n' a nin dès cents » (il n'a pas d'argent); « i n'a pus dès cents », « i n'a wêre dès cents » ou « wê d' cents ». (EW) (Remacle,1937,43) 

 

Différence 16

L' article partitif s' emploie après un adverbe de quantité tel que « on pô », « bran.mint », « tant » et « télemint »,  alors que le français ne met que la préposition « de ».

ex. : « lèyoz-me on pô do tins » (laissez-moi un peu de temps), « il ont bêcôp do foûre » (ils ont beaucoup de foin). (EW) (Remacle,1937,43) 

 

(W)                                                                   (F)

bran.mint do (= di li) brût

beaucoup de bruit

bran.mint do vint èt wêre di plouve

beaucoup de vent et peu de pluie

bran.mint dè l’ gueûye

beaucoup de gueule

bran.mint dès djins = bran.mint dè l' djin (pris comme nom de matière )

beaucoup de gens

Il a télemint ieû dès danses.

Il a tellement eu de …

Ca lzeû a tant arivé dès côps.

Cela leur est arrivé tant de fois.

Dj’a ratindu tant dès djoûs.

J’ai attendu tant de jours.

 

ex. :

(CW) « (…) vos-èstîz là tant dès coûps /

Come one crèvaude qui l’ vint rèfeuwe. » (Guillaume,2001,15)

(F) Vous étiez là tant de fois/ Comme une crevasse (due au froid) auquel le vent provoque de nouveau une inflammation.

« Bran.mint dès côps, dj’ a bachî l’ tièsse / Dëvant l’ maleûr. » (Flabat Jules, Lès crayas sont tamejîs, p.83, in: W+ L)                             

De nombreuses fois, j’ai baissé la tête / Devant le malheur.

« Bran.mint dès djoûs d' nwâre bîje ... » (Gabrielle Bernard, Do vèt’, do nwâr, p. 6)

Beaucoup de jours avec le vent du nord-est...

« Quénze fiérès cavales, bran.mint dès

bayes: (... ) » (Bousman Valère, Lès cavales, p.32, in: Gaziaux, 1998)

Quinze juments fières, beaucoup de barres de séparation …

(EW) « Dji n’ a måy vèyou tant dès pomes di m’ vèye. » (Vandamme,1987,13)

Je n’ai jamais vu autant de pommes dans ma vie.

(OW) « (…) bran.mint dès places pou nos catchî s’ on davèt dandjî. » (Evrard,1998,8-10)

Beaucoup d’endroits pour nous cacher si on en avait besoin.

« Pou r’trouver l’ boune sorcière, i n’ faut pus tant dès pin.nes. » (Renard,1890,77)

Pour retrouver la bonne sorcière, il ne faut plus tant de peines.

(SW) « Èle n’ av’ jamês vèyou tant dès djins â momint qu’ èle passéve. » (Dedoyard,1993,12)

Elle n’avait jamais vu tant de gens au moment où elle passait.

« Djè m’sovin què dj’ astins brâmint adon, dins la grande vile ... Brâmint dès-èfants, come tos lès-èfants. » (Leroy Willy, Sovenances d’au lon, sovenances d’ après, AL 25/11/99)

Je me souviens que nous étions beaucoup alors, dans la grande ville… Beaucoup d‘enfants, comme tous les enfants.

 « Lès grands avint bran.mint dès-afêres: dès plumes, dès crèyons, (…). » (Schmitz Arthur, Sovenance di gamin, AL 1999)

Les grands avaient beaucoup de choses : des plumes, des crayons, …

« Lès-oradjes deu la seumwin.ne passée ant fwét brâmint dès domadjes. » (Twisselman,1994,57)

Les orages de la semaine dernière ont fait beaucoup de dégâts.

« Mês brâmint dès-oûtes crwayant bin qu’ ç’ astét l’ min.me mendiant què sint Mârtin lî avét d’né la mîtan dè s’ manté. » (Poncelet J.-M., Lès Blancs Cayoûs, AL)

Mais beaucoup d’autres croient bien que c’était le même mendiant auquel saint Martin avait donné la moitié de son manteau.

 

Différence 17

L' article partitif s' emploie dans d’autres cas où le français ne met pas d’article partitif.

ex. : (W) blanc come dè l' nîve         (F) blanc comme neige

 

Différence 18

L' article partitif s' emploie dans d’autres cas où le français met un article défini.

ex. : (W) awè dè l' fîve                      (F) avoir la fièvre

 

Ainsi, l’article partitif introduit une sorte de prédicat après « fé » (faire) :

« fé do / dè l’ » + adj. ou nom: (F) faire le + adj. ou nom

ex. : « fé do bolèdjî »  (faire le boulanger) ; « fé do malin », « fè dè l’ maline » (faire le malin, la maligne) ((toujours au sg) : « Il ont v’lu fé do malin ». (ils ont voulu faire le malin)) ;. « fé do sot » (faire le sot), « du l' bièsse» (faire la bête), « i f'zéve do malâde » (il faisait le malade) (EW) (Remacle,1937,56) ; « « sins s’fé do mau » (sans se faire de mal), « sins pont fé d’ brût » (sans faire de bruit), « è fé dès bèles » (faire des choses répréhensibles).

ex. :

(CW) « Ni faî nin dè l’ bièsse, Célèsse, Célèsse, / Ni faî nin dè l’ bièsse, Célèsse, choûte ti pa ! » (chanson pop.)

(F) Ne fais pas la bête, Céleste, (…). Obéis à ton papa !

 

Différence 19

L’article partitif sert également à exprimer une quantité approximative.

ex. :

(CW) « N’ èstin’ à chîj: maman (...) fiéve vint’ èt dès pwins. » (Gaziaux,1987,204)

(F) Nous étions six : maman faisait un peu plus de vingt pains.

(SW) « Timps dès-an.nêyes 1700 èt dès, c’ èst par là quu lès Lîdjeûs fijint ruv’nu du vin d’ France. » (Mahin L., Lès barakes du Transine, dins l’ timps, AL)

Au cours des années 1700, c’est par là que les Liégeois faisaient revenir du vin de France.

 

 

4.2 L’adjectif

 

4.2.1 Adjectif qualificatif

 

Flexion des adjectifs : cf 1.3.10

 

Différence 20

Place : généralement devant le nom.

ex. : (W)                                                           (F)

on-auji (ou: aujîy) ègzamin

un examen facile

à basse mèsse

à la messe basse

dè l' bènite eûwe

de l'eau bénite

do bon mârtchi papî

du papier bon marché

lès coûts djoûs

les jours courts

on craus boû

un boeuf gras

à l’ drwète mwin

à la main droite

à l’ gauche mwin

à la main gauche

dè l' mwate tchau

de la viande morte

one nète tchimîje

une chemise propre

do nwâr ( ou : nwêr ) cafeu

au café noir

one pèléye makète

une tête chauve

on plat twèt

un toit plat

one poûrîye pome

une pomme pourrie

on rodje-cu

sorte de reine-claude

on taurdu via

un veau tardif

do tène cû

du cuir mince ( = fin)

do tchôd cafeu

du café chaud

dès timprus canadas

des pommes de terre hâtives

lès Rèlîs Namurwès

les Namurois « sélectionnés »

lès Walons Scrîjeûs

les Ecrivains Wallons

one nin seûte lèçon

une leçon non sue

 

ex. :

(CW) « Qu' è d' meûre-t-i dès lûjantès djaubes ...? »  (Guillaume Jean, Djusqu'au solia,

p.31)

(F) Que reste-t-il des gerbes luisantes …? 

(OW) « …in-amitieûse parole, èl mèrci d’in minâbe. » (Declercq Luc, Èyu ç’ qu’ il èst l’

boneûr!, p.54-55, in: W+ L)

Une parole affectueuse, le remerciement d’un minable.

(SW) « Il apice l’oraye do l’ jate avou s’ gautche palète ... » (Pêcheur Emile, Lu p’tit vikêre, AL)

Il attrape l’oreille de la tasse de la main gauche.

« Padrî la mêjån, lu Gusse maujenét ène carée môye... » (Dupas Emile, Lu fagoteû,

in : Singuliers, 2, 1996, p.8)

Derrière la maison, Auguste aménageait une meule carrée…

« Quand dj’ é arivé â coron do tchamp, dji m’ é r’toûrné po sèmer, en riv’nant, do l’ gâtche mwin. » (Schmitz Arthur, Li prèmî côp qui dj’ é sèmé, AL)

Quand je suis arrivé au bout du champ, je me suis retourné pour semer, en revenant, de la main gauche.

« Quèl odaule èfant !» (Twisselman,1994,123)

Quel enfant difficile ! 

