15/04/2010

Différences 290-292

Différence 290

De même, après le verbe et, cette fois, un complément de lieu.

ex. : (W) Elle èst là qu’ èle vos ratind.               (F) Elle est là qui vous attend.

 

(CW) « Elle èst inte deûs-êwes qu’ èle ni boudje nin, … » (Houziaux,1964,15)

Elle est là entre deux eaux sans bouger.

« Li comére èst djustumint su l’ pavéye, qu’ èle wîde on rèstant d’ saya d’ êwe dins l’ courote. » (Somme L., … On djoû solia, VA 31/08/02)

La femme est justement sur le trottoir qui vide un reste de seau d‘eau dans la rigole.

(EW) « ... à ciste eûre-là, (...) lès djins come i fåt son-st-è leû lét qu’ is dwèrmèt. » (Maquet,1987,147)

A cette heure, les gens comme il faut sont dans leur lit qui dorment.

« Et dj’ èsteû là, qui dji sondjîve à totes sôrtes d’ afêres dè vî timps. » (Boussart,1976,33-34)

Et j’étais là qui songeais à toutes sortes de choses du vieux temps.

 

          
Différence 291

On n’intercale pas en wallon un attribut après le pronom relatif.

ex. : (F)   C’est lui qui, le premier en Belgique, a osé le proclamer.

        (W)  C’ èst li l’preumî en Bèljike, què l’ a wasu proclamer.

 

Différence 292

Le wallon dit :

1) « gn-a » + nom sujet réel + verbe

ex. : (W) Gn-a m’ pa a v’nu èyîr.     Gn-a nosse tchèt a atrapé one soris.    Gn-a Jules l’ a dit.

        (F) Mon père est venu hier.      Notre chat a attrapé une souris.           Jules l’a dit. 

 

(CW) « ..., n-a l’ sale èstot vudîye së deûs mënêtes! » (Gaziaux 1987,237)

(F) La salle était vidée en deux minutes !

« Gn-a l’ Paul què l’ avise: (…) », in : Chîjes èt pasquéyes, VA 13/07/02

Paul le regarde avec attention.

(EW) « Gn-a m’ pére m’ a fêt dès botes » (Sartiaux Paul, chanson)

Mon pére m’a fait des bottes .

21:24 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Différences 293-297

Différence 293

Notons qu’après une subordonnée conditionnelle, on peut reprendre par « gn-a » + S + V + C.

ex.:  (W) S’ i gn-a co, gn-a tot l’ monde ènn îrè qwê.

        (F)  S’il y en a encore, tout le monde ira en chercher.

 

Différence 294

2) « gn-a » + onk / one                 + « qui »  + verbe

                     one saquî

                     one saqwè

                     dès + nom

                     dès + pronom démonstratif

                     pronom possessif

 

ex. : (W) Gn-a onk què l’a vèyu.

(F) Une personne l’ a vu(e).

               Gn-a one saquî qu’î a stî.

      Quelqu’un y est allé.

               Gn-a one saqwè qui s’ passe.

      Il se passe quelque chose.

               Gn-a dès djins qui fûrléyenut.

      Certaines personnes gaspillent. 

               Gn-a dès cias qu’ ‘l ont bèle.

       Certains se trouvent en situation

       priviliégiée.

               Gn-a lès minks qui lèvenut.

       Les miens lèvent.

 

(CW) « … n-a d’djà dès cës qu’ ont r’vënë. » (Gaziaux 1987,154)

(F) Certains sont revenus.

 

Différence 295

Après le pronom relatif « que », le français peut avoir une inversion. Cette inversion est impossible en wallon.  Le relatif « qui » ne peut être suivi d’une forme verbale conjuguée que quand il est sujet.

ex. :

(F) le livre que nous a donné mon ami   (W) li lîve qui m’ soçon m’ a d’né

 

Différence 296

Parfois, en wallon, une relative n’est précédée que d’un nom. Elle correspond en français à une subordonnée principale avec un sujet, un verbe et un objet.

ex. :

(CW) « Is ‘nn’ alint à batème: Céline qui pwârteut l’ èfant. » (Laloux,1969,8)

(F) Ils allaient au baptême :  Céline portait l’enfant.

« One massète qui maye su l’ burin, li pîre sonetéye. » (id., p.11)

Un marteau frappe sur le burin, la pierre résonne.

 

Différence 297

Souvent, les interrogations indirectes sont transformées en relatives.

ex. : « dju sé bin çou qu' il a po dès vatches » (je sais bien quel genre de vaches il a), « c' èst tèribe lès bièsses qu' il ont (il est terrible de voir quelles bêtes ils ont). (EW)  (Remacle,1937,71)

21:15 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Différences 298-313

Différence 298

Le pronom relatif n’est jamais éloigné de son antécédent comme cela peut être le cas en français.

ex. : (F)  Celui-là est bien à plaindre, qui n’a pas le temps de rêver.

       (W)  Li cia qui n’ a nin l’ timps d’ rèver è-st-à plinde.

 

 

4.9.2.3 Proposition subordonnée infinitive

 

Différences 299-301

En wallon, la place de l’infinitif n’est pas la même qu’en français.

ex. :

(W) Dj’ô l’trin choufler.

(F) J’entends le train siffler, siffler le train.

Dj’a oyu sèrer l’uch.

J’ai entendu la porte se fermer.

mète sètchi dès draps

mettre du linge à sécher

Dj’ a tot faît

J’ai fait faire tout.

 

1) L’infinitif se place parfois après le complément alors que le français se met devant le complément.

 

ex. : (W) Dj’ a tot faît fé.                                       (F) J’ai fait faire tout.

              Dji n’a pêrson.ne oyu bouchî.                       Je n’ai entendu frapper personne.                

              Po ça fé, i nos faut nos lèver tot timpe.        Pour faire ça, il faut nous lever tôt. 

 

(CW) « Is fyint vôye èchone jusqu’au bati; nin l’timps do biacôp causè. » (Laloux,1969,162)

(F) Ils faisaient route ensemble jusqu’au terrain (plat entouré de maisons); ils n’avaient pas le temps de parler beaucoup.

« Quand on vèyeûve lès mëzëcyins ariver, tot l’ monde sôrteûve fou dè l’ bal. » (Gaziaux,1987,233)

Quand on voyait arriver les musiciens, tout le monde sortait du bal.

(SW) « (…), il èst tout sbaré deu n’ ni oyë leu choûr bayi a-z-arivant d’lé. » (Gourdin,1999)

Il est tout étonné de ne pas entendre la source donner en arrivant tout près.

 

2) Quand le wallon place l’infinitif devant un nom, c’est que le nom est complément, ce qui évite toute équivoque.

ex. : (W)  Dj’ ètind bombârder l’ trin.            (F) J’entends que l’on bombarde le train.

Cette équivoque peut exister en français.

ex. :  (F) Je n’aime pas d’entendre chanter les femmes.

« Les femmes » est-il sujet ou complément direct ?

 

3) Egalement, après l'impersonnel « faleûr » : « i n' fât qu' one mohète tu voler è l'û » (il suffit qu'une mouchette te vole dans l'œil) ; 

dans le second membre d'une comparaison : « i coûrt tot’ si âhimint qu’ on-ôte du roter »  (il court aussi facilement qu’un autre marche) ;-  

dans le cas de l'infinitif représentatif : « on n' a nin âhi viker, lès bièsses aler come èles vont» (il n’est pas facile de vivre, quand les bêtes se vendent au prix où elles se vendent). (EW) (Remacle,1937,67)

 

Différence 302

A « po qui » + subjonctif correspond « po(r )» + pronom personnel accentué + infinitif, une construction inconnue en français .

En wallon et en français, l'infinitif est parfois accompagné d'un sujet.

ex. : (F) Je vous vois venir, vous.      (W) Dju v' veû v'ni, vos.

              Vous, nous quitter! .                   Vos, nos qwiter!

Mais le wallon connaît de cette tournure des emplois originaux après la préposition « po » (pour) :

ex. : (W) po qui dj’ î vaye = por mi î  aler         (F) pour que j’y aille

               I m'a v'nu qwê por mi djouwer                  Il est venu me chercher pour que je

                    = po qui dj’ djouwiche avou li.            joue avec lui.

               I m' a d'né dès caurs por mi                       Il m'a donné de l’argent pour que je   

               l’sawè acheter.                                           puisse l’acheter.

 

« po » : aussi avec le pronom personnel renforcé :

ex. : (CW) po nos-ôtes î sawè aller                    (F) pour que nous puissions y aller

Aussi avec un nom :

ex. : (W) po lès djins î aler                                 (F) pour que les gens y aillent   

 

ex. :                                                          

(EW) Dj' a stou qwî dès baguètes po m' papa fé dès banses.

Je suis aller chercher des baguettes (de coudrier) pour que mon papa fasse des mannes.

Por zèls vuni, i pout fé qué tins qu'i vout. 