 

Mais « à mwin gauche » :

ex . :  (CW) « … vos-avoz, drèssîs pa-d’vant vos, deûs tchèstias, à mwin gauche, à djok su on

                 crèstia, li vî tchèstia d’Vêve … »  (Houziaux,1964,15)

 

« à mwin drwète » :

ex. :   (CW) « … à mwin drwète, c’èst l’uch dè l’ tchambe à l’ valéye … » 

                   (Houziaux,1964,22)

                 « Sint Haulin avou one grande baube, si pidjon su s’ gauche sipale èt s’ crosse o     

                 l’ drwète mwin. » (ibid.,66)

 

Remarques. Il y a toutefois des cas où l'adjectif se place derrière[3] :

1 Le participe passé employé dans certaines expressions stéréotypées.

ex.:

do djambon èfumyî    (jambon fumé)

dè l'bèsogne faîte        (de la besogne finie)

one vôte lèvéye          (une crêpe à la levure)

do papî machî             (du carton)

li samwin.ne pàsséye (la semaine dernière)

dè l' so(u)pe passéye  (de la soupe passée)

do pwin rosti              (du pain grillé)

do bûre salé                 (du beurre salé)

do pwin tchamossé     (du pain moisi)

à pîds d’tchaus            (pieds nus)

 

ex. :

(CW) « au culot do feu douvièt » (E. Gillain, Au culot do feu, p.86)

(F) au coin du feu ouvert

(OW) « ... roci, on n’ route né à pîds discôs ... » (Fauconnier,1993,76-78)

Ici, on ne marche pas pieds nus.

       

participe passé

(SW) « Pôl vèyeûve, avou do bon tchôd cafè èt l' tâve mètouye. » (Dedoyard,1998,8)

Pol veillait, avec du bon café chaud et la table mise.

(EW) « Po nos fåssès vôyes totes kibosselèyes, / Po totes nos vîyès djins rassonlèyes. » (Dodet Charly, Vîye vôye, p.65, in: W+ L)

Pour nos chemins (sans aboutissement) tout cabossés, / Pour toutes nos vieilles personnes rassemblées.

(OW) « Dins-in bén vèt’ pachi, / In baudèt, fén stindu,/ Compteut lès pichoulits. » (Bossart, 1995,17)

Dans un verger bien vert, / Un âne, étendu de tout son long, / Comptait les pissenlits.

 

2 Certains adjectifs

ex. :  (W) on-ome sô (un homme ivre), do pwin sètch (du pain sec), awè sès djambes flauwes    

                (mais: il a dès flauwès djambes) (avoir les jambes flageolantes)

 

Dans « awè s' pwin cût èt sès bougnèts sètchs »  ( = awè s' pwin qu' èst  cût èt sès bougnèts

                qu’ sont sètchs) (jouir de l’aisance), l’adjectif a une valeur d'attribut.

                 

Les adjectifs en « -erèce », se placent après le nom : « lu fiêr côperèce » (la scie du scieur de long), « lu banse sèmerèce » (le panier-semoir); de même jadis l'expression « fagne sôyerèce » ( « la faingne soyeresse » (16e s.), la « fagne de fauche »). (Remacle,1937,50)

 

Même remarque pour parèy :

ex. : (W) As-se mây vèyou afêre parèye !     (F) As-tu jamais vu pareille chose !

 

Ajoutons deux paires oppositionnelles rencontrées hors corpus: « so l’ min.me momint » au sens du latin « idem » / « so l’ momint min.me » = « ipse » (schéma du complément déterminatif « en soi ») et « ène seûle fiye = seule de son espèce / « ène fiye (toute) seûle » = seule sans subsistance, une fille sans frère ni sœur.  (Wilmet, 1981, 476)

 

3 Dans certaines expressions qui sont des dénominations officielles venues du français.

ex.:  « one cârte postâle », « jendârmerîye nacionâle ».

N.B. On dit aussi plaisamment : « nacionâle jendârmerîye ».

 

4 Certains participes présents se placent aussi bien derrière que devant, mais le plus souvent devant.

ex. : « on bin pwârtant gamin » = « on gamin bin pwârtant » (un garçon bien portant) ; « do crèchant timps » = « do timps crèchant » (du temps propice à la croissance des plantes); « awè s’tièsse pèsante » (avoir la tête lourde).

 

Mais : « à pania volant » (en pans de chemise);  prédominance de l’antéposition dans : « one plaîjante bauchèle » (une fille plaisante), « dès vèyantès coleûrs » (des couleurs voyantes).

 

N.B. « Il a s’ man.nète tchimîje ».  (Elle était sale) est différent de: « Il a s’ tchimîje man.nète » (Elle l’est devenue).

 

5 « lès-Etats-Unis » (comme en français).

 

6 Les adjectifs de nationalité ou d' habitants d'une région.

ex. : « on powête anglès » ; « on cûjenî chinwès » (un cuisinier chinois); « one ricète italiène ».

 

Mais : « lès Romans Scrîjeûs » (les écrivains romans), « li Roman Payis do Brabant » (le pays roman …) et « lès Walons Scrîjeûs d' après l' Banbwès » (les écrivains wallons de la région de Bambois).

ex. :

(EW) « Lès fameûs minisses qu'ont trové bon  du mète dès francèsès paroles à nosse tchant dès Walons (…) » (Baccus Joseph, Lu dièrin.ne bone novèle po nosse Walonerèye, in: Walo+Gazète, 5, 2000)

(F) Les fameux ministres qui ont jugé bon de mettre des paroles françaises à notre chant des Wallons.

 

Différence 21

Juxtaposition des adjectifs

Lorsqu'il y a plusieurs adjectifs, ils se juxtaposent sans conjonction devant le substantif : « on bê gros âbe » (un arbre beau et gros), « dès grandès fwètès djônès fèyes » (de grandes jeunes filles, fortes et belles).

Ils ne s' accumulent pas au hasard, mais  dans un ordre immuable. On dit : « on bê gros âbe », et jamais « on gros bê âbe » ; « dès lêdès /-t-/ mêguès /-k-/(maigres) bièsses » (des animaux laids et maigres) et non « dès mêguès lêdès bièsses » ; « one bèle grande bleûve fleûr » (une belle fleur, grande et bleue). Comp. « one bèle grande djin » (une belle grande personne) et « one grande lêde djin » (une personne grande et laide); « one bèle grande bièsse » (un beau grand animal) et « one pitite lêde bièsse » (un animal petit et laid). Les qualificatifs qui se succèdent de la sorte, les premiers surtout, sont presque toujours les mêmes. Ils indiquent d'ordinaire la beauté, la grandeur : « bê », « lêd », « grand, « pitit », « gros». (EW) (Remacle,1937,63-64) 

 

ex. :

(CW) « Djë më r’prézinte one nozéye pëtëte djon.ne fèye alant priyi Notre Dame à l’ Arbre. » (Moureau,1943,873)

(F) Je me représente une belle petite jeune fille charmante allant prier Notre Dame à l’Arbre.

(OW) « Ène grosse tèribe nwâre pouye, av’ in

long bètch à pwinte (...) » (Renard,1890,63)

Une poule noire, grosse et terrible, avec un long bec pointu.

(SW) « Djè l’ rëtrovo, më pôve lêd vî payis ! » (Marchal Omer, Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

Je le retrouvais, mon vieux pays, pauvre et laid !

 « Dji mougnins lès wâfes dissus one pètite ronde tâve. » (Schmitz A., Grand-maman, AL)

Nous mangions les gaufres sur une petite table ronde.

 

Différence 22

En wallon, sauf les adjectifs de couleur qui s'ajoutent, on ne relie jamais deux adjectifs se rapportant au même nom par « èt » .

 

ex. : (F) une femme jeune et jolie        (W) one bèle djon.ne feume

              une femme jeune et coquette        one djon.ne fringuète feume          

              un homme petit et maigre             on p’tit mwinre ome

              un homme grand et fort                on grand fwârt ome      

          

(SW)  « … lë gros pèzant trin.nau, qu’ i falot cink fwârts tchëvaus pou hatcher. » (Marchal Omer, in: Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

(F) Le traîneau gros et lourd qui nécessitait cinq chevaux forts pour le tirer.

 

En wallon, certains adjectifs de couleur qui s'ajoutent en s'influençant se placent avant le nom.

ex. : « on gris-bleuw tricoté » ( pas « gris èt bleuw », mais « gris qui tire après l' bleuw », gris qui ressemble au bleu).

 

(EW) « Sès bleûs gris-oûys si parfonds » (A. Xhignesse, in : BSSLW, T50, p.83)

(F) Ses yeux gris-bleu si profonds

 

Mais : (W) on mayot bleuw èt blanc (F) un maillot bleu et blanc 

Ici, les couleurs s’ajoutent sans s’influencer.

 

Différence 23

Dans certains groupements avec « bia » (EW : bê) (litt. beau), « bon », « clér » (litt. clair), « tchêr » (EW : tchîr) (litt. cher), qui signifient « fwârt » (EW : fwèrt) (très), on emploie « èt ».

 

ex. :  (CW) bia-z-èt grand (fort grand) ; bon-z-èt craus (très gras) ; bon-z-èt tchêr (fort cher) ;

                  clér èt nèt' (très net) ; tchêr èt vilin (fort cher).

         (EW) I v'néve bon-z-èt reûd (Il venait assez vite (litt. raide)) ; i fêt bê-z-èt bon

                   (litt. bel et bon, assez bon) ; c' èst bê-z-èt lâdje (c’est assez large) ; bê-z-èt

                   grand, bê-z-èt vî.

Dans « bê-z-èt bon », « bê » est encore adjectif, mais la locution « bê-z-èt » doit être considérée comme un véritable adverbe, signifiant « assez », et modifie le sens de n'importe quel adjectif.

ex. : (EW)   I f'zéve bê-z-èt mâva.               (F) Il faisait assez mauvais.

                   I f'zéve bê-z-èt lêd.                         Le temps était assez maussade.

et même     Fêt-i freûd ? - Ay, bê-z-èt.

Notons encore « bê-z-èt bin » (« bel et bien », pas mal) :

                 I gn-a bê-z-èt bin dès frûtèdjes ciste an.née. (F) Il y a pas mal de fruits cette année.

Cet adverbe est différent de « bêl èt bin » (c'est bien possible) (EW):

                 - I n' vinrè nin, va. - Bêl èt bin.        - Il ne viendra pas. - C’est bien possible.

 

- I parèt qu' i 'nn' a fêt dès bèles, èzès sôdârs (pendant son service militaire).

                 - Bêl èt bin, va.

 

Exemples d’auteurs:

(CW) « Li vîy droumezin si r'toûrneut bon-z-èt rwèd, en lèvant s' bordon ». (A.Laloux, Lès

Soçons, p. 11)

(F) Le vieux grincheux se retournait assez rapidement, levant son bâton.

(SW) « Camile a d’morè bèl èt taurd avou l’s-ôtes après l’ confèrince élèctorâle. » (Bily Joseph, Ratoûnûres d’ avau l’ walon payis d’ersè, AL)

Camille est resté assez tard avec les autres après la conférence électorale.

« Et i lès-a vindu bê-z-èt tchîr à dès tourisses. » (Mahin L., Djâke Tatiche èt Tibî Mèyî, AL)

Et il les a vendus très chers à des touristes.

« Sinon qu’ pa momints, èle hosse si quèwe bon-z-èt rwèd. » (Houziaux,1964,15)

Sinon que, par moments, elle remue la queue très fortement.

 

Différence 24

Le nom « djin » est au féminin et, par conséquent, les adjectifs et pronoms qui s’y rapportent sont du « féminin ».

ex. : (F)   Les jeunes gens sont toujours pleins de rêves.

        (W) Lès djon.nès djints sont todi plin.nes di rèves.

 

(CW) « Et totes lès djins qu’èstint vêci ènawêre, vo-lès-là couruwes ôte paut. »  (Laloux,1969,90)

(F) Et voilà toutes les personnes qui étaient ici tantôt parties ailleurs en courant.

 

Différence 25

La construction épithète + nom + épithète du français n’existe pas en wallon.

ex.: (F) de vieilles maisons sales  (W) dès vîyès man.nètès maujones.

 

Différence 26

Certains adjectifs se placent après le nom en wallon: ils sont alors précédés d'un adverbe ou d'une préposition.

ex. : (W)                                                               (F)

Gn-a d'djà on pwin d' disforné.

Il y a déjà un pain défourné.

dès-èfants tot seûs

des enfants seuls

one djoûrnéye di iute

une journée terminée

on dint d' rauyî

une dent arrachée

 

(EW) « Po nos fåssès vôyes totes kibosselèyes, (…). » (Dodet Charly, Vîye vôye, p.65, in: W+ L)

Pour nos chemins (sans aboutissement)  cabossés

(SW) « I djale èt la bîje sofèle pa l’ uch tot grand â lâdje èt rafrèdi tote la tchan.me. » (Matante du Djîvroûle, La vèspréye, AL)

Il gèle et la bise souffle par la porte grande ouverte et refroidit toute la pièce.

 

Différence 27

L'adjectif qualificatif suivi de « assez » se place après le nom.

ex. : (W) on tchin.ne grande assez.                         (F) une chaîne suffisamment grande         

               Dji n' conès pont d' djin maline assez.           Je ne connais pas de personne

                                                                                        suffisamment intelligente.

 

Différence 28

Le superlatif épithète se met toujours devant le nom.

ex.: (W) C’èst l’ pus fwârt casseû d’ noste èkipe.

(F)    C’ est le « casseû » le plus fort de notre équipe.  (« casseû » : celui qui chasse au jeu de balle pelote)

 

Différence 29

« Certains » (adj.) + nom est traduit en wallon par la suite nom + « …qu’i gn-a ».

ex. :

(SW) « dès places qu’ i gn-è, /on dit/ dès hwèces. » (Mahin,1984,61)

(F) En certains endroits, /on dit/ les …. (écorces).

 

Différence 30

Le complément de mesure non introduit par une préposition précède l'adjectif dont il dépend.

ex. : « i gn-a treûs deûts (doigts) spès »; « c'è-st-on pîd long èt deûs' lâdje »; « i fêt on paletot mèyeûr volà qu' à Hokê »; « i n'èst rin grand »; « il èst cink ans pus vî qu' mi », « i n'èsteût rin pus vî qu' mi ».

A cette règle se rattache l'emploi de ‘çoula’ : « il èsteût çoula (avec un geste) grand », « il èsteût çoula (id.) pus grand »; « dj' ènn' arè çoula pus' », d'autant plus; « l' afêre îrè çoula mî », d'autant mieux.

Ce qu'il faut noter surtout, c'est la position du complément de mesure en général. Elle est rarement la même en français qu'en wallon, mais souvent en latin (sex  pedes 1atus) et dans les langues germaniques (nl. twintig voet diep). (Remacle,1937,53)

 

ex. :

(CW) « one maujon, d' one place di laudje » (Laloux,1969,52)

(F) une maison, large d’une pièce

« dè laurd quate dwègts laudje » (Gaziaux,1999,185)

du lard, large de quatre doigts

(EW) « On coûr avou, di mèy ans vî. » (Chastelet Lisa, Roter d’zos lès steûles, SLLW 1990, p.22)

un cœur aussi, vieux de mille ans

(OW) « (…), mi, à vo-n-âdje, dju n’ vwas pus qu’ ène fosse dè chîs pîds pèrfond. »  (Fauconnier Christian, Zidôre, in : MA, 1, 2002, p.18)

Moi, à votre âge, je ne vois plus qu’une fosse de six pieds de profondeur.

 

Différence 31

Après un adjectif de dimension, on a une préposition + nom.

ex. :  (W) Gn-a trop spès d’ bûre su vosse pwin, spaurgnîz-le!

         (F)  Il y a une trop grosse épaisseur de beurre sur votre tartine, épargnez-le !

 

         (W) Gn-a bin chîs mètes laudje d’ eûwe.

         (F)  Il y a une bien une largeur de six mètres d’eau.

 

Différences 32-35

Adjectif adverbial

Beaucoup d’adjectifs en wallon peuvent avoir une valeur adverbiale.

 

Beaucoup d’adjectifs peuvent devenir adverbes quand ils sont suivis d’un adjectif qualificatif.

ex. : « ièsse boté nwâr » (être vêtu de noir), « aler drole » (aller drôlement), « taper laudje » (= bran.mint dispinser) (litt. lancer large, dépenser beaucoup), « causer gaga » (parler comme un gaga), « one (vatche) fris’ vêléye » (une vache « fraîchement vêlée », qui vient de vêler), « do (lacia) tchôd moudu » (du lait trait alors qu’il était chaud), « on-ou vîy ponu » (un œuf qui a été pondu il y a quelque temps).

ex. :

(CW) « Il aveut prêtchi, ... au pus clér qu’ il aveut seû ... » (Laloux,1969,44)

(F) Il avait prêché, … le plus clairement qu’il avait pu…

 

En wallon, il est courant de rencontrer des adjectifs à valeur adverbiale :

 

1) dans des expressions composées d'un qualificatif et d'un participe passé (Gaziaux,1987,49)[4]

Voici une série d'expressions dans lesquelles un qualificatif-adverbe complète un participe passé qui le suit.

ex. : « flauwe atèlé » (litt. faible : faiblement attelé), syn. « trop lèdjêr atèlé » (attelé trop légèrement); « cint këlos flauwe pèsé » (cent kilos faiblement pesé, à peine atteints, syn. « c'èst skat’ pèsé, skèrp' pèsé ») ; « gros ouchelé », « grosse ouchelêye » (qui a de gros os (saillants)), « trop long djwinté » (trop haut du paturon) ;

« lë foûre èst bon rintré (ou r'mètë) ôdjourdë » (le foin est rentré (ou remis) dans de bonnes conditions aujourd'hui) ;

« blanc mwârt » (litt. blanc (comme un) mort : pâle) se dit du teint d'une personne et, par extension, de la teinte du pain pas assez cuit ou de céréales abondamment pulvérisées ; « blanc moussi » (litt. habillé de blanc : grain enveloppé de sa balle) et « blanc fwârt » (camomille sauvage' constituent des ensembles nominaux, comme « nwêr man.nèt » (litt. noir sale : personne très sale)).

Ajoutons « cout batë » et « long batë » qui désignent une couche pour bovidés courte ou longue.

 

Expression du temps : temps : « dès fréjes frèches coudoûwes » (des fraises fraîches, c'est-à-dire fraîchement cueillies (se dit de fruits périssables)) ; « one vatche frèche vêlêye » (une vache ui vient de vêler) (aussi : « one vatche qu'èst frisse vêlée »); « one vatche novèle vêlêye » (nouvelle, c'est-à-dire nouvellement vêlée) ; « dè lacia novia modë » (du lait nouvellement trait) ; « përdoz lès pës novias ponës » (prenez les (oeufs) plus nouvellement pondus) ; « one vatche ni vîye vêlêye » (pas vieille vêlée, c'est-à-dire pas depuis longtemps) ; « lë foûre èst vi soy » (le foin est scié depuis longtemps) ; « one têre vîye tchèrwêye » (labourée depuis longtemps, syn. « on vi tchèrwé », contr. « on novia tchèrwé »). Ajoutons « dè tchônd modë » (du chaud trait : du lait à la sortie du pis). (Gaziaux,1987,80)

 

ex. :

(OW) « Ene boune jate dè cafè tchôd passé qu’ tu li dènes, (...) » (Baudrez G., Deûs côps plêji!, in: Ofrande à m’ payis, SLLW 1987)

(F) Une bonne tasse de café fraîchement passé que tu lui donnes …

(SW) « I vaut mî lèzî aprinde à mète ène bricole, qu’ i d’jot toudi, quu du l’zî pwârtu in lîve tchôd dispindu. » (Mahin L., Djâke Tatiche èt Tibî Mèyî, AL)

Il vaut mieux leur apprendre à placer un collet, disait-il toujours, que de leur porter un lièvre que l’on vient de dépendre.