Pour qu’ils viennent, il peut faire n’importe quel temps

Lu crin.me èsteût trop novèle po nos-ôtes boureter. 

La crème était trop nouvelle pour que nous puissions la baratter.

(CW) C’ èst po nos-ôtes î aler .

C’est pour que nous y allions.

                    po lès djins î sawè aller. 

          pour que les gens puissent y aller

 

(CW) « Po nosse pitit n’ nin awè frèd en rintrant. » (Laloux,1969,18)

(F)  Pour que notre petit n’ait pas froid en rentrant.

(EW) « … i s’ achiya so ‘ne hourêye po ‘ne gote si lèyî ravu. »  (Boussart,1976,5)

Il s’assit sur un talus pour récupérer un peu.

(OW) « Dj’ vu fé mès pakèts, pour mi pârti contint, / Et racrachî mès botes pou m’in-daler m’ tchimin. » (Renard,1984)

Je veux faire mes valises pour partir content.

« Pour mi chameter au vint d’ l’ èsté,

dèdins lès steûles quand d’ va mèchener

lès pomes (...). » (Baudrez,1987) 

Pour que je déguerpisse au vent d’été, dans les éteules quand je vais ramasser les pommes …

(SW) « Il avint dit (…) quë la sorcîre avot dèdjà sté fwêre la vôye dë Bwès dë Difèrint, pou l’ docteûr Lîfranje polë gangner l’ viadje à v’nant d’ Bèrtrè, si en cas. » (Marchal Omer, Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

Ils avaient dit que la sorcière s’était déjà rendue au Bois (…) pour que le docteur Lîfranje puisse atteindre le village en venant de Bertrix, au cas où.

« V’lez co du sauvlon d’ ôr, pour vous poûjer sins r’lame ? » (Mahin L., Lu macrê èt la djon.ne comére, AL)

Voulez-vous encore du sable d’or, pour que vous puissiez puiser sans relâche ?

 

Différence 303

La subordonnée - parfois ayant la forme d’une infinitive -, d’une autre subordonnée, ne se met pas au même endroit en wallon qu’en français ou en néerlandais.

ex. : (W)   I dit, po-z-aler è scole, qu’ i prind l’ trin d’ sèt’ eûres.

  (F)    Il dit que, pour aller à l’école, il prend le train de 7 heures.

        (NL) Hij zegt, dat hij, om naar school te gaan, met de trein van 7 uur afreist.

 

        (W)   I dit, quand il èst fayé, qu’ i d’meûre è s’ lét.

        (F)    Il dit que, quand il est malade, il reste au lit.

        (NL) Hij zegt dat hij, als hij ziek is, in bed blijft liggen.

 

Différence 304

Relative en français, infinitive en wallon introduite par « à », après « i gn-a nin … »

Ex. : (CW) « I gn-a nin one djin su on cint, à Dorène, à wazu mougnî ç’ qu’ èlle a djondu. »

                  (Laloux,1969,68)

(F)      Il n’y a pas une personne sur cent, à Dorinne, qui oserait manger ce qu’elle a

                  touché.

 

Différence 305

L’infinitive introduite par « à » peut exprimer la conséquence.

ex. : (W) « Mins i fieut d’ l’ èstè à cûre sicayes èt panes. » (Laloux,1969,31)

         (F)  Mais en été, il faisait si chaud que l’on pouvait cuire les ardoises et les tuiles.

 

(EW) « … c’ è-st-on … way ! … on dint qui lancèye à m’ fé toumer là. »  (p.354, in : Alexis Georges, Deûs-plêhantès-istwéres, p.352-357, in: Piron,1979)

C’est une dent, aïe, qui produit des élancements à un point tel que je peux tomber là.

 

Différence 306

L’infinitive introduite par « à » peut également exprimer la cause

ex. : (W) « A rametè do novia curè d’Awagne, on-z-a rade vinu à d’vise di sint-Elwè. »

               (Laloux,1969,35)

         (F) A force de pérorer à propos du nouveau curé d’Awagne, on a vite parlé de saint Eloi.

 

(EW) « A m’ veûy, i s’ mèta-st-à tchoûler. » (Dodet Charly, Vos p’loz co roter, p.65, in: W+ L)

(F) Me voyant, il se mit à pleurer.

(OW) « A bèrdèler èt à rabèrdèler, èl breune è-st-arivèye èyèt m'nonke dwat s' inraler. » (p.67, in : Painblanc René, Lès nûtons dès-Aunias, EM 4/84, p.64-67)

A force de bavarder, la brune est arivée et oncle doit retourner.