 

2) dans des expressions composées d’un participe passé et d’un qualificatif

Intensité.

ex. : « pèrcé bia » (litt. percé : très beau), « pèrcé (ou pèrcêye) bèle » (très belle), « pèrcé aujë » (très facile), « pèrcé rëtche » (très riche), « djè l’ conè pèrcé bén » (je le connais très bien) ; de même, « fé pèrcé plêjë » (faire grand plaisir) ;

« crèvé tchêr » (litt. crevé : très cher), « crèvé sôn » (ivre mort) ; « pourë craus » (litt. pourri : très gras) , « pourë » gâté (gâté à l'excès) ; « fondé rëtche » (litt. fondé : très riche ; qui tient sa fortune de famille) (cf « Il èst d'foncé ritche » (il est très riche) (Remacle,1937,51)).

 

3) dans des expressions faites de la juxtaposition de deux qualificatifs

Intensité.

L'adjectif fonctionne comme adverbe, juxtaposé à un autre adjectif.

Ainsi, les adjectifs « crèvé, fin, mwârt, pêrcé et rwèd », qui continuent à varier, prennent une valeur adverbiale = fwârt (fwèrt (EW)).

ex. :  (W) Elle èst fine sote.                      (F) Elle est vraiment folle.

                Il èst mwârt sô.                                Il est ivre mort.             

                Is sont mwârts odés.                        Ils sont morts de fatigue.

                C’ è-st-on rwèd sauvadje.               C’est un vrai sauvage. 

D’autres cas existent :

ex. :  (EW) èsse neûr nâhi                         (F)  très fatigué

                   neûr mêgue (ou tchin mêgue)       très maigre 

 

« Mwârt » (litt. mort), un des termes les plus usités, se place le plus souvent indifféremment en première ou en seconde position : « mwârt naujë » ou « naujë mwârt » (très fatigué). De même pour « mwârt craus » (très gras), « mwârt rindë » (très fatigué), « pourë mwârt » (tout à fait pourri), « royi mwârt » (roui à l'extrême), « taurdë mwârt » ou « mwate taurdoûwe » (très en retard, retardé(e)) , « plakêye mwate » (tout à fait salie) ; « lès fouyes dë pétrâles sont mwates cassêyes »  (les feuilles de betteraves sont tout à fait cassées), « èles vont câsser mwârt » (casser vraiment beaucoup).

Dans les trois cas suivants, « mwârt » occupe toujours la première position : « mwârt sôn » (ivre mort), « mwârt sètch » (très sec), « mwârt tchêr » (très cher) ; cela s'explique sans doute pour les deux derniers par le fait que l'adjectif conjoint se termine par une consonne. « Fén frèch » (litt. fin : tout humide), « lë têre èst fëne blanke » (toute blanche), « lë tëne èst fëne plin.ne » (la cuvelle est tout à fait pleine), « tchîr fén nwêr » (chier tout noir), « fén fôn » (complètement fou), « djë m'a stindë fén long » (je me suis étalé de tout mon long). (CW) (Gaziaux,1987,79-80)

 

Sont donc interchangeables :

« mwârt » syn. de « pourë (craus) », de « crèvé (tchêr ou sôn) », de « miêr (sètch) » (ou « mére ») (où « miêr » est une déformation de « mére »); « rwèd » syn. de « fén (fôn) », de « nèt' (djës) » ; « oûr pèrcé » - « fwârt (bia ou bon) ».

On ajoutera c'èst l' « për » (litt. pur) min.me (tout à fait le même) ; comp. « à l’ përe copète » (tout au-dessus), « à l’ për sëtok » (tout juste à côté, astok).

 

Aussi : « toumer rwèd mwârt » (tomber raide mort), « rwèd djës » (complètement exténué), « rwèd fou » (complètement fou), « dj' èsto rwèd fôn po travayi avou on boû » (j'étais vraiment emballé de travailler avec un bœuf) ; « clinkant noû » (litt. clinquant : tout à fait neuf) .

Dans les cas suivants, le caractère adverbial du premier terme est nettement marqué :

« nèt' djës » (litt. net : tout à fait exténué ou cassé), « nèt' dè trëviès » (tout à fait de travers ; on dit aussi « câssé nèt' »). (CW) (Gaziaux,1987,80-81)[5] 

 

ex. :

(CW) « Et à l’ nêt, dins nosse lét, (...) / Mwârts naujës dè djouwer (…). » (Daise Louis, Quand-on bateûve à l’ machëne, p.72, in: Gaziaux, 1998)

(F) Et la nuit, dans notre lit, / Nous étions très fatigués de jouer.

« Vos-èstoz mwart bënauje dë r’trover voste amia. » (Flesch Jean, Lë têre, p.102 in: Gaziaux, 1998)

Tu es très heureux de retrouver ton hameau.

(EW) « Dispôy qu' is sont mwérts, dji so tot fî seû avou on tchin (...) » (Seret René, Lès grands vints, CW 2/88, p.20-32)

Depuis qu’ils sont morts, je suis tout seul avec mon chien.

« Marc èsteût l' prumîr èfant dè l' famile, parèt ...  Dèdjà qu' sès parints èstît reûd bleû sots d' avu on valèt, fåt nin d'mander båpa èt måma! » (Thomsin Paul-Henri, Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Marc était le premier enfant de la famille, paraît-il. … Alors que ses parents étaient tout fous d’avoir un garçon, que dire de grand-papa et de grand-maman !

(SW) « Elle èst fine mwéje. » (Twisselman,1994,70)

Elle est vraiment fâchée.

« Et ça fwèt qu’ il èralot tout cabiançant, èt là qu’ tout d’ in côp, i s’ apîte èt s’ sutaurer fin long s’ la vôye. » (Binsfeld Franz, Come in toûr du macrâle, AL)

Ainsi, il rentrait chez lui en dodelinant. Tout à coup, il se prend les pieds sous une racine et s’étale de tout son long sur le chemin.

 

 

4) L'adjectif fonctionne comme adverbe, juxtaposé à un verbe

 

Avec des verbes réfléchis, même spécialement à cette occasion, un adjectif à valeur d’adverbe indiquant le résultat s’emploie.

ex. : (W) « s’ovrer mwârt / djus » ou « si travayî mwârt / djus » (travailler jusqu’à en mourir), « si rîre mwârt / si rîre one d’rompûre » (mourir de rire), « si disbautchî mwârt » (se décourager complètement), « si bwâre mwârt sô » (se saouler complètement), « si tûzer on mau d’tièsse » (réfléchir au point d’en avoir mal à la tête) ; « èle su dwèrma èvôye » ; « i s' son.nerè mwèrt » (Remacle,1937,67).

 

ex.: (W) si rîre malade                                         (F) rire au point d’en être malade

              si rîre mwârt                                                  mourir de rire 

              si rîre cron   (= courbe)                                se tordre de rire

              Ele l’a tèté mwârt.                                       Elle l’a ruiné.

 

(CW) Dji m’a tot cron quand dj’ l’ a vèyu ariver.

Je me suis tordu de rire quand je l’ai vu arriver

« ... dji m’aî braît tot foû ». (A. Henin, in : CW 12/1974, p.232)

J’ai éclaté en sanglots.

 

Différence 36

L’adverbe « fwârt (fwèrt (EW)) » correspondant à « fort », est parfois utilisé avec des participes passés.

ex. :  (W) ièsse fwârt atèlé    (F) disposer d'un fort attelage

                fwârt pèzé                   pesé généreusement

 

Différence 37

Quand le même adjectif qualificatif se rapporte à plusieurs noms, en wallon, on le répète.

ex. : (W)                           (F)                                                (NL)

dès noûs lîves èt dès noûs cayès

des livres et des cahiers neufs

nieuwe boeken en schriften

one noûve cote èt dès noûs solés

une robe et des souliers neufs

een nieuwe jurk en nieuwe schoenen

one noûve cravate èt on noû casake

une cravate et un veston neufs;

une nouvelle cravate et un nouveau veston

een nieuwe das en een nieuwe jas



[1] L’ assertion selon laquelle le wallon aurait la même syntaxe que le français populaire est complètement fausse.  Avons-nous en wallon des tournures comme:

 

Où tu vas?

Ewou-ce qui t’vas?

Où qu’ tu vas?

Ewou-ce qui v’s-alez ?

Comment tu vas?

Comint-ce qui t’ vas ?

J’ pense pas.

Dji n’ pinse nin. ou Pinse nin.

Où t’en vas-tu?

Ewou-ce qui t’ è vas?

J’ crois pas.

Dji n’ crwès nin. ou Crwès nin.

Pourquoi tu t’en vas?

Duvint è vas se?

Quand c’est qu’il faut venir?

Quand-ce qu’ i faut v’nu ?

J’ sais pas.

Dji n’ sé nin. ou Sé nin.

Pourquoi on serait méchantes?     

Poqwè-ce qu’on sèreûve mètchantes ?

 

[2] Le wallon fait une différence entre « on molin au cafeu », « on molin au pwève », « on molin à l’ôle », c.-à-d. pour moudre le café ou le poivre, pour extraire de l’huile, et « on molin à eûwe », « on molin à vint »”, c.-à-d. mû par l’eau ou le vent.

Le français ne fait pas cette distinction.

 

[3] « Une partie de nos adjectifs postposés équivalent de fait à une épithète prépositionnelle (p. ex. les dénominaux français, italien, ... = « de France », ou « d’Italie », ...) ou correspondent à une relative: les participes « passés » (p.ex. dès cûtès peûres = « qu’on a cuites »; peut-être les adjectifs morphologiquement apparentés: èzès brantches noues = « nues ») et les participes « présents » (p.ex. ène guinguète tote frawiante di loumîres = « qui étincelle » ; mais l’attache au verbe est davantage vouée à s’obnubiler: dè bolant cafè = « du café très chaud ». (Wilmet, 1981,475)

 

[4] Note. Dans la phrase « Djë n' sé ni s' ël ont grand ômâyes » (Je ne sais pas s'ils ont « grand » génisses), l'adjectif « grand » présente une forme féminine figée. Il a la valeur d'un adverbe de quantité signifiant « beaucoup de ». Le mot se retrouve surtout dans des propositions négatives : « djë n'a ni grand mémwêre » (je n’ai pas une grande mémoire), « on n'avot ni grand prés » (on n’avait pas de grands prés), « on n'a ni grand bènèfëce avou ça » (on n’a pas beaucoup de bénéfices avec ça).

[5] Le pronom personnel régime direct est parfois accompagné d'un prédicat indiquant le résultat de l'action exprimée par le verbe: « i l' a twé reûd mwèrt »; « dju t' va souki mwèrt » (cp. all. einen tot schlagen); « dju m' a louki lâdje ». (Remacle,1937,67)

 

21:32 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Différences 38-62

 

Différence 38

L’ adjectif qualificatif ne commence pas une proposition sauf s'il est suivi de la conjonction « qui ».

ex. (F) « Vides, elles l'étaient aussi, les poches et les mains de qui me venaient pourtant toutes

            grâces et toutes libéralités ». (Collette)

     (NL) Leeg waren ook de zakken en de handen van wie mij nochtans alle gunsten en giften

             kwamen.

     (W) Wîdes qu’ èlle èstin.n èto, lès potches èt lès mwins do cia qu' tos lès plaîjis èt lès

            cadaus mi v'nin.n.

 

     (F)    Furieux, le paysan partit.

     (NL) Woedend ging de boer weg.

(W)      Mwaîs qu’ i ‘nn’ a ‘nn’ alé, l’ cinsî !

 

    (F)    J’ai eu (très) chaud !

    (W)  Sèré qu’ dj'a stî ! 

 

     (F) « Grande fut ma stupéfaction quand je le vis », devient en wallon : « Dj’ a stî tot    

            saîsi quand dj’ l’ a vèyu. »

 

(EW) « Si contin.ne qu’ èlle èst, si contin.ne di s’ novèle plèce ... » (Maquet,1987,143)

Elle est si contente, si contente de son nouvel emploi…

« Disqu' à sès treûs-ans, Marc fourit poûri gåté ... Poûri gåté qui ç' n' èst nin possibe! » (Thomsin Paul-Henri, Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Jusqu’à l’âge de trois ans, Marc fut fort gâté. … Gâté à un point tel que cela devient inadmissible !

« Et probåbe qu’ il a ‘ne plate nasse ... » (Maquet,1987,160)

Et il a probablement une nasse plate.

« Et nåhi qu' dj' èsteûs! » (Grafé,1987,43)

Et j’étais si fatigué !

 

Différence 39

Il existe une tournure dans laquelle l'adjectif épithète commence la proposition : devant l'article indéfini suivi d' un nom.

ex.

(CW) « Mwaîs, on-ome. » (Laloux,1974,64)

(F) Un homme fâché.

« Bin binauje, on-ome, sobayî, l' Oscar-Antwane, quand il a stî vîy assez po fé on mwârt; ... » (A.Laloux, Lès Soçons, p.13)

Je me demande si cet homme, Oscar-Antoine, fut bien content quand il fut assez vieux pour faire un mort.

« ...; fiér, on-ome, do fè di s' yan' avou s' bèle camusole: ... » (ibid., p.19)

Un homme fier pour faire le crâne avec son beau veston.

(EW) « Toûrmèté l’ ome, målureûs, vos n’ avez co måy vèyou çoula. (Maquet,1987,65)

L’homme était tellement tourmenté, vous n’aviez jamais vu cela.

 

Différence 40

Après l' expression « awè l’aîr » (EW : aveûr l’ êr) , l'adjectif attribut s'accorde toujours avec le sujet.

ex. :

(W) Il a l' aîr malin. 

(F) Il a l’ air intelligent.

Èlle a l’ aîr maline.

Elle a l'air intelligente / Elle a l'air intelligent.

 

Différence 41

L’adjectif « nu » ne se rencontre jamais devant un nom, comme en français « nu-bras », « nu-jambes », « nu-pieds », « nu-tête ».

On dit : « avou sès brès tot nus », « avou sès djambes totes neuwes », « à pîds d’tchaus », « à tièsse neuwe ».

 

Différence 42

Relativisation par répétition: généralement, on ne répète que la première syllabe.

ex. :  (W) Il èsteûve grand? - Bin, grangrand, là!    

         (F) Il était grand ?       - Eh bien, plus ou moins grand ! (ou pas si grand que ça.)

 

         (W) Elle èst mwinre.  - Mwinmwinre, là!

         (F) Elle est maigre.     - Pas si maigre !

 

         (W) Dj’ a ieû one pitite chike. - P’tip’tite!

         (F) J’ai eu une petite cuite.    - Pas si petite !

 

cf 3.1.7  Renforcement par répétition.

 

 

4.2.2 L’adjectif démonstratif

 

Différence 43

Contrairement au français, l’adjectif démonstratif ne s'emploie pas devant « matin, midi, après-midi, soir » du jour même.

ex. :   (F) ce matin                    - (W) odjoûrdu au matin 

                ce midi                                _ à 12 eûres / _ à non.ne     

                cet après-midi                     _ d’ l’après-non.ne = _ d’ l’ après-l’ din.ner

                cette nuit                             _ au nût / à l’ nêt.

 

 

4.2.3 L’adjectif possessif

 

Différence 44

Devant des termes désignant les parties du corps humain, le wallon emploie généralement le  possessif où le français met l'article. En français, l’usage est flottant .[1]

ex. :

(CW) « Dj’ a mau mès pîds. » (Bacq Andrée, D’ ayîr èt d’odjoûrdu, p.l7)

(F) J’ai mal aux pieds.

« One vîye tchawète, qui stitche todi s' nez èwou-ce qu' on tchin n’ mètreut nin s' queuwe. » (A. Laloux, Lès Soçons, p. 12)

Une vieille bavarde impénitente, qui fourre toujours le nez où un chien ne mettrait jamais la queue.

(OW) « Is d’mèrît là, lès deûs vîs gamins, avou leûs crombès djambes èt leûs spales di pwârteûs au satch. (Fauconnier, 1993,76)

Ils restaient là, les deux vieux garçons, les jambes tortues et les épaules de portefaix.

« Nos d’véns rintrer d’zous têre èt nos michî avè nos mwins su nos-orèyes. » (Arcq Robert, Lès coqs, p.17, W+ L)

Nous devions rentrer sous terre et nous cacher les mains sur les oreilles.

(SW) « Quand dj’ é ayu fini d’ sèmer, dj’ avo mâ mès brès. » (Schmitz Arthur, Li prèmî côp qui dj’ é sèmé, AL)

Quand j’eus fini de semer, j’avais mal aux bras.

« Avu sès lunètes su s’ nez, (...) gn-avét d’ qwa à-z-èsse subarè. » (Mouzon Gabrielle, Î toûr chez l’ marchau, AL)

Avec les lunettes sur le nez, il y avait de quoi être surpris.

 

Différence 45

Le français renforce l' adjectif possessif par « à moi », « à toi », etc.. Le wallon ne connaît pas ce renforcement.

 

Différence 46

On peut avoir un pronom personnel + un nombre comme attribut.

En centre-wallon et en est-wallon, à La Gleize notamment, devant les noms de nombre, dans les locutions traduisant  « eux deux, eux trois, ... », on emploie l'adjectif « leûs », leurs :  « Il èstint leûs deûs', leûs dîh » (ils étaient deux, dix).(EW)  (Remacle,1937,45)

ex. :

(CW) « Li prumêre nêt qu’ il a passè su l’tauve, il èstin.n bin zèls doze po wèyî. » (Laloux,1969,114)

(F) La première nuit après son opération, ils étaient bien douze pour veiller.

(EW) « Portant, il èstît leû bråmint là-d’vins, treûs ou qwate mèyes di feumes èt d’ omes qui n’ savît nin trop’ çou qu’ advinreût d’ zèls. » (Houbart-Houge Jeanne, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

Pourtant, ils étaient beaucoup là-dedans, trois ou quatre mille femmes et hommes qui ne savaient pas ce qu’il adviendrait d’eux.