 

Différence 307

« ièsse à (èsse à)» signifie « être en train de », il introduit une action en cours.

ex. :

(CW) « I r’chone Alfonse d’ à l’ quincayerîye! / - Et todi à pupeter, come nosse pârin! » (Louis,1998,138-143)

(F) Il ressemble à Alphonse de la quincaillerie ! / - Et il est toujours en train de fumer la pipe comme notre parrain !

(EW) « ... dj’ èsteû toudi là à r’loukî li stoûve qui ronfléve. » (Boussart,1976,34)

J’étais toujours là en train de regarder le poêle qui ronflait.

 

Différence 308

Le wallon emploie un infinitif avec sujet après « qui » comparatif.

ex. : (W) I valeûve mia qu’ i ‘nn’ aliche qui l’ Gestapo l’ trover è nosse gurnî.

(F)    Il était préférable qu’il parte plutôt que la Gestapo vienne le trouver dans notre

       grenier.

 

        (W) Dji rote ossi aujîyemint cint mètes qui li è couru on mile.

         (F) Je marche aussi facilement cent mètres que lui quand il en court mille.

 

Différence 309

La subordonnée infinitive a une valeur de proposition de but en wallon.

ex. :

(CW) « Po qu’ on seûche, èt l’ dîre à nos p’tits, / Quand c’ èst qu’ leûs-éles ont faît leû sâye, / Qu’ on n’ èst jamaîs si bin èchone, (…) » (Guillaume,2001,14)

(F) Pour qu’on sache et qu’on le dise à nos petits, …

 

Différence 310

Après la préposition « sins », on peut aussi avoir un pronom personnel accentué + infinitif.

ex. : (W) I vôreûve bin gangnî bran.mint sins li rin fé.

        (F) Il voudrait bien gagner beaucoup sans rien faire.  

 

 

4.9.2.4 Proposition subordonnée interrogative

 

L’interrogation indirecte

 

Différence 311

Dans une interrogation indirecte, le wallon emploie généralement la même introduction interrogative que dans l’interrogation directe.

On ajoute donc aussi la particule « -ce » (provenant de « èst-ce ») à l’adverbe interrogatif

(c-à-d. « Qu’èst-ce qui ..., qwè-ce qui ... ; quand-ce qui ... » …) 

 

ex. : (W) Il èst mau arindjî, a-t-i dit, mins dji n’ comprind nén comint-ce qu’ il a faît pou

               tchaîr à l’ valéye du bèdêr. 

        (F)  Il est vilainement blessé, a-t-il dit, mais je ne comprends pas comment il a fait pour

               tomber en bas du lit.

 

       (W) Qu’èst-ce qui vêrè ?   -- Dji n’sé nin qu’ èst-ce qui vêrè.

        (F)  Qui viendra ? = Qui est-ce qui viendra ? - Je ne sais qui viendra.

 

        (W) Qwè-ce qu’i gn-aurè ? - Dji n’ sé nin qwè-ce qu’i gn-aurè.

        (F)  Qu’y aura-t-il ? = Qu’est-ce qu’ il y aura ?  Je ne sais ce qu’il y aura.

 

        (W) Èwou-ce qu’il èst ? - Dji n’ sé nin èwou-ce qu’il èst.

        (F)  Où est-il ? = Où est-ce qu’il est ?  - Je ne sais pas où il est.

 

 (CW) « Manouwèl èsplike si vikaîrîye, èwou èt quand-ce qu’il a v’nu au monde, ...”

(E. Laurent, in : Piron,1979,348)

(F)   Manuel explique sa vie, où et quand il est né, …

(EW) « Mayon, drovez por mi l’ gros lîve

wice qu’ on lét l’ pus bê d’ tos lès scrèts ... » (Joachim,1988,27) 

Ma bonne amie, ouvrez-moi le gros livre où on lit le plus beau de tous les secrets…

(OW) « ... in noû payis yu ç’ qui tout l’ monde èst rwè. » (Bauffe Robert, Li vî ome, p.29, W+ L)

un nouveau pays où tout le monde est roi

« Dj’aî rademint couru pou sawè qwè-ce qu’i fèyeut. » (Poelmans Francine, El Bourdon, 364, 1984, p.9)

J’ai vite couru pour savoir ce qu’il faisait.

« Dins l’ amia ayu-ce qu’ il avoût skèpi, / I vîvoût paujéremint. » (Dascotte Robert, Ç’ astout in sint!, p.52, in: W+ L)

Dans le hameau où il était né, / Il vivait paisiblement.