« Lès cis qu’ avint magné lès pans èstint leûs cink mèyes. » (Lecomte,2001,18)

Ceux qui avaient mangé les pains étaient cinq mille.

 

cf Différence 94-95.

 

Différence 47

En wallon, on trouve parfois un adjectif possessif devant un superlatif précédé de « tos ».

ex. :

(CW) « Li Gusse (…) si bouteut à tchûlè d’ sès pus fwârt … » (Houziaux,1964,41)

(F) Auguste se mit à pleurer le plus fort qu’il ouvait.

(EW) « Guiyame si c’tape tot gueûyant d’ tos sès pus fwérts. » (Maquet,1987,92)

Guiyame se débat criant le plus fort qu’il peut.

 

 

4.2.4 L’adjectif numéral

 

4.2.4.1 L’adjectif numéral cardinal

 

Différence 48

Après l’adjectif numéral, on peut avoir la préposition « di », parfois élidée en « d’ » devant un nom.

ex. :

(EW)  « Portant, il èstît leû bråmint là-d’vins, treûs ou qwate mèyes di feumes èt d’ omes qui n’ savît nin trop’ çou qu’ advinreût d’ zèls. » (Houbart-Houge Jeanne, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

(F) Pourtant, ils étaient beaucoup là-dedans, trois ou quatre mille femmes et hommes qui ne savaient pas trop ce qu’il adviendrait d’eux.

(OW) « Èle d' è stind yeune di mawe! » (Coppens Joseph, Dictionnaire Aclot, p.19)

Elle tire une (fameuse)gu… ! 

 

Différence 49

Le wallon emploie « one » sans que jamais le nom remplacé soit cité.

ex. : (W) On ‘nn a one (boune).      (F) On a un (gros) ennui.

               Il è tchaufe one.                      Il fait chaud comme pour annoncer de l’orage.

 

Différence 50

Le français « des centaines de fois », « des milliers de fois » peut se traduire en wallon par « dès cints côps », « dès miles côps ».

ex. :

(CW) « Il avot tchaî dès miles côps dins lès fossés plins d' ronches. » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB, 18, s.d.)

(F) Il était tombé des milliers de fois dans les fossés pleins de ronces.

 

cf aussi : Différence 95 : « Nos-èstin.n à quate, … ».

 

 

4.2.4.2 L’adjectif numéral ordinal

 

Différence 51

L’adjectif numéral ordinal ne peut accompagner, comme en français, le pronom « lui ».

ex. : 

(F) « On le ramassa sous les balles, lui troisième, à l’assaut d’un village. » (P. Margueritte, Simple Histoire, p.297)

(W) On l’ a ramassé pa-d’zos lès bales, li ( = français « le ») trwèzyin.me, … 

 

 

4.3 Le nom

 

Différence 52

Le complément direct nominal ne suit pas toujours le verbe en wallon.

Comme en français, on rencontre par ex. : « Il a vindou s' manèdje » (il a vendu sa maison) (mais « i l' a vindou » (il l’a vendu)). Lorsqu'il le précède, il est répété sous forme de pronom : « su manèdje, i l'a vindou » (sa maison, il l’a vendue). Toutefois cette répétition n'a pas toujours lieu malgré l'inversion.

Mais on entend fréquemment des phrases de ce type : « one bièsse parèye, dju n'a mây vèyou » (une pareille bête, je n‘en ai jamais vue). Dans quelques expressions figées, le complément est intercalé entre l'auxiliaire et le participe passé : « il a l' diâle vèyou po fé insi » (il a eu beaucoup de problèmes pour agir de la sorte); « i n' sét nin treûs' compter » (il ne sait pas compter jusqu'à trois, c'est un ignorant) ; « il ont stou do bon Diu sègnis » (ils ont été signés, bénis du bon Dieu). (EW) (Remacle,1937,63)

 

Différence 53

L’ordre des noms dans une expression n’est pas toujours le même qu’en français.

ex. : (W) dès pîds j’ qu’ à l’ tièsse  (F) de la tête aux pieds

               nût’ èt djoû                             jour et nuit

 

(CW) « I djèmicheut nêt-èt-djoû. » (Houziaux,1964,30)

Il gémissait jour et nuit.

(OW) « Vous, Margot, nut èt djoû, vos

n’ avèz qu’ à l’ dèsfinde. » (Renard,1890,45)

Vous, Margot, jour et nuit, vous n’avez qu’à le défendre.

 

Différence 54

Le complément déterminatif n’est pas toujours amené par une préposition. 

Des combinaisons comme « li fèye Piêre » avec comme déterminant un prénom s’emploient dans le Centre et la région de Nivelles (ouest-wallon), et on les retrouve dans les noms propres au wallon comme « li vôye Sint-Djâke » (la voie lactée), « l’èvanjîle Sint-Djan, Sint-Luc, ... », « on-êr-Diè » (*arc-Dieu, arc-en-ciel), « clé-Diè » (*clé-Dieu, primevère).

 

 

4.4 Le pronom

 

4.4.1 Pronom personnel

 

Différence 55

Les pronoms personnels compléments d' objet se placent toujours entre le sujet et la forme conjuguée du verbe.

ex. :

(F)     Je te le dis.

( sujet + COI + COD + verbe conjugué)

(W)    Dji tè l’ di.

même succession

 

 

(F)   Je vais te le dire.             

(sujet + V. conjugué + COI + COD + inf.

(W)  Dji (m' ) tè l’ va dîre.

        I n' mè l' vout nin dîre.

(sujet (+ pronom de participation)+ COI + COD + verbe conjugué + infinitif)

 

Autres exemples:

(CW) « ... po côpè au coût il a moussî si fond dins one concîre qu’ il a pinsè n’ si sèpe rawè foû. » (Houziaux,1964,26)

(F) Pour prendre un raccourci, il s’est enfoncé si profondément dans une congère qu’il a pensé ne pas pouvoir en sortir.

« Est-ce qui t’ conès Alfonse d’ èmon l’ tchaurlî? / - (…) Bin non. (…) / - E bin dji m’ tè l’ va dîre. » (Henin André, Li coûrs d’ istwâre, VA, 1999)

Connais-tu Alphonse (…) ? / Eh bien non. / Eh bien je vais te le dire.

« Lès faut-i mostrer ... ? » (A. Bacq, D’ayîr èt d’odjoûrdu, p.5)

Faut-il les montrer ?

(EW) « ... i l' aveût d'vou rèpiter deûs fèyes … » (Sougnez,1985,9)

Il vait dû les envoyer à coups de pied deux fois ..

« Dju v'zu l' vinrè dîre. » ; « i mu l' vôve vini dîre. » (Remacle, 1937,64)

Je viendrai vous le dire ; il voulait venir me le dire.

« I l’ fåt rik’nohe, i balzinêye so totes lès cohes ...  (...) I l’ fåreût louker plin d’èhowe.  (... ) » (Meurisse,1984)

Il faut bien l’admettre, il vagabonde sur toutes les branches. Il faudrait le regarder plein d’énergie.

(OW) « Més çoulà, djè nè l’ saureû fé qu’en walon, pace què ça vint dou fond dè m’ keûr. » (Willy Bal, in : Gaziaux,1987,7)

Mais cela, je ne l’aurais fait qu’en wallon, parce que cela vient du fond du cœur.

« (...) d’ssur lèye, o bâtit, o l’ put dîre, in

vilâdje. » (Renard,1890,56)

Sur elle, on construit, on peut le dire, un village.

(SW) « Âh ! Is m’ ont vlou fé passè po l’ rizêye dès djins ! » (Dedoyard,1993,13)

Ah, Ils ont voulu me faire ridiculiser par les gens !

« Du crère à ç’ fâs prétcheû /-là/, on l’ pout dîre, dj’ ê stî bièsse. » (Ninah l’ Ardennaise, Lu grand pârtèdje, in: Francard, 1982)

On peut le dire, j’ai été bête de croire ce faux prédicateur.

« On l’ va wâde po nos-ôtes, on va mostri à l’ Ârdène qu’ on l’ ême bin. » (Lhote J.-M., L’ Ârdène, AL)

On va la garder pour nous, on va montrer à l’Ardenne qu’on l’aime bien.

 

Différence 56

De même, « è » (en) et « î » se placent avant l’auxiliaire et le verbe principal.

ex. :

(EW) « Seûlemint, l’ baletrèye, (...), on n’ s’ î pout an’ner qu’ avou lès djins, ... » (Maquet, 1987,41)

(F) Seulement, les plaisanteries, on ne peut s’y adonner qu’avec les gens…

 

Différence 57

Dans une infinitive négative introduite par « po », les pronoms personnels compléments se placent entre les deux éléments de la négation.

ex. : « po nè l’ nin dîre » (pour ne pas le dire); « po n’ lî nin rinde » (pour ne pas lui rendre)

 

(CW) « Tot qu’ èstèt meûr èt qu’ on rètère

Et qu’on rèture po nè l’ pus voûy. »  (Guillaume,2001,22)

(F) Tout qui était mûr et qu’on enterre de nouveau et qu’on enclôt pour ne plus le voir.

(EW) « Mi, qwand djè l’ veû d’ å lon, dji trèvåtche li route, po nè l’ nin creûheler. » (Lahaye Joseph, Monique, in: CW 6/99, p.97-100)

Moi, quand je le vois de loin, je traverse la route, pour ne pas le croiser.