(SW) « Dj' aî apris comint ç' qu' on p'lot tchipoter après l' élèctrike. » (Louline Vôye, Marîye à l' trique, AL)

J’ai appris comment on pouvait chipoter avec l’électricité.

 

Différence 312

Conjonctions avec « qui » (que) dans une interrogation indirecte

 

Au lieu de « -ce qui », on introduit parfois en wallon un pronom relatif ou une particule conjonctive « que » après les interrogatifs.[1]

ex. : (EW) Dis-me quî qui t' houkes.          (F) Dis-moi qui tu appelles.

                 Dji n’ sé nin qwand qu' dj’ îrè.        Je ne sais pas quand j’irai.

                 Dji sé bin qwant' qu' i-gn-a .            Je sais combien il y en a.

                 Sés-se bin quî qu' l' a fêt ?               Sais-tu bien qui l’a fait ?

                                  poqwè qu' i 'nnè va ?                           pourquoi il part ?

 

-  « quand min.me qui » (CW) (« qwand même queu » (EW (Faymonville)) (si même, même

   si)

   ex. :

(CW) Quand min.me qu’ on n’ duvreûve pus dîre mèsse,  dji frè à m’ môde.

 (F) « Même si on devait plus dire la messe, je ferai à ma façon. » (= quelqu’en soit le

 prix, …)

 

-  « qwand qui » (EW) (quand):

   ex. : (W) Dji n’ sé nin qwand (qu’) dj’ îrè.  (F) Je ne sais pas quand j’irai. 

 

(CW) « Et pèrson.ne n’ a vèyu

Quand qu’ lès pîres ont tchèyu. » (Guillaume,2001,21)

Et personne n’a vu / Quand les pierres sont tombées.

(SW) « Mês, twa, Zîré, dupûs quand qu’ t’ ès môrt ? » (Culot Calixte, Les Paukes du Zîré, AL)

Mais, toi, Zîré, depuis quand es-tu mort ?

 

- « à quî qui »

(CW) « ...pace qu’on n’ deut nin awè peû d’ mostrer quî qu’ on-z-èst. »  (Houziaux,1964,98)

… parce qu’on ne doit pas avoir peur de montrer qui on est.

(EW) « ... ci n’èst nin tofér åhèye dè vèyî à quî qu’ nos d’vans nosse bê préficse walon for-: ... » (Dehousse,1998,3)

Il n’est pas toujours facile de voir à qui nous devons notre beau préfixe wallon « for- ».   

 

- « kubin qui » (EW) (« combin qui »)

(EW) « Tu n’ as qu’ à m’ dîre kubin qu’ i t’ fåt. » (Franck,1910, 195-202)

Tu n’as qu’à me dire combien il te faut.

 

Différence 313

 « qué(ne) (quéne / quénès / qués) » + « qui » = (F) « quel(le)(s) »

 ex. : (W) « Vinez me dîre quéne eûre qu’il èst. » (Anon., i : Piron,1979,84)

         (F)  Viens me dire quelle heure il est.

 

(CW) « Lès trwès guèrdins guédyint po veûy quéne aîr qu’ il aveut, l’ curè. » (Laloux,1969,37)

(F)  Les trois gredins jetaient un coup d’œil furtif pour savoir quelle était l’attitude du curé.



[1] En voici d'autres où l'interrogatif ne subsiste pas :

« quu dist-i ? »                  devient « sés-se bin çou qu' i dit? »

« poqwè nu v'nèt-i nin? »               « dju m' dumande po çou qu' i n' vunèt nin »

« quî as se vèyou? »                       « dis m' cès qu' t' as vèyou ».

« duvins qué cas sont-i ? »             « is n' sondjèt gote duvins l' cas qu' is sont ». (EW) (Remacle,1937,72-73)

Si l'on consulte la liste de conjonctions dressée par Bastin (1909,388) (EW), on verra que toutes les conjonctions de subordination sauf « su » (si), sont des locutions composées de « quu » que. A Faymonville, « qwand » et « come » se sont même augmentés de cette particule. Pour « qwand », le fait est commun à la région Stavelot-Malmedy, et il existe à La Gleize. Il est purement analogique. (Remacle,1937,68)

 

21:14 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Différences 314-334

Différence 314

Après « li quéke », « li quéne », « lès quékes », complément, on a « qui », sauf devant la forme verbale de la 2e p. pl. sans pronom.

ex. : (W) Li quéne v’loz? = Li quéne qui vos v’loz?  (F) Laquelle voulez-vous ?

 

(F)  « Lequel vous aimez mieux, le pain frais ou le pain rassis? »

       (J. Renard, 8 jours à la campagne, in : Le Bidois,T2,1971,298)  

(W) Li quéke qui v’s-in.mez mia, l’ novia pwin ou l’ pwin rassis?

 

 

4.9.2.5 Remarques 

 

Différence 315

Inversion du sujet et du verbe

En wallon, l’inversion est moins courante qu’en français et la place normale du sujet y est généralement avant le verbe.

Toutefois, on enregistre de nombreux cas d'inversion : (les exemples sont en est-wallon)

1° dans les incises : « i vinrè d'min, m' a-t-i conté» (il viendra demain, m’a-t-il dit), « i c'tèyéve dès bwès, a dj’ vèyou » (il débitait des bois, ai-je vu) ;

2° dans les interrogations : « cumint s' a fêt çoula ? » (comment cela s’est-il fait ?), « poqwè n' vout-i nin ? » (pourquoi ne veut-il pas ?) ;

8° dans les exclamations : « fou-dje âhe du l' ruvèy! » (j’ai eu le plaisir de le revoir !) ;

4° après la conjonction èt « su » : « èt s' a-t-i v'ni » (Remacle,1937,58)

5° dans les répétitions expressives :

Une technique de renforcement du wallon est la répétition avec inversion.

ex. : « on sèreût bin honteûs du l' dîre, sèreût-on bin honteûs » (on serait bien honteux de le dire, (littéralement : serait-on bien honteux). (Remacle,1937,63 & 70)

Autres exemples :

(W) Il èst deûs côps bièsse, è-st-i deûx côps bièsse !

(F)  C’est un gros bêta, (littéralement :) « est-il deux fois bête » !

       

(W) Dji n’ îrè pas, n’ îrè dje pas !                          

(F)  Je n’irai pas, (littéralement :) « n’irai-je pas » !

 

(W) I l’ a ieû, l’ a-t-i ieû.   Is mè l’ dîront, mè l’ dîront-is.

(F)  Il l’a vraiment eu.        Ils me diront à coup sûr.

 

NB Pas de 2e p. pl.: (W) Vos mè l’ dôroz (,vo di-dje)!   (F) Vous me le direz, vous dis-je !

 

ex. :

(EW) « Alez, sûr qu’ i m’ payerè cisse-là, pus tchîr qu’ i n’ pinse, / Mè l’ payerè-ti, vormint! Li vîle bièsse! Qu’ i ratinse! » (J. Bury, in: BSLLW 1895, p.321)

(F) Allez, il est certain qu’il me âiera, celui-là, plus cher qu’on ne le croit, / Il me le paiera, je le jure ! Le vieil idiot ne perd pas pour attendre !

« Dj’ a manké d’ è dîre eune, a-dje manké! » (id., p.312)

J’ai vraiment failli faire une remarque désobligeante..

 

Différence 316

Entrée en matière :

La proposition exprimant l’entrée en matière peut être introduite en wallon par « qui » ou « qwè-ce qui … ? » :

ex. : (W) Qui dj’ sondje à ça: ...  ( = Dji sondje à ça)                      (F) Je songe à ça : …

               Qwè-ce qui dj’ vous dîre, mi?: ... (= Dji vou dîre çoci)          Je veux dire ceci : …

 

Différence 317

La tournure « c'est le diable que » est l'objet d'une extension analogique assez bizarre.

ex. : « (c' èst l') diâle qu' i s' kutape insi » (c’est le diable qui se démène ainsi). De là, pour la 2e personne : « diâle qui t' kutape insi » (qu’as-tu à te démener ainsi ?), et ainsi de suite : « diâle qui t' magnes toudi après l' s-ôtes » (qu’as-tu à toujours manger après les autres ?), « diâle qui v' hoûte toudi là ! » (qu'avez-vous toujours à attendre là ?). (EW) (Remacle,1937,74)

 

Différence 318

Comme les interrogations indirectes, les phrases exclamatives commençant par un interrogatif sont souvent transformées en relatives .

ex. : « quéne tièsse qu' il a! » (quelle tête il a!), « quénès bièsses quu c' èst çoula! » (comme ils sont bêtes !). (EW)

 

(CW) « Bèrnârd, quén-ome qui v’s-èstoz ! » (p.350, in: Laurent Edouard, Manouwèl, p.345-351, in : Piron,1979)

(F) Bernard, quel homme vous êtes !