 

Différence 58

Le pronom personnel complément direct se place devant l’adverbe de lieu « î ».

ex. : (W) Mwinrnez m’ î!: (F) Menez-y moi!

 

Différence 59

Le COD se place entre les 2 syllabes de « voci, volà, vor'ci, vor'là »:

 

(F) me voici, te voici, ...

me voilà, te voilà, ...

me revoici, te revoici, ...

me revoilà, te revoilà, ...

en voici, en voilà

en revoici, en revoilà

nous y voici, nous y voilà 

nous y revoici, nous y revoilà

vo-m'-ci

vo-m'-là

vo-m'-rici

vo-m'-rilà

vo-z-è-ci ;

vo-‘nnè-ci

vo-z-è-r'ci

vo-n’s-î-ci 

vos-n’s-î-r’ci 

vo-t'-ci

vo-t'-là

vo-t'-rici

vo-t'-rilà

vo-z-è-là ; vo-‘nnè-là

vo-z-è-r'là

vo-n’s-î-là 

vos-n’s-î-r’là 

vo-l'-ci

vo-l'-là

vo-l'-rici

vo-l'-rilà

 

 

 

 

vos-nos-ci

vo-nos-là

vo-nos-r'ci

vo-nos-r'là

 

 

 

 

vo-v'-ci

vo-v'-là

vo-v'-rici

vo-v'-rilà

 

 

 

 

vo-lès-ci

vo-lès-là

vo-lès-r'ci

vo-lès-r'là

 

 

 

 

 

Le pronom régime direct de « voci » et de « volà » ne les précède pas comme en français, mais s'intercale entre leurs composants, de même que le préfixe itératif « ri (ru-), re- »  : « vo-le-là » (le voilà), « vo-l'-rulà » (le revoilà), « vo-m'-ci » (me voici). (Remacle,1937,64)

ex. :

(CW) « Li côp d’ après, vo-l’-rilà avou on-ôte bokèt. » (A. Henin, CW 1/1980, p.4)

(F)  La fois suivante, le revoilà avec un autre morceau.

« Et vo-le-rilà su l’ pont, wê. » (Selvais,1998)

Et le revoilà sur le pont, tiens.

« Vo-z-è-là deûs qu’ ont ieû l’coradje di mostrer leûs-idéyes (...) » (Brener,1999 (1))

En voilà deux qui ont eu le courage de montrer leurs idées.

(EW) « ..., vo-me-chal tot près dè l’ couhène dès sotês. » (Warnier,1988,22)

Me voici tout près de la cuisine des lutins.

« … c' èst grâce à twè qu' dj' a vèyou tot çoula èt qu' vo-me-rulà, (...) » (Feller C.,1906,135)

C’est grâce à toi que j’ai vu tout ça et que me revoilà, …

« Nôvimbe ! Vo-r’chal lu timps dès rèclames èt dès djouwèts dès grands magasins. » (Lès Waloneûs do payis d’ Sâm, in: Echos du Pays de Salm, nov. 2001)

Novembre ! Revoici le temps des publicités et des jouets des grands magasins.

« On såyerè di v' fé creûre qui (...), qui (...), èt vo-'nnè-chal èt vo-'nnè-là ... » (P.-H. Thomsin, Meûrs di papî, Vlan, s.d)      

On essaiera de te faire croire que (…), que (…) et en voici, en voilà …

« Vo-m'-î-là!  Dji creû bin qu' i bètche, sès-se, asteûre. » (Grafé,1987,23)

M’y voilà ! Je crois qu’il mord à l’hameçon, sais-tu, maintenant.

(OW) « (…) Barbara lyi rèspond èyèt vè-le-là assis su in banc, (…). » (Quinet,1999,10-12)

Barbara lui répond et le voilà assis sur un banc.

« Vè-le-là l’ nouvèle conjugaîson: (...) » (Wins Raymond, Lès vèrbes ...)

 

La voilà, la nouvelle conjugaison : …

vè-le-ci, vè-le-ci (le voilà, le voici), vè-l’zès-ci (les voici), … (Carlier, 1991)

 

(SW) « Vo-l’-là voye èn-amont. » (Ries Edouard, Li lîve do Bûtè, AL)

Le voilà parti en amont.

« Vou-t’-lès-là, wê, lès deûs tiènes qui s’ radjondant pou moustrer là pa yû qu’ l’ êwe-dë-Lèsse coûrt. » (O. Marchal, Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

Les voilà, tiens, les deux côtes qui se rejoignent pour montrer l’endroit où coule la          Lesse. (litt. : « te les voilà »)

 

Différence 60

Un nom sujet mis en évidence est répété par un pronom personnel accentué, puis encore par un pronom personnel normal.

ex.: (W) Jules, li, il î va.                      (F) Jules, lui, y va.

              Mi frére, li, i n’ fouye nin.           Mon frère, lui, ne bêche pas.

 

(CW) « Bèbêrt, li, il âré v’lu awè dès dwèts quate côps pus long. » (Wartique Edmond, in : W, 12,1954, p.154)       

(F)  Bébert, lui, aurait voulu avoir des doigts quatre fois plus longs.

« L’Acadèmîye Francèse, lèye, èle li vôreûve bin lomer “Zône Eûro”. » (Brener, 1999 (2))

L’Académie Française, elle, voudrait bien l’appeler « Zone Euro ».

 

Différence 61

Le wallon répète toujours le pronom accentué par lequel une proposition commence, le français parfois.

1 Sujet:  (W) Zèls, is n'ont rin dit. (F) Eux n'ont rien dit.   (NL) Zij hebben niets gezegd.

Mais:

2 Complément:

                      Zèls, djè lès raurè!         Eux, je les rattraperai.     Hun zal ik het betaald zetten.

 

ex. (W) Mi, dj’ î va.       Li, i n’î sondje nin.    Zèls, is n’ont rin.

      (F)  Moi, j’y vais.    Lui n’y pense pas.         Eux n’ont rien.

 

(CW) « Et zèls, is n’ avint pus qu’à moru, fin mièrseûs. » (Houziaux,1964,15)              

(F) Et eux n’avaient plus qu’à mourir, tout esseulés.

« Et djë l’zi aveû trëcoté èt l’zi fé fé à zèles ossë totès bounès lokes. » (Gaziaux,1987,306)

Et je leur avais tricoté et fait faire à elles aussi tous bons vêtements.

 

Différence 62

Les pronoms personnels sujets appartenant à différentes personnes sont répétés obligatoirement par un pronom personnel qui les regroupe.

ex.:

(W) Li èt mi, nos-î alans.                                     (F) Toi et moi y allons.

       Twè èt t' man, vos l' avoz dit.                             Toi et ta mère l’avez dit.

        Nu vos, nu mi, nos n’ è p’lans rin.                     Ni vous ni moi n’y pouvons rien.

        Mi fré èt mi, nos n’s-ènn’ ocuperans.                 Mon frère et moi nous en occuperons.

        Li èt s’ feume, il ont rèné tote leû vikaîrîye.       Sa femme et lui ont travaillé dur toute

                                                                                            leur vie.

 

(SW) « Meu frére èt mi, djeu nous batans souvint. »  (Twisselman,1994,21)

Mon frère et moi, nous battons souvent.

 

NB En néerlandais, « Mijn vrouw en ik, we hebben ... » (S. Carmiggelt, Kunst en waarheid)



[1] « I n'a rin so s' tièsse »; « dj' a mâ d' mès pîds »; « dj' a  mâ d' mu stoumak » ou « â stoumak ». (Remacle,1937,45)

21:30 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Différences 63-117

Différence 63

Alors que le français n’a pas de sujet pour « soit » dans « soit que », le wallon a un sujet pour « fuche » (ou « sôye », (EW) « seûye » ).

« Soit ... soit ... » correspond au wallon « fuche-t-i... fuche-t-i / ou », « seûye-t-i ... seûye-t-i / ou... »

ex. : (W) Fuche-t-i qu’il èsteûve fayé ou qu’ i n’aveûve nin invîye.

        (F)  Il était soit malade ou il n’avait pas envie.

 

(CW) « Si c’ è-st-insi, purdoz l’ trin dè l’ ligne di Lèsse, sôye-t-i à Houyèt, sôye-t-i à Dinant! » (Houziaux,1964,13)

(F)  Si c’est ainsi, prenez le train de la Lesse, soit à Houyet soit à Dinant !

(EW) « Enn' a-t-i vèyou passer dès djônès qu' alît, seûye-t-i djouwer âs 'gendarmes-voleûrs' ou griper so lès-âbes, ... » (p.91, in : Lambion René, Li vî crucefis, CW 4/59, p.91-95)

En a-t-il vu passer des jeunes qui allaient soit jouer aux gendarmes et aux voleurs, soit grimper aux arbres …

 

Différence 64

Le wallon emploie un verbe + adj. possessif + nom, alors que le français emploie « en » + verbe + article défini + nom.

ex.: (W) Il a s't-aparince.      (F) Il en a l'apparence.

              Il a s’t-intèlijence.        Il en a l’intelligence.    

 

Différence 65

Le wallon n'a pas le pronom explétif du français: « l' ».

ex.:  (W) S' on vint.                                   (F) Si (l') on vient.

                I faut qu' on seûche.                        Il faut que l'on sache.

                S’ on-z-a faît                                   Si (l’) on a fini

                S’ on-z-î va, c’ è-st-asteûre.            Si (l’) on y va, c’est maintenant.

 

(CW) « S’ on mariéve one fème d’on vëladje d’ à costé, (…) on-z-i aléve. »  (Gaziaux,1987,151)

(F) Si (l’)on mariait une belle femme d’un village environnant, on y allait.

(EW) « Portant, s' on vout bin drovi sès påpîres on pô pus lådjes, (…) on-z-èst tot èwaré dè d'hovri on hopê d' bèlès mohones. »

Pourtant, si (l’)on veut bien ouvrir les paupières un peu plus largement, on est tout ébahi de découvrir  un tas de belles maisons.

(OW) « S’ on t’ a doné in bia visâdje,

(…) Wéte quand min.me di d’mèrer bén sâdje, (...) »  (Lardinois,1995,57)

Si on t’a donné un beau visage, / Veille tout de même à rester bien sage, …

(SW) « Dji n’ sé nin s’ on pout vrêmint loumer ça do l’ tchèsse ! » (Ries Edouard, Sacré foutu singlé, va !, AL)

Je ne sais pas si (l’)on peut vraiment appeler ça de la chasse !

 

Différence 66

Le wallon peut répéter le pronom personnel sujet devant « tot seû ».

ex.:  (W) Dj' èsteûve mi tot seû.       (F) J’étais seul.

 

(CW) « Il èsteut li tot seû po s' mète su lès rangs. » (Laloux Auguste, Lès Soçons, p.15)

(F) Il était seul pour se présenter aux élections.

« ..., l’ deûzyin.me dîmègne, dj’ a bén sti më tot seû. ». (Gaziaux, 1987,161)

Le deuxième dimanche, j’ai bien été seul.

 

Différence 67

Le wallon a des propositions dans lesquelles des pronoms personnels sont sous-entendus.  Ce ne sont pas toujours les mêmes qu’en français.

ex. : (W) Dj’ î va. Dj’ îrè.  (F) J’ y vais. J’ irai.

Mais :

Parfois, le pronom « i » (il) ou « is » (ils) n’est pas exprimé.

Ainsi, avec le verbe « falu » , le sujet impersonnel n' est pas employé.

ex. : (W) Faut qu’ vègnenuche tortos.

(F)    Il faut qu’ils viennent tous. 

 

(CW) « Faut qu’on crève vêci; gn-a nén one crosse qui trin.ne. » (A. Rousseau, in : CW 4/1971, p.70)

(F) Il faut qu’on crève ici ; il ne traîne pas une croûte.

 « Lès faleûve lèyi. » (Gaziaux,1987,69) 

Il fallait les laisser tomber.

(EW) « Fåt qu’ djè l’ dèye ådjoûrdu: dju va causer du m’ tère. » (Vanorlé Robert, Mu tère, p.28, in: Gaziaux,1998)

Il faut que je le dise aujourd’hui: je vais parler de ma terre.

(OW) « Pou r’chandi ç’ timp-là qu’ èst woute, / Nos faut ‘ne plène tchèréye dè bos. » (J. Spinosa, Tchic-tchac pèrnèlî, p.11)

Pour réchauffer ce temps qui est passé, il nous faut une grande quantité de bois.

 

Autres cas :

(CW) « I v’neûve cwêre dè bûre à nosse maujone po rapwârter à Brëssèle. » (Gaziaux,1987,141)

Il venait chercher du beurre chez nous pour le rapporter à Bruxelles.

« ... quand fiéve mauvês, (…), l’ cë quë d’véve fé lès vôyes dë Djodogne, (...) è bén!, ‘l èstot nèyi quand ‘l arëvéve. » (Gaziaux,1987,152)

Quand il faisait mauvais, celui qui devait aller à Jodoigne, eh bien, il était percé quand il arrivait.

« Mins, ba, vaut mia n’ rén dîre qui d’ mau causer. » (Ed. Wartique, in : CW, 12, 1954, p.162)

Mais, bah, il vaut mieux ne rien dire que mal parler.

(EW) « Å mwinde pitit brût qu’ ètindéve, Noyé èsteût ås-aguèts, (…).» (Franck,1910,195-202)

Au moindre bruit qu’il entendait, Noyé était aux aguets.

« Mins dju m’ sovins qu’ ènn’ aveût dès-ôtes, ... » (Grosjean Rodolphe, Raspågnans-ne!, p.96-97, in: W+ L)

Mais je me souviens qu’il y en avait d’autres.

« Nu d’mandez nin s’ lès payisans èstît abèyes à l’zî d’ner tot çou qu’ avît. » (Franck,1910,198)

Ne demandez pas si les paysans étaient prompts à leur donner tout ce qu’ils avaient.

(OW) (Fine / Irma / Tèrése) (3 feumes)

« - Irma : Vos n’ sârîz m’ in bayî ‘ne miyète ; (…). / - Fine : Avèz dè l’ chance, du sûs à l’ avance. » (Ecomusée,1985,19)

 

Tu ne pourrais m’en donner un peu.

Tu as de la chance, je suis à l’avance.

(SW) « Et s’ fré, quand l’ a vèyou arivé, si d’mandéve poqwè qu’ èlle av on noû tchapê. » (Dedoyard,1993,13)

Et quand il l’a vu arriver, son frère se demanda pourquoi elle avait un chapeau neuf.

« (…) lès v’là qu’ arivant à l’ voye du R’michampagne, (…) (Mars,2002,8)

Voilà qu’ils arrivent à la route de Remichampagne.

 

Différence 68

Quand une question contient un verbe à la 2e pers. du pluriel, le sujet n’est pas exprimé.

ex. : (W) Quand vêroz ?                 Î avoz stî ?               L’ avîz d’djà vèyu ? 

        (F)  Quand viendrez-vous ?   Y êtes-vous allé ?     L’aviez-vous déjà vu ? 

 

(CW) « Avoz d’djà v’nu à Cêle ? » (Houziaux,1964,3)

(F) Etes-vous déjà venu à Celles ?

(OW) « Què fèyèz là, ô, vî cous’(...)? » (Dehaibe,27,1995)

Que fais-tu là, vieille branche?

« Et dîrîz bén pouqwè ? » (Petrez,1962,85-89)

Et vous diriez bien pourquoi ?

« Astez seûr qui lauvau rén n’ candje (...)? » (Mayence Robert, Grandiveûs, in: No payis d’ Châlèrwè, s.d)

Etes-vous certain que, là-bas, rien ne change?

(SW) « Di-d-doû divnez? » (Dedoyard,1998,8)

D’où venez-vous ?

 

Différence 69

Après la conjonction « qu(i) », on n’a pas le pronom personnel sujet 3e personne du masculin singulier (ou pluriel) précédant le pronom personnel complément « l' » suivi d'une voyelle .

ex. :

(CW) « Is dîyenut qu' l' ont rovyî, ... » 

(A. Robe, Faut qu’ djè lzeû dîye, in : Echo 12/04/79)

(F) Ils disent qu’ils l’ont oublié.

 

Différence 70

Le wallon omet obligatoirement le pronom personnel COD « li » ou « l’ » devant le pronom personnel COI « lî » ou « lzeû ». Ce pronom est souvent omis en français. (Remacle,1937,68)

ex.: (W) Djè lî dîrè.                                (F) Je (le) lui dirai.

              Nos lzeû avans dit.                        Nous (le) leur avons dit.

        (EW) Dju li a dit. = Dju l’zi a dit.       Je (le) leur ai dit.

 

(CW) « Faut qu' djè lzeû dîye ! » (A. Robe, Faut qu’djè lzeû dîye, in: Echo, 12/04/1979)

(F) Il faut que je (le) leur dise.

« N-a dès côps qu’ ë n-a, lès cabaretis apwârtin’ on bokèt d’ dorêye à tot l’ monde së l’ place; lë cë qui d’mandéve à bwêre, is li apwârtin. » (Gaziaux 1987,234)

Parfois, les cafetiers apportaient un morceau de tarte à tout le monde sur la place ; celui qui demandait à boire, ils (le) lui apportaient.

 

Différence 71

Le pronom personnel « le », qui reprend une proposition, est omis en wallon, alors qu'il est généralement utilisé en français.

ex.: (F) « L'étape est beaucoup plus longue que Labarbe ne nous l'avait dit. » (A. Gide, Voyage 

              au Congo, p.141)

       (W) Li tape èst bran.mint pus longue qui Labarbe nos-avéve dit.

 

       (W) I n' èst nin ossi bièsse qu' on pinse.

(F)    Il n'est pas aussi bête qu' on ne le pense.

 

Différence 72

La suppression complète du pronom personnel sujet postposé au verbe est caractéristique du wallon.

ex. (EW) Dji n’ so nin mètchant, savez !      (F) Je ne suis pas méchant, vous savez ! 

               C’ èst d’min, savez, qu’ i vinrè.            C’est demain, vous savez, qu’il viendra.

 

N.B. « Savez » est à considérer comme une sorte d'interjection, qui renforce l'affirmation. (Francard,1980,207)

 

(EW) « Marc èsteût l' prumîr èfant dè l' famile, parèt ... » (P.-H. Thomsin, Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

(F) Marc était le premier enfant de la famille, paraît-il…

 

Différence 73

Le pronom « li » s'emploie avec une valeur réfléchie.

ex.:

(W) Chakin / chake por li.                                     (F) Chacun pour soi.

       On-z-a sovint dandjî d’on pus p’tit qu’ li.        &