 

Différence 319

Le wallon ne fait pas d’inversion après un adverbe; il emploie une relative.

ex. : (W) Quékefîye qu’ i ‘nn aveûve.                             (F) Peut-être en avait-il.

               Vêla, gn-a bran.mint dès sôdârs qu’ont moru.       Là sont morts beaucoup de soldats.

 

Différence 320

« Fût-ce » et « ne fût-ce que, dût » sont en wallon une subordonnée introduite par « quand ça ... co, min.me qui, ca bin (min.me) qui ça + conditionnel.

ex. : (F) Il refusait, fût-ce provisoirement, de le remplacer.

       (W) I rèfuseûve, quand ç’ n’ aureûve sitî qu’ provizwêremint, dè l’ remplacer.

 

        (F) Dût cela me coûter ...

       (W) Min.me qui ça m’ costereûve ...; quand ça m’ costereûve co ...; ca bin (min.me) 

               qu(i) ça m’ costereûve ... 

 

Différence 321

Si le sujet est très engagé dans ce qui se passe, il se nomme d’abord.

ex. :  (W) Dj’ a l’ solia qui m’asbleuwit.              (F) Le soleil m’éblouit.

                Dj’ a m’ dos qui faît mau.                           Mon dos me fait mal.

                Il ont leû maujo qu’ a brûlé.                        Leur maison a brûlé.

                Elle a sès tch’vias qu’ tchaîyenut.               Ses cheveux tombent.

       

Différence 322

Dans une exclamative, après l’adjectif exclamatif (, l’adjectif qualificatif) et le nom, le wallon emploie « qui » ; le français n’emploie pas de forme correspondante.

ex. : (W) Qué bia gamin qui v’s-avoz ! ou : Qué bia gamin qu’ vos-avoz !

(F)    Quel beau garçon vous avez !

 

Différence 323

Pour le wallon : comparatif + « qui » + infinitif avec sujet, le français doit employer une circonlocution.

ex. : (W) Il a pus auji d’ l’ apwârter qu’ mi d’ l’ aler qwê.

        (F) Il lui est plus facile de l’apporter que pour moi d’aller le chercher.

 

Différence 324

Dans une comparaison entre deux propositions après la locution « in.mer mia », la première proposition a un verbe au subjonctif, alors que le verbe de la 2e proposition est à l’infinitif.

ex. : (W) Dj’ in.me mia qu’ ‘l è vaye qui di v’nu.

(F)    Je préfère qu’il parte plutôt qu’il ne vienne.

 

Différence 325

Si, dans le même cas de construction, le sujet du second membre est différent, on exprime le sujet ; quand c’est un pronom, il est à l’accusatif.

ex. : (W) Dj’in.me mia qu’i vègne qui mi (d’) î aler.

(F)    Je préfère qu’il vienne plutôt que je n’y aille.

 

(W) Il in.me mia qu’ dj’ î vaye qui li di v’nu.

(F)  Il préfère que j’y aille plutôt qu’il ne vienne.

 

Différence 326

Le wallon rend par une infinitive la tournure où le français emploie un « que » haplologique (c.-à-d. simple), alors qu’il a une valeur sémantique double.

ex. : (F)   « J’aimerais mieux la mort qu’elle crût que je suis dans la moindre indigence. » (J.-              

                J. Rousseau, T. XVIII, 10)

        (W) Dj’in.mereûve mia moru qui l’ lèyî crwêre qui dj’ so min.me one miète pôve.

 

Différence 327

Des tournures impersonnelles comme « ce me semble », « cela m’est impossible », « cela m’est égal » sont inconnues en wallon. On dit : « mi chone-t-i », « c’ è-st-impossibe por mi », ça n’ mi faît rin ».

 

Différence 328

Dans les propositions subordonnées de volonté, le wallon cite le sujet, puis commence la subordonnée.

ex. : (W) Li cia qu’èst rogneûs, qu’ i s’ grète.          (F) Que celui qui est galeux se gratte.

               Li cia què l’ vout, qui l’ prinde.                       Que celui qui le veut le prenne.

               Lès djins qu’ont l’gripe, qu’is                          Que les gens qui ont la grippe se

               s’ sognenuche.                                                   soignent.

 

Différence 329

« Quel / quelle que + soit »; « quels / quelles que + soient » + nom se rendent par

« qué ... qu’ i » + verbe au subjonctif.

ex. :

(CW) « Nos-ôtes, ti mousses à l’ uch qué timps qu’ i faîye. » (A. Laloux, Mi p’tit voyadje dès-ans au long, p.139)

(F)   Nous, on va à la porte quel que soit le temps.

 

Différence 330

En wallon, un nom sans préposition peut être apposé à un pronom COI.

ex. :

(CW) « I n’ èsteut nin co d’ one eûre o l’ cariére cit’-là, qui s’ feume, Marîye-Djène, ça lanceut o vinte à ûlè d’ mau. » (Laloux,1969,91)

(F) Il n’était pas depuis une heure à la carrière, celui-là, que sa femme, Marie-Jeanne, eut des élancements au point d’en hurler de douleur.

 

Différence 331

Renforcement avec la conjonction « qui »

ex. :

(CW) « Ô, ayi ça! qui dj’ dîreu bin ç’ qui vosse curè vos-a contè. » (Laloux,1969,38)

(F)  Oh oui ! Je dirais bien ce que vous a conté le curé.

 

Différence 332

« Qui » introduit une proposition incise

ex. :

(CW) « … is n’ së lâvin’ qu’ aus-ocâsions, i së r’chërin’, qu’ on d’jéve. » (Gaziaux,1987,311)

(F) Ils ne se lavaient qu’aux occasions, ils se récuraient, disait-on.

« C’ èst d’djà couru lon / = au Japon /po rin, qui vos m’dîroz! » (Chake payis, chake môde, VA 19/7/99)

C’est déjà courir loin pour rien, me direz-vous!

(OW) « Ti n’ as jamés vèyu dès pîrètes ? qui Zîré rèspond. (...) » (Sohy Louis, Djouwer à pîrètes, EB 167, 1963)

Tu n’as jamais vu de noyaux, lui répond Zîré.

« C’ èst l’ vré », qu’ Aline a rèspondu. (Bal,1998,13)

C’est vrai, répondit Aline.

(SW) « Qwè pou in plaîji, qu' i d'mande Gustin. » (Louline Vôye, Lès vîyès crwayances, AL 24/1/84)

Quel sorte de plaisir, demande Gustin.

 

Différence 333

Juxtaposition de phrases - la phrase complexe

Une succession de subordonnées elliptiques en wallon est une chose loin d’être peu courante.

ex. :

(CW) « Ca dès ritches, co pés qu’ dès canadas au rôyadje. Mins dès cias po apè èwou qu’i gn-a èt rafoûrè lès pôvès djins, ... (Laloux,1969,28)

(F) Car des riches, il y en a encore plus que des pommes de terre lors de leur arrachage. Mais ceux qui volent où il y a de l’argent et garnissent les râteliers des pauvres gens …

« Qwè-z-è fé asteûre ? Rachonè tos lès bokèts bin come u faut, èt, à l’ vèspréye tote basse, lès-alè ètèrè su lès Comognes, dès sauvadjes trîs, padrî l’viyadje. Et « point  final », sins l’ Blanc Goyèt èt li P’tit Bêrt … Mau fiants, cès deûs-là ! » (id., p.34)

Que pouvait-on en faire maintenant ? Rassembler tous les morceaux, bien comme il faut, et, à la nuit tombée, aller les enterrer sur les Comognes, des terres en friche derrière le village. Et « point final », sans le Blanc Goyèt et le P’tit Bêrt… Des vilains, ces deux-là !

« … faléve aler à pid avou maman èt dès vôyes parêyes!  Et maman avou sès cabas èt dès-èfants trin.ner à sès cotes! » (Gaziaux,1987,245)

Il fallait aller à pied avec maman et (sur) de tels chemins ! Et maman avec ses paniers à provisions et des enfants qui traînaient accrochés à elle !

 

 

4.10 Le préfixe

 

Différence 334

Le préfixe « r- » du verbe « è raler » se place après la forme verbale conjuguée à l’impératif présent.

ex. : (W) Va r-z-è !               (F) Va-t-en !

 

(CW) « Ayi, alans è ! » (Laloux,1979,95)

(F) Oui, allons-nous en !

« Vos r’vêroz èn-ôte côp, alez r-z-è aîdî vosse moman! » (Wartique E., in: CW 12/54, p.183)

Tu reviendras une autre fois, va-t-en aider ta maman!

(EW) « Alez-r'-z-è » èssonle. (Grafé,1987,29)

Repartez ensemble !

(SW) « Dji su aradjêye ! Djans-r-z-è ! » (Dedoyard,1993,13)

Je suis enragée ! Retournons à la maison !

 

Différence phrase répétitives principales: avec inversion: cf 3.1.7

21:13 Écrit par justitia & veritas dans education | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |